Rejoignez-nous

Football

Milan-Inter, une fête des voisins sur la piste aux étoiles

Publié

,

le

Lukaku et l'Inter rêvent de faire tombeur leurs voisins milanais (© KEYSTONE/EPA/MATTEO BAZZI)

Milan va redevenir mercredi une place forte du football européen, comme cela ne lui est plus arrivé depuis deux décennies.

L'"euroderby" s'annonce forcément bouillant entre l'AC Milan et l'Inter Milan pour se disputer une place en finale de Ligue des champions.

La capitale lombarde est déjà assurée d'être en finale, le 10 juin à Istanbul, contre Manchester City ou le Real Madrid. Reste à désigner l'heureux élu, entre le club rossonero déjà vainqueur sept fois de la prestigieuse compétition (dernière en 2007) et son grand rival nerazzurro sacré trois fois (ultime en 2010).

Si l'autre demie entre le City de Pep Guardiola et le Real de Carlo Ancelotti oppose ce qui se fait probablement de mieux en matière de jeu en Europe, le "derbissimo" italien s'annonce comme un sommet de passions et d'histoire entre les deux voisins opposés pour la 236e fois, toutes compétitions confondues, depuis... 1909.

En Ligue des champions, les deux rivaux de la Madonnina, le nom de la vierge surplombant le Duomo milanais, se sont déjà affrontés quatre fois. Mais cela remonte à une vingtaine d'années, à une époque où la Serie A attirait encore les plus grandes stars du ballon rond, dont certaines sont attendues dans les tribunes comme Andrei Shevchenko ou Cafu.

Le poids de l'histoire

En 2003, c'était déjà en demi-finales: Milan s'était qualifié grâce au but marqué à l'"extérieur" (0-0, 1-1), non sans ironie étant donné que les deux clubs partagent le même stade.

Deux ans plus tard, ce fut lors d'un quart de finale plus électrique que jamais. Le match retour n'était pas allé à son terme en raison de jets de fumigènes de la part des tifosi intéristes, dont l'un avait atteint le gardien rossonero Dida. Milan, déjà vainqueur à l'aller (2-0), avait eu match gagné sur tapis vert au retour (3-0).

Carlo Ancelotti était alors l'entraîneur du Milan AC lors de ces quatre matches et avait ainsi confirmé la suprématie en coupe d'Europe des Rossoneri, les plus titrés en C1 derrière l'inaccessible Real Madrid (14 victoires).

Mais le poids de l'histoire suffira-t-il à Olivier Giroud et consorts face à la confiance de l'Inter Milan? L'équipe de Simone Inzaghi a en effet remporté les deux derbys disputés en 2023, en donnant notamment la leçon à Milan en Supercoupe d'Italie (3-0) en janvier avant de s'imposer en championnat (1-0).

L'incertitude Leao

Malgré une saison en dents de scie, les Nerazzurri ont toujours été au rendez-vous en C1, en s'extirpant notamment d'un groupe relevé, avec le Bayern Munich et le FC Barcelone, tous deux désormais hors course en Europe.

Ils arrivent surtout vers la fin de saison en grande forme, avec une série de cinq victoires consécutives, toutes compétitions confondues, en ayant notamment battu la Juventus, la Lazio et la Roma tout en marquant quinze buts. Romelu Lukaku a chassé son spleen avec cinq buts depuis début avril, retrouvant son entente avec l'Argentin Lautaro Martinez.

L'AC Milan, de son côté, pourrait devoir se passer de sa flèche offensive Rafael Leao, rapidement remplacé samedi contre la Lazio (2-0) en raison d'une alerte à l'adducteur de la cuisse droite.

De quoi s'inquiéter Stefano Pioli: les Rossoneri n'ont gagné cette saison qu'un seul des dix matches où le Portugais n'a pas débuté. Leao avait notamment été décisif en quart de finale de C1 contre Naples, passeur décisif à l'aller (1-0) comme au retour grâce à une chevauchée fantastique depuis son camp (1-1).

