Rejoignez-nous

Économie

Timide baisse de l'inflation aux Etats-Unis en avril

Publié

,

le

Aux Etats-Unis, les prix à la consommation ont augmenté de 4,9% sur un an en avril (archives). (© KEYSTONE/EPA/JIM LO SCALZO)

Désormais au plus bas depuis deux ans, l'inflation a légèrement ralenti en avril aux Etats-Unis, mais reste très élevée et accélère même par endroits, au moment où la banque centrale américaine réfléchit à cesser de relever ses taux.

Les prix à la consommation ont augmenté de 4,9% sur un an en avril, contre 5,0% en mars, selon l'indice CPI publié mercredi par le département du Travail, et sur lequel sont indexées les retraites.

C'est mieux qu'attendu, puisque les analystes tablaient sur une hausse des prix identique à celle du mois dernier, selon le consensus de MarketWatch.

Mais, sur un mois seulement, l'inflation accélère de nouveau, comme attendu par les analystes, à 0,4% contre 0,1% en mars.

Le logement, les voitures d'occasion et l'essence à la pompe connaissant des hausses toujours fortes, détaille le département du Travail dans son communiqué.

C'est une mauvaise nouvelle pour le président Joe Biden, qui brigue un second mandat en 2024. Il affronte actuellement l'opposition républicaine pour tenter de trouver un accord et relever le plafond de la dette, afin d'éviter un défaut de paiement des Etats-Unis, dont les conséquences pourraient être catastrophiques pour l'économie mondiale.

Ces chiffres pèseront sûrement lourd dans la balance de la banque centrale américaine (Fed), qui envisage de faire une pause dans les hausses de ses taux, lors de sa prochaine réunion dans un mois.

Un nouveau relèvement des taux compliquerait et renchérirait encore l'accès au crédit pour les consommateurs. D'autant plus que la récente crise bancaire a rendu les banques frileuses pour octroyer des prêts aux ménages comme aux entreprises.

Inflation "généralisée"

L'inflation, qui avait pourtant ralenti ces derniers mois aux Etats-Unis, a certes diminué de près de moitié depuis l'été dernier. Mais elle reste bien trop élevée.

Une gouverneure de la Fed, Lisa Cook, avait même alerté, fin avril, sur une inflation "généralisée dans l'économie" aux Etats-Unis.

C'est à la Fed que revient la lourde tâche de ramener l'inflation dans les clous. Et ses responsables n'ont de cesse de rappeler les graves conséquences pour l'économie tout entière d'une hausse des prix forte et persistante.

"Une inflation élevée est plus difficile pour ceux qui peuvent le moins se permettre de payer des prix plus élevés pour la nourriture, le logement et le transport", a ainsi souligné mardi John Williams, président de l'antenne new-yorkaise de la Fed.

Dernière action en date de l'institution: une hausse des taux d'un quart de point le 3 mai, à l'issue de sa dernière réunion, dans l'espoir de freiner un peu la frénésie de consommation des Américains, et ainsi ramener la hausse des prix au niveau visé par la Fed.

La récente crise bancaire est venue donner un appui inattendu à la banque centrale en restreignant l'accès au crédit, ce qui agit comme une hausse de taux.

La Fed veut ramener l'inflation à 2,00% par an, un niveau considéré comme sain pour l'économie. Au lieu de l'indice CPI, elle privilégie une autre mesure de l'inflation, l'indice PCE, dont les données pour avril seront publiées fin mai. Selon celui-ci, l'inflation avait ralenti en mars à 4,2% sur un an, contre 5,1% le mois précédent.

La croissance américaine a fortement ralenti au premier trimestre, avec un produit intérieur brut en progression de 1,1% en rythme annualisé, contre 2,6% au quatrième trimestre 2022.

Et côté emploi, la balle reste dans le camp des travailleurs, bien que les employeurs aient retrouvé une certaine marge de manoeuvre, après plus de deux années de pénurie de main-d'oeuvre.

