Rejoignez-nous

International

Rémy Daillet, recherché dans l'affaire Mia, arrêté en Malaisie

Publié

,

le

Le squat de Sainte-Croix où la fillette avait été retrouvée avec sa mère. (©KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN)

Rémy Daillet, figure d'un mouvement complotiste, a été interpellé samedi en Malaisie où il réside, a-t-on appris dimanche de sources proches du dossier. Il est soupçonné d'avoir contribué à l'organisation de l'enlèvement de la petite Mia en avril.

Rémy Daillet, qui était sous le coup d'un mandat d'arrêt international, a été interpellé par la police malaisienne, a précisé une des sources proches du dossier.

Cet homme résidait depuis plusieurs années en Malaisie en situation irrégulière. Il a été arrêté par les policiers malaisiens sur cette base de séjour irrégulier, selon une source proche du dossier.

Il peut désormais être soit expulsé vers la France par les autorités malaisiennes pour séjour irrégulier dans leur pays, soit extradé si les autorités retiennent le mandat d'arrêt international, sachant que la procédure d'expulsion est beaucoup plus rapide.

Dans un squat à Sainte-Croix

La petite Mia, 8 ans, avait été enlevée mi-avril à la demande de sa mère par plusieurs hommes alors qu'elle était hébergée chez sa grand-mère maternelle dans un village des Vosges. Sa mère n'en avait plus la garde et n'avait plus le droit de la voir seule ni de lui parler au téléphone.

D'importants moyens policiers ont permis de la retrouver cinq jours plus tard avec sa mère dans un squat de Sainte-Croix (VD).

"Pas d'enlèvement"

Dans une vidéo mise en ligne après l'enlèvement de Mia, Rémy Daillet, 54 ans, avait tenté de se défendre. Sans évoquer nommément Mia, il réfutait le terme d'enlèvement.

"La grosse presse tente de nous discréditer au maximum en m'accusant par exemple de fomenter des enlèvements", affirmait-il dans cette vidéo d'environ 5 minutes assez décousue. "Notre organisation, libre, résistante, rend des enfants kidnappés par l'Etat à des parents, à leur demande. Il n'y a donc absolument pas d'enlèvement".

Dans d'autres vidéos plus anciennes, il défendait l'idée d'un coup d'Etat populaire et se disait opposé aux impôts, aux vaccins, aux masques ou à la 5G.

Dans le cadre de l'affaire Mia, six hommes et la mère de la fillette, proches de la mouvance anti-système et complotistes, ont été mis en examen et placés en détention provisoire.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

L'or pour Lisa Mamié, l'argent pour Djakovic

Publié

le

Le sourire de Lisa Mamié, nouvelle championne d'Europe du 200 m brasse (© KEYSTONE/PATRICK B. KRAEMER)

La natation suisse a vécu une folle journée lundi à Rome. Lisa Mamié est devenue championne d'Europe du 200 m brasse moins de dix minutes après qu'Antonio Djakovic s'est paré d'argent sur 200 m libre.

Médaillée d'argent dans la discipline l'an dernier à Budapest, Lisa Mamié a offert à la Suisse le quatrième titre européen de son histoire en grand bassin. Elle rejoint la Tessinoise Flavia Rigamonti, sacrée sur 800 m en 2000 puis en 2008, et le Genevois Jérémy Desplanches, titré en 2018 sur le 200 m 4 nages.

Troisième après 100 mètres et 2e après 150 mètres, Lisa Mamié a fait le forcing sur la dernière longueur de bassin pour s'imposer en 2'23''27. Elle est ainsi restée à plus d'une seconde de son record de Suisse (2'22''05), mais a pu conserver 0''37 d'avance sur l'Italienne Martina Carraro (2e).

