Rejoignez-nous

Sport

Lausanne-Sport: Nouveau stade, nouvelle ère

Publié

,

le

Les joueurs du Lausanne-Sport à l'entraînement dans leur nouveau stade (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

C'est à huis-clos que le Lausanne-Sport inaugurera le Stade de la Tuilière contre Young Boys dimanche (16h00) en Super League. Une arène de 12'000 places qui doit concrétiser le passage à l'ère moderne du club détenu par Ineos.

Il n'y a évidemment pas grand-chose d'idéal dans cette transition. Le Lausanne-Sport va entrer à la Tuilière aussi discrètement qu'il a quitté la Pontaise il y a trois semaines contre Lugano. Face à YB, cela sera "un match inaugural plus qu'une inauguration", reformule Patrice Iseli, chef du Service des sports de la Ville de Lausanne. Une "ouverture", choisit Vincent Steinmann, directeur marketing et commercial du LS.

Si l'histoire retiendra la date du 29 novembre, le public patientera pour vivre ses premières émotions dans ce nouvel écrin, un gros kilomètre plus au nord que la vénérable enceinte des Plaines-du-Loup.

La Pontaise avait soixante-six ans, plus de la moitié de l'histoire du LS, fondé en 1896. "Pour le club, ce déménagement change tout, lance Vincent Steinmann. La Pontaise aura vécu vingt ans de trop et était devenue inadaptée." Surtout depuis que le Lausanne-Sport est passé dans l'ère de la modernité, avec sa reprise par Ineos en 2017.

Un chantier de trois ans

A quelques semaines près, le timing du rachat du club lausannois a coïncidé avec le lancement du chantier, sur les hauts de la ville. Le projet était planifié depuis plusieurs années, s'inscrivant dans la politique de développement de la municipalité dite "Métamorphoses".

Le stade, rien que lui, a eu un coût: la Ville a investi 80 millions de francs, auxquels contribuera le Canton à hauteur de cinq millions, sous réserve de l'approbation du Grand Conseil. Ineos a également apporté sa part, sans que le montant ne soit connu.

Un chantier de trois ans donc, dont l'interruption au printemps en raison du coronavirus a reporté l'inauguration prévue en début de saison. Quelques mois de retard qui ne changent pas grand-chose. Le LS l'avait compris suffisamment tôt: la première dans ce nouveau stade n'aura rien de tel.

Avec 5000, 1000, 300 ou 15 spectateurs, la Tuilière était de toute manière lésée. "L'inauguration, ce sera pour quand on pourra remplir le stade en mode festif, en y passant un vrai bon moment", balaye Vincent Steinmann, qui entend bien tirer tout le potentiel de cette nouvelle enceinte.

Car pour le Lausanne-Sport, ce changement de domicile est surtout le signe d'un club qui veut grandir. Depuis l'arrivée d'Ineos, il est descendu en Challenge League et a mis deux ans à remonter dans l'élite, mais il s'imagine bien s'y établir de façon pérenne.

Le stade pensé "à l'anglaise" doit lui donner ce crédit. Avec ses 12'000 places assises, et 12'544 en "configuration championnat" avec le secteur debout, il sera non seulement un outil sportif, mais également un élément de développement du club.

"Dix fois plus de revenus"

Si la Ville de Lausanne en est le propriétaire, c'est bien Ineos qui a la mainmise sur l'enceinte. "Le stade est magnifique et correspond encore plus à que ce que nous en attendions, se félicite Patrice Iseli, chef du Service des sports de la Ville. Les nouveaux propriétaires ont amélioré plein de choses en apportant des modifications au projet de base."

Le groupe pétrochimique établi à Rolle s'est aussi vu confier un mandat d'exploitation de quinze ans, un partenariat qui était toutefois déjà convenu avec l'ancien propriétaire Alain Joseph.

Mais c'est Ineos qui a signé le contrat. Il en a profité pour habiller le stade aux couleurs du Lausanne-Sport: logo géant visible de l'extérieur, sièges aux différents tons de bleu et blanc, par exemple. Cela sera bien le stade du LS plus que celui de Lausanne, même si la Ville dispose de certaines possibilités pour utiliser le stade (par exemple, en cas de besoin lors de la Fête fédérale de gymnastique en 2025).

Et le club compte bien s'appuyer sur cet écrin pour voir plus grand. "Nous imaginons pouvoir générer au moins dix fois plus de revenus qu'à la Pontaise, notamment à travers la billetterie et l'hospitalité, ainsi qu'avec une attractivité complémentaire que ce stade peut engendrer, détaille Vincent Steinmann. Si quelqu'un veut y organiser un concert ou une assemblée, tout passe par le club. Le champ des possibles est important."

