Rejoignez-nous

International

Présidentielle: Raila Odinga rejette les résultats, une "parodie"

Publié

,

le

"Ce à quoi nous avons assisté hier est une parodie et un mépris évident de la Constitution", a affirmé Raila Odinga. (© KEYSTONE/AP/Ben Curtis)

Raila Odinga a rejeté mardi les résultats de l'élection présidentielle du 9 août donnant son rival William Ruto vainqueur. Il les a qualifiés de "parodie" et promis de poursuivre toutes les options légales à sa disposition.

Six jours après l'élection du 9 août, marqués par le calme en dépit d'une impatience grandissante, le vice-président sortant Ruto a été déclaré lundi soir vainqueur avec 50,49% des voix contre 48,85% pour Raila Odinga, par une Commission électorale secouée de divisions internes.

Les yeux du pays étaient désormais tournés vers ce vétéran de l'opposition aujourd'hui soutenu par le régime, qui, à 77 ans, concourait pour la cinquième fois et restait invisible et muet depuis lundi.

"Mépris évident de la Constitution"

Depuis son quartier général, Raila Odinga, coiffé d'un large chapeau bleu - couleur de sa coalition -, a fermement rejeté ces résultats, parmi les plus serrés de l'histoire du pays (quelques 233'000 voix d'écart).

"Ce à quoi nous avons assisté hier est une parodie et un mépris évident de la Constitution", a-t-il déclaré, appelant ses partisans au calme et assurant qu'il poursuivrait "toutes les options légales" disponibles.

"Nous le ferons au regard des nombreuses failles dans les élections", a-t-il ajouté, sans aller jusqu'à promettre un recours devant la Cour suprême.

Familier des recours

M. Odinga est cependant familier de ces recours, qu'il a déposés en 2013 puis 2017. Cette dernière année, la Cour suprême avait invalidé la présidentielle en raison d'"irrégularités", une première en Afrique.

En 2007, une élection elle aussi très serrée, Odinga avait également, sans aller devant la justice, refusé le résultat, ce qui avait déclenché la pire crise post-électorale de l'histoire du pays, avec plus de 1100 morts dans des affrontements interethniques.

Manifestations violentes mais localisées

M. Ruto a lui été déclaré lundi cinquième président du Kenya depuis l'indépendance en 1963. Il est le deuxième président de sa communauté, les Kalenjin, à accéder à ce poste.

Le riche homme d'affaires de 55 ans a immédiatement assuré qu'il travaillerait avec "tous les dirigeants" politiques, promettant un pays "transparent, ouvert et démocratique".

L'annonce des résultats a déclenché lundi soir des manifestations violentes mais localisées dans des bastions de M. Odinga, dont des quartiers populaires de Nairobi et Kisumu (ouest). Le calme y était revenu mardi matin.

Mais de nombreux commerces restent fermés et l'économie tourne au ralenti depuis le vote il y a une semaine, suscitant l'impatience de la population.

Flambée du coût de la vie

La campagne a notamment été dominée par la flambée du coût de la vie, en particulier des produits de base, la locomotive économique d'Afrique de l'Est étant durement touchée par les effets de la pandémie et de la guerre en Ukraine. M. Ruto avait fait de ce thème son cheval de bataille.

De son côté, Raila Odinga, qui s'était notamment engagé à réformer le pays et lutter contre la corruption, avait reçu l'appui précieux du président sortant Uhuru Kenyatta et du parti au pouvoir.

"Il avait globalement tout le soutien dont il avait besoin pour arracher la victoire, excepté la majorité des gens", a décrypté Zaynab Mohamed, une analyste politique pour Oxford Economics.

Intense pression

Le Groupe d'observation des élections (Elog), association qui scrute depuis 2010 le bon déroulement des votes, a déclaré mardi que ses calculs "concordaient" avec les résultats de l'IEBC, avec 50,7% pour Ruto et 48,7% pour Odinga.

