Rejoignez-nous

Suisse

Environ 160 abus signalés après l'étude sur l'Eglise catholique

Publié

,

le

D'autres victimes se sont manifestées auprès des diocèses après la publication de l'étude sur les abus : Cathédrale de Lausanne. (Photo d'archives) (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Cent soixante victimes supplémentaires se sont manifestées depuis la publication d'une étude-pilote de l'Université de Zurich sur les abus au sein de l'Eglise catholique suisse, il y a six mois. Elles l'ont fait auprès des diocèses et des services d'aide aux victimes.

L'Evêché de Bâle a publié mardi des chiffres actualisés à ce sujet. Il a enregistré 92 signalements supplémentaires. C'est davantage que dans les autres diocèses contactés par Keystone-ATS.

Au total, quatre évêchés ont annoncé près de 70 victimes présumées. Celui de Lugano doit communiquer ses chiffres mercredi. Dans le diocèse de Coire, 21 victimes se sont adressées à l'évêché. Ces signalements dénoncent des actes allant de la tentative d'approche au viol. Seul un cas est d'actualité. Les autres remontent à une période allant jusqu'à une septantaine d'années.

Une vingtaine de cas en Suisse romande

L'Evêché de Lausanne, Genève et Fribourg a enregistré 14 nouveaux signalements. Ces victimes présumées sont huit femmes et six hommes. Elles se sont plaintes d'abus psychiques et sexuels, dont la prise de photos d'enfants nus.

A Sion, sept victimes se sont manifestées depuis septembre dernier, respectivement dix cas signalés sur l'ensemble de l'année 2023. La commission spécialisée de l'évêché valaisan n'est pas entrée en matière dans un cas par absence d'indices précis et ce dernier ayant été signalé par une tierce personne. Ses travaux de vérification sont en cours.

Selon l'Evêché de St-Gall, le nombre de cas signalés a fortement augmenté dans le diocèse depuis la publication de l'étude de l'Université de Zurich. Sa commission ad hoc s'est entretenue avec une vingtaine de victimes présumées et a fait suivre 16 cas au fonds national de dédommagement. La plupart de ces victimes ont subi des abus durant l'enfance ou l'adolescence, il y a plus de 20 ans, dans des foyers, lors du catéchisme ou en tant qu'enfants de choeur.

Points de contact

De son côté, la Conférence des évêques suisses (CES) n'a pas enregistré de signalement, car cette tâche incombe aux évêchés, a-t-elle fait savoir. Elle a toutefois annoncé la création de centres nationaux (un par région linguistique) compétents en la matière. Ce projet est en cours.

Les six évêchés suisses disposent tous de points de contact pour les victimes. S'y ajoutent des institutions indépendantes de l'Eglise, destinées aux victimes d'abus. Tel est le cas, en Suisse romande, du Groupe de soutien aux personnes abusées dans une relation d'autorité religieuse (Sapec).

Pas de délai de prescription

Les évêchés sont chargés d'apporter aux personnes concernées soutien, accompagnement et réparation. Les évêques sont tenus de porter plainte en cas d'actes punis par la loi, même si le délai de prescription est dépassé. Ils ne peuvent faire d'exception que lorsque l'auteur présumé des faits est décédé.

Le droit ecclésial catholique ne connaît aucun délai de prescription. L'Eglise catholique peut prononcer des interdictions d'exercer plusieurs décennies après les faits incriminés.

Etude protestante bientôt lancée

Quant à l'Eglise évangélique réformée de Suisse, elle ne tient pas de statistiques sur les cas d'abus, mais elle élabore actuellement une étude préliminaire. Elle appelle expressément les victimes à déposer plainte.

L'institution protestante a constaté une hausse du nombre de personnes la quittant, suite à la publication de l'étude universitaire concernant les cas catholiques. Elle prévoit de lancer une étude préliminaire sur les cas d'abus en son sein. Dans l'Eglise catholique, la vague de départs a été toutefois bien plus spectaculaire.