Surtout, avec un pub et un restaurant à l'intérieur du stade, l'expérience du public figure parmi les principales préoccupations du directeur marketing. Mais pour la mesurer, il faudra patienter encore quelques mois...

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Nadal en demi-finales

Publié

le

Rafael Nadal est en demi-finale de Wimbledon (© KEYSTONE/EPA/KIERAN GALVIN)

Rafael Nadal (ATP 4) s'est qualifié pour les demi-finales à Wimbledon. L'Espagnol a dominé Taylor Fritz (ATP 14) 3-6 7-5 3-6 7-5 7-6 (10/4).

L'homme aux 22 titres du Grand Chelem n'a pas manqué son huitième quart de finale à Londres. Il rencontrera l'Australien Nick Kyrgios en demi-finale vendredi.

Cette partie ne pouvait que se terminer au super tie-break, mais l'Américain peut s'en vouloir. Il a eu des occasions de prendre le meilleur sur le Majorquin, mais il n'a pas su faire la différence au moment opportun.

En face, Nadal n'a pas semblé au mieux mais il s'est comme toujours battu avec sa volonté de fer en poussant son adversaire à la faute à force de remettre la balle dans le court.

Victorieux de Nadal en mars à Indian Wells et dernièrement du tournoi d'Eastbourne, Fritz pensait pouvoir passer l'écueil, mais cela n'a pas suffi. Dans le super tie-break, Nadal a rapidement mené 5-0 avant de voir son adversaire revenir à 5-3. Mais là encore, l'expérience du numéro 4 mondial a fait la différence et il a pu conclure sur son engagement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Nick Kyrgios bat Cristian Garin et jouera sa première demi-finale

Publié

le

Nick Kyrgios est en demi-finales de Wimbledon (© KEYSTONE/AP/Alastair Grant)

Nick Kyrgios (ATP 40) s'est qualifié pour sa première demi-finale de Grand Chelem à Wimbledon. L'Australien a écarté le Chilien Cristian Garin (ATP 43) 6-4 6-3 7-6 (7/5).

"Je n'aurais jamais imaginé être en demi-finales d'un tournoi du Grand Chelem, je pensais avoir laissé passer le train, que j'avais manqué l'ouverture...", a déclaré l'Australien de 27 ans qui avait jusque-là joué deux quarts de finale de Majeurs dont un à Wimbledon en 2014 pour sa première participation.

"J'ai eu l'impression de jouer sur les talons parce que Garin est un sacrément bon joueur. J'ai eu de la chance sur quelques balles de break, mais je prends et je vais me préparer pour le prochain match", a-t-il ajouté, quelques minutes après être tombé les bras en croix sur le gazon du Court N.1 après la balle de match.

Ce prochain match sera contre le double lauréat Rafael Nadal (4e) ou l'Américain Taylor Fritz (14e).

Pour l'aider à préparer cette demie historique, il n'a comme à son habitude pas d'entraîneur.

"Je n'ai pas de coach parce que je ne voudrais pas mettre ce poids sur les épaules de qui que ce soit. Personne ne connaît aussi bien mon tennis que moi", a-t-il expliqué.

Kyrgios devient ainsi le premier Australien à entrer dans le dernier carré de Wimbledon depuis Lleyton Hewitt en 2005. Il est également le joueur le plus mal classé à jouer les demies depuis l'édition 2008 quand Marat Safin, 75e mondial, et Rainer Schuettler, 94e, y étaient tous les deux parvenus.

Mercredi, Garin a remporté les neuf premiers points du premier set pour mener 2-0 et 15-0 sur le service de Kyrgios.

Mais l'Australien est alors entré dans le match et a repris le service adverse pour revenir à 3-3, avant de réussir un nouveau break dans l'ultime jeu de la manche pour la remporter. Dans la deuxième manche, Kyrgios a fait le break pour mener 3-1 et a ensuite contrôlé son avantage jusqu'au bout.

Le troisième set a été bien plus accroché, chaque joueur tenant sa mise en jeu jusqu'au tie-break remporté par Kyrgios.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Retour des fêtes de Pampelune après deux ans d'arrêt

Publié

le

Une marée humaine rouge et blanche était de retour dans les rues de Pampelune après deux ans de pandémie. (© KEYSTONE/EPA/Jesus Diges / POOL)

Après deux ans d'absence en raison de la pandémie, une marée rouge et blanche de fêtards a envahi mercredi Pampelune. Ils ont trinqué au retour tant attendu de la San Fermin, une des plus célèbres fêtes d'Espagne connue pour ses lâchers de taureaux.

