Rejoignez-nous

Suisse

Electricité: procédure contre des gestionnaires de réseau

Publié

,

le

La réduction des différences de couverture sur trois ans ne sont pas respectées par certains gestionnaires de réseau électrique suisse, selon la Commission fédérale de l'électricité (archives). (© Keystone/CHRISTIAN BEUTLER)

La Commission fédérale de l'électricité (ElCom) a ouvert une procédure contre des dizaines de gestionnaires de réseau électrique suisses. Les sociétés visées n'ont pas respecté les directives relatives à la réduction des découverts.

Ces dernières années, plusieurs gestionnaires de réseau ont facturé à leurs clients des tarifs trop bas pour couvrir leurs coûts, indique l'ElCom mercredi dans une newsletter. La Commission leur avait demandé il y a plusieurs années déjà de réduire ces découverts.

Sur la base d'une nouvelle évaluation, l’ElCom a constaté que tous les gestionnaires de réseau contactés ne se sont pas conformés à ses exigences. La Commission a dû ouvrir des procédures en septembre et en novembre contre 58 d’entre eux.

Pour vingt autres gestionnaires, des investigations sont encore en cours. Si nécessaire, l'ElCom engagera également des procédures à leur encontre d’ici la fin de l’année.

Décision au printemps

Il s'agit d'une procédure administrative qui pourrait se conclure par une décision, explique Cornelia Baumgartner, juriste à l'ElCom, interrogée par l'agence Keystone-ATS. La commission devrait rendre une telle décision au printemps prochain, ce qui permettrait aux gestionnaires de réseau de disposer des voies de recours correspondantes.

L'ElCom avait dans son collimateur tous les exploitants de réseau dont les découverts dépassaient 10% de leur chiffre d'affaires annuel, selon Mme Baumgartner. Environ 400 gestionnaires, sur un total de 600 en Suisse, ont été contactés par écrit.

Une procédure administrative a été engagée contre ceux qui n'ont pas répondu. Idem pour les gestionnaires qui n'ont pas suffisamment démontré vouloir compenser les découverts de manière neutre sur le plan tarifaire, précise la juriste de l'ElCom.

L’ElCom avait constaté que le solde des découverts s’est accumulé massivement ces dernières années. Pour l'année tarifaire 2021, ce solde atteignait environ 1,3 milliard de francs. Une situation qui pourrait entraîner des augmentations de tarifs dans les années à venir, et constitue donc un risque pour les ménages privés mais aussi le commerce et l'industrie, souligne l'ElCom.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Lausanne

La rue Centrale à Lausanne bientôt piétonne ?

Publié

le

Fermée durant les deux semaines des Jeux Olympiques de la Jeunesse 2020, la rue Centrale est également laissée aux piétons le samedi matin pour le marché depuis la pandémie de Covid. (Archives © KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Plusieurs textes ciblant la rue Centrale au coeur de Lausanne sont sur la table des débats du Conseil communal. Gauche et droite veulent donner plus de place aux piétons sur ce tronçon.

La rue Centrale à Lausanne a connu plusieurs dispositions ces dernières années. Fermée à la circulation deux semaines durant pour les activités en marge des Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2020, elle est désormais close aux véhicules tous les samedis matins lors du marché.

Plusieurs textes déposés aux Conseil communal de Lausanne par des élus, de gauche comme de droite, espèrent pouvoir pérenniser cette accessibilité grandissante aux piétons sur ce tronçon du centre-ville. Parmi eux, deux postulats : un socialiste de Louis Dana, conseiller communal, et un autre PLR, du désormais député au Grand Conseil Xavier de Haller. Il était encore à l'échelon communal lors du dépôt de son texte.

Louis Dana a déposé son postulat après les JOJ. Durant cette manifestation, la rue centrale avait été fermée deux semaines. Une bonne expérience selon le socialiste lausannois.

