Rejoignez-nous

Économie

Un gestionnaire d'actifs endetté visé par les autorités chinoises

Publié

,

le

Zhongzhi gère à lui seul plus de 1000 milliards de yuans (124 milliards de francs) d'actifs, selon des estimations de la banque d'affaires Nomura (archives). (© KEYSTONE/AP/LEE JIN-MAN)

La police chinoise a ouvert une enquête sur le conglomérat privé Zhongzhi, un géant de la finance criblé de dettes et déclaré "insolvable". Les déboires de l'entreprise font planer le risque d'une contagion.

Zhongzhi (ZEG), peu connu du grand public, mais qui dispose d'une galaxie d'entreprises financières, est l'un des acteurs les plus importants du marché chinois. Il gère à lui seul plus de 1000 milliards de yuans (124 milliards de francs) d'actifs, selon des estimations de la banque d'affaires Nomura.

Un grand nombre d'entreprises et de riches particuliers lui ont confié leur épargne. Durant les années fastes, de nombreux promoteurs ont eu recours à des sociétés fiduciaires ou de gestion d'actifs comme Zhongzhi pour financer leurs projets.

Mais le groupe, rattrapé par la crise de l'immobilier en Chine et un ralentissement de l'économie, est désormais incapable de rembourser les bénéficiaires.

"Mesures coercitives"

Zhongzhi, qui s'est dit mercredi "insolvable", a évalué ses arriérés à près de 60 milliards d'euros, selon une lettre aux investisseurs, rapportée par les médias locaux.

La police de Pékin, où le groupe est basé, a indiqué samedi soir avoir ouvert une enquête sur des "infractions présumées" non précisées. Des "mesures coercitives" ont été prises à l'encontre de "plusieurs suspects", ajoute un communiqué qui ne précise ni leur nombre ni en quoi consistent ces mesures.

Zhongzhi possède notamment la filiale Zhongrong International Trust (ZTR), où des épargnants inquiets avaient tenté en vain en août de réclamer des comptes.

Sa faillite fait craindre des conséquences incommensurables pour le système financier en Chine, deux ans après la descente aux enfers d'Evergrande dont les déboires continuent à peser sur le secteur immobilier et l'économie.

Déjà fragilisé par cette crise, Zhongzhi l'est davantage depuis le décès en 2021 de son fondateur Xie Zhikun.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Helsana améliore sa performance en 2023 grâce aux marchés

Publié

le

Helsana a renoué avec les chiffres noirs en 2023 (archives). (© KEYSTONE/ALEXANDRA WEY)

L'assureur maladie zurichois Helsana a renoué avec les chiffres noirs l'an dernier. Le volume des primes encaissées a quelque peu augmenté.

La progression est principalement due à la performance de ses placements sur les marchés. Le groupe a réalisé un bénéfice net de 49,5 millions de francs en 2023, écrit-il mardi dans son rapport annuel. Un an plus tôt, le spécialiste de l'assurance maladie et accident avait inscrit une lourde perte de près d'un demi-milliard de francs.

Helsana a vu le résultat des placements en capitaux revenir en terrain positif à 120,5 millions, alors qu'il avait inscrit un déficit de 450,5 millions l'année précédente, grâce à une évolution meilleure que prévu sur les marchés internationaux.

Sur le plan opérationnel, le volume de primes encaissées a augmenté, passant de 7,59 milliards à 7,81 milliards. Les charges de sinistres et de prestations, comprenant les frais médicaux remboursés aux assurés, se sont alourdies à 7,57 milliards, contre 7,16 milliards douze mois plus tôt.

Des mesures d'économies ont par ailleurs permis de diminuer le taux de charges d'exploitation à 7,7% contre 8,1% en 2022. Il en résulte un ratio combiné de 100,4%. A fin décembre, les fonds propres représentaient 2,7 milliards de francs, un niveau proche des 2,66 milliards affichés en 2022.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

A peine arrivée, la directrice d'Y-Parc s'en va

Publié

le

Y-Parc doit se chercher un ou une nouvelle directrice (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Karen Undritz, la nouvelle directrice d'Y-Parc Swiss Technopole SA, quitte son poste après un mois. Entrée en fonction le 1er février, elle point du doigt des "tensions dans l'équipe" liées à la présence du directeur ad interim.

"La directrice a souhaité partir. On en prend acte", a expliqué mardi à Keystone-ATS Pascal Broulis, président du conseil d'administration, confirmant une information parue sur le site économique en ligne pme.ch, et reprise par 24 Heures.

En substance, Karen Undritz, qui a travaillé dans le privé ainsi qu'à l’École hôtelière et à l’EPFL, regrette que le directeur ad interim souhaite rester en place avec divers projets stratégiques tout en étant à la retraite. "Deux directeurs, deux visions", une situation "malsaine" source de "tension", écrit-elle en ligne.

Assurer la transition

Pour Pascal Broulis, le directeur ad interim est venu "donner un coup de main, pour assurer la transition". Son mandat était terminé, même s'il continuait à suivre un projet stratégique "très technique" dans le domaine de l'énergie, explique-t-il.

La valse des directeurs se poursuit pour Y-Parc qui a connu trois directeurs en trois ans, l'un d'entre eux étant parti pour saisir une opportunité professionnelle, précise Pascal Broulis.

