Rejoignez-nous

Hockey

Alina Müller: "J'ai accompli mon rêve en vivant de mon sport"

Publié

,

le

Alina Müller va vivre un grand moment en Amérique du Nord. (© KEYSTONE/PETRA OROSZ)

La joueuse de hockey Alina Müller est à nouveau nommée dans la catégorie "MVP" pour les Sports Awards. Après de nombreuses privations, elle a accompli son rêve qui était de pouvoir vivre de son sport.

3 janvier 2024: cette date procure une grande joie anticipée à Alina Müller. C'est ce jour-là que son équipe, Boston, débutera dans la nouvelle ligue professionnelle féminine Women's Hockey League (PWHL) qui regroupe six équipes. Boston recevra Minnesota.

Regard en arrière: le 30 juin 2013, Newark, New Jersey. Alina Müller est assise dans les tribunes du Prudential Center à l'occasion du repêchage de la NHL. Son frère, Mirco, actuellement défenseur à Lugano, a été choisi par les San José Sharks en 18e position. Elle ne ressent pas seulement de la fierté, mais aussi l'envie de pouvoir vivre elle-même une telle aventure. Elle ne croit pas le rêve inaccessible même si le hockey féminin végète dans l'ombre de celui des hommes.

Dix ans plus tard, le rêve se réalise grâce à la fondation de la PWHL. Le propriétaire de cette nouvelle ligue est le groupe Mark Walter du milliardaire Mark Walter, entre autres propriétaire du FC Chelsea. Il a acquis la Premier Hockey Federation (PHF) qui se décrit comme la seule ligue professionnelle femme du monde. Cependant, la PHF a été engagée dans un bras de fer avec la Professionnal Women's Hockey Players' Association, qui regroupe les joueuses américaines et canadiennes et qui travaillait avec le groupe Mark Walter. La PHF a été dissoute et les meilleures joueuses se retrouvent réunies dans une seule ligue.

Grande satisfaction

Alina Müller aurait dû primitivement jouer dans la PHF lorsqu'elle a signé en mai un contrat d'une année avec les Boston Pride. Mais celle-ci a été abrogée avec la dissolution. La Zurichoise s'est retrouvée pendant une courte période dans l'inconnu, qui s'est terminée le 19 septembre avec la draft de la PWHL à Toronto. Elle n'a pas dû patienter trop longtemps puisque Boston l'a repêchée en numéro 3 comme première Européenne.

"Cela représente beaucoup pour moi d'avoir pu vivre la même chose que Mirco. C'est une journée que je ne vais jamais oublier", dit-elle dans un entretien avec Keystone-ATS. Pendant les heures passées à Toronto, toute la carrière a défilé dans la mémoire d'Alina Müller. "J'ai pensé à tous les entraîneurs, à toutes les coéquipières et à tous les gens, qui m'ont dit que c'était impossible de gagner sa vie en tant que femme avec le hockey. C'était un sentiment agréable de pouvoir prouver le contraire. C'est une grande satisfaction et cela me donne une grande motivation pour les deux prochaines années."

Bronze olympique à 15 ans

Alina Müller a fait tôt les gros titres. En février 2014, elle a 15 ans quand elle participe aux Jeux olympiques de Sotchi. Avec son but du 4-2 et un assist sur le 2-2, elle est partie prenante dans la victoire 4-3 contre la Suède dans la finale pour la médaille de bronze et jusque-là le plus grand exploit du hockey féminin suisse. A part ça, elle a joué jusqu'aux M17 la plupart du temps avec des garçons. Lors de sa dernière saison à Kloten en M17 (2016-2017), elle avait réussi en 31 matches de qualification 13 buts et sept assists.

Ensuite, Alina Müller n'a plus joué qu'avec les dames. Elle s'est engagée aux Zurich Lions où elle a brillé avec 80 points en 23 matches. Après une saison à Zurich, elle est partie à Boston en 2018 à la Northeastern University où elle a joué en ligue de Collège quatre au lieu de cinq ans en raison du Covid-19. Aujourd'hui, elle termine son Master en sciences de la rééducation.