Djakovic derrière l'intouchable Popovici

Antonio Djakovic avait permis à la délégation suisse de cueillir une deuxième médaille dans ces joutes, après celle d'argent conquise par son camarade de chambre Noè Ponti dimanche sur 100 m papillon. Le Thurgovien de 19 ans a seulement été devancé par le prodige roumain David Popovici (1'42''97, record du monde junior).

Auteur d'un nouveau record de Suisse en demi-finales (1'45''32), Antonio Djakovic ne s'est pas montré aussi rapide lundi (1'45''60). Mais ce chrono lui a suffi pour décrocher une deuxième médaille sur la scène internationale après le bronze glané sur 400 m lors des Mondiaux 2021 en petit bassin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Ruto élu sur le fil président du Kenya dans une ambiance chaotique

Publié

le

Selon le président de la Commission électorale, William Ruto a récolté 50,49% des voix (archives). (© KEYSTONE/EPA/Daniel Irungu)

William Ruto a été déclaré lundi vainqueur de l'élection présidentielle du 9 août face à Raila Odinga, selon des résultats annoncés par le président de la Commission électorale (IEBC) mais rejetés par la majorité des membres de cet organe indépendant.

Wafula Chebukati a annoncé que le vice-président sortant Ruto avait cumulé plus de 7,17 millions de votes, soit 50,49% des voix, contre 6,94 millions, soit 48,85% pour M. Odinga, figure historique de l'opposition soutenue cette année par le pouvoir, remportant l'une des élections les plus serrées de l'histoire du pays.

"Conformément à la loi, je (...) déclare par la présente que Ruto William Samoei a été dûment élu président", a déclaré M. Chebukati, ajoutant dans un contexte de pression extrême avoir subi "intimidations et harcèlement".

"Self made man"

A 55 ans, William Ruto devient le cinquième président du Kenya, et le premier membre de l'ethnie kalenjin à être élu chef d'Etat depuis vingt ans, succédant à deux présidents de la communauté kikuyu - dont le sortant Uhuru Kenyatta.

L'ambitieux vice-président avait âprement fait campagne ces dernières années tandis qu'il était mis sur la touche par une alliance inattendue entre Kenyatta et Odinga, travaillant à polir sa réputation sulfureuse.

Cet enfant d'une famille modeste de la vallée du Rift devenu l'une des premières fortunes du pays aime à rappeler son histoire de "self made man" parti de rien et s'est proclamé porte-parole des "débrouillards" du petit peuple face au pouvoir des dynasties politiques incarnées par Kenyatta et Odinga.

Il a devancé de 233'211 voix M. Odinga au terme d'un scrutin globalement paisible mais marqué par une participation en baisse, à environ 65% des 22,1 millions d'électeurs, suivi d'une interminable attente de six jours qui a mis à rude épreuve la patience des Kényans.

Résultats rejetés

A la mi-journée, le centre national de comptage de la Commission électorale, sur lequel les yeux de tout le pays sont rivés, s'était rempli de représentants des partis, observateurs et diplomates, qui ont attendu l'annonce pendant plusieurs heures, divertis par des chorales, sous forte surveillance policière.

Quelques minutes avant cette annonce, quatre des sept commissaires de la Commission électorale (IEBC) ont tenu une conférence de presse dans un hôtel de la capitale pour annoncer qu'ils rejetaient ces résultats.

"A cause du caractère opaque du processus (...) nous ne pouvons pas assumer la responsabilité des résultats qui vont être annoncés", a déclaré la vice-présidente de l'IEBC Juliana Cherera entourée de trois autres commissaires. Elle a appelé les Kényans au "calme".

Violences

Des violences ont éclaté lundi soir dans certains quartiers populaires de Nairobi, dont Mathare et Kibera, deux bastions d'Odinga, dès l'annonce de la victoire de Ruto. A Kisumu, autre bastion d'Odinga, la police a tiré des gaz lacrymogènes face à des manifestants.