"On peut aussi faire un grand match sans un joueur déterminant comme lui", a prévenu Stefano Pioli. Même s'il sait à quel point Milan va avoir besoin de lui pour la fin de saison.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Euro 2024: la Belgique se reprend, gros suspense dans le groupe E

Publié

le

Kevin de Bruyne: la Belgique a retrouvé des couleurs (© KEYSTONE/EPA/RONALD WITTEK)

La Belgique a battu la Roumanie 2-0 à Cologne lors de la 2e journée du groupe E de l'Euro. Les quatre équipes de cette poule comptent ainsi trois points. Tout se décidera donc mercredi.

Une réussite de Tielemans inscrite après... 73 secondes a mis les Belges sur orbite. Le milieu d'Aston Villa a frappé sur un bon ballon en retrait donné par Lukaku. Le capitaine De Bruyne a assuré la victoire à la 80e sur un long dégagement de son gardien Casteels!

Méconnaissable lors de son entrée en lice contre la Slovaquie (0-1), la Belgique a donc retrouvé des couleurs, sous l'impulsion notamment de Kevin de Bruyne et de l'insaisissable Jérémy Doku, qui a martyrisé la défense roumaine.

Nombreuses occasions

Les Diables rouges ont livré un match plein, avec beaucoup d'intensité et d'envie. Leur seul tort a été de ne pas concrétiser davantage leurs nombreuses occasions, par maladresse, mauvais choix ou en raison des prouesses du gardien Nita.

Lors de l'ultime journée, la Belgique affrontera l'Ukraine tandis que la Roumanie sera aux prises avec la Slovaquie. Les quatre pays peuvent encore se qualifier pour les 8es de finale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Euro 2024: large victoire du Portugal contre la Turquie

Publié

le

Bruno Fernandes inscrit le troisième but portugais (© KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHER NEUNDORF)

Le Portugal a déjà assuré son passage en 8es de finale de l'Euro 2024. Mieux encore, la Seleçao est certaine de finir en tête du groupe F après sa victoire 3-0 à Dortmund face à la Turquie.

La sélection dirigée par Roberto Martinez a jeté les bases de son succès en première période. Bernardo Silva a ouvert le score après un bon travail de Nuno Mendes (21e) avant qu'un incroyable autogoal de Samet Akaydin n'assomme encore davantage les Turcs (28e).

Ceux-ci ont évolué de manière bien moins impressionnante que face à la Géorgie, peut-être aussi parce que Vincenzo Montella avait remanié son onze de départ avec quatre changements. L'absence du prodige Arda Güler (entré à la 70e), notamment, a suscité une certaine perplexité.

Grossière erreur

Les Portugais, dont la défense a fait merveille, ont encore enfoncé le clou à la 56e, après une nouvelle grossière erreur de la défense adverse. Cristiano Ronaldo, altruiste, a pu servir Bruno Fernandes pour le 3-0 qui a mis définitivement un terme aux illusions de la Turquie, malgré le bruyant soutien de ses nombreux fans présents dans le stade.

Le Portugal compte six points en deux matches et pourra donc aborder la dernière journée de la phase de groupes, mercredi contre la Géorgie, l'esprit totalement libre. Pour leur part, les Turcs (3 points), affronteront la Tchéquie (1) avec la certitude de se qualifier s'ils évitent la défaite.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Suisse - Allemagne: Murat Yakin cache ses intentions

Publié

le

Murat Yakin cache son jeu avant le match face à l'Allemagne (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Si Julian Nagelsmann reconduira le même onze que lors des deux premiers matches de l'Allemagne à l'Euro, Murat Yakin cache son jeu.

Le Bâlois n'a rien dit sur ses intentions pour le match de dimanche face à la "Mannschaft".

"Tous les joueurs sont à ma disposition. La problématique des cartons jaunes n'entre pas en ligne ce compte, a-t-il souligné samedi en conférence de presse. "Il n'y aura pas d'impasse. Tous les postes sont doublés. Nous pourrons faire face à n'importe quelle situation."