Louis DanaConseiller communal socialiste à Lausanne

Xavier de Haller souligne lui aussi un consensus politique sur le thème général de l'évolution de la ville. Il y a cependant, selon lui, un désaccord sur les véhicules individuels motorisés :

Xavier de HallerDéputé PLR au Grand Conseil (VD)

Si les conseillers communaux lausannois débattront ce mardi de plusieurs textes, on rappelle déjà que l'idée de fermer un tronçon aux véhicules individuels motorisés a déjà été discutée, pour le Grand Pont, il y a quelques semaines. Des commerçants de la zone avaient haussé la voix pour éviter que les voitures ne puisse plus franchir le pont. Ils arguaient le risque d’une perte d’activité économique.

Louis DanaConseiller communal socialiste à Lausanne

Plus de voiture sur la place

La Ville a déjà pris une décision : celle de rendre la place Centrale, au pied du Grand-Pont, piétonne et donc de faire disparaître une quarantaine de places de parking voitures et une trentaine pour les motos. Un changement qui interviendra à l'horion du printemps prochain.

Un premier pas qui ravit le socialiste Louis Dana :

Louis DanaConseiller communal socialiste à Lausanne

Xavier de Haller regrette lui la suppression des places de parcs au centre-ville :

Xavier de HallerDéputé PLR au Grand Conseil vaudois

Les postulats de Louis Dana et de Xavier de Haller ont été traités en commission en décembre 2020. Les deux textes ont été acceptés, avec 8 voix pour, 2 contre et 2 abstentions pour le texte du socialiste ; 10 voix pour, un contre et une abstention pour celui du député PLR.

Contactée, la municipale en charge de la mobilité, Florence Germond, n'a pas souhaité prendre la parole sur le dossier avant les débats du Conseil communal, expliquant notamment que la Municipalité ne s'est pas encore prononcée.

Continuer la lecture

Économie

Le bénéfice net d'UBS accélère en 2022

Publié

le

La banque aux trois clés a brillé l'an dernier, dans des conditions difficiles. (archive) (© KEYSTONE/DPA/SEBASTIAN GOLLNOW)

UBS a vu son bénéfice net augmenter l'année dernière, malgré la volatilité des marchés et dans un contexte géopolitique tendu. Les actionnaires verront leur dividende relevé et profiteront d'un nouveau programme de rachat d'actions.

En 2022, le numéro un mondial de la gestion de fortune a enregistré un résultat avant impôts en hausse de 1,3% à 9,6 milliards de dollars. Le bénéfice net attribuable aux actionnaires s'est quant à lui établi à 7,63 milliards, en progression de 2%, a-t-il annoncé mardi dans un communiqué.

Le produit d'exploitation s'est par contre contracté de 2% à 34,6 milliards, alors que les charges ont baissé de 4% à 24,9 milliards.

La banque a par ailleurs profité de la confiance de ses clients, encaissant dans son coeur de métier, la gestion de fortune mondiale, pas moins de 60 milliards de dollars d'afflux nets générant des commissions sur l'exercice écoulé.

Les actionnaires profiteront d'un dividende de 0,55 dollar par action, après avoir reçu 0,50 dollar au titre de 2021. L'établissement zurichois va par ailleurs lancer un nouveau programme de rachat d'actions à hauteur de 5 milliards de dollars, après en avoir acquis pour 5,6 milliards l'année précédente.

Au seul quatrième trimestre, la banque aux trois clés a vu son bénéfice d'exploitation accélérer de 12% sur un an à 1,94 milliard, tandis que le profit net a bondi de 23% à 1,65 milliard.

Ces chiffres sont clairement supérieurs aux prévisions des analystes consultés par l'agence AWP.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

La Suisse stagne en matière corruption dans le secteur public

Publié

le

L'ancien conseiller d'Etat Pierre Maudet devra être condamné pour son voyage à Abu Dhabi, selon le Tribunal fédéral. Une affaire qui illustre la corruption dans le secteur public (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L'an dernier, la Suisse n'a à nouveau pas progressé en matière de lutte contre la corruption dans le secteur public. Dans son dernier rapport, Transparency International critique "le népotisme largement répandu".