Si le Kenya est considéré comme un îlot de stabilité et de croissance dans une région tourmentée, les résultats de toutes les présidentielles depuis 2002 y ont été contestés. Celle de 2017 avait même été annulée par la Cour Suprême - une première en Afrique -, saisie alors par M. Odinga.

Certaines crises post-électorales ont plongé le pays dans la violence, comme en 2007-2008 où la contestation des résultats, déjà par M. Odinga, avait conduit à des affrontements intercommunautaires, faisant plus de 1100 morts et des centaines de milliers de déplacés.

Coût de la vie

Durant la campagne, MM. Odinga et Ruto, qui se connaissent bien pour avoir été alliés par le passé, ont assuré qu'ils respecteraient les résultats d'élections libres et transparentes, s'engageant à porter leurs éventuels griefs en justice et non à les régler par la violence.

Etant donné le faible écart de voix, une contestation des résultats devant la Cour Suprême ne fait guère de doute. Le camp d'Odinga a sept jours pour déposer un recours. Dans le cas contraire, le nouveau président prendra ses fonctions dans les deux semaines.

Une certaine désillusion envers les hommes politiques mais aussi les enjeux économiques, à commencer par la flambée des prix - avec une inflation à 8,3% en juillet -, ont imprégné la campagne électorale, dans ce pays de 50 millions d'habitants où domine historiquement le vote tribal.

La pandémie, puis la guerre en Ukraine ont durement touché cette locomotive économique régionale, qui malgré une croissance dynamique (7,5% en 2021) reste très inégalitaire - trois Kényans sur dix vivent avec moins de 1,90 dollar par jour selon la Banque Mondiale.

Défendant une "économie du bas vers le haut", William Ruto a promis pendant la campagne de "réduire le coût de la vie" et de défendre l'emploi des jeunes, qui représentent environ 40% des électeurs. Le nouveau président devra également faire face à l'envolée de la dette et à la corruption endémique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

USA: l'activité manufacturière de New York baisse en août

Publié

le

Les nuages s'amoncellent en août sur les perspectives industrielles dans la région de la grande pomme. (archive) (© KEYSTONE/AP/SETH WENIG)

L'activité manufacturière de la région de New York est retombée dans le rouge en août, l'indice la mesurant a même enregistré sa plus forte baisse depuis avril 2020, selon l'indice mensuel Empire State publié lundi par la banque centrale américaine (Fed).

L'indice chute de 42 points, et tombe ainsi à -31,3, enregistrant sa deuxième plus forte baisse depuis que cette enquête existe, et tombant à un des niveaux les plus bas de son histoire, selon cette enquête réalisée auprès des industriels de la région, et considérée comme un bon baromètre de l'évolution de l'économie américaine.

L'activité est considérée en contraction lorsque l'indice est inférieur à zéro.

Les entreprises du secteur manufacturier ont, en effet, fait face à un plongeon des nouvelles commandes et expéditions, ainsi qu'à une diminution des carnets de commandes.

Les délais de livraison, cependant, sont restés stables pour la première fois en près de deux ans et les stocks ont légèrement augmenté, précise la Fed.

Les indicateurs du marché du travail ont indiqué une légère augmentation de l'emploi, mais une baisse de la semaine de travail moyenne.

Et, alors que l'inflation aux Etats-Unis a ralenti le mois dernier, pour la première fois depuis un an et demi, l'indice des prix payés par les industriels pour leurs achats a baissé - mais reste élevé -, celui des prix de vente de leurs produits est resté stable.

Les entreprises interrogées "ne s'attendent pas à une grande amélioration de la conjoncture économique au cours des six prochains mois", a souligné la Fed.

L'indice Empire, mesuré dans une région fortement industrialisée, avait rebondi en juillet, après deux mois de contraction.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

L'armée française quitte le Mali après plus de neuf ans

Publié

le

Le Mali accueillait des militaires français de la force anti-djihadiste Barkhane depuis neuf ans (archives). (© KEYSTONE/AP)

Plus de neuf ans après avoir été accueillis au Mali comme des "sauveurs" face aux groupes djihadistes, les militaires français ont achevé lundi leur retrait, dans un climat d'acrimonie avec les colonels au pouvoir et d'hostilité grandissante de la population locale.

