Rejoignez-nous

Économie

La Comco réticente à l'idée d'une fusion CS-UBS (expert)

Publié

,

le

Le manque de communication de la part de Credit Suisse et de la Confédération attise les craintes, selon l'ancien président de la Finma Eugen Haltiner. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Les experts financiers se montrent pessimistes quant à l'avenir de Credit Suisse, alors que les spéculations vont bon train sur un rachat de la banque par UBS. La Comco n'approuverait pas une telle fusion, selon l'ancien président de la Finma, Eugen Haltiner.

La Commission de la concurrence aurait certainement de sérieuses réserves en raison de la position dominante des deux banques sur le marché, déclare l'ex-président de l'autorité de surveillance des marchés (Finma) dans une interview accordée samedi aux journaux du groupe alémanique CH Media.

"La fusion de l'Union de Banques Suisses et de la Société de Banque Suisse en 1998 était déjà un exercice d'équilibre du point de vue du droit de la concurrence", poursuit celui qui avait orchestré le sauvetage de l'UBS en 2008.

La communication de la Confédération et de Credit Suisse laisse d'ailleurs à désirer à ses yeux. "Se taire, c'est encourager la spéculation dans les médias, ce qui accentue les craintes des clients et des acteurs du marché", argumente-t-il.

Deux scénarios possibles

L'ancien associé-gérant principal de la banque Wegelin, Konrad Hummler, n'a quant à lui que peu d'espoir concernant le sauvetage de Credit Suisse. "Les marchés internationaux du crédit réagissent trop négativement", commente-t-il dans la Neue Zürcher Zeitung.

L'expert financier voit deux scénarios possibles: une liquidation "en bonne et due forme" ou un transfert de la liquidation vers une autre grande banque. "Dans ce dernier cas, la Finma et la BNS devraient assumer une garantie sans conditions", précise M. Hummler.

Sauvetage de la BNS

Credit Suisse est dans la tourmente depuis la faillite de la banque américaine SVB et de deux autres banques régionales américaines la semaine dernière, plongeant la banque suisse dans une crise qui devrait durer "plusieurs mois", selon François Savary, responsable des investissements chez le gérant de fortune genevois Prime Partners.

Mercredi soir, la Finma et la Banque nationale suisse (BNS) mettaient "en cas de besoin" des liquidités à la disposition de Credit Suisse, après son naufrage en bourse. Quelques heures plus tard, le numéro deux banquier suisse annonçait qu'il allait emprunter jusqu'à 50 milliards de francs.

Cette bouée de sauvetage a donné un court répit à l'action Credit Suisse avant qu'elle ne reparte à la baisse vendredi, intensifiant les spéculations sur une scission de la banque. UBS et Credit Suisse seraient en pourparlers pour un rachat, selon le Financial Times.

Interrogées samedi par Keystone-ATS, la BNS, la Finma et Credit Suisse ont refusé de commenter l'information. Un porte-parole d'UBS s'est quant à lui contenté de confirmer à AWP les propos tenus mercredi par le CEO Ralph Hamers selon lesquels UBS se concentre sur sa propre stratégie. La banque n'a pas fait d'autres commentaires.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Économie

Unilever supprimera 3200 postes en Europe

Publié

le

La localisation exacte des suppressions d'emplois chez Unilever en Europe n'a pas encore été officiellement décidée, mais elles devraient surtout concerner les sites du groupe à Londres et Rotterdam. (archives) (© KEYSTONE/DPA/DANIEL REINHARDT)

Unilever prévoit de supprimer quelque 3200 postes en Europe d'ici la fin de l'année prochaine, dans le cadre du plan de 7500 suppressions d'emplois au total annoncé en mars, a appris l'AFP vendredi de source proche du dossier.

"Nous entamons, au cours des prochaines semaines, le processus de consultation auprès des employés qui pourraient être touchés par les changements proposés", a indiqué un porte-parole du géant britannique de l'hygiène et de l'alimentaire dans une déclaration transmise à l'AFP.

Dans ce processus, environ 3200 postes seraient supprimés en Europe d'ici fin 2025, soit un tiers des emplois de bureau sur le continent, a précisé à l'AFP une source proche du dossier, confirmant une information du Financial Times.

La localisation exacte des suppressions d'emplois en Europe n'a pas encore été officiellement décidée, mais elles devraient surtout concerner les sites du groupe à Londres et Rotterdam, selon les informations du quotidien.

"Nous sommes conscients de l'anxiété considérable que ces propositions suscitent" parmi le personnel et "nous nous engageons à soutenir" les salariés concernés, a ajouté le porte-parole de l'entreprise.

Savons et déodorants

Unilever, connu pour les savons Dove, les déodorants Axe ou les soupes Knorr, a répercuté ces dernières années l'envolée des coûts due à l'inflation. Le groupe a pourtant vu son bénéfice net chuter de 15% l'an dernier et avait annoncé un chiffre d'affaires en faible hausse au premier trimestre.

Sous pression pour améliorer les performances du groupe, notamment de la part de l'investisseur activiste et milliardaire américain Nelson Peltz, qui siège au conseil d'administration depuis 2022, le directeur général Hein Schumacher avait dévoilé en octobre dernier un plan stratégique.

Il compte relancer la performance du groupe en se focalisant sur 30 marques "motrices", qui représentent conjointement 70% des recettes de l'entreprise.

