Rejoignez-nous

International

L'Iran frappe ses opposants kurdes: un morts et heut blessés

Publié

,

le

L'Union européenne prononce de nouvelles sanctions contre l'Iran (Photo d'illustration). (© KEYSTONE/EPA/ABEDIN TAHERKENAREH)

L'Iran a lancé une nouvelle série de frappes de missiles et de drones lundi contre des groupes d'opposition kurdes iraniens basés au Kurdistan d'Irak voisin. Au moins une personne a été tuée et huit autres blessées, selon des responsables locaux.

Le pouvoir iranien accuse ces groupes, de longue date dans sa ligne de mire, d'attiser les troubles en Iran, confronté à des manifestations depuis la mort en détention le 16 septembre de la jeune kurde iranienne Mahsa Amini, arrêtée trois jours plus tôt par la police des moeurs à Téhéran.

L'Iran a confirmé des frappes contre des "groupes terroristes" basés dans la région autonome du Kurdistan d'Irak (nord), limitrophe du territoire iranien.

"Cinq missiles iraniens ont visé un bâtiment du Parti démocratique du Kurdistan d'Iran (PDKI)", a indiqué à l'AFP le maire de Koysanjaq, une ville située à l'est d'Erbil, la capitale du Kurdistan irakien.

"Il y a un mort et huit blessés. Il s'agit de Kurdes iraniens", a détaillé le ministère de la Santé de la région autonome.

Des vidéos circulant sur les réseaux sociaux ont montré des panaches de fumée noire s'élever dans le ciel, après les frappes.

Au même moment, "quatre frappes de drones" ont visé des bases du Parti communiste iranien et du groupe nationaliste kurde iranien Komala dans la région de Zrgoiz, a expliqué un chef de Komala, joint par l'AFP.

D'après lui, les militants ont été "prévenus de l'imminence des frappes" et ont évacué les installations. "Il n'y a ni mort, ni blessé".

En fin de journée, le ministère irakien des Affaires étrangères a "condamné avec la plus grande fermeté" ces frappes, qui "empiètent sur la souveraineté irakienne", assurant qu'il prendrait " des mesures diplomatiques de haut niveau", sans toutefois les détailler.

"Pas silencieux"

En Iran, une source militaire iranienne a confirmé des attaques avec "des missiles et des drones" contre "des sièges des partis terroristes" en Irak.

Les personnes visées étaient des "terroristes ayant activement participé aux émeutes des deux derniers mois, notamment en provoquant des incendies contre des banques et des bâtiments administratifs dans plusieurs localités" du Kurdistan iranien, a affirmé le général Mohammad-Taghi Osanlou, commandant d'une base des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de l'Iran, à la télévision publique.

Les autorités iraniennes qualifient d'"émeutes" les manifestations contre la mort de Mahsa Amini.

L'Iran a accentué ses attaques contre ces groupes d'opposition kurdes iraniens depuis le début des protestations.

Fin septembre, au moins 14 personnes ont été tuées et 58 blessées, "en majorité des civils", dans des bombardements iraniens, selon les forces antiterroristes du Kurdistan d'Irak.

L'Iran, a indiqué lundi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Téhéran, ne restera "pas silencieux face aux menaces des groupes terroristes séparatistes" au Kurdistan d'Irak.

"Violation de la souveraineté"

La mission de l'ONU en Irak a, elle, "condamné ces nouvelles attaques de drones et missiles au Kurdistan qui violent la souveraineté de l'Irak".

Le Kurdistan d'Irak, dont les autorités entretiennent des relations très tendues avec le gouvernement central de Bagdad, est aussi régulièrement le théâtre de bombardements turcs.

Dans les zones frontalières de la Turquie, Ankara vise les bases arrière du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe armé kurde turc que la Turquie et ses alliés occidentaux considèrent comme "terroriste".

Les autorités à Bagdad sont vent debout contre ces campagnes menées par les voisins turcs et iraniens sur leur sol. Mais aucune mesure de rétorsion irakienne n'est généralement prise.