Alors que le marché du travail devrait marquer le pas, allant de pair avec le ralentissement de l'économie, 235'000 emplois ont encore été créés en avril, bien plus qu'attendu, et le taux de chômage est tombé à 3,4%. Les salaires, eux, ont continué à augmenter, un peu moins vite cependant.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Visana remonte la pente en 2023

Publié

le

L'assureur maladie bernois Visana a renoué avec les bénéfices l'année dernière, profitant notamment du succès de ses opérations de placement. (archives) (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

L'assureur maladie bernois Visana a renoué avec les bénéfices l'année dernière, profitant notamment du succès de ses opérations de placement. La société est également parvenue à étoffer sa clientèle, autant au niveau des assurés privés que des entreprises.

Alors que les primes ont augmenté de 5,6% à 3,88 milliards de francs en 2023, les charges liées à l'activité d'assurance ont parallèlement enflé de 5% à 3,87 milliards, a détaillé Visana mercredi dans son rapport annuel.

Le résultat de l'activité d'assurance est par conséquent ressorti dans le rouge à -51,5 millions, contre -36,7 millions un an plus tôt. L'assureur a cependant inscrit un bénéfice de 59,1 millions grâce aux opérations de placement, après une perte de 23,6 millions un an plus tôt, lui permettant d'enregistrer un bénéfice net de 4,7 millions après une perte nette de 76 millions en 2022.

Visana a étoffé le nombre de clients privés de 1,1% à 856'500, alors que celui des entreprises a crû de 1,5% à 16'750.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Projet pilote: dix semaines de vacances pour les apprentis maçons

Publié

le

L'apprentissage de maçons change de paradigme dans le canton de Vaud avec dix semaines de vacances et le recours à l'intelligence artificielle pour attirer de nouveaux talents (photo prétexte). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Inquiet de l'érosion du nombre d’apprentis maçon depuis dix ans, le Groupe vaudois des entreprises de maçonnerie et de génie civil lance un projet pilote. Pour répondre aux aspirations de la génération Z, il propose dix semaines de vacances et le recours à l'intelligence artificielle dès la rentrée 2024.

Ces dix dernières années, les maçons vaudois ont vu chuter de 40% le nombre de nouveaux contrats d’apprentissage. De plus, près de la moitié des apprentis ne termine pas leur première année de formation. Dans ce contexte, le nombre de CFC délivrés aux nouveaux employés qualifiés est très nettement insuffisant pour assurer la relève professionnelle, souligne mercredi dans un communiqué le groupe vaudois des entreprises de maçonnerie et génie civil.

Favoriser la transition

Pour réduire le saut entre école et monde professionnel et enfin séduire davantage la génération Z", les maçons vaudois proposent une "révolution, un véritable changement de paradigme", selon les termes du président du groupe Jean-Luc Jaquier: offrir dix semaines de vacances en première année de formation".

Il s’agit, sans toucher à l’ordonnance de formation professionnelle, de se rapprocher de modèles scolaires tel que le gymnase, perçus comme très attractifs par les jeunes. Ce temps libre supplémentaire est aussi important pour les apprentis qui effectuent une maturité professionnelle.

Le nombre de semaines de congé devient dégressif au fil de la formation. Il passe à huit en deuxième année et à six en troisième, a précisé à Keystone-ATS Jean-François Savary, directeur de l'Ecole de la construction qui collabore au projet.

Apprentissage ludique

Autre grand changement, la branche propose d'utiliser l'intelligence artificielle (IA) en complément des cours professionnels. Elle permettra aux apprentis de faire de l'autoformation sur leur smartphone et de consolider leurs bases théoriques.

Sous forme de questions ludiques et didactiques, cette acquisition des compétences leur est imposée pendant une partie de ces vacances supplémentaires. Mais les jeunes pourront s’organiser librement.

En fonction des interactions avec l’utilisateur (de 5 à 15 minutes par jour), les réseaux de neurones de l’IA sont capables de construire un modèle de l’esprit de chaque apprenti, notamment ses niveaux de connaissance, ses besoins et ses capacités cognitives. Un suivi individuel agissant en véritable mentorat, souligne le communiqué.

Enfin, un cours de pratique complémentaire qui va au-delà de l’ordonnance fédérale, répond aux attentes des entreprises (travail en hauteur, permis de nacelle, pose de canalisations, etc.).

Accueil positif

Ce printemps, les chefs d’entreprise et artisans de ce projet ont été à la rencontre des entreprises formatrices de tout le canton pour leur présenter ce changement de paradigme. L’accueil a été dans l’ensemble positif.