Timing parfait

Le timing de la fondation de la nouvelle ligue n'aurait pu être meilleur. Et le fait qu'elle ait été choisie par Boston, ce fut la petite touche finale. "C'est incroyable comme tout s'est réalisé", souligne Alina Müller. Pour se préparer de manière optimale à la PWHL, elle est revenue temporairement en août aux Zurich Lions. "Je suis vraiment effrayée, lâche-t-elle. C'est une déception que les joueuses ne soient pas devenues bien meilleures au cours des cinq dernières années." Finalement, elle ne s'est entraînée que lors de périodes marginales avec l'équipe.

Alina Müller espère que plus d'équipes vont s'inspirer de l'exemple du CP Zoug. Le club de Suisse centrale a fondé une équipe féminine cette saison et y a mis quelques moyens. Toutefois, un développement optimal en Suisse comme auparavant ne lui paraît pas possible, estime Müller. Elle espère que la PWHL donnera un élan.

La prochaine étape pour Alina Müller est un voyage vendredi en Suisse. Elle sera présente dimanche pour la cérémonie des Sports Awards puisque comme l'an dernier, elle figure parmi les six nommées pour la récompense du MVP dans une équipe suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

Lausanne, sur un petit nuage, bat Ambrì et intègre le Top 3

Publié

le

Jason Fuchs (gauche), avec 2 assists, a inscrit ses 26e et 27e points. Michael Raffl (droite), avec un doublé, a signé ses 5e et 6e buts en 10 matchs. ©KEYSTONE/Cyril Zingaro

Tout va bien au Lausanne Hockey Club! En battant Ambrì-Piotta 4-1, les Lions signent une quatrième victoire consécutive au meilleur moment de la saison.

Le match s'annonçait serré. Lors des trois premières rencontres entre les deux clubs cette saison, le résultat s’est toujours joué à un but d'écart. Le premier match, à Ambrì, avait été remporté 5-4 par les Tessinois. Ils s'étaient également imposés à Malley 1-2 après prolongations. Et les Lions avaient finalement signé un succès lors du troisième acte en gagnant 2-3 après tirs au but. Mais ce vendredi à la Vaudoise Aréna, les hommes de Geoff Ward ont totalement balayé ce schéma.

Après un début de match plutôt dominé par les Levantins, les Lausannois ont retourné la situation. Tout d'abord à la 16e avec Michael Raffl qui a inscrit le 1-0 à 5 secondes de la fin d'un powerplay (assists: Jason Fuchs et Damien Riat). Janne Juvonen avait pourtant empêché le puck d'entrer après le tir de Jason Fuchs, mais Raffl a profité d'un léger rebond sur la jambière et d'un petit déséquilibre du gardien pour ouvrir la marque.

Et à la 20e sur une réussite de Damien Riat, encore une fois en supériorité numérique. Servi par Raffl et Fuchs qui se trouvait derrière la cage, l'attaquant a pu envoyer le puck, à ras du poteau, au fond des filets. Deux buts qui feront remonter la statistique du powerplay lausannois, mais qui sont tout de même un peu “chanceux”. Le 5 contre 4 reste l'une des principales lacunes des Vaudois, comme le confirme Jason Fuchs.

Jason FuchsAttaquant du LHC

Indépendamment de comment ces buts ont été inscrits lors du powerplay, ils auront au moins le mérite d'enlever une part de "stress" qui a pu se créer ces derniers temps où ça ne fonctionnait vraiment pas. Et d'être plus serein au moment d'aborder ces phases de jeu. "C'est sûr, chaque fois que tu marques un but ça te mets un peu plus en confiance, les choses deviennent plus instinctives, plus naturelles, explique Jason Fuchs. Et ce soir, on va pas se le cacher, le powerplay, ça nous gagne le match. Donc on sait qu'on va devoir continuer à travailler sur ça."