Selon l'Indice de perception de la corruption (IPC) 2022, publié mardi, la Suisse atteint 82 points sur 100, contre 84 en 2021. En pointant au 7e rang, elle reste toutefois dans le top 10 des pays les mieux placés, écrit Transparency.

La Suisse s'éloigne ainsi un peu plus des meilleurs. Pour faire mieux, Transparency estime qu'elle devrait interdire le népotisme, améliorer le traitement des conflits d'intérêts et mieux réglementer le lobbying.

Cantons et communes

Il faudrait aussi agir au niveau des cantons et des communes. La plupart n'ont en effet toujours pas de dispositions sur la transparence du financement de la politique.

Transparency International exige également des "améliorations significatives" dans les domaines de la lutte contre la corruption dans le secteur privé, de la poursuite des entreprises, de la lutte contre le blanchiment d'argent et de la protection des lanceurs d'alerte. Ces points n'ont toutefois pas été pris en compte dans le rapport de l'IPC.

Corruption largement répandue

L'IPC recense la perception de la corruption dans le secteur public de 180 pays sur la base d'estimations d'experts scientifiques et économiques. Le rapport confirme que la corruption est toujours largement répandue dans le monde, écrit Transparency International. Deux tiers des pays examinés n'auraient même pas atteint la moitié des points.

Le Danemark reste en tête du classement avec 90 points. Le pays a amélioré son score de deux points par rapport à l'année précédente. Derrière suivent la Finlande et la Nouvelle-Zélande avec 87 points. Le Sud-Soudan, la Syrie avec 13 points et la Somalie avec 12 points se retrouvent en queue de peloton.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Dons records pour la Chaîne du Bonheur en 2022

Publié

le

Autour de l'incontournable Jean-Marc Richard, la Chaîne du Bonheur fait régulièrement appel à des bénévoles, parfois soutenus par des personnalités, pour récolter les promesses de dons au standard téléphonique (Archives), (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La Chaîne du Bonheur n'avait récolté qu'une seule fois dans son histoire davantage de dons que l'an dernier. En 2022, année touchée notamment par la guerre en Ukraine et les inondations au Pakistan, les Suisses ont versé 154 millions de francs.

Seule l'année suivant le tsunami de 2004 en Asie du sud-est avait permis à la Chaîne du Bonheur de faire mieux, soit 227 millions de francs, a précisé l'oeuvre d'entraide à Keystone-ATS. Quant à l'année dernière, elle a été marquée par des crises humanitaires majeures, une collecte historique et un élan de solidarité exceptionnel, écrit la Chaîne du Bonheur mardi dans un communiqué.

Plus de 56 millions de francs ont été investis par la fondation dans 326 projets de ses organisations partenaires suisses dans 42 pays du monde entier, précise-t-elle. Il s'agit notamment de projets pour les enfants ainsi que l'aide en Afghanistan après la prise de pouvoir des talibans ou de projets pour les personnes réfugiées en Europe.

Ukraine

L'Ukraine a représenté une grosse part de l'activité. Ainsi, la Chaîne du Bonheur a reçu plus de 130 millions de francs jusqu'à fin 2022 pour l'aide en Ukraine et dans les pays voisins. Avec ces dons, elle a financé des projets d'aide de ses organisations partenaires suisses sur place, immédiatement après le début de la guerre le 24 février.

Plus de 11,5 millions de francs ont été utilisés en Suisse, entre autres, pour soutenir les personnes sans abri, les réfugiés de la guerre en Ukraine ainsi que les jeunes et les enfants en détresse.

Après les inondations de grande ampleur au Pakistan fin août, la Chaîne du Bonheur a reçu plus de 5,3 millions de francs de dons, selon le communiqué. L'argent récolté a permis de financer rapidement l'aide d'urgence des organisations partenaires suisses.