Le principe de réalité s’est imposé aux entrepreneurs: une nouvelle formule est nécessaire pour assurer la relève, transmettre la passion du métier et être en mesure de relever les défis qui attendent les entrepreneurs (rénovation énergétique des bâtiments et réalisation des 5000 logements par an attendus pour répondre au dynamisme du canton et sa démographie).

Ce programme est destiné à la volée 2024-2027. Actuellement, une centaine d'apprentis maçons sont en cours de formation sur trois ans. Avec ces mesures, la branche espère en attirer au moins le double, a indiqué M.Savary.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Perspectives économiques modérément optimistes en Suisse

Publié

le

Parmi les 33 sondés, plus que la majorité (64%) table sur un maintien de du taux directeur de la BNS en juin à 1,5%. À plus long terme, une baisse des taux reste le scénario privilégié. (KEYSTONE/Michael Buholzer) (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

La croissance économique suisse devrait rester stable au cours des six prochains mois selon les analystes interrogés pour la publication de l'indicateur UBS-CFA. Les experts ne s'attendent pas à ce que la Banque nationale Suisse (BNS) baisse ses taux en juin.

En hausse de 0,6 point, l'indice UBS-CFA a atteint 18,2 points en mai, indique le compte-rendu périodique paru mercredi qui souligne des "perspectives modérément optimistes pour le croissance économique suisse (...) pour la zone euro et la Chine". Seuls les Etats-Unis sont indiqués comme source de pessimisme.

Un tiers des auteurs de l'étude table sur une reprise du franc au cours des six prochains mois, et 62% exprime une fourchette de 0,9 à 1,0 pour la juste valeur de l'euro. Par rapport au dollar, la monnaie helvétique devrait mieux s'apprécier, selon certains d'entre eux.

Un peu moins de la moitié des analystes considère que le taux nominal neutre de la Suisse se situe entre 1,0% et 1,5%.

Parmi les 33 sondés, plus que la majorité (64%) table sur un maintien de du taux directeur de la BNS en juin à 1,5%. À plus long terme, une baisse des taux reste le scénario privilégié.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

La construction en mal de commandes au 1er trimestre

Publié

le

Pour l'ensemble de l'exercice, les projections laissent augurer une contraction des recettes de l'ordre de 1,6% à 23,0 milliards de francs. (KEYSTONE/Gaetan Bally) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le secteur de la construction s'est maintenu sur la voie de la croissance entre janvier et mars, avec des chiffres d'affaires en hausse de 0,7% sur un an à 4,66 milliards de francs. La demande et les réserves de travail ont par contre pris le chemin de la cave.

Les entrées de commandes ont fondu de 2,2%, quand les carnets de commandes ont été émaciés de 2,9%, s'alarme mercredi la Société suisse des entrepreneurs (SSE) dans un rapport périodique. La faîtière anticipe de ce fait une érosion de 2,3% des chiffres d'affaires pour le trimestre en cours.

Pour l'ensemble de l'exercice, les projections laissent augurer une contraction des recettes de l'ordre de 1,6% à 23,0 milliards de francs.

Le second semestre doit en effet coïncider avec une accélération de la demande dans le domaine du génie-civil. La récente augmentation des appels d'offres et adjudications pour travaux publics étant de nature à surcompenser un épuisement de 10% des réserves de travails observé à l'issue du premier trimestre.

La construction de routes et d'infrastructures a généré sur les trois premiers mois de l'année un chiffre d'affaires de 2,1 milliards et les entrées de commandes y ont accéléré de 4,8% à 3,02 milliards.

La reprise s'annonce plus ardue dans le bâtiment commercial, qui a vu s'amenuiser ses recettes trimestrielles de près de 16% à 589 millions et ses entrées de commandes de plus d'un tiers à 607,4 millions. Les revenus de la construction de logements ont progressé de 6,5% à 1,56 milliard, quand les nouvelles commandes ont représenté 1,87 milliard, en hausse de 9,1%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Il est possible qu'un contrat très avantageux pour vos finances, soit signé entre aujourd’hui et la fin de la semaine. N’hésitez pas une seconde !

Les Sujets à la Une

X