Rejoignez-nous

Économie

Le groupe TMTG de Trump accuse des fonds de manipuler son action

Publié

,

le

Trump Media and Technology Group a comme principal actif le réseau social Truth Social (archives). (© KEYSTONE/AP/Frank Franklin II)

Trump Media and Technology Group (TMTG) de l'ex-président américain Donald Trump a alerté vendredi la bourse électronique Nasdaq, accusant des fonds spéculatifs de manipuler le marché pour faire baisser le cours de son action moyennant un mécanisme illégal.

Entre son introduction en bourse, le 26 mars et mardi, le cours de TMTG s'est effondré de plus de 70%, avant de rebondir de plus de 60% lors les trois dernières séances de la semaine.

Mardi, TMTG a publié un document pédagogique répondant à une série de questions que peuvent se poser les actionnaires du groupe de médias de Donald Trump, dont le principal actif est le réseau social Truth Social. Il leur a notamment donné des conseils pour éviter que leurs titres ne soient prêtés à des spéculateurs qui souhaiteraient parier sur la baisse du cours.

Ce mécanisme appelé vente à découvert consiste à emprunter une action, puis à la vendre. Dans un second temps, le spéculateur rachète un titre de la même entreprise, puis le donne à la personne ou la société à laquelle il l'a emprunté.

Ventes à découvert "à nu"

Si le cours de l'action a baissé dans l'intervalle, le spéculateur a racheté le titre moins cher que le prix auquel il l'avait vendu, ce qui lui permet de réaliser un bénéfice.

Le directeur général de TMTG, Devin Nunes, membre républicain de la chambre des représentants de 2003 à 2022, a envoyé au Nasdaq un courrier s'inquiétant de possibles pratiques dites de ventes à découvert "à nu" (short selling).

Cette technique, contre laquelle le régulateur américain des marchés (SEC) a pris des mesures en 2005 et 2008, consiste à promettre de vendre un titre sans l'avoir emprunté auparavant. Elle permet de démultiplier les ventes à découvert, qui ne sont plus limitées au nombre d'actions disponibles.

Devin Nunes évoque une "possible manipulation de marché" sur cette base et relève que parmi les sociétés les plus actives dans les échanges d'actions de TMTG figurent deux sociétés d'investissements alternatifs ou "hedge funds", à savoir Citadel Securities et Jane Street Capital.

"Devin Nunes est un 'loser' patenté qui essaye de mettre la chute du titre sur le compte des ventes à découvert à nu", a réagi Ken Griffin, l'influent patron de Citadel, dans une déclaration à plusieurs médias.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

La croissance du PIB atone au premier trimestre

Publié

le

La croissance au premier trimestre s'inscrit dans le prolongement de celle enregistrée au dernier trimestre 2024, qui avait également enflé de 0,3% (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La Suisse a continué d'enregistrer une croissance atone au premier trimestre. Le produit intérieur brut (PIB) corrigé des événements sportifs a progressé de 0,3% par rapport au trimestre précédent, indique jeudi le Secrétariat d'État à l'économie.

La croissance au premier trimestre s'inscrit dans le prolongement de celle enregistrée au dernier trimestre de 2024, qui avait également enflé de 0,3%, précisent les économistes du Seco. Elle est inférieure à la moyenne. Sur un an, le PIB suisse a crû de 0,4%.

Par rapport au PIB flash, indicateur précoce de la croissance publié environ 45 jours après la fin du trimestre, et qui était de 0,2%, la croissance a légèrement été revue à la hausse.

La progression sur un trimestre a été portée par le secteur des services et la consommation privée tandis que la création de valeur dans l'industrie manufacturière a essuyé un léger repli (-0,2%).

En effet, l'industrie chimique et pharmaceutique a poursuivi sa baisse et l'évolution dans les autres branches est restée globalement stable. Seul le secteur de l'énergie a connu une croissance solide.

Les services ont soutenu la croissance du PIB, grâce en particulier à une bonne évolution dans l'hôtellerie et la restauration ainsi que dans la santé et le social. Le commerce de détail a également enregistré une croissance solide.

La consommation privée a progressé de 0,4%, portée par les dépenses en produits alimentaires et non alimentaires ainsi que pour le logement et la santé. La demande intérieure finale a profité des impulsions positives des investissements en biens d'équipement, qui ont retrouvé le chemin de la croissance après trois trimestres négatifs.

La solide demande intérieure a engendré une hausse significative des importations (+2,0%) de biens et de services, tandis que les exportations de marchandises (-3,3%) ont reculé, entre autres en raison de l'évolution négative du commerce de transit. Dans l'ensemble, le commerce extérieur a contribué négativement à l'évolution du PIB.

Sur un an, le PIB suisse a crû de 0,4% au premier trimestre.

Ajusté des évènements sportifs, le PIB est attendu en hausse de 1,1% en 2024, avec d'accélérer à 1,7% en 2025, selon les prévisions livrées fin mars. La fourchette des prévisions des économistes consultés par AWP oscille entre 0,8% et 1,6% pour la croissance cette année.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Les exportations reprennent des couleurs en avril

Publié

le

Les envois de produits suisses vers l'étranger ont bondi en avril (archives). (© KEYSTONE/DPA/MARCUS BRANDT)

Les exportations helvétiques sont reparties de l'avant en avril, après plusieurs mois de faiblesse, portées par les ventes des secteurs de la chimie et de la pharmacie mais aussi de la bijouterie et joaillerie.

