Rejoignez-nous

Sport

Stan Wawrinka: "Le tennis ne m'a pas manqué"

Publié

,

le

Stan Wawrinka s'est entraîné ce vendredi 7 août 2020 au Tennis Club Nyon. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
"Je reste un privilégié !" A la question de savoir comment il a vécu le confinement, Stan Wawrinka rappelle une vérité. Il n’a été confronté à aucun moment à des situations précaires rencontrées par bien des gens en ce temps de pandémie.

"J’ai été heureux de passer autant de temps à la maison auprès des mieux, avoue-t-il. Heureux aussi de pouvoir me reposer. Heureux enfin de pouvoir sortir du tennis." Non, le tennis ne lui a pas manqué. "Il était à l’arrêt. Il m’aurait manqué si je n’avais pas pu disputer des tournois, dit-il. Si je joue encore, c’est pour les émotions que l’on ressent sur le court, le stress que les matches peuvent susciter."

Nous voilà donc rassurés: Stan Wawrinka n’est pas prêt, malgré ses 35 ans passés, de ranger ses raquettes. "Je suis plutôt dans l’optique d’adopter une vision à long terme, glisse-t-il. Sur trois ans." Il y a, ainsi, de fortes chances que le Vaudois soit encore d’attaque en 2022. Mais dans l’immédiat, c’est dans le relatif anonymat du Circuit Challenger qu’il s’apprête à renouer avec la compétition. Il sera, en effet, en lice lors des deux tournois de Prague, du 17 au 30 août.

Cette quinzaine dans la capitale tchèque doit lui permettre d’affiner sa préparation avec les grands rendez-vous de Rome et de Roland-Garros. "Pour l’instant, cela revient gentiment. Il convient en premier lieu de se remettre dans le rythme", explique-t-il. Ainsi vendredi matin, il s’est entraîné durant près de trois heures en compagnie de l’Alsacien Pierre-Hughes Herbert au TC Nyon. "C’était l’une des premières fois que je jouais des points", précise-t-il.

"Encore bien des questions et des doutes quant à la tenue de l’US Open"

Les deux hommes ont choisi de faire l’impasse sur le Masters 1000 de Cincinnati et sur l’US Open, qui se dérouleront dans la bulle de Flushing Meadows. Pierre-Hughes Herbert n’a pas voulu prendre le risque de manquer la naissance de son premier enfant. Quant à San Wawinka, il "ne voulait pas se rendre aux Etats-Unis dans ces conditions". "Il y a la situation sanitaire qui est particulière à New York. Et l'enchaînement des tournois qui suit après l’US Open sera rude, explique-t-il. Si le tournoi de Washington avait été maintenu, on aurait eu droit à une véritable tournée. Cela aurait pu jouer sur mon choix. Et enfin, il y a toutes les incertitudes liées à la problématique de la quarantaine. Doit-on la respecter en arrivant, devra-t-on la respecter en rentrant ? Il y a encore bien des questions et des doutes quant à la tenue de l’US Open."

Stan Wawrinka affirme que le "tennis sera le dernier sport à reprendre normalement". Les malheurs de l'Adria Tour de Novak Djokovic ont rappelé toute la fragilité de l’édifice. "Novak n’a fait que suivre les directives sanitaires des pays concernés. Mais en tant que no 1 mondial, il assume davantage de responsabilités qu’un autre joueur, lâche-t-il. Il aurait dû faire attention. Mais ce n’est pas à moi de donner des leçons."

"Un mal pour un bien"

Dans dix jours à Prague même si l’opposition ne sera pas celle qui l’attend à Rome et à Paris, Stan Wawrinka saura. Il saura si l’arrêt du Circuit lui aura été préjudiciable. "Je me sens bien, affirme-t-il. Je me dis que se retrouver plus proche de la fin de ma carrière que du début est peut-être un mal pour un bien. J’ai gagné trois titres du Grand Chelem et je ne suis pas, comme un jeune, dans l’urgence de claquer un résultat. C’est peut-être mieux pour nous..."Et le Vaudois de rappeler que tout le monde, après ces six mois de pause forcée, aborder le restart sur la même ligne. "C’est peut-être bénéfique pour nous les anciens, glisse-t-il. En tout cas, je ne suis pas stressé par l’idée de reprendre la compétition." Pas stressé peut-être, affamé certainement.

Par Laurent Ducret

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

La National League continue jusqu'au 1er décembre

Publié

le

La National League continue jusqu'au 1er décembre. (©KEYSTONE/MARCEL BIERI)

A l'instar du football, le hockey sur glace professionnel suisse garde le cap malgré le huis clos imposé mercredi par le Conseil Fédéral. Les clubs de National League ont décidé de poursuivre le championnat provisoirement jusqu'au 1er décembre. Ceux de Swiss League n'ont pas encore arrêté leur choix.

La Direction et les clubs de l'élite, réunis en téléconférence mercredi, réexamineront la situation le 2 décembre. La NL souligne dans son communiqué qu'elle tiendra compte dans son analyse de la "situation épidémiologique en Suisse" ainsi que du "statut concernant les aides financières promises par la Confédération".