La Commission électorale, bien que saluée par les observateurs pour sa gestion le jour du scrutin, est cette année encore soumise à une intense pression.

Quelques minutes avant que son président n'annonce les résultats lundi, quatre de ses sept membres s'en sont désolidarisés, rejetant dans un coup de théâtre un processus au "caractère opaque".

100,01%, "absurdité mathématique"

Mardi, venus détailler devant la presse leurs arguments, ces quatre "rebelles" ont notamment dénoncé un total de pourcentages atteignant 100,01%, un chiffre qualifié par eux d'"absurdité mathématique".

Des analystes, dont Nic Cheeseman, professeur à l'université de Birmingham (Royaume-Uni) et fin connaisseur du Kenya, ont cependant souligné que cet écart pourrait s'expliquer par le fait d'arrondir les pourcentages.

"Attendez-vous à beaucoup de controverses. Attendez-vous à un recours en justice. Attendez-vous à ce que cela dure et dure" encore, a déclaré ce dernier sur Twitter.

Si elle est saisie dans la semaine à venir, la Cour suprême aura 14 jours pour rendre sa décision. Dans le cas contraire, William Ruto prendra ses fonctions dans les deux semaines.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Les Cubains votent sur le mariage pour les homosexuels

Publié

le

8,4 millions de Cubains étaient appelés à répondre par oui ou par non au nouveau code des familles. (© KEYSTONE/EPA/Yander Zamora)

Les Cubains ont voté dimanche par référendum sur un nouveau code de la famille, qui inclut notamment le mariage pour les homosexuels et la gestation pour autrui. Le texte est largement soutenu par le gouvernement.

La plupart des bureaux de vote du pays ont fermé à 18h00 locales (minuit en Suisse). Certains ont fermé une heure plus tard, à La Havane et dans certaines provinces, en raison d'intempéries.

Selon le conseil électoral national (CEN), la participation à 16h00 était de 54,82%. Les résultats devraient être annoncés lundi. Le texte entrera en vigueur immédiatement s'il obtient plus de 50% des voix.

Quelque 8,4 millions de Cubains étaient appelés à répondre par oui ou par non à la question: "Êtes-vous d'accord avec le code des familles?". "C'est un dimanche plutôt tranquille. Si on le compare à d'autres scrutins, c'est différent. On ne voit pas d'enthousiasme", constatait dans l'après-midi Eduardo, un électeur de 57 ans qui n'a pas souhaité donner son nom.

Plusieurs pères et mères

Le nouveau code de la famille définit le mariage comme l'union de "deux personnes", légalisant le mariage homosexuel, et autorise l'adoption homoparentale.

Il renforce les droits des enfants, des personnes âgées et des handicapés et introduit la possibilité de reconnaître légalement plusieurs pères et mères, outre les parents biologiques, ainsi que la gestation pour autrui sans fin lucrative.

Plusieurs de ces sujets restent sensibles à Cuba, dans une société encore empreinte de machisme. Le gouvernement communiste a par ailleurs ostracisé les homosexuels dans les années 1960-1970.

Néanmoins, ces vingt dernières années, l'attitude des autorités envers les homosexuels a nettement évolué. Le "oui" a fait l'objet d'une intense campagne gouvernementale, à la télévision et sur les réseaux sociaux.

Le code de la famille "est une loi juste, nécessaire, actualisée et moderne qui donne des droits et des garanties à tous", a insisté le président Miguel Diaz-Canel après avoir voté dans un quartier de l'ouest de La Havane.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Conséquences "catastrophiques" si Moscou utilise l'arme nucléaire

Publié

le

Jake Sullivan est conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche (archives). (© KEYSTONE/AP/Andrew Harnik)

Les conséquences pour la Russie seraient "catastrophiques" si le président russe Vladimir Poutine mettait à exécution sa menace d'utiliser l'arme nucléaire contre l'Ukraine, a averti un haut conseiller américain. Washington a déjà mis en garde Moscou plusieurs fois.

