Rejoignez-nous

International

LeBron James une fois de plus irrésistible

Publié

,

le

LeBron James (à gauche) face à Kevin Durant pour une nouvelle performance XXL. (© KEYSTONE/AP/Mark J. Terrill)

On connaît désormais l’affiche du Final Four du In-Season Tournament de Las Vegas. Les demi-finales opposeront ce jeudi les Lakers à New Orleans et Milwaukee à Indiana.

Les Lakers ont arraché le dernier billet grâce à leur succès 106-103 à domicile devant Phoenix. Auteur de 31 points, LeBron James a été le grand artisan de cette victoire. Crédité également de 11 assists et 8 rebonds, il a inscrit 15 des 19 premiers points des Lakers lors de l’ultime quarter.

Dans le camp adverse, Kevin Durant a également marqué 31 points. Mais il devait rater un tir à 3 points au buzzer qui aurait pu permettre aux Suns de jouer la prolongation.

Plus tôt dans la soirée, Milwaukee s’était imposé 146-122 devant les Knicks. Sur leur parquet, les Bucks ont pu compter sur le duo magique formé par Giannis Antetokounmpo (35 points) et Damian Lillard (28 points) pour étouffer les New-Yorkais.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Trump compte sur un sacre républicain lors du "Super Tuesday"

Publié

le

Donald Trump a déjà son duel face à Joe Biden dans le viseur. (© KEYSTONE/AP/Rebecca Blackwell)

Donald Trump veut être intronisé mardi comme le champion incontesté des républicains lors de la grande journée du "Super Tuesday". Les premiers bureaux de vote ont ouvert le bal de ce rendez-vous incontournable de la politique américaine.

L'ancien président compte enterrer définitivement sa rivale Nikki Haley en cette journée électorale lors de laquelle 15 Etats organisent simultanément leurs primaires pour la présidentielle. Il a déjà son nouveau duel face à Joe Biden dans le viseur.

Du Maine à la Californie, du Texas à la Virginie, de l'Alaska à l'Alabama, des millions d'Américains sont appelés aux urnes pour désigner leurs prétendants démocrate et républicain à l'élection de novembre. Les premiers bureaux de vote ont ouvert à 12h00 suisses.

Mais cette grande journée électorale, qui fait traditionnellement l'objet d'une forte attention médiatique, a une saveur un peu différente cette année, tant elle paraît dénuée de tout suspense.

Le "chaos de Trump"

Côté républicain, seuls deux candidats sont encore en lice et Donald Trump est de très loin le favori. En dépit de ses ennuis judiciaires, l'ancien président de 77 ans a gagné quasiment toutes les primaires organisées par son parti depuis janvier et, ce faisant, évincé une grande partie de la concurrence.

Nikki Haley, 52 ans, est la seule à encore lui barrer la route. L'ancienne gouverneure de Caroline du Sud, qui incarne une aile plus traditionnelle du Parti républicain, promet de rétablir la "normalité" face au "chaos de Trump".

Elle attaque régulièrement son rival sur son âge, réclamant qu'il passe un test d'aptitude intellectuelle, mais les électeurs républicains font la sourde oreille. Selon les sondages, Donald Trump devrait rafler chacun des prochains Etats en jeu, s'appuyant, comme toujours, sur une base de fidèles extrêmement solide.

Match retour contre Biden

Hormis une victoire symbolique dimanche soir dans la capitale Washington, Nikki Haley a quant à elle enchaîné les défaites cuisantes, y compris dans l'Etat dont elle a été gouverneure. L'ex-ambassadrice de l'ONU a cependant continué à s'accrocher, assurant que jeter l'éponge serait "la solution de facilité".

Les primaires peuvent en théorie s'étirer jusqu'en juillet. Mais l'équipe de Donald Trump prévoit une victoire "le 19 mars" au plus tard, après des scrutins notamment en Géorgie et en Floride.

