Rejoignez-nous

Suisse

Holcim poursuit ses emplettes avec une nouvelle acquisition aux USA

Publié

,

le

Holcim met la main sur 13 sites aux Etats-Unis, renforçant sa présence dans les agglomérations de Denver, Phoenix et Colorado Springs. (archives) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Holcim poursuit son expansion avec une nouvelle acquisition d'activités outre-Atlantique, portant à trois le nombre de transactions effectuées depuis le début de l'année. Les Etats-Unis sont devenus le principal marché du groupe zougois, selon les analystes.

Le géant des matériaux de construction, né de la fusion il y a dix ans entre le groupe français Lafarge et suisse Holcim, a annoncé lundi le rachat de 13 carrières de sables et d'agrégats auprès de l'américain Pioneer Landscape Centers. Les détails financiers de l'opération n'ont pas été précisés.

Holcim met ainsi la main sur 13 sites, renforçant sa présence dans les agglomérations de Denver, Phoenix et Colorado Springs, a-t-il précisé dans un communiqué. Ce rachat complète également une opération similaire réalisée en décembre dernier à Greeley, dans le Colorado.

"Cette transaction apporte des synergies importantes à nos activités de béton prêt à l'emploi", a estimé le directeur régional de Holcim pour l'Amérique du Nord, Toufic Tabbara, évoquant "la forte croissance attendue dans la région".

L'entreprise, qui en est à sa troisième acquisition depuis le début de l'année, a souligné que ce nouveau rachat faisait partie de sa stratégie à l'horizon 2025, visant à soutenir sa croissance par le biais de rachats complémentaires dans les activités d'agrégats - sable, gravillon et cailloux - et du béton prêt à l'emploi.

Des cessions aussi

En janvier, Holcim avait racheté l'italien Nicem et le français Chrono Chape. L'année dernière, outre plusieurs petits rachats, le groupe avait aussi obtenu le feu vert des autorités pour la cession de plusieurs activités, notamment de ses actifs brésiliens repris par Companhia Siderúrgica Nacional (CSN) et de ses filiales indiennes Ambuja Cements et ACC vendues au groupe Adani pour 6,4 milliards de francs.

Dans le contexte de la guerre en Ukraine et des sanctions internationales contre la Russie, Holcim a par ailleurs cédé ses activités en Russie à l'équipe de direction sur place.

Revenant sur l'opération du jour aux Etats-Unis, les analystes de Vontobel ont remarqué que ce pays était devenu "le plus grand marché unique de Holcim" et "devrait être un moteur de croissance pour le groupe au vu de l'activité de construction dans l'industrie et les infrastructures", dans le contexte de la relocalisation de certaines activités sur le sol américain.

Les investisseurs approuvaient quant à eux cette nouvelle opération. A la Bourse suisse, l'action Holcim montait de 0,5% à 52,44 francs, dans un indice SMI à l'équilibre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

L'ASF va aller au bout de son contrat avec Credit Suisse

Publié

le

Credit Suisse toujours sur les maillots de l'équipe de Suisse (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Le logo du "Credit Suisse" continuera à figurer sur les vestes d'entraînement et les maillots des joueurs de l'équipe nationale. Cela restera ainsi pour le moment, a déclaré l'ASF.

Du moins tant que la marque "Credit Suisse" existera encore, a avancé lundi le chef de la communication Adrian Arnold avant l'entraînement public de l'équipe nationale à Bâle.

Cette déclaration montre qu'il y a encore beaucoup de questions ouvertes concernant cette collaboration. Depuis 1993, le Credit Suisse est le sponsor principal de l'ASF et soutient non seulement l'équipe A, mais aussi toutes les équipes nationales de la relève avec des contributions considérables. Le contrat actuel court jusqu'au 30 juin 2024. "Nous avons eu de bonnes discussions avec nos contacts au CS, qui nous ont assuré que les contrats existants seraient honorés", a expliqué Arnold.

La suite des événements reste ouverte. "Nous souhaiterions que le partenariat se poursuive par la suite, sous quelque forme que ce soit", a fait savoir l'ASF. Des signaux positifs ont été émis quant à la poursuite de la collaboration. Mais tout est encore trop frais pour se fendre de déclarations fermes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

CS: manifestation à Zurich contre une forme d'"arnaque"

Publié

le

Credit Suisse a distribué des milliards en bonus et en dividendes, critiquent les manifestants. (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Après la reprise de Credit Suisse par UBS, plusieurs centaines de personnes ont manifesté lundi soir sur la Paradeplatz à Zurich. Les Jeunes socialistes et d'autres organisations et partis avaient appelé à protester contre une forme d'"arnaque".