Le traditionnel "chupinazo", fusée tirée depuis le balcon de l'hôtel de ville au-dessus d'une place noire de monde, a marqué à midi pile le début de neuf jours de festivités dans cette ville du nord du pays.

Des milliers de personnes venues du monde entier, et habillées en blanc avec un foulard rouge comme le veut la tradition, ont alors crié "Viva San Fermin!" en s'aspergeant de vin et de sangria, sous une légère bruine. "Peu importe la pluie. Voir la place à nouveau remplie, c'est génial", s'est enthousiasmée Saioa Guembe Pena, une fonctionnaire de 54 ans dont le tee-shirt blanc virait déjà au rose à cause du vin.

La fête, immortalisée en 1926 par Ernest Hemingway dans son roman "Le soleil se lève aussi", ne s'était pas tenue depuis juillet 2019. Elle avait été annulée coup sur coup en 2020 et 2021 à cause de la pandémie de Covid-19, un fait inédit depuis la Guerre civile espagnole (1936-1939).

Tôt mercredi matin, les participants commençaient déjà à boire dans les cours des immeubles ou dans les ruelles de la ville dont les pavés étaient déjà jonchés de bouteilles de sangria.

"Encierros"

La San Fermin, qui se tient chaque année du 6 au 14 juillet, est mondialement connue pour ses lâchers de taureaux ou "encierros". Chaque matin à 08h00, des centaines de personnes tentent de s'approcher le plus près possible de six taureaux de combat lors d'une course de 850 mètres dans les ruelles pavées de la ville qui s'achève dans les arènes, qui fêtent cette année leur centenaire.

Ces taureaux sont ensuite mis à mort l'après-midi par les grands noms de la tauromachie lors de corridas. Le premier lâcher, qui est souvent celui qui rassemble le plus de participants, aura lieu jeudi matin.

Les "encierros" font chaque année des dizaines de blessés et parfois des morts. Le dernier décès remonte à 2009 lorsqu'un taureau avait encorné un jeune Espagnol de 27 ans.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'étape pour Clarke, van Aert reste en jaune

Publié

le

Une étape poussiéreuse sur les pavés du Nord (© KEYSTONE/AP/Thibault Camus)

Simon Clarke (Israel) a remporté la 5e étape du Tour de France entre Lille et Wallers-Arenberg sur 157 km. Une étape et une fin digne de Paris-Roubaix avec des secteurs pavés.

Cette étape avait été entourée par les spécialistes et elle n'a pas déçu. Même si ce n'est pas un pur spécialiste des pavés qui l'a emporté, ces 157 km ont été haletants.

A 35 ans, Simon Clarke a signé la plus belle victoire de sa carrière. L'Australien a su surgir au meilleur moment alors que l'on ne misait pas forcément sur lui dans un sprint à cinq avec notamment Edvald Boasson Hagen.

Outre la victoire du jour, la lutte pour le maillot jaune fut intense. Et la précieuse tunique protège toujours les épaules de Wout van Aert (Jumbo), mais le Belge a eu chaud.

Et c'est enfin la lutte pour le classement général qui a animé la fin de la journée avec un Tadej Pogacar déguisé en attaquant et qui a profité de la chute de son rival et compatriote Primoz Roglic pour lui prendre plus de 2'15.

Jeudi, le peloton ira de Bintche à Longwy sur 220 km. La fin de l'étape s'annonce explosive avec la côte finale de Pulventeux, une rampe de 800 mètres à 10,9% de moyenne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Simona Halep en demi-finales, trois ans après son titre

Publié

le

Simona Halep en demi-finales à Wimbledon (© KEYSTONE/EPA/KIERAN GALVIN)

Simona Halep (WTA 18) s'est qualifiée pour les demi-finales de Wimbledon. La Roumaine a battu l'Américaine Amanda Anisimova (WTA 25) 6-2 6-4, trois ans après son titre sur le gazon londonien.

A 30 ans, l'ex-no 1 mondiale tentera de se qualifier pour sa deuxième finale du Majeur sur gazon, jeudi, en affrontant Elena Rybakina (WTA 23). La Kazakhe a obtenu son billet pour sa première demi-finale de Grand Chelem en battant l'Australienne Ajla Tomljanovic (WTA 44) 4-6 6-2 6-3.

Rybakina, 23 ans, avait déjà atteint les quarts à Roland-Garros en 2021, mais elle n'avait jamais dépassé les 8es de finale à Wimbledon.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

L’entente avec certains collègues n’est pas au beau fixe ! Il serait grand temps de résoudre vraiment cette situation !

Les Sujets à la Une

X