"Ce jour, à 13h00, le dernier détachement de la force Barkhane présent sur le sol malien a franchi la frontière entre le Mali et le Niger. Il provenait de la plateforme opérationnelle désert de Gao, transférée aux forces armées maliennes depuis ce matin", a annoncé l'état-major des armées, se félicitant que ce "défi militaire logistique majeur" ait été "relevé en bon ordre et en sécurité".

Ce retrait, ordonné le 17 février par le président Emmanuel Macron, met un terme à près d'une décennie d'intervention militaire française au Mali, probablement le dernier engagement de cette ampleur avant longtemps.

59 soldats tués

Le chef de l'Etat a salué dans un communiqué l'engagement des militaires français "qui, depuis neuf années, ont combattu les groupes armés terroristes" dans le Sahel et dont 59 ont "payé le prix de leur vie".

"Leur sacrifice nous oblige et nous rappelle que nos soldats ont, durant ces années, préservé l'unité du Mali, empêché la constitution d'un califat territorial et lutté contre les groupes terroristes qui frappent les populations locales et menacent l'Europe", souligne M. Macron.

Leur efficacité "durant toutes ces années et jusqu'à ces derniers jours a été démontrée par la neutralisation de la plupart des plus hauts cadres de la hiérarchie des groupes terroristes sahéliens", ajoute-t-il.

Dans une critique implicite des autorités maliennes issues de deux coups d'Etat, il réaffirme sa volonté de "poursuivre cet engagement aux côtés de tous les Etats qui font le choix de la lutte contre le terrorisme et du respect de la stabilité et de la coexistence entre les communautés" en Afrique de l'Ouest.

"Moins exposés"

A l'opération Serval lancée en janvier 2013 contre les groupes djihadistes qui avaient conquis le nord du pays et menaçaient de descendre sur Bamako, la capitale, a succédé en août 2014 Barkhane, visant les djihadistes disséminés dans les pays de la bande sahélo-saharienne, qui a mobilisé jusqu'à 5500 hommes sur le terrain en 2020.

Cette présence militaire au Sahel sera divisée par deux d'ici la fin de l'année, à environ 2500 militaires. Le Niger a accepté le maintien d'une base aérienne à Niamey et l'appui de 250 soldats pour ses opérations militaires à la frontière malienne. Le Tchad continuera à héberger une emprise française à N'Djamena et la France espère conserver un contingent de forces spéciales à Ouagadougou, la capitale burkinabè. Paris discute avec d'autres pays d'Afrique de l'Ouest pour proposer son appui, notamment dans le Golfe de Guinée.

Mais les interventions militaires françaises vont évoluer vers des "dispositifs moins posés et moins exposés", a affirmé Emmanuel Macron le 13 juillet. Il s'agit notamment d'éviter la cristallisation parmi les populations d'une hostilité contre l'ancienne puissance coloniale, alimentée par la persistance de l'insécurité et attisée selon Paris par des campagnes de désinformation délibérées sur les réseaux sociaux.

Ce retrait solde près d'un an de relations de plus en plus acerbes entre Paris et les colonels au pouvoir à Bamako depuis le putsch contre le président Ibrahim Boubacar Keïta en août 2020.

"Posture néo-coloniale"

Les colonels, qui se sont tournés vers la Russie - allant même jusqu'à s'assurer les services du groupe paramilitaire russe Wagner, selon Paris et l'ONU - ont rompu en mai les accords de défense avec Paris et ses partenaires européens, après avoir fait de l'obstruction pendant des mois contre Barkhane.