En mars, il avait ainsi annoncé que le groupe allait se séparer de la division des glaces (qui compte les marques Ben & Jerry's ou Magnum notamment) et lancer pour doper ses marges un plan d'économies prévoyant 7.500 suppressions d'emplois, soit près de 6% des effectifs.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Économie

Citigroup: résultats trimestriel en hausse, signes de redressement

Publié

le

La banque Citigroup a constaté un bond de 58% des provisions pour créances douteuses, les taux élevés et la dégradation de la conjoncture économique augmentant les impayés. (archives) (© KEYSTONE/AP/RICHARD DREW)

La banque américaine Citigroup a enregistré des résultats en hausse au deuxième trimestre dans tous ses métiers, manifestant des signes de redressement alors que la société est engagée dans une profonde réforme stratégique.

Le bénéfice net se monte à 3,22 milliards de dollars (2,9 milliards de francs), en progression de 10% sur un an, selon un communiqué.

Rapporté par action, paramètre le plus scruté par Wall Street, il ressort à 1,52 dollar, soit au-dessus du 1,41 dollar annoncé par les analystes, selon un consensus établi par FactSet.

L'établissement new-yorkais termine le trimestre sur un chiffre d'affaires et des bénéfices supérieurs à ceux de la même période de l'an dernier dans chacune de ses grandes activités, sauf le résultat net de la banque de détail.

Citigroup est engagé dans une restructuration majeure, axée sur le retrait de la banque de détail à l'étranger pour se concentrer sur les entreprises, la gestion d'actifs et la banque de financement et d'investissement.

L'enseigne prévoit de supprimer 7.000 emplois cette année et 20.000 au total à moyen terme, pour passer de 200.000 à 180.000 salariés.

Durant la période allant d'avril à juin, la banque d'investissement a fait des étincelles, avec un chiffre d'affaires en hausse de 60% sur un an. Elle a profité d'un volume conséquent d'émissions de dette et de la reprise des introductions en Bourse.

Bond des créances douteuses

Les activités de marché ont aussi eu le vent en poupe, grâce, en particulier, à l'accélération des produits dérivés liés aux actions, qui ont profité de la santé insolente de la Bourse de New York.

Malgré un contexte de taux d'intérêt élevés, qui met sous pression les emprunteurs et les consommateurs, Citigroup a également vu ses revenus s'améliorer dans la banque de détail aux Etats-Unis.

Elle a néanmoins constaté un bond de 58% de ses provisions pour créances douteuses, les taux élevés et la dégradation de la conjoncture économique augmentant les impayés.

A l'échelle du groupe, les provisions sur crédits ont décollé de 52% sur un an.

Ce sursaut a été compensé, outre la croissance des revenus, par la maîtrise des coûts de fonctionnement, qui ont diminué de 2%.

Au total, le chiffre d'affaires est passé à 20,1 milliards, soit 4% de mieux qu'il y a un an à la même période.

"Ces résultats montrent nos progrès dans la mise en oeuvre de notre stratégie ainsi que l'avantage d'un modèle diversifié", a commenté la directrice générale Jane Fraser, citée dans le communiqué.

Dans les échanges préalables à l'ouverture de Wall Street, l'action Citigroup prenait 3,28%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Économie

Un tronçon de l'autoroute A9 fermée durant plus de deux mois

Publié

le

Le tronçon de 2,5 kilomètres de l'A9 entre Gampel/Steg et Rarogne ouvert en août 2023 sera temporairement fermé de mi-juillet à fin septembre 2024. (Archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le tronçon de l'autoroute A9 entre Gampel/Steg et Rarogne fermera dès le 15 juillet et jusqu'à fin septembre. Ceci en raison de travaux qui doivent permettre de raccorder la tranchée couverte de Rarogne avec le tronçon ouvert depuis 2023.

"Il s’agit de travaux prévus sur les équipements d’exploitation et de sécurité prévus de longue date, tels que la pose de câbles à fibre optique, de câbles de commande et de câbles électriques", précise le canton vendredi dans un communiqué. Des portiques supplémentaires seront construits avec les signaux de circulation correspondants.

Le tronçon de 2,5 kilomètres sera rouvert à la circulation dans les deux sens dès octobre. Une nouvelle fermeture du tronçon interviendra durant quatre à six semaines avant la mise service de l’entier du tracé autoroutier Viège - Gampel / Steg , prévu en automne 2025.

Les délais des travaux de l’A9 dans la région de Rarogne sont respectés, assure le canton. Une fois achevé, chaque tronçon est ouvert le plus rapidement possible afin de désengorger le trafic dans cette partie du Haut-Valais, précise-t-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Inquiétude à l'ONU sur le nombre de grossesses adolescentes

Publié

le

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme Volker Türk devra rendre un rapport sur les grossesses adolescentes pour contribuer à accélérer la prévention pour les diminuer (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU est "très inquiet" du nombre de grossesses adolescentes dans le monde. Dans un texte vendredi à Genève, il a demandé un rapport au Haut-Commissariat aux droits de l'homme pour accélérer la prévention auprès des jeunes filles.

Chaque année, 1,5 grossesse sur 1000 est celle d'une fille de moins de 15 ans. Plus de 21 millions de mineures de plus de 15 ans tombent également enceintes, dont environ la moitié ne le souhaitent pas.

Ces jeunes filles et les 12 millions de bébés chaque année sont exposés à des situations difficiles, dit aussi le Conseil. Le taux de mortalité infantile et la menace de conditions graves pour ceux-ci sont plus importants, a insisté également l'entité onusienne.

Le texte approuvé par consensus appelle les Etats à renforcer leurs politiques pour empêcher les grossesses adolescentes et de prévoir des financements adaptés sur cette question. De même qu'à collaborer, notamment avec les pays en développement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Poissons

Samedi agréable qui ne sera perturbé par aucun souci majeur… Il faut en profiter pour vous détendre car il semble que la semaine prochaine s’annonce chargée !

Les Sujets à la Une

X