On n'est cependant pas obligé de le croire. Silvan Widmer, Ricardo Rodriguez, Remo Freuler et Vincent Sierro sont sous la menace d'une suspension pour le huitième de finale s'ils écopent d'un avertissement dimanche. Les titulariser dimanche comporte un risque qui semble démesuré.

"Je ne regarde pas au-delà du match contre l'Allemagne", affirme Murat Yakin. "Nous allons vivre un grand match. Nous l'attendons depuis des mois. Nous aimerons apporter de la fierté à nos fans qui seront présents à Francfort pour nous soutenir comme ils l'ont fait merveilleusement lors des deux matches à Cologne. Nous voulons aussi que le pays soit fier de cette équipe de Suisse. Cela sera surtout une question de prestige. Même si notre qualification n'est pas formellement acquise, notre position est enviable. Nous avons pris quatre points. Nous les avons mérités", glisse-t-il.

L'avantage du terrain...

"Nous n'avons pas l'obligation de battre l'Allemagne pour rester dans le tournoi, poursuit-il. Nous pourrons ainsi jouer l'esprit libre. Nous mesurons tous le potentiel des Allemands. Cette équipe s'est développée d'une manière remarquable ces derniers mois. Mais nous n'allons pas nous cacher. Uniquement défendre n'est pas une option. Nous avons les qualités pour perturber leur jeu."

Comme Julian Nagelsmann, Murat Yakin déplore, bien sûr, l'état de la pelouse. "Elle est mauvaise, c'est vrai. Mais comme nous nous sommes entraînés une semaine à Stuttgart sur un terrain qui était déjà loin d'être parfait, je me dis que nous avons peut-être un petit avantage", sourit-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

SUI-GER: Nagelsmann craint plus la pelouse que l'adversaire

Publié

le

Nagelsmann craint plus l'état de la pelouse que l'adversaire de dimanche (© KEYSTONE/EPA/RONALD WITTEK)

L'état de la pelouse du stade de Francfort, davantage que l'adversaire, inquiète Julian Nagelsmann avant Suisse-Allemagne. Le sélectionneur de la "Mannschaft" ne cache pas ses craintes.

"J'espère que la pelouse va tenir. Mais j'ai des doutes, a-t-il expliqué en conférence de presse. Ce stade souffre d'un manque d'ensoleillement. Et jouer des rencontres de football américain avant cet Euro n'était sans doute pas une bonne idée. Je redoute surtout le risque de blessures."

Malgré la qualification déjà acquise pour les huitièmes de finale et le "danger" d'évoluer sur une telle pelouse, Julian Nagelsmann alignera sa meilleure équipe. "L'objectif est de gagner ce troisième match. Je trouve irrespectueux de faire des impasses avant les huitièmes de finale. L'équipe a besoin aussi de travailler ses automatismes", dit-il.

"Si un joueur doit écoper d'un second carton jaune, il sera remplacé en huitième de finale par un homme qui sera à la hauteur de la situation. J'en suis pleinement convaincu", poursuit-il. Quatre de ses joueurs sont sous la menace d'une suspension: Jonathan Tah, Antonio Rüdiger, Robert Andrich et Maximilian Mittelstädt.

"Nous voulons battre la Suisse"

A la question de savoir si terminer cette phase de poules à la deuxième place du groupe pour éviter un choc contre l'Espagne dès les quarts de finale ne serait pas judicieux, Julian Nagelsmann s'est presque levé de sa chaise.

"Je n'entre pas dans ce genre de calculs, lâche-t-il. Il est sûr que l'on connait les diverses possibilités qui vont s'offrir à nous lors des rencontres à élimination directe. Mais je me vois mal aller dire à mes joueurs qu'il faut perdre dimanche. Je le répète une dernière fois: nous voulons impérativement battre la Suisse."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Relations de couple marquées par une pointe d'agressivité… Afin de prévenir toute escalade électrique, il vous est conseillé de renouer le dialogue au plus vite !

Les Sujets à la Une

X