Avant de repourvoir le poste, une réflexion sera lancée. "Nous voulons voir s'il faut répartir différemment la charge de travail sur les postes de l'équipe (direction, finances et relations avec les entreprises, plus un/e secrétaire)", a ajouté le président du conseil d'administration. C'est une "toute petite équipe", rappelle-t-il, alors que le parc compte désormais 2400 collaborateurs actifs dans plus de 220 entreprises.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Service universel de la Poste: ne pas devancer les travaux en cours

Publié

le

Le Conseil des Etats ne veut pas fixer le principe de l'autofinancement de La Poste pour les années à venir (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La Poste doit revoir sa stratégie et sa conception de service universel. Le Parlement s'accorde sur ce point. Mais le Conseil des Etats ne veut pas fixer le principe de l'autofinancement pour les années à venir. Il a rejeté mardi une motion du National.

La motion PLR demandait que la stratégie de la Poste stipule le principe de l'autofinancement pour les années 2025 à 2028. Alors que le volume des lettres et les opérations au guichet s'effondrent et que la Poste n'a pas le monopole sur le marché croissant des colis, le géant jaune doit explorer de nouvelles pistes afin de continuer à financer le service universel par ses propres moyens.

Le National avait adopté le texte sur le fil, par 95 voix contre 94, en mai dernier. Mardi, le Conseil des Etats l'a rejeté par 23 voix contre 17. Le Centre et la gauche ont voté contre.

Le Conseil fédéral et les départements concernés ont déjà lancé des travaux avec au coeur le financement du futur service universel. Il ne faut pas devancer cette réflexion, a soutenu Andrea Gmür-Schönenberger (Centre/LU) pour la commission.

Le principe d'autofinancement est certes important, mais il y a bien d'autres aspects à prendre en considération, tel que la qualité des services postaux, leur accessibilité, la rapidité ou le prix des prestations, a ajouté Baptiste Hurni (PS/NE). Il faut poursuivre une analyse d'ensemble et ne pas prendre de décisions précipitées, a abondé Stefan Engler (Centre/GR).

Le ministre des télécommunications Albert Rösti était aussi opposé. Il est indispensable d'avoir une discussion de fond à ce sujet et d'examiner si le principe de l'autofinancement représente toujours la forme de financement la plus durable pour un service universel.

Au contraire, Hans Wicki (PLR/NW) trouvait qu'il faut poursuivre les étapes de modernisation de ces dernières années et maintenir la stratégie actuelle de la Poste. Celle-ci doit continuer à assurer le service universel tout en couvrant ses coûts. Sans succès.

Droit de regard sur les acquisitions

En revanche, le Conseil des Etats a accepté par 23 voix contre 17 une motion du National sur les acquisitions de La Poste. Le texte, déposé par Thomas Rechsteiner (Centre/AI), demande que le Conseil fédéral donne son approbation pour les acquisitions qui ne relèvent pas du mandat de prestations du géant jaune.

Selon l'auteur de la motion, la Poste veut investir d'ici à 2030 des milliards de francs dans des acquisitions dans le domaine numérique. Le contrôle exercé jusqu'ici par le Conseil fédéral ne suffit plus, a indiqué Hans Wicki (PLR/NW).

Un suivi plus rigoureux de la politique d’acquisition de La Poste est indiqué eu égard aux risques parfois élevés sur les nouveaux marchés. Fabio Regazzi (Centre/TI) estime aussi que La Poste empiète sur des domaines qui font concurrence au secteur privé.

La gauche et certains élus du Centre ne voulaient pas de ce droit de regard du gouvernement. Des travaux sont déjà en cours pour endiguer les distorsions de concurrence provoquées par les entreprises publiques. Le problème des acquisitions risquées de La Poste est pris en compte.

Le Conseil fédéral y était aussi opposé. Il assure le pilotage des entreprises liées à la Confédération en leur assignant des objectifs stratégiques, mais n'exerce en principe pas d'influence sur les affaires opérationnelles, a rappelé le conseiller fédéral Albert Rösti. En vain.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Feu vert du Parlement à plus de flexibilité pour les rénovations

Publié

le

Verbier pourrait largement profiter de l'assouplissement en matière de rénovation des résidences secondaires (archives). (© KEYSTONE/LAURENT DARBELLAY)

Dans les communes avec plus de 20% de résidences secondaires, il sera possible de rénover et agrandir d'anciens bâtiments construits avant 2012 pour créer de nouveaux logements. Après le National, le Conseil des Etats a adopté mardi un assouplissement de la lex Weber.

Le projet, parti d'une initiative parlementaire de Martin Candinas (Centre/GR), a été adopté par 27 voix contre 11. L'UDC, le PLR et le Centre ont fait bloc pour cette révision. La gauche et le PVL, minorisés, ne voulaient pas entrer en matière, arguant qu'il enfreint la Constitution.

Cette modification vise à offrir aux propriétaires dans les communes à fort taux de résidences secondaires des possibilités supplémentaires d'agrandir leurs anciens logements et d'en créer de nouveaux, sans que leur utilisation soit limitée. Les règles actuelles ont pour conséquence de rendre le coeur des villages de montagne peu attractif; il faut corriger cette situation, a déclaré pour la commission Beat Rieder (Centre/VS).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

La monotonie de vos tâches quotidiennes vous lasse... Pourquoi ne pas essayer d'y ajouter une touche personnelle pour les rendre plus plaisantes ?

Les Sujets à la Une

X