Les Etats-Unis entendent faire bien comprendre à la Russie "quelles seraient les conséquences si elle prenait le sombre chemin de l'utilisation de l'arme nucléaire et elles seraient catastrophiques", a dit dimanche Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, sur la chaîne NBC.

"Nous avons la capacité de parler directement à haut niveau [aux Russes, ndlr], de leur dire clairement quel est notre message et d'entendre le leur", a-t-il dit.

"Cela s'est produit fréquemment ces derniers mois. Cela s'est même produit ces derniers jours", a indiqué Jake Sullivan. Il n'a pas voulu livrer de détails sur la nature exacte des canaux de communication employés, afin de "les protéger."

"Ne le faites pas"

Washington a déjà émis plusieurs mises en garde, avec un vocabulaire de plus en plus dur, contre un éventuel recours à l'arme nucléaire de Moscou.

Interrogé le 16 septembre, avant que le président russe n'agite implicitement cette menace, le président américain Joe Biden avait lancé ce message: "Ne le faites pas. Ne le faites pas. Ne le faites pas. Vous changeriez la face de la guerre d'une manière jamais vue depuis la seconde guerre mondiale." Il avait averti que la réponse américaine serait "conséquente", mais sans plus de précision.

Après que le président russe a déclaré être prêt à utiliser "tous ses moyens" de défense, Washington avait encore élevé le ton, répétant prendre "au sérieux" cette menace et promettant une réponse "sévère."

Ces mises en garde publiques sont doublées par des avertissements faits "de manière privée", a indiqué un responsable américain récemment.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Arrestations dans un "projet d'enlèvement" d'un ministre belge

Publié

le

Vincent Van Quickenborne a réaffirmé sa détermination à poursuivre la lutte contre "le crime organisé" (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Quatre suspects ont été arrêtés ce week-end aux Pays-Bas dans le cadre d'une enquête sur un "projet d'enlèvement" du ministre belge de la justice, Vincent Van Quickenborne. Ce dernier a mis en cause "la mafia de la drogue".

Le ministre, également bourgmestre (maire) de Courtrai, s'est adressé samedi soir dans un message vidéo aux habitants de cette ville de Flandre-Occidentale, qui participaient à un bal municipal. Il a indiqué avoir reçu un appel téléphonique jeudi d'un procureur fédéral.

"Il m'a averti d'un projet d'enlèvement qui me visait", déclare-t-il dans ce message vidéo, ajoutant n'avoir pas voulu annuler les festivités pour ne pas "donner raison à la mafia de la drogue".

Le parquet fédéral belge a annoncé samedi que le ministre avait été placé sous surveillance policière renforcée et que trois suspects avaient été arrêtés aux Pays-Bas. Selon le parquet néerlandais, il s'agit de trois hommes de 20, 29 et 48 ans, de nationalité néerlandaise. Un quatrième suspect a été interpellé aux Pays-Bas, a-t-on indiqué dimanche de source judiciaire.

Leur extradition vers la Belgique a été demandée. D'après le quotidien flamand Het Laatste Nieuws, des armes à feu dont des Kalachnikov et des bouteilles remplies d'essence ont été retrouvées dans le véhicule suspect, immatriculé aux Pays-Bas.

Une source judiciaire a confirmé à l'AFP qu'une arme automatique avait été découverte dans un véhicule repéré à proximité du domicile du ministre à Courtrai.

Le ministre a réaffirmé sa détermination à poursuivre la lutte contre "le crime organisé". "Nous ne plierons jamais devant la violence", a-t-il assuré.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Le Reste du Monde renverse l'Europe et remporte sa première édition

Publié

le

La joie de Félix Auger-Aliassime, qui a battu Novak Djokovic dimanche dans la Laver Cup (© KEYSTONE/EPA/ANDY RAIN)

Mené 8-4 au début de la 3e et dernière journée, le Reste du Monde, mené par Felix Auger-Aliassime et Frances Tiafoe, a remporté sa première Laver Cup en dominant l'Europe 13-8, dimanche, à Londres.