Les envois de produits suisses à l'étranger ont bondi de 9,1% non corrigé de l'inflation - ou de 9,6% ajusté de la hausse des prix - à 23,4 milliards de francs, a annoncé jeudi l'Office fédéral des douanes et de la sécurité aux frontières (OFDF) dans un communiqué.

Cette accélération intervient après une hausse respective de 0,5% en mars et février et un repli de 1,3% en janvier. Au total, le premier trimestre avait bouclé sur une baisse de 0,8% des exportations.

Pendant le mois sous revue, les envois de produits chimiques et pharmaceutiques, plus important contributeur aux exportations du pays, ont affiché une envolée de 14,9%. Les ventes de la branche des machines et de l'électronique ont crû de 2,7% et celles de l'horlogerie de 4,6%, tandis que la bijouterie et la joaillerie ont affiché un bond de 33%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

UBS remanie sa direction générale, Iqbal Khan quitte la Suisse

Publié

le

La grande banque a procédé à un remaniement de sa direction générale (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le géant bancaire UBS a procédé à plusieurs changements à sa direction générale, nommant un nouveau coresponsable de l'importante activité de gestion de fortune. Le banquier star Iqbal Khan va quitter la Suisse pour se transférer en Asie.

L'ex-patron de Credit Suisse Ulrich Körner quitte le navire. La division de gestion de fortune, Global Wealth Management (GWM), sera désormais chapeautée par le duo Iqbal Khan et Rob Karofsky, indique jeudi le numéro un bancaire helvétique issu de la fusion avec Credit Suisse.

Confirmé à son poste, M. Khan évoluera désormais avec le titre de président Asie-Pacifique. Le banquier star va ainsi quitter la Suisse - donc s'éloigner du siège zurichois de la banque - et se transférer avec sa famille en Asie d'ici l'été. Dans son communiqué, UBS précise que c'est la première fois qu'un président de division du groupe sera établi sur ce continent.

L'actuel président Asie-Pacifique, Edmund Koh, va céder sa place au comité exécutif au 1er septembre, tout en continuant à soutenir la clientèle locale avec le titre de responsable régional.

Rob Karofsky intègre la direction générale, en qualité de codirecteur de GWM et président pour le continent américain. Il est à la tête de la banque d'investissement du groupe UBS depuis 2018.

Naureen Hassan, l'actuel président de la région Amériques, va partir d'UBS début juillet, après deux ans au sein de la grande banque.

George Athanasopoulos et Marco Valla sont également nommés au comité exécutif. Ils codirigeront la banque d'investissement. Le duo travaille déjà pour la grande banque, depuis 2010 pour M. Athanasopoulos et depuis l'année dernière pour M. Valla.

Damian Vogel va succéder au directeur du risque Christian Bluhm, qui a fait valoir ses droits à la retraite.

UBS annonce également le départ - attendu - d'Ulrich Körner, patron de Credit Suisse au moment où le géant en déroute a été avalé par son rival. Le banquier quittera la direction générale fin juin et prendra congé du groupe ultérieurement.

Pour Sergio Ermotti, directeur général d'UBS cité dans le communiqué, ces nominations vont permettre "de continuer à progresser sur la voie de l'intégration et de réaliser les synergies et les gains d'efficacité attendus". L'accent est également mis sur les régions Amériques et Asie-Pacifique, qui présentent de bonnes perspectives de croissance.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Le groupe NZZ acquiert 25% des parts de APG/SGA

Publié

le

Le groupe de médias NZZ investit dans le spécialiste de la publicité en extérieur APG/SGA (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le groupe de médias NZZ investit dans le spécialiste de la publicité en extérieur APG/SGA. La société zurichoise va acquérir une part de 25%.

Celle-ci est rachetée aux gros investisseurs que sont JCDecaux, le géant français de l'affichage publicitaire, et la société de participations genevoise Pargesa.

Les titres concernés seront vendus à un prix unitaire de 220 francs, bien davantage que le cours de clôture de mercredi, soit 199 francs. Après la transaction, JCDecaux détiendra encore 16,44% d'APG/SGA, tandis que Pargesa sera encore investi à hauteur de 13,86% du capital-actions, selon un communiqué publié jeudi.

Cette transaction n'apparait pas comme une surprise, APG/SGA ayant annoncé à fin février qu'un tel changement était dans l'air. JCDecaux et Pargesa avaient alors informé le groupe genevois de leur intention de se défaire d'une partie de leur titres. Le nom du nouvel investisseur restait un secret jusqu'ici.

Pour Daniel Hofer, président d'APG/SGA, l'acquisition d'une participation de 25% par NZZ constitue un "résultat convaincant" du processus de désengagement coordonné de JCDecaux et Pargesa. "Il est prévu que le conseil d'administration propose un représentant de NZZ pour l'élection au conseil d'administration lors de la prochaine assemblée générale annuelle", précise-t-il.

"Avec cette transaction, NZZ participe à l'économie croissante des marchés publicitaires dans le domaine du out-of-home", explique Isabelle Welton, présidente du groupe de médias NZZ, propriétaire du quotidien Neue Zürcher Zeitung et actionnaire de la coentreprise CH Media et de ses nombreux titres régionaux, radios et télévisions en Suisse alémanique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Des soucis administratifs, officiels voire juridiques à résoudre... Pas vraiment grave mais agaçant. Quoi qu’il en soit, vous serez content après l’avoir fait !

Les Sujets à la Une

X