Rejoignez-nous

Sport

Voile: Alan Roura prépare le Vendée Globe 2024

Publié

,

le

Le navigateur suisse Alan Roura estime que son bateau Hublot est le plus agréable à naviguer qu'il ait connu. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Alan Roura a un joyau entre les mains. A la barre de l'ancien bateau d'Alex Thompson, il est un navigateur heureux et ambitieux.

"Je suis fait pour ça, j'aime ça, et je fonce tête baissée", confie le skipper genevois, qui était habité par le doute à l'heure de terminer le dernier Vendée Globe en 2020/21.

"Pendant la course déjà, je m'étais demandé si j'aurais envie de me relancer dans une telle aventure", rappelle-t-il. "Le public ne voit que la course et la performance, et oublie tout le travail en amont. Il faut chercher des partenaires, former une équipe. C'est une gestion conséquente", souligne-t-il.

"La question était en fait de savoir si je voulais relancer cette machine. La réponse fut oui. Mais je devais avoir l'ambition d'avoir toutes les cartes en main pour aller chercher une belle performance sur le Vendée Globe 2024/25", explique Alan Roura, 17e d'une édition 2020/21 disputée avec un bateau construit en 2007 qui a connu de gros problèmes techniques.

"Du coup, la machine est encore plus complexe. Pour être ambitieux, il faut un bon bateau, et une bonne équipe", poursuit-il. "Ce bateau (renommé Hublot, du nom de son nouveau sponsor principal) est fait pour le Vendée Globe. Il n'est pas polyvalent. Il est facile à naviguer. C'est le bateau le plus agréable sur lequel j'ai pu naviguer depuis de nombreuses années", estime-t-il.

"Il y a pas mal de confort. On navigue à l'intérieur, au sec, dans un cockpit fermé et ergonomique", explique encore le Genevois, qui peut poursuivre sereinement sa longue préparation au Vendée Globe. "C'est gratifiant de pouvoir évoluer en même temps que son bateau et de construire un projet à hauteur de ses ambitions", glisse-t-il.

Après le Vendée Globe 2020/2021, Alan Roura s'est remotivé pour monter une nouvelle équipe en vue de l'édition 2024. (© Keytsone/Jean-Christophe Bott)

Un travail d'équipe

"Nous devons aller chercher le meilleur de chacun. C'est ce qui nous fait grandir", lâche Alan Roura, conscient qu'il ne serait rien sans le travail de son équipe. "C'est une petite équipe de 8-10 personnes, avec des corps de métier très différents. Chacun est donc responsabilisé", explique-t-il.

"Tout le monde est particulièrement impliqué dans ce projet, et tout le monde veut performer", ajoute le Genevois, qui doit mettre tous les atouts de son côté avant de se retrouver seul aux commandes en mer. Tout en sachant qu'il n'est pas totalement maître de son destin: "On peut avoir toutes les cartes en main au départ et finir dernier car on a cassé quelque chose", lâche-t-il, fataliste.

Alan Roura, qui s'était classé 12e d'un Vendée Globe 2016/17 dont il était à 23 ans le plus jeune participant, part forcément à chaque fois dans l'inconnu. "Je ne sais pas vraiment ce qu'il faut pour gagner le Vendée Globe, car je ne l'ai jamais gagné. Mais c'est un sport mécanique, et il faut savoir anticiper", assure-t-il.

La casse, un mal nécessaire

"Le but est que bateau et marin ne fassent qu'un. Il faut beaucoup de travail, beaucoup d'énergie, une bonne préparation physique et mentale, une nutrition idéale, du sommeil, une équipe soudée", énumère-t-il. "Il faut aussi un budget qui te permette de tester, de faire évoluer le bateau, de casser aussi. Casser est un gage de fiabilité future", précise-t-il.

"Mieux vaut casser aujourd'hui que pendant le Vendée Globe", ajoute Alan Roura, pour qui cette course est bien l'objectif ultime. "C'est un rêve d'enfant. Petit, je me voyais toutefois disputer une seule fois cette course. Mais quand tu mets le doigt dans l'engrenage, tu te fais prendre", sourit-il.

