Rejoignez-nous

International

Programme démentiel: Odermatt tacle la FIS

Publié

,

le

Marco Odermatt est en colère contre la FIS (© KEYSTONE/AP/Robert F. Bukaty)

Marco Odermatt sera l'un des favoris du géant de Coupe du monde de Val d'Isère samedi. Cette course arrive avant un programme démentiel en Italie, "idiot de la part de la FIS", a-t-il jugé.

Revenu lundi de la tournée nord-américaine où il s'est montré très solide, Odermatt se pose en favori du géant de Val d'Isère avant de disputer cinq courses en cinq jours à partir de jeudi prochain en Italie. Le Suisse âgé de 25 ans, tenant du titre du gros globe de cristal, doit participer aux entraînements officiels mardi et mercredi puis à une descente jeudi à Val Gardena, reprise après l'annulation d'une course à Beaver Creek (Colorado).

Un super-G et une autre descente suivront dans la même station. Les deux jours suivants, il disputera les deux géants prévus à Alta Badia. "C'est un sacré programme, surtout après trois semaines en Amérique du nord. J'ai eu deux jours d'entraînement et on doit directement enchaîner", a expliqué Odermatt.

Complètement idiot

"J'essaie de garder un maximum d'énergie. Je trouve ça complètement idiot de la part de la FIS (Fédération internationale de ski). Planifier un tel enchaînement, c'est ne pas penser à la sécurité. Il y a pourtant un comité de sécurité! Ce n'est évidemment pas idéal", a-t-il poursuivi.

Le nouveau cador du ski mondial, champion olympique de géant en février à Pékin, a réussi une superbe tournée américaine avec une victoire (super-G) et une 3e place (descente) à Lake Louise (Canada) puis deux deuxièmes places (descente et super-G) à Beaver Creek (Colorado).

Il reste sur dix podiums consécutifs en Coupe du monde et mène au classement général, de 40 points devant le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde, qui a préféré faire l'impasse sur Val D'Isère.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Nissan: objectif en volume encore réduit

Publié

le

Nissan a de nouveau abaissé son objectif annuel de ventes en volume, en raison de problèmes d'approvisionnement affectant toujours sa production. Il a cependant confirmé ses objectifs financiers et affiché des résultats trimestriels en forte croissance. (archives) (© KEYSTONE/EPA/STEPHANIE LECOCQ)

Nissan a de nouveau abaissé jeudi son objectif annuel de ventes en volume, en raison de problèmes d'approvisionnement affectant toujours sa production. Il a cependant confirmé ses objectifs financiers et affiché des résultats trimestriels en forte croissance.

Le constructeur automobile japonais a cité dans un communiqué "les pénuries de semi-conducteurs et l'impact de la propagation des infections au Covid-19 en Chine" comme raisons pour la révision à la baisse de son objectif de ventes en volume, qu'il avait déjà réduit en novembre dernier. Nissan prévoit désormais d'écouler 3,4 millions de véhicules sur l'ensemble de son exercice 2022/23 qui s'achèvera fin mars, soit une baisse de 12,3% sur un an, contre un précédent objectif de 3,7 millions d'unités.

Mais le groupe a maintenu tous ses objectifs annuels sur le plan financier, car il prévoit de "compenser" l'impact négatif de ce recul en volume par une "stricte" gestion de ses coûts, l'amélioration de ses prix de vente et des effets de change positifs liés à la baisse du yen. Nissan vise donc toujours un bénéfice net annuel de 155 milliards de yens (1,1 milliard d'euros au taux de change actuel), ce qui serait un bond de 28,1% par rapport à 2021/22.

Et il prévoit toujours un bénéfice opérationnel annuel de 360 milliards de yens (+45,6%) pour un chiffre d'affaires de 10.900 milliards de yens (+29,4%). Pour son troisième trimestre (octobre-décembre), Nissan a publié des résultats en très forte croissance, avec un bénéfice net de 50,6 milliards de yens (+54,7% sur un an) et un bénéfice opérationnel de 133,1 milliards de yens, soit 2,5 fois plus qu'un an plus tôt à la même période.

