Rejoignez-nous

International

Le parti de Poutine va remporter les législatives

Publié

,

le

Le vote vise à renouveler les 450 mandats de députés de la Douma, la chambre basse du Parlement actuellement dominée par Russie Unie. Des élections locales et régionales ont également lieu (archives). (© KEYSTONE/AP/Mindaugas Kulbis)

Le parti Russie Unie de Vladimir Poutine s'orientait dimanche soir vers une majorité claire au Parlement. Les législatives ont été marquées par la répression et l'exclusion de presque toute opposition anti-Kremlin.

La formation au pouvoir récoltait 46,11% des voix, selon des résultats portant sur la moitié des bureaux de vote.

"Je vous félicite tous pour cette victoire propre et honnête", a lancé face à des partisans l'un des dirigeants du parti, Andreï Tourtchak.

Le parti du Kremlin devance les communistes du KPRF (21,40%) et semble pouvoir conserver sa majorité des deux tiers à la Douma, la chambre basse du Parlement. Ces scores témoignent néanmoins d'une baisse par rapport à 2016, lorsque Russie Unie avait obtenu 54,2% des voix et les communistes 13,3%.

"Vote intelligent"

La moitié des 450 sièges de députés sont attribués à la proportionnelle. Les autres le sont au scrutin majoritaire et Russie Unie était en tête dans 193 de ces circonscriptions, selon la Commission électorale.

Compte-tenu du résultat préliminaire des communistes, les partisans de l'opposant emprisonné Alexeï Navalny, revendiquaient eux le succès de leur stratégie du "vote intelligent", consistant à appeler à voter pour les candidats les mieux placés pour gêner ceux de Russie Unie, faute d'avoir pu participer aux élections. Ils accusaient également les autorités de falsification massives lors du décompte nocturne des voix, dénonçant la "faillite morale" du pouvoir.

La participation était aux alentours de 45% des 108 millions d'électeurs vers 18h00 heure de Moscou, soit trois heures avant la fin de ce vote qui s'est déroulé sur trois jours, de vendredi à dimanche.

Outre Russie Unie et les communistes, trois autres partis sont en position de passer la barre des 5% pour être représentés: les nationalistes de LDPR (8,07%), les centristes de Russie Juste (7,62%), et un nouveau venu, le parti des "Nouvelles personnes" (5,97%). Toutes ces formations sont considérées comme étant largement dans la ligne du Kremli. Tout comme les communistes d'ailleurs.

Falsifications dénoncées

Les partisans de M. Navalny, emprisonné depuis son retour en janvier en Russie après un empoisonnement qu'il attribue au Kremlin, étaient bannis du scrutin après que leur organisation a été classée "extrémiste" par la justice.

Ce mouvement s'est félicité du résultat de son appel au "vote intelligent", au regard des gains communistes, mais que du coup les autorités s'efforçaient de trafiquer, selon les partisans de M. Navalny. "Il est clair que Russie Unie a essuyé une défaite cinglante", a dénoncé sur la chaîne YouTube Navalny-Live, Léonid Volkov, un proche exilé de l'opposant.

Selon lui, les autorités sont en train de "falsifier sans vergogne (le décompte) devant le monde entier", en particulier les résultats du vote en ligne à Moscou, dont la publication a été reportée jusque dans la nuit et qui montre des candidats du pouvoir en tête malgré le fait que la capitale russe est une place forte de l'opposition.

Ces élections avaient été précédées par des mois de répression qui ont conduit à la mise à l'écart de la quasi-totalité des opposants anti-Poutine.

Les autorités ont également mis la pression sur Apple et Google qui ont fini par supprimer vendredi de leurs boutiques l'application du mouvement de M. Navalny donnant des consignes de vote.

"Transparent"

Observateurs indépendants et opposants ont aussi fait état de fraudes importantes lors du scrutin, notamment des bourrages d'urnes. D'après l'ONG spécialisée Golos, qui a relevé plus de 4900 irrégularités potentielles, "la baisse du niveau de transparence, de clarté du système électoral est une évidence".

La présidente de la Commission électorale, Ella Pamfilova a balayé ces affirmations, louant "la transparence" du scrutin.