Le milliardaire veut pouvoir se concentrer dès que possible sur son match retour avec le président démocrate Joe Biden - avant d'être aspiré par ses ennuis judiciaires. Son premier procès pénal débutera en effet le 25 mars, à New York.

Une formalité pour le président

Donald Trump assure être "bien plus populaire" depuis qu'il a été inculpé, mais nombre de sondages montrent que le soutien à sa candidature s'effriterait considérablement s'il était condamné dans l'une de ses affaires pénales. Il assure toutefois être innocent et victime d'une "chasse aux sorcières".

Côté démocrate, Joe Biden, 81 ans, est candidat à sa réélection et ne fait face à aucune opposition sérieuse. Les deux démocrates lancés à sa poursuite, l'élu du Minnesota Dean Phillips et l'autrice à succès Marianne Williamson, n'ont jamais vraiment suscité d'enthousiasme, malgré les critiques récurrentes exprimées par les électeurs sur l'âge du président, ou son soutien à Israël.

Les élections de mardi relèvent tout au plus de la formalité pour Joe Biden. A la peine dans les sondages, le président sortant "doit utiliser cette dernière occasion de s'adresser à des millions d'Américains pour présenter le contraste entre sa vision et ce que sera la vie sous Donald Trump", affirme la politologue Wendy Schiller.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Prix Pritzker de l'architecture décerné au Japonais Riken Yamamoto

Publié

le

Riken Yamamoto est réputé pour son travail combinant l'architecture et des préoccupations d'ordre social (Archives). (© KEYSTONE/WALTER BIERI)

Le prix Pritzker, plus haute distinction mondiale de l'architecture, a été décerné mardi au Japonais Riken Yamamoto, selon l'organisation basée à Chicago. Le lauréat est réputé pour son travail combinant l'architecture et des préoccupations d'ordre social.

"Riken Yamamoto, architecte et militant social" oeuvre à "des sociétés harmonieuses en dépit de la diversité des identités, des économies, des politiques, des infrastructures et des logements", ont salué dans un communiqué les organisateurs du prix Pritzker souvent comparé au "prix Nobel" de l'architecture.

"Pour moi, reconnaître (l'existence d'un) espace est une reconnaissance de toute une communauté", a déclaré dans le communiqué le lauréat né en 1945 à Pékin mais qui a émigré à Yokohama au Japon après la Seconde guerre mondiale.

"L'approche actuelle de l'architecture met l'accent sur la vie privée en niant la nécessité des relations sociales. Nous pouvons pourtant continuer de respecter la liberté de chaque individu tout en vivant ensemble dans un espace architectural, comme une République qui forge de l'harmonie entre les cultures et les étapes de la vie", a plaidé M. Yamamoto cité par les organisateurs du prix Pritzker.

"Elégance, normalité, poésie et joie"

Riken Yamamoto a été choisi "d'abord parce qu'il nous rappelle qu'en matière d'architecture, comme en démocratie, les espaces doivent être créés par la détermination des populations", a jugé le jury de la prestigieuse récompense cité dans un communiqué.

"Son architecture exprime clairement sa foi dans les structures modulaires et la simplicité de ses formes. Elle ne dicte rien mais permet aux gens de façonner leur vie dans des ensembles immobiliers avec élégance, normalité, poésie et joie", ont encore fait valoir les jurés.

La majorité des travaux et ensembles architecturaux de Yamamoto se trouvent au Japon mais aussi à Zurich et en Chine. Riken Yamamoto succède au Britannique David Chipperfield en 2023 qui avait été couronné après l'architecte burkinabè Diébédo Francis Kéré, premier représentant d'un pays africain à recevoir la prestigieuse récompense.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Les négociations continuent pour une trêve à Gaza avant le ramadan

Publié

le

Des bombardements israéliens ont de nouveau visé Gaza, notamment les villes de Rafah et Khan Younès dans le sud. (© KEYSTONE/AP/Fatima Shbair)

Les négociations entre le Hamas et les médiateurs internationaux ont continué mardi au Caire. L'espoir est de parvenir, avant le ramadan, à une trêve dans la bande de Gaza après quasiment cinq mois de guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien.