"C'est tellement puissant comme expérience que tu veux forcément la revivre. Je ne vais peut-être pas disputer dix fois cette course. Mais trois participations, c'est déjà bien", lâche le Genevois, pour qui la route est encore longue avant le Vendée Globe 2024/25. "Pour cette course, plus tu te prépares tôt, mieux tu seras préparé."

Sa préparation a d'ailleurs démarré dès l'acquisition de son nouveau bateau. Elle le mènera cet automne sur la Route du Rhum, dont le départ est prévu le 6 novembre à St-Malo, puis passera en 2023 par la Transat Jacques Vabre notamment. "Je disputerai aussi deux Transats en solitaire en 2024. J'ai donc encore beaucoup de courses pour me préparer", conclut Alan Roura.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

Les clubs lémaniques battus en National League

Publié

le

Rajala et Bienne sont allés s'imposer à Lausanne jeudi (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

A domicile, les deux clubs lémaniques n'ont guère brillé jeudi en National League. Lausanne s'est incliné 4-2 contre Bienne, alors que Genève a été défait 4-2 par Zoug.

Lausanne est incapable d'enchaîner. La précieuse victoire acquise mardi à Ambri est déjà oubliée. Et si les hommes de Geoff Ward ont été maladroits ou malchanceux en attrapant au moins à trois reprises les montants, Bienne a été excellent.

Les Seelandais ont ouvert la marque (8e) sur une très jolie action conclue par Jere Sallinen dans une cage vide à la suite d'une très belle passe de Tino Kessler. Les Lausannois ont mis du temps à réagir, mais ils ont su égaliser à un excellent moment, à 37 secondes de la première pause grâce à un lancer lointain de Robin Kovacs.

Fautes stupides

Malheureusement pour ce fragile LHC, une bonne nouvelle est souvent suivie d'une mauvaise. Comme cette double pénalité infligée à Damien Riat pour deux fautes stupides en toute fin de période. Conséquence fâcheuse de ces erreurs, les Vaudois ont commencé le tiers médian en infériorité numérique et les Biennois ont frappé deux fois par Rajala et Yakovenko.

Si Kovacs s'est fait l'auteur d'un doublé, Jason Fuchs et Richard Panik ont touché du métal et manqué l'égalisation. Et après une nouvelle possibilité pour les Vaudois dans le troisième tiers, c'est Damien Brunner qui a jeté un froid dans les travées de Malley avec le 4-2 sur un 2 contre 1 très bien négocié avec Grossmann.

Bienne revient à six points du leader Genève, tandis que Lausanne croupit à son 12e rang.

Genève blasé

Les Vernets ne sont plus une forteresse imprenable. Quasiment imbattables à domicile, les Aigles enchaînent un troisième revers devant leurs fans. Après Berne et Rapperswil, c'est Zoug qui est reparti du bout du Léman avec la victoire 4-2.

Si Hartikainen a retrouvé le chemin des filets avec ses 14e et 15e buts, ce sont bien les joueurs de Dan Tangnes qui ont le mieux négocié les instants-clés de cette partie. Ils ont ainsi égalisé à quatre secondes de la deuxième pause avant de prendre deux longueurs d'avance en 65 secondes entre la 44 et la 46e.

Et enfin dans le derby bernois, le CP Berne a remis les choses à leur place après la défaite de mardi face aux Emmentalois. Mais les Ours, vainqueurs 5-3, étaient tout de même menés 2-0 après dix minutes. Ils ont pu relever la tête grâce notamment à trois buts inscrits en power-play.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

La FFF a porté réclamation contre le score de Tunisie-France

Publié

le

Antoine Griezmann avait bien cru avoir égalisé pour la France à la 98e minute contre la Tunisie. (© KEYSTONE/AP/Christophe Ena)

La Fédération française de football (FFF) a officiellement déposé jeudi une réclamation auprès de la FIFA pour faire changer le score de Tunisie-France (1-0) au Mondial, a-t-elle confirmée à l'AFP.