"Je n'ai pas eu à les remotiver après hier (...) On devait gagner 3 des 4 derniers matches, on savait qu'on pouvait le faire, on avait une grande confiance", a expliqué le capitaine de l'équipe, John McEnroe, après le match, interrogé par l'ancien joueur Jim Courier.

McEnroe, qui avait vécu les 4 défaites précédentes, dont une cruelle en 2019 après avoir été en tête à deux simples de la fin, a même esquissé quelques pas de danse.

"Incroyable serait un euphémisme", a-t-il aussi lâché au micro.

Djokovic battu

Cette 5e édition de la compétition avait été marquée, le premier jour, par le départ à la retraite de Roger Federer, après un dernier double avec son rival et ami Rafael Nadal, perdu de justesse contre Sock et Tiafoe.

L'émotion et les hommages au vainqueur de 20 titres en Grand Chelem et instigateur de ce match, avait totalement éclipsé l'enjeu sportif du vendredi, terminé sur un score de parité 2-2.

La deuxième journée avait semblé confirmer la domination européenne, Matteo Berrettini et Novak Djokovic remportant chacun leur simple, puis le double où ils étaient associés contre Sock et Alex de Minaur.

L'Italien, remplaçant au début du match mais qui avait pris la place de Federer, était encore en lice en ouverture, dimanche, aux côtés d'Andy Murray, pour un double. Mais après un premier set maîtrisé (6-2), ils ont fini par céder devant Sock et Auger-Aliassime (2-6, 6-3, 10-8).

Intouchable samedi, Djokovic et ses 35 ans ont ensuite subi la loi d'Auger-Aliassime, du haut de ses 22 printemps, 6-4, 7-6 (3) pour placer le Reste du Monde en tête (10-8) pour la première fois du match.

Facile vainqueur de Diego Schwartzman (6-2, 6-1) lors de la première journée, le Grec Stefanos Tsitsipas pouvait encore prolonger le suspens et a semblé bien parti pour le faire en remportant le premier set (6-1) avec un niveau de jeu très élevé.

Tiafoe renverse Tsitsipas

Mais Tiafoe, récent demi-finaliste à l'US Open, avec un moins bon taux de premières balles, moins d'aces, moins de points gagnés sur premier et deuxième service, et même sans une seule balle de break du match, a réussi un incroyable retournement de situation.

Sa puissance, sa vitesse de course et son toucher de balle, quand c'était nécessaire, ont littéralement écoeuré Tsitsipas lors d'un tie-break du deuxième set interminable (13-11) et au cours duquel il a laissé filer quatre balles de match.

Peut-être atteint au moral, il a subi le jeu dans le super tie-break du troisième set pour s'incliner sur le fil (10-8).

La 6e édition de la Laver Cup se déroulera à Vancouver.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Eliud Kipchoge porte son record du monde à 2h01'09''

Publié

le

Le champion olympique 2021 Eliud Kipchoge a battu son record du monde du marathon dimanche (© KEYSTONE/AP/EUGENE HOSHIKO)

Eliud Kipchoge l'a fait! Le double champion olympique a amélioré dimanche à Berlin son propre record du monde du marathon pour le porter à 2h01'09''.

Le Kényan de 37 ans avait déjà établi la précédente marque (2h01'39'') sur le parcours plat de la capitaine allemande, en septembre 2018. Il en est désormais à 17 succès sur les 19 marathons qu'il a disputés.

Eliud Kipchoge est parti sur des bases ultra-rapides, passant en 59'51'' à mi-parcours soit bien plus vite que lors de son record de 2018 (1h01'06''). Il n'a pas pu tenir ce rythme, qui lui aurait permis de passer sous les 2h, mais n'a pas manqué l'occasion de frapper un nouveau grand coup.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X