Son chiffre d'affaires trimestriel a par ailleurs grimpé de 28,6% à 2.837,4 milliards de yens (20,1 milliards d'euros au cours actuel), bien que ses ventes en volume sur la période aient baissé de 6,9% sur un an, lestées notamment par la Chine, l'Amérique du Nord et l'arrêt de ses activités en Russie. Au bout de près d'un an de négociations complexes, Nissan et Renault ont officiellement annoncé lundi une vaste refonte de leur alliance pour repartir sur des bases "rééquilibrées" et de nouveaux projets industriels dans l'électrique et dans de nouvelles zones géographiques (Inde et Amérique latine).

Chacune des deux entreprises va désormais détenir 15% du capital de l'autre, alors que Renault disposait jusqu'à présent de 43,4% de Nissan, ce qui avait été une source de grandes tensions par le passé. Celles-ci avaient culminé après la chute spectaculaire du grand patron de l'alliance Carlos Ghosn fin 2018. Nissan va de son côté investir dans Ampere, le futur pôle électrique de Renault devant être introduit en Bourse.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Unilever: bénéfice et ventes 2022 tirés par des hausses de prix

Publié

le

Unilever, qui détient notamment les marques Persil et Comfort, a dévoilé un bénéfice en nette hausse pour 2022. La performance a été assortie de ventes en progression, tirées par des augmentations de prix en réaction à l'inflation. (archives) (© KEYSTONE/EPA/NEIL HALL)

Le géant de l'agroalimentaire et des produits d'hygiène Unilever a dévoilé jeudi un bénéfice en nette hausse pour 2022. La performance a été assortie de ventes en progression, tirées par des augmentations de prix en réaction à l'inflation.

Le bénéfice net part du groupe a progressé de 26% sur un an à 7,6 milliards d'euros pour un chiffre d'affaires en progression de 14,5% à 60,1 milliards d'euros (58,73 milliards de francs), d'après un communiqué. Une performance améliorée comparé à un an plus tôt quand le bénéfice et le chiffre d'affaires avaient enregistré des hausses à un chiffre seulement.

"Unilever a généré une année de forte croissance du chiffre d'affaires dans des conditions macroéconomiques difficiles", tirée par des augmentations de prix en réponse aux coûts eux-mêmes attisés par l'inflation, a commenté le directeur général sur le départ Alan Jope. Unilever avait dévoilé fin janvier le nom de son futur directeur général, le néerlandais Hein Schumacher, qui prendra cet été les rênes du groupe.

La stratégie de M. Jope, à la tête d'Unilever depuis 2019 et qui avait annoncé son départ en septembre, était questionnée depuis des mois par des investisseurs influents. M. Jope s'était notamment retrouvé sous le feu des critiques après l'échec de son projet d'acquisition à grands frais de la division de produits de santé de grande consommation du laboratoire GSK, qui avait suscité les protestations d'actionnaires influents.

Le directeur général avait alors fait machine arrière et renoncé à faire des acquisitions majeures à court terme. La groupe avait dévoilé peu après une réorganisation comprenant la suppression d'environ 1.500 postes d'encadrement et l'organisation "autour de cinq types d'activité": beauté et bien-être, hygiène personnelle, entretien de la maison, nutrition et glaces.

Certains investisseurs avaient également critiqué la façon dont Unilever s'efforçait d'améliorer son image en termes d'inclusion et d'écologie, estimant que cela se faisait aux dépens de la gestion financière et stratégique. "Notre nouveau modèle opérationnel génère déjà une culture de prise de décision plus audacieuse et rapide" et tirons "progressivement les bénéfices de notre portefeuille de produits remanié", ajoute M. Jope dans le communiqué jeudi.

