Rejoignez-nous

Suisse Romande

Retour à l'école: enseignants romands inquiets

Publié

,

le

Le syndicat des enseignants romands (SER) pose des conditions strictes pour la reprise des cours le 11 mai. (Image d'archives - ©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)
Les enseignants romands sont inquiets d'un retour à l'école. Leur syndicat pose des conditions pour une reprise le 11 mai. Si cantons et communes ne sont pas en mesure de les remplir, le retour sur les bancs d'école doit être repoussé d'une ou deux semaines.

"Beaucoup d'enseignants ont peur de retourner en classe", a indiqué mardi à Keystone-ATS Samuel Rohrbach, président du Syndicat des enseignants romands (SER). Les dernières annonces de la Confédération sur les jeunes et le Covid-19 ne sont pas rassurantes et la reprise pose des questions basiques. "Certaines classes n'ont par exemple pas de lavabos", explique-t-il.

Le SER a énuméré ses conditions. Pour rouvrir leurs portes, toutes les écoles doivent appliquer des mesures strictes en matière sanitaire. Les établissements doivent disposer des ressources nécessaires pour assurer l'hygiène des locaux toute la journée et non plus seulement après la fin des cours.

Les personnes vulnérables et leurs proches, qu'il s'agisse des élèves ou des profs, doivent être autorisées à rester à la maison selon une procédure d'annonce claire. Les effectifs des classes doivent être adaptés afin de respecter les distances de sécurité.

Pour éviter une mise en oeuvre chaotique, la Confédération est enfin priée d'imposer des règles afin d'assurer une coordination entre les cantons. Si les cantons et communes ne peuvent pas remplir ces conditions, le SER demande de repousser le retour dans les classes d'une ou deux semaines.

Pétition

Une pétition, lancée par des parents vaudois, demande de renoncer à la reprise le 11 mai, invoquant l'absence de validations scientifiques sur l'impact du virus. En à peine plus d'une semaine, elle a récolté 18'000 signatures. Elle plaide pour une reprise volontaire début juin et mise sur la préparation de la rentrée en août.

Le SER, qui a relayé le communiqué de la pétition sur son site, préfère la solution d'une reprise généralisée avant les vacances. "Il est important de recréer le lien entre enseignants et élèves", soutient Samuel Rohrbach.

Syndicat alémanique sur la même ligne

De l'autre côté de la Sarine, les profs alémaniques partagent la position romande. "Comme la crise liée au coronavirus est nationale, il importe d'avoir des directives contraignantes à l'échelle suisse", indique Dagmar Rösler, présidente du syndicat LCH.

Il est d'ores et déjà clair que si les écoles rouvrent le 11 mai, l'enseignement ne se déroulera plus comme on en avait l'habitude. Les mesures d'hygiène et de distance auront un gros impact sur les cours et prendront du temps avant, pendant et après.

Voix discordante en Suisse orientale

La Suisse orientale aimerait, elle, disposer d'un peu plus d'autonomie, selon le Tages Anzeiger qui cite le président de la section orientale de la Conférence des directeurs cantonaux de l'instruction (CDIP), Benjamin Mühlemann.

"Une reprise ne pourra bien réussir que si l'on met en oeuvre les recommandations médicales adaptées au lieu et que l'on informe clairement le personnel enseignant et les parents", déclare le conseiller d'Etat glaronais.

Pour lui, il ne serait pas pertinent que le Conseil fédéral durcisse le concept de protection. Si une distance minimale entre les enfants devait être prescrite, il ne sera tout bonnement pas possible d'enseigner dans de nombreux endroits. Et il sera encore moins possible d'enseigner à la fois dans la classe et à distance online.

Le Conseil fédéral devrait préciser mercredi les conditions de la repise de l'école et le concept de protection à respecter. La CDIP prendra position à ce moment-là.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse Romande

Neuchâtel prend aussi de nouvelles mesures

Publié

le

Les rassemblements de plus dix personnes sont interdits dans l'espace public et privé dans le canton de Neuchâtel. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le canton de Neuchâtel a relevé vendredi son niveau d'alerte au rouge, la pandémie devenant exponentielle. Les rassemblements de plus dix personnes sont interdits dans l'espace public et privé, à l'exception des funérailles notamment.