Par ailleurs, Téhéran a été visé lundi par de nouvelles sanctions occidentales pour sa répression des manifestations engendrées par la mort de Mahsa Amini.

Le Royaume-Uni a ainsi sanctionné une vingtaine "de dirigeants iraniens responsables de violations odieuses des droits de l'homme".

Ces mesures ont été prises de manière coordonnée avec l'Union européenne, qui a également approuvé un nouveau train de sanctions, visant notamment le ministre de l'Intérieur Ahmad Vahidi et la chaîne publique Press TV, accusée d'avoir diffusé "les aveux forcés" de détenus.

A Genève, une session d'urgence du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU doit se tenir le 24 novembre sur la situation en Iran, lors de laquelle sera proposée l'ouverture d'une enquête internationale sur la répression qui a fait plus de 326 morts, selon l'ONG Iran Human Rights (IHR) basée à Oslo.

Téhéran contre-attaque

De leur côté, les autorités iraniennes ont affirmé lundi avoir fourni des "preuves" aux pays concernés sur les actes commis selon elles par leurs ressortissants lors des manifestations en Iran. Elles dénoncent ces protestations comme des "émeutes" encouragées par des pays occidentaux, principalement les Etats-Unis, ennemi juré de l'Iran.

Les autorités iraniennes ont annoncé l'arrestation de neuf étrangers début octobre, originaires notamment de Pologne, d'Italie et de France, et accusés de lien avec le mouvement de contestation.

Dans certains cas, "nous avons adressé des plaintes aux ambassades ou convoqué les ambassadeurs de ces pays en leur fournissant des preuves et en réclamant une réponse de leur pays", a encore dit M. Kanani.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Présidentielle en Russie: le candidat anti-Poutine annonce le rejet de son recours

Publié

le

"La Cour suprême de la Fédération de Russie a rejeté mon recours contestant le refus d'enregistrement", a écrit M. Nadejdine sur les réseaux sociaux, ajoutant qu'il contesterait cette décision. (© KEYSTONE/AP)

L'opposant russe Boris Nadejdine a annoncé mercredi que la Cour suprême avait rejeté son recours contre le refus d'enregistrement de sa candidature à la présidentielle de mars. ce scrutin devrait voir la reconduction de Vladimir Poutine pour un nouveau mandat.

"La Cour suprême de la Fédération de Russie a rejeté mon recours contestant le refus d'enregistrement", a écrit M. Nadejdine sur les réseaux sociaux, ajoutant qu'il contesterait cette décision.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Aldi annonce plus de 5000 nouveaux postes au Royaume-Uni

Publié

le

Aldi est devenu fin 2022 la quatrième chaîne du pays en parts de marché, selon le cabinet d'études Kantar, doublant Morrisons, mais toujours derrière Tesco, Sainsbury's et Asda. (archives) (© KEYSTONE/DPA/ROLF VENNENBERND)

L'enseigne allemande de maxidiscompte Aldi, dopée par ses prix bas en pleine crise du pouvoir d'achat, a annoncé mercredi qu'elle va créer 5500 nouveaux postes à travers le Royaume-Uni cette année.

"Les postes disponibles compteront des assistants, des gérants et des agents d'entretien dans les nouveaux magasins ouverts cette année", a annoncé dans un communiqué l'entreprise qui emploie déjà plus de 45.000 personnes dans quelque 1000 magasins dans le pays.

Considéré comme le supermarché le moins cher du Royaume-Uni par l'association de consommateurs Which?, Aldi est devenu fin 2022 la quatrième chaîne du pays en parts de marché, selon le cabinet d'études Kantar, doublant Morrisons, mais toujours derrière Tesco, Sainsbury's et Asda.

Aldi avait annoncé en septembre un "nouvel objectif à long terme" d'ouvrir 500 magasins de plus dans le pays.