Une fin de match en dents de scie

Les Lions se sont ensuite offert une incroyable occasion d'aller creuser l'écart en début de deuxième tiers. Les Lausannois évoluaient en infériorité numérique, mais ont tenu bon pendant les 2 minutes de pénalité infligées à Ken Jäger. Et c'est justement le n°17 qui, en revenant sur la glace, a pu récupérer le puck et partir tout seul face au but. Mais Juvonen a dit non.

À la mi-match, rebelote avec ce puck qui a fini derrière le gardien tessinois, entre ses jambes et la ligne. Raffl a bien essayé de le pousser au fond des filets mais Laurent Dauphin a réalisé un excellent sauvetage en contrant la canne de l’Autrichien.

C'est finalement Johnny Kneubuehler qui a réduit le score. L'attaquant levantin a fait le tour de la cage pour venir tromper Connor Hughes (36e, assits: Rocco Pezzullo et Nando Eggenberger). À ce moment-là, le score, bien que tendu, n'est pas dramatique. Mais Jason Fuchs déplore un relâchement dans ce deuxième tiers qui n'était "vraiment pas bon". "On a subi, on a eu de la peine", lâche-t-il encore. Est-ce que c'est une question de mental? Les Lausannois se sont-ils trop reposés sur leur avantage? Ou est-ce simplement l'équipe en face qui a posé problème?

Jason FuchsAttaquant du LHC

La fin du match sera une partie de plaisir pour les Lions. Le 3-1 a, encore une fois, été inscrit en powerplay par Damien Riat (45e, assists: Lawrence Pilut et Connro Hughes). Deux passes, relativement rapides, pour faire traverser la glace au puck et permettre au n°9 de marquer sans même avoir besoin de poser le jeu.

Michael Raffl viendra mettre le point final de cette rencontre 30 secondes avant la sirène (assists: Ken Jäger et Fabian Heldner). Suite à un mauvais contrôle des Lévantins, l'attaquant lausannois a pu partir tout seul devant la cage vide, pour le plus grand bonheur des 9'150 supporter présents à la patinoire.

"Jamais trop haut, jamais trop bas"

Le LHC réalise ainsi une excellente opération et surfe sur une très bonne vague. "Je pense que la semaine passée était super importante, analyse Jason Fuchs, surtout avec les deux match à l'extérieur de samedi et dimanche. Et aujourd'hui, c'était peut-être un peu le match piège. Mais on trouve une solution pour gagner les matchs et c'est ça qui est important en ce moment."

Le classement de National League a d'ailleurs belle allure pour les Vaudois. Avec ce succès, ils remontent à la 3e place et comptent 85 points, tout comme Zoug. Ils conservent donc leur confortable avance de 8 points sur leurs poursuivants que sont Lugano et Berne.

Il reste maintenant quatre matchs pour Lausanne dans la saison régulière. Et le secret pour finir en beauté se trouve dans la gestions de cette "euphorie" des bons résultats. Il va en effet falloir s'en servir, sans toutefois être submergé par les émotions.

Jason FuchsAttaquant du LHC

Les Vaudois se déplacent à Zurich ce samedi. Ils accueilleront ensuite Genève-Servette mardi, repartiront sur la route du CP Berne samedi prochain avant de terminer la saison à la Vaudoise Aréna le 4 mars. Un match qui les opposera à Zoug.

Continuer la lecture

Hockey

Le HC Bienne réalise une très mauvaise opération

Publié

le

Jere Sallinen et Bienne ont fini par s'incliner contre Fribourg Gottéron (ici au duel Benoit Jecker). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Finaliste du dernier championnat, Bienne devra passer par les play-in cette saison, sauf incroyable retournement de situation. La défaite concédée contre Fribourg Gottéron (2-5) devrait avoir scellé le destin de Seelandais qui demeuraient sur neuf succès consécutifs à domicile depuis le 1er décembre dernier.