Les établissements publics devront fermer à 23h au plus tard. Le nombre de personnes est limité à quatre maximum, assis à la même table, à l'exception de personnes vivant dans le même ménage. Les fermetures des fitness, centres de bien-être, piscines et bowling seront fermés, a indiqué vendredi le Conseil d'Etat.

Continuer la lecture

Suisse Romande

Fribourg interdit les rassemblements de plus de 10 personnes

Publié

le

Le canton de Fribourg serre à son tour la vis pour faire face à la forte augmentation des cas de coronavirus. (©KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Le canton de Fribourg serre à son tour la vis pour faire face à la forte augmentation des cas de coronavirus. Les domaines des rassemblements et manifestations, des établissements publics et du sport sont notamment concernés.

Les rassemblements de plus de dix personnes dans l'espace public et privé seront interdits, indique vendredi le Conseil d'Etat dans un communiqué. Cette interdiction ne s’applique pas aux événements tels que les manifestations politiques, culturelles et de la société civile.

Les discothèques et cabarets, ainsi que les établissements de loisirs (casino, salles de jeu, billard, bowling, etc..) seront pour leur part fermés. Tous les autres établissements devront fermer à 23h00 et ne pourront accueillir que des groupes de quatre personnes par table, sauf si les clients concernés vivent dans le même ménage.

Les exploitants d'établissements publics et les organisateurs de manifestations publiques devront récolter les coordonnées de la clientèle ou de l’assistance, sous forme électronique.

Sports de contact interdits

La pratique de sports et activités impliquant des contacts physiques sera également interdite, sauf l'entraînement à titre individuel. Les compétitions sportives professionnelles peuvent se dérouler devant un maximum de 1000 spectateurs. Les entraînements des sportifs professionnels doivent se dérouler à huis clos.

Le chant choral ne sera autorisé que moyennant le port généralisé du masque. Porter le masque sera aussi obligatoire lors des marchés et des foires organisées à l'extérieur et à l'intérieur. Les visites seront par ailleurs strictement limitées dans les établissements de soins.

Enfin, les Hautes Ecoles ont mandat d’organiser un enseignement à distance lors des cours magistraux ou séminaires de groupe. Certaines situations particulières peuvent toutefois faire exception.

Les mesures entrent en vigueur ce vendredi à 23h00. Elles sont valables jusqu'au 30 novembre.

La situation épidémiologique est très préoccupante dans le canton de Fribourg, relèvent les autorités. Il compte déjà 1043 nouveaux cas positifs depuis lundi. Jeudi, 60 personnes étaient hospitalisées à l'Hôpital fribourgeois (HFR), dont cinq aux soins intensifs.

Continuer la lecture

Suisse Romande

Nouveau tour de vis souhaité par les ministres latins de la santé

Publié

le

La Conseillère d'Etat vaudoise Rebecca Ruiz et ses collègues ministres de la santé des cantons latins demandent un nouveau tour de vis. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les ministres de la santé des cantons latins souhaitent un nouveau renforcement des mesures de lutte contre le coronavirus. L'évolution récente "menace de voir les capacités des systèmes de santé saturées à brève échéance", estiment-ils.

Les conseillers d'Etat réunis au sein de la Conférence latine des affaires sanitaires et sociales (CLASS) recommandent ainsi aux cantons d'interdire les manifestations privées et les rassemblements dans l'espace public au-delà de dix personnes, indique jeudi la CLASS. Les établissements publics devraient fermer à 23h00.

Les compétitions sportives devraient quant à elles être limitées à 1000 spectateurs avec obligation de consommation aux places assises. A défaut, elles devraient se tenir à huis clos.

Masque pour les chorales

Le communiqué demande également l'interdiction des sports de contact amateurs et des danses de salon, ainsi que l'obligation du port du masque dans les chorales. Obligation aussi du port du masque pour les marchés et les foires, ajoute la CLASS, qui souhaite une consommation assise et le traçage de la clientèle lors de ces manifestations.

Les membres de la CLASS invitent par ailleurs les départements en charge de l’éducation à renforcer les plans de protection dans le domaine de l’enseignement, notamment pour ce qui concerne le port du masque et l’enseignement à distance. Ils appellent en outre de leurs voeux des restrictions des visites dans les hôpitaux, ainsi qu'une limitation et un encadrement strict des visites dans les EMS.