Des bombardements israéliens ont de nouveau visé le territoire palestinien assiégé, notamment les villes de Rafah et Khan Younès dans le sud, faisant au total 97 morts en 24 heures, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Les médiateurs égyptiens, américains et qataris tentent pendant ce temps d'arracher un compromis aux deux camps, afin d'obtenir un accord de trêve avant le début du ramadan, le 10 ou 11 mars.

Un tel accord permettrait une libération d'otages retenus à Gaza en échange de prisonniers palestiniens détenus par Israël, mais aucune avancée n'a été annoncée jusqu'à présent.

Des discussions "difficiles" se sont poursuivies mardi au Caire entre représentants de l'Egypte, des Etats-Unis, du Hamas et du Qatar, mais sans représentant israélien, a annoncé la chaîne AlQahera News, proche des services de renseignement égyptiens, en citant un haut responsable.

Les Etats-Unis haussent le ton

Les Etats-Unis, principal soutien d'Israël, réclament avec de plus en plus d'insistance un cessez-le-feu face à la catastrophe humanitaire que la guerre a causée dans la bande de Gaza.

La vice-présidente américaine, Kamala Harris, a appelé lundi le Hamas "à accepter les conditions qui sont sur la table pour une libération des otages qui se traduirait par un cessez-le-feu immédiat de six semaines et permettrait d'augmenter l'aide humanitaire".

Mais le Hamas exige notamment un cessez-le-feu définitif en préalable à tout accord.

"Il n'y aura pas de discussions avec l'ennemi sur une opération d'échange de prisonniers tant qu'il n'y aura pas un cessez-le-feu, un retrait de l'armée d'occupation (israélienne, ndlr), une reconstruction et un retour des déplacés dans leur foyer", a affirmé mardi à l'AFP un haut responsable du Hamas, Mahmoud Mardawi.

Israël rejette ces conditions, disant vouloir poursuivre son offensive jusqu'à l'élimination du mouvement islamiste, et exige, selon des médias, que le Hamas lui fournisse une liste précise des otages retenus à Gaza.

Un haut responsable du Hamas a déclaré lundi à l'AFP ignorer "qui est vivant ou mort" parmi les otages retenus dans la bande de Gaza.

Drapeaux blancs

Pour parvenir à la "victoire totale", Israël a annoncé préparer une offensive terrestre sur Rafah, une ville située à l'extrême sud de la bande de Gaza, contre la frontière fermée avec l'Egypte, où sont massés, selon l'ONU, près d'un million et demi de Palestiniens.

Rafah a une nouvelle fois été bombardée pendant la nuit et plusieurs frappes ont visé Khan Younès, à quelques kilomètres plus au nord, où les combats au sol se poursuivent, selon un journaliste de l'AFP dans la bande de Gaza.

Ces frappes ont touché les environs de l'Hôpital européen, dans le quartier de Hamad. Mardi matin, des femmes fuyaient Khan Younès, transformée en champ de ruines, portant des drapeaux blancs en passant devant les chars israéliens, selon des images de l'AFP.

"Ils ont détruit la maison sans prévenir. Le quartier s'est transformé en un enfer de feu", a raconté à l'AFP un survivant, Abdullah al-Amour, après une frappe sur une maison qui a fait 16 morts parmi lesquels un nouveau-né, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Tensions sur l'Unrwa

Dans le nord, selon le ministère de la Santé du Hamas et des témoins, des soldats israéliens ont ouvert le feu mardi sur une foule affamée qui attendait une distribution d'aide, faisant des blessés.

Des témoins ont raconté à l'AFP que des centaines de personnes s'étaient précipitées sur un convoi de 17 camions chargés de farine qui arrivaient à un carrefour du sud de la ville de Gaza, et que les soldats avaient tiré. L'armée n'a pas confirmé ces informations.