Russie Unie est néanmoins loin de pouvoir affirmer avoir gagné le coeur des Russes, comme en témoigne sa cote de confiance à moins de 30%, selon le centre de sondage étatique VTsIOM.

Le parti est miné par les affaires de corruption, souvent révélées d'ailleurs par le mouvement de M. Navalny. En outre, les Russes ont vu leur niveau de vie s'effriter ces dernières années, une réalité qui s'est accélérée avec la pandémie de coronavirus.

Cette image très écornée ne menace cependant pas Vladimir Poutine qui reste populaire."Nous croyons tout simplement en lui", résume Anna Kartachova, une moscovite de 50 ans

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Attentats du 13 Novembre: le procès entre dans sa dernière phase

Publié

le

Des dizaines d'avocats ont décidé de coordonner leurs interventions pour éviter un "embouteillage" de plaidoiries (archives). (© KEYSTONE/EPA/IAN LANGSDON)

Le procès des attentats islamistes qui ont fait 130 morts le 13 Novembre 2015 en France entre lundi dans sa dernière phase avec les plaidoiries des parties civiles. Le verdict est attendu le 29 juin.

Plus de 300 avocats représentent plus de 2400 personnes, rescapés ou proches des victimes, portées parties civiles. Pour éviter un "embouteillage" de plaidoiries, plus d'une centaine d'avocats ont choisi de "coordonner" leurs plaidoiries en les organisant par "thème". Plus d'une centaine d'autres ont volontairement renoncé à plaider pour s'en remettre à leurs confrères.

L'avocate Frédérique Giffard doit ouvrir le bal lundi en début d'après-midi en expliquant cette démarche inédite à la cour d'assises spéciale. Il s'agit d'un "travail collectif dans l'intérêt des parties civiles et des victimes", doit-elle dire aux juges professionnels.

Une vingtaine d'avocats ont prévu de s'exprimer lundi. Les premières plaidoiries sont programmées de lundi à mercredi. Il n'y aura pas d'audience jeudi, jour de l'Ascension, ni vendredi.

Hommages aux victimes

Les audiences devraient commencer avec de brefs hommages individuels, prononcés par des avocats, aux victimes des attaques qui ont frappé Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015.

D'autres conseils doivent ensuite traiter de sujets transversaux comme "le détournement de la religion" ou "la musique comme instrument de la terreur" (lundi), "le Bataclan", "le Stade de France" et "les terrasses" (mardi) ou encore "le stress post-traumatique", "les addictions", "la culpabilité du survivant" (mercredi).

Certains avocats ont préféré ne pas s'associer à leurs confrères, ni renoncer à la parole. Ils s'exprimeront à titre individuel à partir du 1er juin. Les plaidoiries des parties civiles devraient durer au moins jusqu'au 7 juin.

Les réquisitions des avocats généraux du Parquet national antiterroriste (Pnat) sont prévues du 8 au 10 juin avant que la parole ne soit laissée à la défense à partir du 13 juin. La cour pourrait commencer son délibéré le 27 juin, après "le dernier mot" des accusés, pour un verdict attendu le 29 juin.

Vingt accusés, dont six jugés par défaut, comparaissent devant la cour d'assises spéciale depuis le 8 septembre pour leur implication dans les attaques ayant fait 130 morts et des centaines de blessés le 13 novembre 2015. Douze encourent la perpétuité, parmi lesquels le seul membre en vie des commandos, Salah Abdeslam.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

500 Miles d'Indianapolis: Dixon en pole à 376,66 km/h de moyenne

Publié

le

Scott Dixon a conquis une nouvelle pole à Indianapolis (© KEYSTONE/AP/Michael Conroy)

Le Néo-Zélandais Scott Dixon (Chip Ganassi) a obtenu la pole position des 500 Miles d'Indianapolis pour la cinquième fois de sa carrière. Il a roulé à l'impressionnante moyenne de 376,66 km/h.

La mythique course aura lieu dimanche 29 mai. Dixon ne s'y est imposé qu'une fois, en 2008. Il partagera la première ligne de départ avec son coéquipier espagnol Alex Palou et le Néerlandais Rinus VeeKay (Ed Carpenter).