Le groupe précise qu'il s'attend à ce que l'inflation des coûts "continue en 2023". Unilever avait annoncé fin mai la nomination du milliardaire américain Nelson Peltz au conseil d'administration et la confirmation de l'entrée au capital de son fonds activiste Trian à hauteur de 1,5%.

Selon le quotidien financier néerlandais Financieel Dagblad (FD), M. Schumacher peut compter sur le soutien de Nelson Peltz.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Volvo Cars progresse en 2022, malgré de "fortes turbulences"

Publié

le

Pour 2023, Volvo prévoit une croissance "à deux chiffres" de ses ventes au détails à condition que la chaînes d'approvisionnement ne souffre plus de perturbations. (archives) (© KEYSTONE/AP TT NEWS AGENCY/JONAS EKSTROMER)

Le constructeur automobile Volvo Cars a annoncé jeudi un bénéfice net en hausse en 2022. Le groupe suédois, en mains du chinois Geely, a notamment été porté par une demande solide, malgré une année "remplie de défis pour l'industrie automobile globale".

"Nous avons fait face à un mélange de difficultés interconnectées, de l'inflation grandissante à des taux d'intérêts plus élevés, en passant par des perturbations sur la chaîne d'approvisionnement et la logistique", a déclaré le directeur général de Volvo Cars Jim Rowan, cité dans le rapport. Sur l'ensemble de l'année 2022, le groupe a vu son bénéfice net progresser de près de 20%, à 17 milliards de couronnes (1,46 milliards de francs).

Le chiffres d'affaires annuel s'établit quant à lui à 330 milliards de couronnes (29,1 milliards d'euros), soit une hausse de 17%. Le groupe dépasse les attentes des analystes qui tablaient sur un bénéfice net annuel de 15,8 milliards de couronnes (1,3 milliards d'euros) et un chiffres d'affaires de 322,13 milliards de couronnes (28,4 milliards d'euros), selon Factset.

Sur le seul quatrième trimestre, le constructeur a enregistré un bénéfice net de 2,8 milliards de couronnes (252 millions d'euros), pour un chiffre d'affaires de 105,2 milliards de couronnes (9 milliards d'euros). Le constructeur note d'ailleurs de bons résultats de vente au détails sur cette période, stimulés par une amélioration des taux de production grâce à la levée des restrictions sanitaires en Chine.

Pour 2023, le groupe prévoit une croissance "à deux chiffres" de ses ventes au détails à condition que la chaînes d'approvisionnement ne souffre plus de perturbations. Volvo Cars, qui ambitionne de sortir du moteur à combustion pour passer au tout-électrique d'ici 2030, a également noté une demande "particulièrement forte" pour les voitures électriques au quatrième trimestre avec un total de plus de 34.000 véhicules entièrement électriques vendus, soit 18% du total de voitures vendues.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Kevin Durant va signer à Phoenix

Publié

le

Kevin Durant: son transfert à Phoenix va redistribuer toutes les cartes. (© KEYSTONE/FR36811 AP/PAUL BEATY)

Kevin Durant repasse à l'Ouest ! Selon ESPN, le joueur de Brooklyn est sur le point d'être transféré à Phoenix.

Champion de NBA avec Golden State avant de rejoindre Brooklyn, l'ancien coéquipier de Thabo Sefolosha à Oklahoma City va rejoindre les Suns qui occupent la cinquième place de la Conférence Ouest. Si ce transfert est officialisé ces prochaines heures, Phoenix deviendra l'équipe à battre.

Quant aux Nets, le départ de Kevin Durant (34 ans) ferme la parenthèse du Big Three qu'il composait avec James Harden et Kyrie Irving. Le trio sera vite parti vers d'autres cieux.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

Ce que vous attendez prend du retard ? Profitez à fond de cette période de préparation, elle sera très instructive finalement !

Les Sujets à la Une

X