La National League rappelle encore une fois que la tenue de matches à huis clos durant une période prolongée "entraînera inévitablement l'insolvabilité des clubs" si la Confédération ne débloque pas les prêts sans intérêt souhaités. Des prêts que les clubs de hockey sur glace avaient évoqués dans une lettre ouverte lundi.

"Pour nous, c'est comme si c'était un confinement, explique Marc Lüthi, le directeur général du CP Berne, dans une interview avec Keystone-ATS. Nous avons été dépouillés de toute possibilité de gagner de l'argent." C'est comme si un boulanger avait fait son pain mais qu'il ne pouvait pas le vendre.

Jusqu'au 1er décembre, les Bernois disputeront sous le régime actuel cinq matches à domicile, huit jusqu'à la fin de l'année si les prescriptions sont prolongées. Chaque match disputé dans sa patinoire coûte environ 500'000 francs au club. Mais le dirigeant bernois reste lucide. "Je parle d'une optique qui exclut le côté économique, ces mesures sont vraisemblablement légitimes."

3 à 5 millions par club

Directeur de la National League, Denis Vaucher estime ainsi que chaque club aura besoin de 3 à 5 millions de francs pour assurer sa survie jusqu'à la fin de l'année s'il ne peut compter sur aucun revenu lié aux spectateurs. Pour mémoire, les clubs avaient d'ailleurs renoncé à disputer les play-off au printemps après le huis clos imposé en mars.

Reste maintenant à savoir si la NL rattrapera quelque peu le retard pris dans son calendrier entre les 1er et 10 novembre, dates initialement réservées à l'équipe nationale dont le rassemblement a été annulé. Placés successivement en quarantaine, Fribourg-Gottéron, Lugano, Bienne ont ainsi joué six matches de moins que les Zurich Lions. Et Rapperswil-Jona est désormais également au repos forcé.

La Swiss Football League avait quant à elle décidé dès mercredi de maintenir les championnats de Super League et de Challenge League, réagissant à la seconde après les annonces du Conseil Fédéral. La SFL avait elle aussi souligné que les clubs "dépendent maintenant urgemment des prêts sans intérêt du gouvernement fédéral", ajoutant que "si la situation persiste, d'autres mesures de soutien financier devront être envisagées."

Continuer la lecture

Sport

Même à huis clos le football continue, le hockey s'interroge

Publié

le

L'on ne sait pas encore si le championnat de Suisse de hockey sur glace se prolongera au-delà du 2 novembre. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le sport professionnel - le football en tout cas - se jouera toujours en Suisse, mais il se jouera à huis clos jusqu'à une date qui n'est pas encore définie. Les nouvelles mesures prises par le Conseil fédéral pour lutter contre la pandémie du coronavirus affectent de plein fouet les clubs du pays.

La Swiss Football League (SFL) a réagi à la seconde après la communication du Conseil fédéral pour rappeler sa volonté "de mettre tout en oeuvre pour maintenir ses compétitions". La SFL souligne que les clubs "dépendent maintenant urgemment des prêts sans intérêt du gouvernement fédéral". Elle précise aussi que "si la situation persiste, d'autres mesures de soutien financier devront être envisagées."

Président du FC Sion, Christian Constantin tient à rappeler une vérité: les droits de télévision qui est désormais l'unique source de revenus des clubs n'entrent que pour une part mineure dans le budget des clubs. "Sans des aides publiques, les clubs seront en faillite", souligne le dirigeant sédunois qui n'est pas franchement emballé à l'idée de poursuivre le championnat à huis clos.

Les dirigeants des ligues et des clubs de hockey sur glace estiment que la décision du Conseil fédéral d'ordonner le huis clos est un "revers majeur". La National League et la Swiss League soulignent que les mesures de protection adoptées il y a un mois ont porté leurs fruits dans la mesure où "jusqu'ici, aucun cas confirmé d'une contamination d'un spectateur n'a été enregistré." Les clubs soulignent que leur survie dépend désormais "d'aides financières d'urgence et de la possibilité de toucher des indémnités en cas de réduction de l'horaire de travail, même en ce qui concerne les contrats de travail à durée déterminée".

On le sait, les clubs ont décidé poursuivre le championnat jusqu'au lundi 2 novembre. Quant à la suite, ils attendent les prochains jours avant de se prononcer "sur les conséquences des décisions du Conseil fédéral sur le championnat."

Le Conseil fédéral a donc maintenu la possibilité d'organiser des compétitions. Cela signifie que les épreuves Coupe du monde de ski alpin à St. Moritz, Adelboden, Wengen, Crans-Montana et Lenzerheide, de ski nordique à Davos et à Val Müstair et de saut à skis à Engelberg auront bien lieu. Prévu du 10 au 13 décembre prochain, le CHI de Genève est bien sûr concerné par ces nouvelles mesures qui autorisent la présence de seulement 50 spectateurs lors d'une manifestation. Toutes les options demeurent ouvertes précisent les organisateurs. Une décision tombera ces prochains jours.