Le Français Romain Grosjean (Andretti) s'élancera en troisième ligne après avoir signé le 9e temps des qualifications. Ce sera sa première participation sur l'ovale de 4,023 km.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Les Etats-Unis et le Japon haussent le ton face à Pékin

Publié

le

Joe Biden et le premier ministre japonais Fumio Kishida ont réaffirmé leur "vision commune d'un Indo-Pacifique libre et ouvert". (© KEYSTONE/AP/Evan Vucci)

Le président américain Joe Biden a multiplié lundi à Tokyo les mises en garde à la Chine avec le Premier ministre japonais Fumio Kishida. Il a également dévoilé un partenariat commercial destiné à consolider la présence américaine dans l'Asie-Pacifique.

Après une visite de trois jours en Corée du Sud, M. Biden est arrivé dimanche soir au Japon, les responsables américains considérant ces deux pays comme les chevilles ouvrières du dispositif américain face à la montée en puissance de la Chine dans la région.

Lors d'une conférence de presse commune lundi, MM. Biden et Kishida ont adopté un ton ferme à l'égard de Pékin. Réaffirmant leur "vision commune d'un Indo-Pacifique libre et ouvert", ils ont annoncé s'être mis d'accord pour surveiller l'activité navale chinoise dans la région où la Chine montre des ambitions croissantes.

Défense de Taïwan

"Nous devons appeler la Chine à se plier au droit international", y compris en matière économique, a noté M. Kishida. M. Biden a de son côté prévenu que les Etats-Unis défendraient militairement Taïwan si Pékin envahissait l'île autonome, jugeant que la Chine "flirte avec le danger".

"Nous étions d'accord avec la politique d'une seule Chine, nous l'avons signée (...) mais l'idée que (Taïwan) puisse être prise par la force n'est tout simplement pas appropriée", a-t-il ajouté.

Pékin a répliqué en appelant M. Biden à "ne pas sous-estimer" sa "ferme détermination" à "protéger sa souveraineté". "Nous demandons instamment aux Etats-Unis (...) d'éviter d'envoyer de mauvais signaux aux forces indépendantistes" de Taïwan, île revendiquée par Pékin, a déclaré devant la presse un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Un responsable de la Maison Blanche a souligné que les commentaires de M. Biden étaient conformes à la politique américaine sur Taïwan. "Notre politique n'a pas changé. Il a réitéré notre politique d'une seule Chine et notre engagement en faveur de la paix et de la stabilité de part et d'autre du détroit de Taïwan", a-t-il expliqué.

"Un prix à payer" pour Moscou

Le président américain a également visé la Russie, déclarant que Moscou devait "payer un prix à long terme" pour sa "barbarie en Ukraine" en termes de sanctions imposées par les Etats-Unis et leurs alliés.

"Il ne s'agit pas seulement de l'Ukraine", a dit M. Biden. Car si "les sanctions n'étaient pas maintenues (...) quel signal cela enverrait-il à la Chine sur le coût d'une tentative de prise de Taïwan par la force?", a-t-il demandé.

Leadership américain

Mardi, M. Biden cherchera à renforcer le leadership américain dans la région Asie-Pacifique en se joignant aux dirigeants de l'Australie, de l'Inde et du Japon pour un sommet d'une alliance informelle nommée Quad. Pour la Maison Blanche, il s'agit d'une "occasion essentielle d'échanger des points de vue et de continuer à stimuler la coopération pratique dans la région indo-pacifique".

Toutefois, l'Inde s'est distinguée jusqu'ici par son refus de condamner ouvertement Moscou concernant la guerre en Ukraine ou de réduire ses échanges avec la Russie. M. Biden aura un entretien en tête-à-tête mardi avec le Premier ministre indien Narendra Modi.

Partenariat commercial

Lors de sa conférence de presse avec M. Kishida, M. Biden a également dévoilé un nouveau partenariat économique en Asie-Pacifique regroupant dans un premier temps treize pays, à l'exception notable de la Chine.

Le Cadre économique pour l'Indo-Pacifique (Indo-Pacific Economic Framework, IPEF) n'est pas un accord de libre-échange, mais prévoit davantage d'intégration entre ses pays membres dans quatre domaines clés: l'économie numérique, les chaînes d'approvisionnement, les énergies vertes et la lutte contre la corruption.