Selon l'étude-pilote publiée en septembre dernier, plus de 1000 cas d'abus sexuels recensés ont été commis par des prêtres, des membres d'ordres religieux catholiques depuis les années 1950. Il ne s'agit, toutefois, que de la pointe de l'iceberg, le nom de cas non recensés étant élevé. Les résultats d'une étude complémentaire seront présentés en 2027.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Hôpital Riviera-Chablais: objectif d'assainissement pas atteint

Publié

le

La hausse des prix a pesé sur le dernier exercice de l'Hôpital Riviera-Chablais (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'Hôpital Riviera-Chablais (HRC) ne respectera vraisemblablement pas son plan de retour à des comptes équilibrés pour l'année qui s'étend de juillet 2022 à juin 2023. Cette situation est due à des facteurs exogènes sur lesquels l'établissement a peu d'influence, comme l'inflation ou la hausse des prix des matières premières et des médicaments.

Le Grand Conseil vaudois a approuvé mardi le rapport de la commission interparlementaire valdo-valaisanne qui exerce la haute surveillance sur l'établissement intercantonal. Il a notamment fait le point sur la situation financière de l'hôpital de Rennaz (VD).

Le programme de retour à l'équilibre a permis de dégager des économies importantes. Mais contrairement aux années 2021 et 2022, l'objectif pour 2023 ne sera vraisemblablement pas atteint. "Au lieu de 8,2 millions, le déficit projeté se situe à 12 millions de francs", a expliqué en plénum Aurélien Clerc (PLR).

Ce déficit s'explique par l'inflation, les hausses de prix des matières premières et des médicaments, ainsi que par celle des taux d'intérêt. De plus, les mois d'avril et mai 2023 ont été marqués par une baisse inexpliquée d'activité en soins aigus qui a également touché d’autres hôpitaux romands.

La commission, qui recommandait d'approuver ce rapport annuel, craint que l'HRC ne puisse pas atteindre l'équilibre financier espéré en 2026 sans une augmentation des tarifs DRG. Elle attire également l'attention des deux Grands Conseils sur "l'exposition considérable" de l'hôpital aux risques des taux d'intérêt, et à leurs conséquences sur les charges financières.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Un an de plus pour élaborer un congé parental vaudois

Publié

le

Les députés unanimes ont accordé un délai supplémentaire au Conseil d'Etat vaudois (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Le Conseil d'Etat vaudois souhaite présenter un contre-projet à l'initiative socialiste pour un congé parental de 34 semaines. Il a obtenu mardi du Grand Conseil un délai supplémentaire d'un an pour lui soumettre un préavis.

L'initiative de la gauche et des syndicats prévoit un congé de 34 semaines, dont seize iraient à la femme, quatorze à l'autre parent et quatre semaines à se partager entre les deux. Déposée en juin 2022, elle avait recueilli plus de 13'000 signatures.

D'une manière générale, le gouvernement souscrit aux buts généraux de l'initiative, mais il estime que le projet entraîne des coûts trop importants. Il a besoin de temps supplémentaire pour présenter un contre-projet direct avec des coûts supportables à long terme. Le Conseil d'Etat entend notamment étudier de plus près les modèles genevois (24 semaines au total) et tessinois (18 semaines).

La prolongation du délai a été votée à l'unanimité. La députée Monique Ryf (PS), membre du comité d'initiative, a soutenu cette proposition qui permettra au Conseil d'Etat de trouver la solution "la meilleure possible".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Pétition et propositions pour sauver la verrerie de Saint-Prex (VD)

Publié

le

Les salariés ont présenté l'état intermédiaire de leurs travaux pour la sauvegarde du site (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La pétition "Non à la fermeture de Vetropack" a été remise mardi aux autorités vaudoises. Le texte, muni de 5003 signatures, demande le maintien des 175 emplois du site de Saint-Prex (VD), la dernière verrerie industrielle de Suisse. Dans le cadre de la procédure de consultation, le personnel a fait lundi une première série de propositions à la direction.