Enfin, le Conseil fédéral a précisé que le port du masque n'était pas requis lors des entraînements si les distances étaient respectées. Roger Federer et Stan Wawrinka pourront ainsi préparer le prochain Open d'Australie normalement... si cet adverbe a encore un sens en 2020.

Continuer la lecture

Sport

Tennis: Wawrinka battu d'entrée au tournoi de Vienne

Publié

le

Stan Wawrinka sorti d'entrée à Vienne. (©KEYSTONE/EPA/CHRISTIAN BRUNA)

Stan Wawrinka ne tiendra pas les premiers rôles à Vienne où l'attendait Dominic Thiem en huitième de finale. Le Vaudois est tombé d'entrée de jeu pour essuyer une nouvelle désillusion.

Il s'est incliné 6-4 6-7 (9/11) 6-3 devant Cristian Garin (ATP 24). Titré cette année sur terre battue à Cordoba et à Rio de Janeiro et quart de finaliste l'an dernier à Paris-Bercy, le Chilien a signé un succès mérité. Il a gagné les 16 jeux de service qu'il a livrés et il n'a concédé aucune balle de break dans la troisième manche. Il a ravi l'engagement du Vaudois dans le deuxième jeu de cette dernière manche.

Malgré une deuxième manche remportée sur sa... huitième balle de set, Stan Wawrinka n'est jamais parvenu à prendre véritablement la main dans cette rencontre. En mal de confiance depuis le restart, il espérait sans doute davantage pour son grand retour à Vienne ou il n'avait plus joué depuis 2008. Finaliste malheureux de ce tournoi devant Novak Djokovic en 2007, le Vaudois a manqué d'une certaine rigueur à la relance pour espérer un meilleur sort. Il lui reste le Masters 1000 de Paris-Bercy la semaine prochaine pour conclure l'année sur une bonne note.

Ce mercredi, Novak Djokovic livrera, pour sa part, un match qui va compter. Victorieux 7-6 (8/6) 6-3 de son compatriote Filip Krajinovic (ATP 30) pour son entrée en lice après avoir écarté une balle de premier set, le Serbe assurera sa place de no 1 mondial à la fin de l'année s'il s'impose contre le Croate Borna Coric (ATP 24). Il égalerait ainsi le record de Pete Samppras qui a terminé à six reprises une saison dans la peau du no 1 mondial. Novak Djokovic a déjà réussi cette performance en 2011, 2012, 2014, 2015 et 2018.

Continuer la lecture

Sport

Hockey sur glace : au forceps, les Lions s'imposent encore

Publié

le

Le Lausannois Josh Jooris (numéro 19) délivre son équipe après trois minutes de prolongations. Photo : KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Le duel aurait pu basculer d'un côté, comme de l'autre, lors de la venue de Lugano à la Vaudoise aréna. Les prix de meilleurs joueurs décernés aux deux gardiens l'attestent, entre autres. Mais c'est bien Lausanne qui a fait la différence en prolongations.

Le Lausanne Hockey Club toujours invaincu chez lui cette saison. C’est dans la douleur et en prolongations que les joueurs de Craig MacTavish ont cueilli mardi une quatrième victoire sur quatre possibles à Malley en championnat.

Score final : 2 à 1 face à Lugano dans cette partie conclue par une réussite de Jooris à la 63ème minute. Ecoutez le défenseur lausannois Aurélien Marti :

Aurélien Marti
Défenseur du LHC
Aurélien Marti Défenseur du LHC

Il s'agit donc d'un nouveau succès pour confirmer un bon départ. Même si la saison 2020-2021 de National League n’en est qu’à ses débuts, le Lausanne HC semble déjà affirmer certaines garanties : équilibre, efficacité et solidité.

C’est le dernier critère cité qui a notamment permis aux Vaudois de décrocher deux points :

Tim Bozon
Attaquant du LHC
Tim Bozon Attaquant du LHC

Les clubs romands ont été à la fête mardi soir, puisque Genève et Fribourg se sont aussi imposés, respectivement face à Berne et Langnau.

Le LHC prend désormais la tête de la National League avec 19 points. C’est deux de plus que Zoug, qui a certes joué deux matchs de moins.

Continuer la lecture

Sport

Football: La rencontre Lausanne-Vaduz renvoyée

Publié

le

Deux rencontres de clubs vaudois repoussées à cause du coronavirus. (©KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Comme prévu depuis la mise en quarantaine de Vaduz, le match que le club de la Principauté devait disputer samedi sur le terrain du Lausanne-Sport a été renvoyé. Trois cas positifs au Covid-19 ont été décelés à Vaduz et l'équipe est en quarantaine jusqu'au 3 novembre.

Une nouvelle date n'a pas encore été déterminée. Pour l'instant, trois matches de Super League restent au programme ce week-end. Lucerne - Sion avait déjà été reporté.

Un autre renvoi a été annoncé en Challenge League. Il concerne la partie entre Winterthour et Stade Lausanne-Ouchy du mardi 3 novembre. Les Zurichois sont eux aussi en quarantaine.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Balance

Vos affaires financières se relancent à la vitesse supérieure. Tenez bien votre direction et n’hésitez pas à appuyer sur le champignon.

Publicité

Les Sujets à la Une

X