Contre des Biennois dominateurs dans le jeu et au niveau des occasions, les Fribourgeois ont fait preuve d'un réalisme rare, marquant leurs trois premiers buts sur leurs quatre premiers tirs cadrés. Si Marcus Sörensen s'est fait l'auteur de sa 31e réussite de la saison, les Dragons ont pu également compter sur la verve de leurs défenseurs (Streule, Gundersen), leur efficacité en supériorité numérique (2/2) et sur un excellent Reto Berra pour l'emporter. De retour au jeu après plus de trois semaines d'absence, Damien Brunner a inscrit le 2-4.

LHC: power-play décisif

Dans la lutte pour la sixième place, Lausanne fait partie des gagnants du soir. Le LHC s'est régalé en power-play contre Ambri-Piotta. Michael Raffl (16e) et Damien Riat (20e et 45e) ont profité des trois 5 contre 4 du match pour battre Janne Juvonen. Score final: 4-1. L'ancien junior du LHC, Johnny Kneubühler (36e) a permis aux Tessinois de rester dans le sillage des Vaudois jusqu'au début de l'ultime période.

Ajoie: le doublé de Frossard

Dans la rencontre des extrêmes, les ZSC Lions l'ont emporté aux tirs au but, à Porrentruy, contre Ajoie (3-2). Comme (trop) souvent cette saison, les Jurassiens n'ont pas démérité et ont pu compter sur un Damiano Ciaccio inspiré, mais ont concédé une quatrième défaite cette saison contre les Zurichois. A noter le doublé de Thibault Frossard en 71 secondes (27e et 28e minutes) pour les Ajoulots. En avant-match, le maillot de l'ancien attaquant Steven Barras a été officiellement retiré.

Mauvaise affaire genevoise

A la recherche de précieuses unités pour décrocher une place en play-off, Lugano (5-2 contre Langnau), Berne (4-1 à Zoug) et Davos (3-0 contre Kloten) ont tous signé une victoire à trois points. Des résultats qui ne font pas l'affaire de Genéve-Servette, un autre de leurs adversaires directs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

L'aventure extraordinaire de Kevin Fiala

Publié

le

Kevin Fiala ou le bonheur de jouer à Los Angeles. (© KEYSTONE/AP/Ashley Landis)

A Los Angeles, Kevin Fiala vit un rêve éveillé. Le hockey sur glace sous le soleil de Californie propose aux yeux du St. Gallois une aventure extraordinaire.

Le contraste avec le rude hiver du Minnesota qu’il a connu à St. Paul sous le maillot du Wild est saisissant. L’attaquant de 27 ans se rend depuis l’été 2002 à l’entraînement en short et en tongs. "C’est plus facile de se lever le matin, sourit Kevin Fiala. Je dois reconnaître que nous avons la belle vie à Los Angeles."

Comme il est plus facile de se mettre en mode off lorsque les résultats ne suivent pas vraiment. Après avoir gagné 20 de leurs 31 premiers matches avec notamment une série de 11 succès de rang à l’extérieur, les Kings ont accusé cette saison un passage à vide avec 14 défaites en 16 rencontres. "Ce fut brutal, avoue le St. Gallois. Nous sommes passés du camp des winners à celui des losers presque du jour au lendemain."

Une pause qui est tombée à pic

Fort heureusement, la pause du All-Star Game est tombée à pic. Au début du mois, Kevin Fiala est parti avec sa femme Jessica à Hawaï pour quelques jours de vacances. "D’autres joueurs de l’équipe étaient également présents. Nous avons pu nous vider la tête", glisse-t-il. Cette coupure bienvenue et la nomination d’un nouvel entraîneur avec le remplacement de Todd McLellan par son assistant Jim Hiller ont permis aux Kings de relever la tête. Avant la venue du Nashville de Roman Josi jeudi soir, Los Angeles restait sur cinq victoires en six rencontres. "Jim Hiller est un coach très intelligent qui nous comprend parfaitement, poursuit Kevin Fiala. Avec lui, nous jouons un hockey moderne, plus rapide."