Jake Sullivan, le conseiller américain à la sécurité nationale, a assuré qu'il s'agissait d'une "plateforme ouverte" car conçue et définie comme telle, mais Pékin se sent délibérément exclu et l'a déjà vertement fait savoir, fustigeant dès dimanche de "petites cliques" destinées à "contenir la Chine".

Sous Donald Trump, les Etats-Unis s'étaient retirés en 2017 du Partenariat transpacifique (TPP), un vaste accord multilatéral de libre-échange qui a fait l'objet d'un nouveau traité en 2018 sans Washington.

M. Biden a fait comprendre qu'il n'avait aucune intention de relancer de grands accords de libre-échange, mais a annoncé lundi envisager de lever des barrières tarifaires pesant sur la Chine, soulignant qu'elles n'avaient pas été imposées par son administration.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Une nouvelle tempête de poussière paralyse le pays

Publié

le

L'Irak est balayé par une nouvelle tempête de sable. Le pays est présenté comme l'un des cinq Etats au monde les plus vulnérables aux effets du changement climatique et à la désertification. (archives) (© KEYSTONE/EPA/AHMED JALIL)

Des aéroports en Irak et les administrations publiques dans tout le pays ont une nouvelle fois suspendu lundi leurs activités en raison d'une nouvelle tempête de poussière, ont annoncé les autorités.

Depuis la mi-avril, l'Irak a connu en l'espace de quelques semaines pas moins de neuf tempêtes de sable. Les autorités présentent l'Irak comme un des cinq pays au monde les plus vulnérables aux effets du changement climatique et à la désertification.

Lundi, dans la capitale irakienne, un nuage de poussière grisâtre flottait au-dessus des rues quasi-désertes et libérées des habituels embouteillages du matin, a constaté un correspondant de l'AFP.

Le Premier ministre Moustafa al-Kazimi a ordonné la suspension du travail "dans les institutions publiques" à l'exception notamment des départements sanitaires et des agences sécuritaires "en raison des mauvaises conditions climatiques et de l'arrivée de violentes tempêtes de poussière", selon un communiqué de ses services.

En raison d'une visibilité ne dépassant pas les 400 mètres, l'aéroport de Bagdad a suspendu le trafic aérien. Même cas de figure pour l'aéroport international de Najaf, ville sainte chiite du sud, et à Erbil, capitale du Kurdistan irakien autonome, dans le nord.

Troubles respiratoires

Les aéroports ont déjà été contraints de suspendre brièvement leurs vols à plusieurs reprises ces dernières semaines. Tout comme les deux dernières tempêtes de sable ayant frappé l'Irak ont fait un mort et poussé près de 10'000 personnes à se rendre dans des hôpitaux pour soigner les troubles respiratoires dont ils souffraient.

Durant les deux prochaines décennies, l'Irak devrait connaître "272 jours de poussière" par an et en 2050, le seuil des 300 jours sera atteint, selon un responsable du ministère de l'Environnement.

Parmi les mesures préconisées pour lutter contre ce phénomène, les autorités citent "la création de forêts qui font office de brise-vent", alors que "la désertification affecte 39%" de la superficie totale du pays, selon le président Barham Saleh.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Une option décisive pour les Warriors

Publié

le

Mission accomplie pour Andrew Wiggins et Golden State. (© KEYSTONE/AP/Scott Strazzante)

Golden State a fait un pas sans doute décisif vers une nouvelle finale de NBA. Les Warriors se sont imposés 109-100 à Dallas pour mener 3-0 désormais dans cette série.

Porté par le duo formé par Stephe Curry (31 points) et Andrew Wiggins (27 points), Golden State a gagné le match qu'il fallait gagner pour tuer le suspense dans cette finale de la Conférence Est. On rappellera que jamais une équipe dans toute l'histoire de la NBA n'a gagné une série après avoir été menée 3-0.

Les Warriors comptaient un avantage d'un point à la pause (48-47) avant de forcer la décision dans un troisième quarter remporté 30-21. Malgré les 40 points de Luka Doncic, les Mavericks ont été impuissants devant le formidable collectif de Golden State.

L'acte IV se jouera mardi à Dallas.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Vous vous sentez insatisfait au sein de votre emploi ? Et si vous commenciez à modifier ce qui doit l’être ? Relevez vos manches !

Les Sujets à la Une

X