Le 23 novembre, la Chaîne du Bonheur a organisé, avec le soutien de la SSR, une journée nationale de solidarité pour les personnes touchées par la sécheresse en Afrique de l'Est. Jusqu'à la fin de l'année, 13,8 millions de francs ont été récoltés pour l'aide en Somalie, au Kenya et en Ethiopie, a précisé l'oeuvre d'entraide.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

FC Sion: Celestini a du pain sur la planche

Publié

le

Celestini a un immense chantier devant lui (© KEYSTONE/Pierre Albouy)

"On ne va aller nulle part comme ça !" Malgré le point arraché à dix contre onze sur le terrain de Servette, Fabio Celestini jetait un regard sans concession sur son équipe.

Comme s'il mesurait l'immense chantier qui se dresse devant lui.

"Sur les deux rencontres face à Lugano et Servette, nous ne méritions pas davantage qu'un point, lâche froidement le successeur de Paolo Tramezzani. Nous ne pouvons pas livrer une telle première mi-temps lors d'un derby avec l'effectif que nous possédons. Il y a trop de hauts et de bas. Nous sommes toujours dans la réaction, au lieu d'agir."

Le technicien vaudois se "réjouissait" pourtant de voir son équipe à la Praille. Il l'avait bâtie pour prendre le match à son compte avec un milieu à quatre - Cyprien, Zuffi, Grgic et Araz - très fin techniquement et deux latéraux - Lavanchy et Baltazar - capables de prendre le couloir. "On peut être mené 2-0 à la pause, c'est vrai. Mais je l'aurais accepté si mon équipe avait joué dans les deux sens et si Servette avait été plus en réussite," poursuit-il.

L'échéance du 1er mars

Fabio Celestini a un mois devant lui pour trouver la bonne alchimie. Le FC Sion jouera en effet sa saison le 1er mars à Tourbillon avec le quart de finale de la Coupe de Suisse contre Lugano.

La Coupe semble aujourd'hui l'unique moyen offert aux Sédunois pour retrouver la saison prochaine la scène européenne, une dernière fois faut-il le préciser si Christian Constantin devait se retirer au 30 juin 2024 comme il le suggère depuis des semaines. Fabio Celestini va sans doute très vite l'admettre: le FC Sion est avant tout une équipe capable de coups d'éclat. Son inconstance le pénalise trop sur la longueur d'un championnat.

D'ici le 1er mars, il devra réinventer une défense. A Genève, Dimitri Cavaré, Nathanaël Saintii, bien à la peine dans l'axe, et Baltazar, dépassé à gauche, ont failli. Avec Joël Schmied, Reto Ziegler et François Moubandjé, l'entraîneur bénéficie de véritables alternatives. Malheureux contre Lugano dans un poste de latéral gauche qui ne lui convient plus vraiment, Reto Ziegler peut s'affirmer dans un rôle plus axial comme le patron de la défense. N'a-t-il d'ailleurs pas été engagé pour cela cet hiver ?

"Ce n'était pas un cadeau de le faire entrer"

"Il faut assembler toutes les pièces du puzzle", avoue Fabio Celestini. La plus belle de toutes demeure bien sûr Mario Balotelli. A Genève, Super Mario a fait du Super Mario.

Introduit à la pause, il a armé une frappe sur sa première action bien misérable si on la compare avec le feu d'artifice lancé par les fans sédunois avant de jouer dans le registre qui est le sien depuis le 3 septembre: une implication réelle dans le match, mais toujours cette répugnance à enchaîner les courses même lorsque son équipe évolue en infériorité numérique.

"Ce n'était pas un cadeau de le faire entrer dans de telles circonstances, souligne Fabio Celestini. Il était seul devant. Il a défendu. Mais peut-être que sa seule présence a été un motif d'inquiétude pour l'adversaire." Peut-être, oui...

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Très très bonne période pour prendre des décisions importantes concernant l'évolution de votre vie de tous les jours. Au boulot !

Les Sujets à la Une

X