Le but égalisateur d'Antoine Griezmann avait été annulé après le coup de sifflet final.

L'équipe de France, battue mercredi par les Tunisiens au stade Education City de Doha, avait émis des doutes quant à l'utilisation de l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) pour annuler un but de Griezmann à la 98e minute.

Dans sa réclamation à la FIFA, la France relève que la VAR a été utilisée "après la reprise du jeu et après la fin du match", ce qui est contraire au protocole d'utilisation de cette technologie, selon l'explication d'une source fédérale.

Sollicitée par l'AFP mercredi soir et jeudi, la FIFA n'a pas réagi à cette situation rocambolesque. Une hypothétique modification du résultat final ne changerait rien au classement du groupe D: la Tunisie est éliminée dans les deux cas de figure et la France affronterait dans tous les cas la Pologne dimanche (16h00) en huitièmes de finale.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'édition 2024 du Tour finira à Nice avec un contre-la-montre

Publié

le

Le 23 juillet 1989, Laurent Fignon perdait un Tour de France pour 8 secondes au profit de Greg LeMond à l'issue d'un contre-la-montre légendaire sur les Champs-Elysées. (© KEYSTONE/EPA/BOUTROUX)

Le Tour de France arrivera à Nice en 2024, désertant Paris pour la première fois depuis 1905 en raison des Jeux olympiques, ont indiqué la ville de Nice et les organisateurs de la Grande Boucle.

Autre annonce: la dernière étape, traditionnellement un sprint sur les Champs-Elysées, sera cette fois un contre-la-montre individuel. Ce sera la première fois que le Tour se termine sur un chrono depuis le dénouement légendaire de 1989 où le Français Laurent Fignon avait perdu le maillot jaune pour huit secondes, plus faible écart de l'histoire, face à l'Américain Greg Lemond.

Comme c'est généralement le cas dans une année olympique, le départ de cette 111e édition, qui devrait s'élancer pour la première fois depuis l'Italie et la ville de Florence, sera avancé d'une semaine. La course partira donc le 29 juin et arrivera le 21 juillet, cinq jours avant le début des Jeux olympiques.

"C'est à 37 reprises que Nice a accueilli le Tour avec deux départs en 1981 et 2020", ce dernier "dans un contexte sanitaire très difficile" avec la pandémie de Covid-19, s'est félicité le maire de Nice, Christian Estrosi.

Que le Tour de France arrive à Nice était acté depuis un moment, alors que les Jeux de Paris (26 juillet-11 août) vont chambouler le programme sportif estival cette année-là.

Ce n'en est pas moins une petite révolution puisque la plus célèbre course du monde s'est, à l'exception des deux premières éditions en 1903 et 1904 arrivées à Ville d'Avray (Hauts-de-Seine), jusque-là toujours terminée à Paris. D'abord au Parc des Princes (de 1906 à 1967), puis au vélodrome de la Cipale (1968 à 1975) et depuis 1975 sur les Champs-Elysées.

"Nice est une ville qui rayonne, connue mondialement. Il y a la beauté du cadre et la montagne à côté. La ville offre un décor exceptionnel et un terrain d'expression formidable pour les champions qu'on va utiliser", explique le directeur du Tour, Christian Prudhomme, à l'AFP.

Pour ce Tour pas comme les autres, les organisateurs prévoient ainsi un "week-end final en feu d'artifice" avec d'abord, le samedi, une étape "orientée montagne" au départ de Nice. Puis, le lendemain, en guise d'ultime juge de paix, un contre-la-montre individuel, 35 ans après celui entre Versailles et les Champs Elysées en 1989, une édition restée dans toutes les mémoires.