En outre, les ministres latins de la santé attendent des autorités fédérales qu’elles limitent, voire suspendent les opérations électives non urgentes dans les cliniques et hôpitaux publics et privés. Une telle décision doit s’envisager avant tout au plan fédéral, estiment-ils.

L'armée en renfort

Ils souhaitent également que la Confédération réintroduise la levée des délais de préavis et de carence dans le régime de la réduction de l’horaire de travail et qu’elle allonge la durée maximale d’indemnisation pour les entreprises touchées par des décisions de restriction prises par les autorités fédérales et cantonales.

Les cantons demandent par ailleurs la réintroduction du régime d’exception des allocations pour perte de gain (APG) et la mise à disposition des établissements de soins des cantons les ressources de l’armée.

Ces recommandations seront défendues dans le cadre de la concertation intercantonale organisée par la Conférence des directrices et directeurs de la santé (CDS) et le Département fédéral de l’Intérieur (DFI), précise la CLASS. Cette instance réunit les ministres de la santé des cantons de Berne, Fribourg, Vaud, Valais, Neuchâtel, Genève, Jura et Tessin.

Continuer la lecture

Suisse Romande

Les restaurants valaisans devront fermer à 22h00

Publié

le

Le Valais est devenu le canton suisse dénombrant le plus grand nombre de nouveaux cas au prorata de sa population. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

En Valais, les établissements publics comme les restaurants devront fermer à 22h00 à partir de jeudi. Cette mesure, encore inédite en Suisse, fait partie d'une série de décisions prises par le Conseil d'Etat mercredi.

Les rassemblements de plus de dix personnes tant dans l'espace public que privé sont en outre interdits. Le port du masque est obligatoire en permanence sur les lieux de travail clos.

Face à la hausse rapide des cas de coronavirus en Valais, le canton serre la vis. Les nouvelles mesures entrent en vigueur "cette nuit à minuit. Elles sont applicables jusqu'au 30 novembre. On espère que ça suffira pour endiguer la situation avant la saison d'hiver", indique Christophe Darbellay, président du Conseil d’Etat, mercredi lors d'un point presse.

Le Valais est devenu le canton suisse dénombrant le plus grand nombre de nouveaux cas au prorata de sa population. L'Hôpital du Valais a déclaré être en "situation critique". Et mardi, le service de traçage a fait savoir qu'il peinait à mener sa tâche à bien en raison du nombre de cas qui bourgeonnent un peu partout.

Continuer la lecture

Suisse Romande

Une cellule romande de coordination en soins intensifs

Publié

le

Les cantons romands ont mis sur pied une cellule de coordination pour mieux se répartir les malades atteints par le Covid-19. (Image d'archive - ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les cantons romands pourront mieux se répartir les malades atteints par le Covid-19. Selon une information de la RTS, une cellule de coordination a été créée pour permettre des transferts de patients si les soins intensifs d'un hôpital deviennent saturés.

L'objectif des cantons romands consiste à "permettre à tous les patients qui ont besoin de soins intensifs de pouvoir être hospitalisés dans une région qui parle français", explique Stéphanie Monod, directrice générale de la santé dans le canton de Vaud, interrogée jeudi dans la Matinale de la RTS.

Gérée par le CHUV à Lausanne, cette cellule n'est pas encore opérationnelle. Mais elle va "probablement être activée sous peu", vu de l'augmentation actuelle des hospitalisations liées au coronavirus.

Si un service de soins intensifs en Suisse romande venait à être débordé, il pourrait faire appel à cette cellule pour demander que l'on trouve une place pour un patient. Pour Mme Monod, des décisions de transfert seront "certainement" prises, sachant que les hôpitaux ne devraient pas faire face en même temps à des problèmes de saturation.

En évitant que les soins intensifs ne soient saturés, cette cellule doit aussi permettre aux hôpitaux romands de maintenir leurs opérations non urgentes. Celles-ci avaient dû être reportées durant la première vague du printemps, occasionnant d'importantes pertes de revenus pour les hôpitaux.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Taureau

Grande révolution… Normal : le climat est aux nouveautés et vous permet de faire tourner les choses à votre avantage.

Publicité

Les Sujets à la Une

X