La représentation des employés a présenté à la direction l'état intermédiaire de ses travaux et a défendu son projet pour la sauvegarde de la verrerie. La procédure de consultation a été prolongée, et court désormais jusqu'au 30 avril.

Le projet des employés "permettrait au groupe de développer son usine la plus écologique et innovante d'Europe", expliquent les syndicats Unia et Syna dans un communiqué. Il présente notamment "un potentiel pour la réduction de la consommation énergétique ainsi que des solutions innovantes pour la réduction de l'empreinte carbone".

Pétition et sensibilisation

Mardi, une délégation des salariés, accompagnés de syndicalistes, se sont rendus au Grand Conseil pour sensibiliser les députés à l'importance de maintenir la dernière verrerie de Suisse. Ils ont remis au chancelier et au président du Grand Conseil une pétition de plus de 5000 signatures, "récoltées en moins d'un mois", a expliqué à Keystone-ATS Nicole Vassali, d'Unia Vaud.

Ce texte demande aux autorités de mettre en place un cadre qui permette la sauvegarde du site, proche du village et de la gare. "Nous voulons un positionnement clair du Grand Conseil et du Conseil d'Etat sur l'affectation du terrain, qui doit rester à vocation industrielle et ne pas servir à la spéculation immobilière", a relevé la syndicaliste.

Sceller la vocation industrielle d'un site

Une motion déposée mardi au Grand Conseil prévoit un renforcement de la LATC (loi sur l'aménagement du territoire) et du Plan directeur cantonal afin de sceller à très long terme la vocation industrielle et artisanale des terrains affectés aujourd'hui à ces activités.

A Saint-Prex, l'objectif est aussi d'éviter une délocalisation qui serait néfaste pour l'environnement. Si le site ferme, le verre recyclé en Suisse devra être transformé à l'étranger avant d'être réimporté. "C'est très bien de parler d'économie circulaire, mais il y a des investissements à faire en Suisse", a ajouté Mme Vassali.

En mars déjà, le Grand Conseil a voté une résolution qui demandait à Vetropack et au Conseil d’Etat d’étudier des solutions alternatives à une fermeture. Les conseillers aux Etats Pierre-Yves Maillard et Pascal Broulis - tous deux anciens conseillers d'Etat - ont apporté leur appui aux employés qui se battent contre cette fermeture.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

"Pas de processus de paix en Ukraine sans la Russie", dit M. Cassis

Publié

le

Ignazio Cassis et ses services préparent le Sommet sur l'Ukraine au Bürgenstock (archives). (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Il ne peut pas y avoir de processus de paix en Ukraine sans la Russie, a déclaré le conseiller fédéral Ignazio Cassis mardi à Berne. "La Russie doit monter à bord", a-t-il dit en vue de la Conférence sur la paix en juin au Bürgenstock (NW).

Le conseiller fédéral en charge des Affaires étrangères s'exprimait avant sa rencontre avec son homologue autrichien Alexander Schallenberg.

M. Cassis n'a pas souhaité commenter les récentes déclarations de son homologue russe Sergueï Lavrov, qui avait qualifié la Suisse de "pays hostile". Il a réitéré l'attachement suisse à la neutralité: "C'est une neutralité au sens militaire. Nous n'envoyons pas d'armes ni de troupes en Ukraine. Mais il ne s'agit pas d'une neutralité de valeurs", a précisé M. Cassis.

Les préparatifs pour la Conférence de paix du Bürgenstock vont bon train. Les invitations vont être envoyées. Le dialogue avec des pays comme l'Inde et la Chine est très important, a dit encore le conseiller fédéral. "L'objectif de la conférence sera d'ouvrir un processus de paix."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X