En 2025, le retour à la normale est déjà programmé, d'autant qu'on aura quelque chose à fêter. "On sera ravis de retrouver Paris et les Champs-Élysées pour les 50 ans de la première arrivée sur les Champs en 2025", souligne Christian Prudhomme.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Allemagne, Belgique et Croatie, trois grands d'Europe en danger

Publié

le

L'Allemagne de Hansi Flick (à gauche) est en danger avant la dernière journée du groupe E (© KEYSTONE/AP/Matthias Schrader)

Trois grands d'Europe, l'Allemagne, la Belgique et la Croatie, sont en danger jeudi lors de la 3e et dernière journée des poules E et F au Mondial 2022.

A tout seigneur tout honneur. L'Allemagne (1 point) sait ce qu'elle a à faire jeudi soir contre le Costa Rica (3 points): gagner à tout prix, si possible avec plus de deux buts d'écart, histoire de dépasser le Japon à la différence de buts si les Nippons arrivent à arracher un match nul à l'Espagne, un cas de figure qui mettrait la Roja hors d'atteinte, avec 5 points.

Une victoire de l'Espagne éliminerait automatiquement le Japon, quel que soit le résultat d'Allemagne-Costa Rica. Et favoriserait la Mannschaft, à condition que cell-cie vienne à bout de Keylor Navas et ses partenaires, totalement relancés par leur victoire dimanche sur le Japon (1-0).

Le pire scénario

Une victoire du Japon serait le pire scénario pour les Allemands, car elle mettrait les Nippons à 6 points, avec l'Espagne à 4 points et une différence de buts très favorable grâce au carton contre le Costa Rica (7-0). Mais en cas de victoire du Japon, les Espagnols seraient éliminés d'office si le Costa Rica bat l'Allemagne...

Trois équipes sur quatre peuvent encore gagner cette poule E, d'abord l'Espagne et le Japon, bien sûr, mais aussi le Costa Rica s'il bat l'Allemagne et que dans le même temps les Espagnols et les Japonais font match nul. Tout est possible.

La Belgique dos au mur

La situation dans le groupe F est aussi très indécise avec trois équipes toujours en lice pour deux places. Le Canada est déjà éliminé, après deux défaites, et ne devrait pas peser lourd face à un Maroc pétri de talent, toujours invaincu et gonflé à bloc par sa victoire sur la Belgique.

Dans ce cas de figure le plus probable, la deuxième place se jouera entre la Croatie et la Belgique dans un 16e de finale à suspense entre un finaliste du Mondial 2018, qui a de beaux restes comme Luka Modric, et une demi-finaliste, la Belgique, qui semble en perte de vitesse.

Petit détail important, les Croates ont un point d'avance sur les Belges et pourront se contenter d'un match nul pour assurer leur qualification. Mais ils devront gagner pour avoir une chance de finir en tête du groupe si les Marocains battent les Canadiens.

A la différence de buts?

La première place est l'autre enjeu: l'équipe qui l'obtiendra pourrait bien affronter l'Allemagne en 8es de finale. Entre Maroc et Croatie, ça se jouera probablement à la différence de buts ou aux buts marqués, si les deux équipes gagnent. Et si la Belgique se réveille, elle peut même finir en tête, à condition que le Maroc ne batte pas le Canada. Les paris sont ouverts.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Un grand Clint Capela à Orlando

Publié

le

Clint Capela (no 15) s'interpose devant Paolo Banchero. (© KEYSTONE/AP/Phelan M. Ebenhack)

Après trois défaites de rang, Atlanta a relevé la tête en Floride. Les Hawks se sont imposés 125-108 devant Orlando grâce notamment à une performance de choix de Clint Capela.

Auteur d'un 9/10 au tir, le Genevois a inscrit 20 points et a cueilli 12 rebonds pour son 11e double double de la saison. Crédité d'un différentiel de +21, il a été l'un des grands artisans de ce succès.

Face à une équipe qui a concédé une sixième défaire consécutive pour ne comptabiliser que 5 victoires en 22 rencontres, Atlanta a tué très vite tout suspens. Les Hawks remportaient ainsi 38-27 le premier quarter pour asseoir d'entrée de jeu leur supériorité.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X