L'enseigne avait dit en janvier avoir enregistré au Royaume-Uni "le meilleur Noël de son histoire avec des ventes dépassant 1,5 milliard de livres (près d'1,8 milliard d'euros, ndlr) pour la première fois au cours des quatre semaines précédant la veille de Noël", avec des ventes en hausse de 8% sur un an.

Très élevée pendant de longs mois, l'inflation au Royaume-Uni a fortement marqué le pas. Elle se situait à 4% en janvier, comparé à un pic de 11% atteint en octobre 2022.

Les budgets des ménages dans le pays sont aussi sous pression des taux d'intérêts élevés, conséquence des efforts de la Banque d'Angleterre pour freiner l'inflation, qui a notamment renchéri le coût des crédits immobiliers.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Verstappen domine la première journée des essais hivernaux

Publié

le

Max Verstappen est nettement le plus rapide sur sa Red Bull. (© KEYSTONE/EPA/ALI HAIDER)

Le Néerlandais Max Verstappen, triple champion du monde en titre de Formule 1, a pris le meilleur temps de la première journée des tests hivernaux de pré-saison sur le circuit de Sakhir, à Bahreïn.

Le pilote Red Bull a devancé de plus d'une seconde le Britannique Lando Norris (McLaren) et Carlos Sainz, qui entame sa dernière saison dans les rangs de Ferrari.

L'Espagnol sera remplacé l'an prochain par le septuple champion du monde Lewis Hamilton (Mercedes), attendu jeudi sur la tracé bahreïnien. Comme Sergio Pérez avec Verstappen chez Red Bull, le Britannique a cédé sa place à son coéquipier George Russell pour l'ensemble de cette première journée, les équipes ne disposant que d'une seule monoplace pour deux pilotes.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Au moins 2 morts et 2 blessés dans l'effondrement d'un pont en construction

Publié

le

L'effondrement du pont a fait au moins 2 morts. (© KEYSTONE/EPA/PERSBUREAU HEITINK)

Une partie d'un pont en construction s'est effondrée mercredi dans l'est des Pays-Bas, faisant au moins deux morts et deux blessés, ont indiqué les autorités locales.

"Un accident industriel s'est produit lors de la construction d'un pont. Malheureusement, deux personnes sont décédées et deux autres personnes sont blessées", ont déclaré ces sources sur le réseau social X.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l'accident, survenu au-dessus d'un canal à Lochem, selon les autorités.

Une journaliste du journal local De Stentor, présente sur place, a déclaré que des ouvriers étaient en train de lever des arches du pont lorsque l'accident s'est produit.

"Soudain, il y a eu un énorme bruit. L'arche entière a commencé à se balancer. Puis tout est tombé. Nous avons vu deux ouvriers tomber", a-t-elle déclaré.

Selon l'inspection du travail néerlandaise, citée par l'agence de presse ANP, des parties du pont sont tombées sur au moins deux personnes.

Sur des images publiées par les médias néerlandais, des hélicoptères survolaient les lieux du drame, où arrivaient des véhicules des services d'urgence.

Des spectateurs

De nombreux salariés ont été témoins de l'accident et bénéficient d'un soutien psychologique, ont indiqué les autorités.

"Nos premières pensées vont aux proches des victimes", ont-elles ajouté.

De nombreuses personnes curieuses de voir l'avancée des travaux ont également vu l'accident se produire car il avait été annoncé que l'assemblement du pont débuterait mercredi. Certaines personnes étaient venues spécialement pour y assister, selon l'ANP.

Max Schurink, chef de projet de la province de Gueldre où se situe le chantier, a déclaré avoir vu l'accident de ses propres yeux et avoir été "extrêmement choqué".

"Je suis très inquiet pour les collègues qui sont sur place", a déclaré M. Schurink à De Stentor.

Selon lui, les conditions de travail sur le chantier étaient en ordre. Il a appelé à ne pas "spéculer" sur les raisons du drame et à penser d'abord aux victimes et aux salariés touchés par l'accident.

"C'est déjà assez dramatique comme ça", a-t-il déclaré.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X