Il est scandaleux que la grande banque se soit enrichie pendant des années et que la collectivité doive maintenant payer. L'établissement a distribué des milliards en bonus et en dividendes, relèvent les organisateurs dans l'appel à manifester. Les responsables doivent rendre des comptes.

"Profits privés, pertes pour l'Etat", pouvait-on lire sur une banderole. Durant la manifestation, des slogans comme "brisons le pouvoir des banques et des multinationales!" ont été scandés.

La lutte contre la crise climatique, une prévoyance vieillesse sûre ou l'aide aux personnes en quête de protection sont soi-disant trop chères, mais pas le sauvetage des banques, ont souligné plusieurs orateurs. Ils ont appelé à la "décence" et à la "responsabilité". "Si le monde était une banque, vous l'auriez sauvé depuis longtemps", proclamait une banderole.

Outre les Jeunes socialistes, le mouvement de la grève du climat, les Jeunes Verts, le PS zurichois, les Verts zurichois, la Liste Alternative, le collectif de la grève féministe de Zurich et Unia ont également participé à cette manifestation, qui était autorisée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Appel à témoignages en Valais pour la semaine contre le racisme

Publié

le

Chaque année dans le monde, des actions de sensibilisation sont organisées la semaine du 21 mars, date de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale, proclamée par l'ONU en 1966. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Semaine valaisanne d'actions contre le racisme 2023 a été lancée lundi à Sion. Le point fort est une campagne de recensement de témoignages, par le Bureau d'écoute contre le racisme de la Croix-Rouge Valais.

"Cette campagne a pour objectif d'aller au-delà des cas recensés officiellement, afin de réaliser un état des lieux de l'expérience du racisme", lit-on dans un communiqué du Canton du Valais. "Le racisme prend différentes formes", ajoute le texte.

Les victimes ou témoins sont invités à faire part de leur expérience jusqu'au mois de septembre. Un formulaire en ligne permet de témoigner anonymement. Un rapport détaillé des témoignages récoltés sera présenté lors de l'édition 2024.

De nombreuses activités ont par ailleurs lieu dans tout le canton durant cette semaine d'actions, jusqu'au 26 mars. Elle est organisée conjointement par le Service de la population et des migrations, les délégués à l'intégration des communes et des régions ainsi que la Croix-Rouge Valais.

Chaque année en Suisse et dans le monde, des actions de sensibilisation sont organisées la semaine du 21 mars, date de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale, proclamée par l'ONU en 1966, rappelle le communiqué. Cette date rappelle ce jour de 1960 où, à Sharpeville (Afrique du Sud), la police a ouvert le feu et tué 69 personnes lors d'une manifestation pacifique contre l'apartheid.

www.croix-rouge-valais.ch/boite-racisme

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Rachat de Credit Suisse: 9500 à 12'000 postes sont menacés (BAK)

Publié

le

Des milliers d'emplois pourraient disparaître à Zurich. (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Le rachat de Credit Suisse par UBS ne causera pas de graves dommages à l'économie suisse, estime lundi l'institut de recherches et conseils économiques BAK Economics. Néanmoins, jusqu'à 12'000 emplois pourraient disparaître.

Les deux banques comptent actuellement au total 37'000 emplois (équivalents plein temps/ETP) en Suisse. A moyen terme, le démantèlement du réseau de succursales et d'autres mesures de rationalisation consécutifs au rachat "entraîneront probablement la perte de 9500 à 12'000 ETP", ont calculé les experts.

Zurich sera le canton le plus touché: le potentiel de suppressions d'emplois est évalué entre 6500 et 8000 ETP. Soit 0,9% de l'ensemble des emplois cantonaux.

Malgré cela, il ne faut pas craindre une augmentation soudaine du taux de chômage, relève l'institut. Le processus de rationalisation d'UBS prendra plusieurs années. De plus, une partie des personnes concernées devrait être facilement employable sur le marché du travail, qui se caractérise par une pénurie de travailleurs qualifiés.

Selon BAK Economics, les effets négatifs de l'opération resteront largement limités au secteur bancaire. Le deal "réduit le risque d'une crise bancaire générale et permet de maintenir les services financiers sans restriction pour les clients de Credit Suisse".

BAK Economics maintient ses prévisions de croissance du PIB réel suisse pour 2023 à 0,7% et à 1,6% pour 2024.

Les sorties de fonds de la part de clients à l'étranger devraient désormais cesser, prévoit encore l'institut. En revanche, la perte de valeur ajoutée subie par la place financière suisse "risque d'être permanente". S'y ajoutent les incertitudes quant à l'éventuel impact sur le développement des activités internationales de gestion de fortune des banques suisses.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Attention aux exploits casse-cou, aux défis trop téméraires… Restez prudent ! Pas d'action hasardeuse, la météo astrale reste incertaine.

Les Sujets à la Une

X