Bamako, qui réfute avoir fait appel à Wagner, a reproché en juillet au président français une "posture néo-coloniale", selon l'expression du porte-parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye Maïga, l'accusant d'attiser les haines ethniques par ses critiques contre l'armée malienne.

Il réagissait à des propos de M. Macron pour qui "les choix faits par la junte malienne aujourd'hui et sa complicité de fait avec la milice Wagner sont particulièrement inefficaces pour lutter contre le terrorisme, ça n'est d'ailleurs plus leur objectif".

"Limites" des "grosses opérations"

Au Mali, la France s'est trouvée prise, selon les experts, entre une logique politique qui lui dictait de partir le plus rapidement possible, et une logique d'efficacité militaire qui l'incitait au contraire à rester jusqu'à ce que les armées locales puissent prendre la relève.

"On sait maintenant, depuis l'Afghanistan, qu'une opération extérieure avec beaucoup de forces occidentales au sol ne peut pas durer éternellement", expliquait ainsi à l'AFP il y a quelques mois Alain Antil, spécialiste du Sahel à l'Institut français des relations internationales (Ifri), soulignant "les limites" des "grosses opérations, avec beaucoup d'hommes, beaucoup de présence sur le terrain et beaucoup de visibilité politique".

"Si demain on bascule vers des dispositifs (avec) plus de soutien au combat de certains bataillons d'armées nationales, de travail de forces spéciales, d'appui aérien, l'exposition politique de la France sera beaucoup moindre, avec une efficacité qui sera toujours là", selon lui.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Condamnée en Russie, la basketteuse américaine Griner fait appel

Publié

le

Brittney Griner a fait appel de sa condamnation (© KEYSTONE/AP/DMITRY SEREBRYAKOV)

La basketteuse américaine Brittney Griner, condamnée en Russie à neuf ans de prison pour trafic de cannabis, a fait appel de sa condamnation. Ses avocats l'ont indiqué.

"L'équipe de défense de Brittney Griner a fait appel de la décision du tribunal de Khimki", qui a condamné la star du basket mondiale début août, ont indiqué les avocats de la joueuse sur Telegram. La date du procès en appel n'était pas connue dans l'immédiat.

Considérée comme l'une des meilleures joueuses de basket au monde, Brittney Griner, 31 ans, a été arrêtée en février à Moscou en possession d'une vapoteuse contenant du liquide à base de cannabis.

Elle a reconnu avoir été en possession de cette substance, affirmant toutefois l'avoir apportée en Russie par inadvertance et l'utiliser légalement aux Etats-Unis comme anti-douleur.

Elle était venue en Russie pour jouer pendant l'intersaison américaine, une pratique courante pour les basketteuses de WNBA qui gagnent souvent mieux leur vie à l'étranger qu'aux Etats-Unis. Son cas a pris une ampleur géopolitique dans le contexte de la crise entre Moscou et Washington liée à l'offensive russe en Ukraine.

La sportive fait partie de plusieurs citoyens américains actuellement détenus en Russie et dont Washington veut obtenir la libération.

Les Etats-Unis ont plusieurs fois déclaré avoir fait une "offre conséquente" pour obtenir la libération de deux Américains détenus en Russie, Brittney Griner et un ancien soldat américain, Paul Whelan.

Samedi, un diplomate russe haut placé a confirmé que Moscou et Washington discutaient d'un possible échange de prisonniers impliquant notamment Brittney Griner et un trafiquant d'armes russe détenu aux Etats-Unis, Viktor Bout.

M. Bout a été arrêté en Thaïlande en 2008 et purge une peine de 25 ans de prison aux Etats-Unis. Son parcours hors du commun a été l'une des inspirations du film "Lord of War" dans lequel Nicolas Cage interprète un trafiquant d'armes cynique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Votre bien-aimé/e se montre peu disponible à votre écoute... Au lieu de douter de ses sentiments, apprenez à porter vos valises vous-même !

Les Sujets à la Une

X