Le 29 février, une bousculade accompagnée de tirs israéliens lors d'une distribution d'aide avait fait des dizaines de morts dans cette même ville.

Selon l'ONU, la famine est "quasiment inévitable" pour 2,2 millions d'habitants de Gaza, soit l'immense majorité de la population, l'aide humanitaire n'arrivant qu'au compte-gouttes alors que les besoins sont immenses.

L'armée jordanienne a annoncé mardi avoir mené dans le nord de Gaza sa plus importante opération de parachutage d'aide humanitaire depuis le début de la guerre, en coopération avec les Etats-Unis, la France et l'Egypte.

La situation humanitaire catastrophique est aggravée par les tensions entre l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) et Israël, qui réclame son démantèlement. Israël accuse cette agence d'employer "plus de 450 terroristes" du Hamas et d'autres organisations à Gaza.

Démanteler l'Unrwa conduirait au sacrifice d'"une génération entière d'enfants" et à "semer les graines de la haine", a averti lundi le patron de l'agence, Philippe Lazzarini.

L'Unrwa a accusé lundi les autorités israéliennes d'avoir commis des actes de "torture" contre certains de ses employés arrêtés dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre.

Un rapport de l'ONU a par ailleurs conclu lundi qu'il existait de "bonnes raisons de croire" que des victimes du 7 octobre ont été violées, tout comme certains otages. Le Hamas a "rejeté" mardi ce rapport.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Allemagne: une usine Tesla à l'arrêt après un incendie volontaire

Publié

le

Inaugurée en 2022, la seule grande usine européenne de Tesla produit le Model Y (archives). (© KEYSTONE/dpa/Patrick Pleul)

Le fabricant américain de voitures électriques Tesla a dû mettre sa production à l'arrêt mardi dans son usine européenne implantée près de Berlin en raison d'un incendie volontaire, ont indiqué l'entreprise et les autorités locales.

"Aux premières heures de la matinée, il y a eu une panne de courant sur le réseau public, probablement en raison d'un incendie criminel, qui a entraîné l'arrêt de la production", a indiqué une porte-parole de Tesla à l'AFP, précisant avoir renvoyé les employés chez eux et ne pas savoir quand la production pourra reprendre.

Inaugurée en 2022, cette "gigafactory", la seule de Tesla en Europe, produit le Model Y, le SUV roi des ventes d'électriques sur le continent et emploie quelque 11?500 salariés.

Le gouvernement régional a parlé d'un "incendie volontaire" visant un pylône électrique à proximité du site.

"Des milliers de personnes ont été coupées de l'approvisionnement de base et mises en danger", a-t-il indiqué dans un communiqué, évoquant un "acte de sabotage".

Une enquête a été ouverte pour "suspicion d'incendie criminel", a indiqué la police locale.

Le site de l'usine située sur la commune de Grünheide, une zone boisée au sud de Berlin, est sous le feu des critiques depuis le dépôt d'une demande de Tesla de l'agrandir de 170 hectares.

Lors d'un vote consultatif organisé par la municipalité fin février, les habitants ont exprimé leur opposition au projet et leurs inquiétudes vis à vis notamment de l'importante consommation en eau de la "gigafactory".

Jeudi dernier, des militants écologistes ont commencé à occuper une forêt près de l'usine pour s'opposer aux projets d'agrandissement.

Ils ont construit des cabanes dans les arbres afin d'empêcher d'éventuels travaux.

La police refuse de "spéculer sur un lien éventuel (de l'incendie, ndlr) avec le camp", a déclaré mardi une porte-parole à l'AFP.

L'extension du site, sur laquelle aucune décision finale n'a été prise, a vocation à doubler la production. Actuellement, l'usine allemande du groupe d'Elon Musk fabrique plus de 250.000 voitures électriques par an pour un objectif de 500.000 unités à terme.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Lion

Votre créativité est amplifiée par des configurations planétaires favorables. Ce que vous ferez, durant la journée, suscitera l’admiration de tous !

Les Sujets à la Une

X