Sur un plan personnel, Kevin Fiala présente un bilan qui se défend parfaitement avec 14 buts et 30 passes décisives en 54 rencontres. Il est toutefois en retrait par rapport à la saison dernière où il avait comptabilisé une moyenne supérieure à un point par match. Mais aujourd’hui, Kevin Fiala s’est affirmé comme l’un des leaders de l’équipe avec notamment cette faculté de "gratter" des pucks à tout moment à l’adversaire.

L'une des plus belles promesses

Le statut actuel de Kevin Fiala ne surprend personne. A 13 ans déjà alors qu’il évoluait avec les... M17 d’Uzwil, il était l’une des plus belles promesses du hockey suisse. Après deux saisons aux Zurich Lions, il tentait une première expérience à l’étranger, en Suède à Malmoe puis au HV71 Jönköping. A 17 ans, il faisait ainsi ses débuts dans le championnat de Suède avant d’être choisi comme no 11 de la draft par Nashville en 2014. Kevin Fiala restera aussi comme l‘un des trois seuls joueurs de l’histoire à avoir disputé dans une même saison les championnats du monde M18, M20 et A !

Andreas Johansson, son entraîneur à Jönköping, n’avait pas hésité à affirmer un jour que la seule limite de Kevin Fiala "serait le ciel". Seulement, une certaine arrogance et une trop grande impulsivité parfois l’ont souvent desservi. Mais le concours d’un coach mental lui permet aujourd’hui de mieux contrôler ses émotions. Soucieux également de préserver son corps, Kevin Fiala a investi dans une start-up spécialisée dans la prophylaxie. Il se veut proactif pour prévenir les maladies et les blessures inhérentes à la répétition des matches.

Sous contrat avec les Kings jusqu’en 2029 – il avait signé en 2022 une entente sur sept ans pour 55,125 millions de dollars -, Kevin Fiala nourrit bien sûr l’ambition suprême d’une victoire en Coupe Stanley. Los Angeles l’a remportée à deux reprises, en 2012 et en 2014. Mais depuis dix ans, les Kings n’ont disputé qu’à quatre reprises les play-off sans remporter la moindre série. L’impatience des fans commence à grandir dans la Cité des Anges. A Kevin Fiala et à ses coéquipiers de la calmer au plus vite.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Une onzième défaite de rang pour les Coyotes

Publié

le

Karel Vejmelka: une défaite de plus pour Arizona et son gardien... (© KEYSTONE/AP/Rick Scuteri)

Et de onze ! Arizona s’est incliné 6-3 à domicile devant Toronto pour concéder une onzième défaite de rang. La descente aux enfers de Janis Moser et des Coyotes semble sans fin.

Les Coyotes bénéficient encore d’une certaine marge avant d’entrer dans le livre des records. La pire série de défaites est détenue conjointement par Pittsburgh et Buffalo, battus dix-huit fois de suite respectivement lors des saisons 2003/2004 et 2020/2021.

Auteur d’un doublé pour les Blackhawks pour ses 50e et 51e buts de la saison, Auston Matthews ne cesse d’affoler les statistiques. L’ancien joueur des Zurich Lions a atteint le seuil des 50 buts en 54 matches. Jamais depuis 28 ans, un joueur n’avait réussi une telle performance. Mario Lemieux l’avait réalisée en 50 matches lors de la saison 1995/1996. Le record est toutefois détenu par le légendaire Wayne Gretzky avec un 50e but lors de son 39e match de la saison 1981/1982.

La situation du Chicago de Philipp Kurashev n’est pas plus enviable que celle de l’Arizona de Janis Moser. Battus 3-1 sur leur glace par Philadelphia, les Blackhawks ont concédé pour leur part une dixième défaite sur leurs onze derniers matches. Chicago reste ainsi plus que jamais le cancre de la Ligue...

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Vous constatez que votre partenaire est dans la même dynamique harmonieuse que vous et ainsi, vous vous sentez bien ! C'est plutôt apaisant.

Les Sujets à la Une

X