Rejoignez-nous

Suisse

L'agenda Suisse-UE sera discuté à Davos en janvier, selon M. Cassis

Publié

,

le

Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a rencontré lundi à Bruxelles Maros Sefcovic, vice-président de la Commission européenne (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

La Suisse et l'UE doivent discuter d'un agenda commun lors du Forum économique de Davos en janvier 2022, selon le conseiller fédéral Ignazio Cassis. Il a rencontré lundi à Bruxelles Maros Sefcovic, vice-président de la Commission européenne, pour la première fois.

Les travaux seront entrepris rapidement, a indiqué M. Cassis lors d'une conférence de presse qui a suivi la rencontre. Il est désormais important d'entamer un dialogue structuré. De son côté, M. Sefcovic avait insisté non seulement sur le calendrier mais aussi sur des progrès de fond.

Ignazio Cassis et Maros Sefcovic se sont entretenus pendant deux heures, "dont une entre quatre yeux", a poursuivi le ministre des affaires étrangères. Ils se sont parlé ouvertement et ont fait ensemble le bilan des années passées.

"Nous avons réalisé que nous avions perçu les derniers mois différemment", a déclaré M. Cassis, ajoutant qu'ils voulaient maintenant regarder vers l'avenir. Selon lui, la Commission européenne a été dure mais pragmatique.

La participation de la Suisse au programme de recherche "Horizon Europe" et les paiements de cohésion ont également été abordés. Dans ce dernier cas, selon M. Cassis, les travaux techniques relatifs à un protocole d'accord, nécessaire entre la Suisse et l'UE, ont été achevés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Ed Wige, de l'EPFL au prix suisse de littérature

Publié

le

Artiste touche à tout, Ed Wige n'hésite pas à performer ses textes sur scène. ©Elena Gazzarrini

L'autrice basée à Renens Ed Wige a reçu un prix suisse de littérature. Son livre “Milch Lait Latte Mleko” mêle fiction et éléments autobiographiques. Rencontre.

Ces prix littéraires sont décernés par l’Office fédéral de la culture. Ed Wige a été récompensée aux côtés de 8 autres auteurs pour “Milch Lait Latte Mleko”, une novella qui mêle fiction et éléments autobiographiques.

"C'est l'histoire d'une petite fille qui arrive en Suisse avec sa maman à cause d'une guerre en Ex-Yougoslvie, raconte Ed Wige. On suit son parcours, les combines qu'elle doit mettre en place, l'accueil qu'on lui fait et comment elle va trouver un nouvel équilibre dans cette situation nouvelle."

Un livre qui s'inspire de la véritable histoire d'Ed Wige.

Ed WigeAutrice

"Créer sans se préoccuper de comment je vais vivre"

Adepte de l’écriture collective depuis plusieurs années, la Vaudoise signe avec ce livre sa première publication solo. Elle nous explique le processus.

Ed WigeAutrice

Les lauréats des Prix suisses de littérature ont été annoncés le 15 février. Dans le milieu culturel, pouvoir vivre de ses créations n'est pas toujours aisé. La littérature n'y échappe pas. Alors, quel est l’impact d’une telle distinction?

Ed WigeAutrice

Du "sérieux" à l'écriture

Si l'écriture et l'art ont toujours fait partie de sa vie, ce n'est que dans un deuxième temps qu'Ed Wige, de son vrai nom Danica Hanz, s'est autorisée à en faire son travail. "J'ai longuement hésiter à m'inscrire dans une école d'art, se souvient l'autrice. Mais comme toute bonne migrante qui voulait rassurer ses parents, je voulais quelque chose de sérieux, de solide."

Elle a notamment performé "Milch Lait Latte Mleko" avec Sarah Marie. ©Michel Bertholet

Elle s'est ainsi lancée dans des études en informatique à l'EPFL, puis en relations internationales. "À un moment donné, j'avais des jolis diplômes, qui rassuraient tout le monde. Et j'ai vu passé un appel pour l'Institut littéraire suisse."

Ed Wige, qui travaille dans un think tank dans les relations internationales à cette période, postule. "Et c'est passé. Alors il a fallu décider: est-ce que je change complétement de voie? Je me suis dit 'oui, tiens, pourquoi pas'", raconte-t-elle.

Guidée par l'instinct, elle a commencé à écrire, à rencontrer d'autres auteurs. "Je me suis sentie alignée avec mes envies", confie-t-elle. Aujourd'hui, Ed Wige se définit comme une explor-autrice. Mais ça veut dire quoi exactement?

Ed WigeAutrice

Elle affectionne particulièrement l'écriture à plusieurs mains. Elle fait partie de collectifs comme Particules, minikri ou AJAR. Mais Ed Wige est surtout touche à tout. Livres, théâtre ou encore vidéopoèmes font parties de son répertoire. Une manière d'éviter la routine?

Ed WigeAutrice

Ed Wige est peut-être revenue à ses premières amours en se lançant dans l'écriture. Mais son expérience dans les relations internationales transparait toujours dans son travail.

Ed WigeAutrice

"J'ai aussi compris que j'étais très suisse." Qu'entend l'autrice par là?

Ed WigeAutrice

Image : Julien Chavaillaz | Design graphique et direction artistique : Online

Avec le collectif AJAR, Ed Wige travaille en ce moment sur un projet en collaboration avec des auteurs basés à Hong Kong et Shangaï. Elle s'y rendra d'ailleurs à la mi-mars après des séances d'écriture via visioconférence. 

Elle travaille également sur d'autres textes, en solo. "Mais quand on écrit un texte, on est sur un temps long, c'est un marathon, explique l'autrice. Faut y travailler, puis le refroidir pendant quelques mois. Certains textes sont voués à exister, d'autres pas, donc c'est toujours dur de parler des textes à venir. On verra, conclut-elle, mais il y a plein de projets."

En attendant, “Milch Lait Latte Mleko” est disponible en librairie aux éditions Paulette Éditrice.

Continuer la lecture

Vaud

Un autre voyant au vert pour le gymnase du Chablais

Publié

le

Le projet du gymnase du Chablais arrivera prochainement entre les mains de l'ensemble du Grand Conseil vaudois (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le projet de gymnase du Chablais, à Aigle, convainc. On l’a appris jeudi, la commission du Parlement cantonal chargée d’analyser le dossier en amont des débats politiques est unanime. Elle souhaite accorder au Conseil d’Etat le crédit de plus de 80 millions de francs demandé. Un signal plus qu'encourageant en vue des discussions au Grand Conseil.

Un autre voyant au vert pour le gymnase du Chablais. On l’a appris ce jeudi, la commission du Parlement cantonal chargée d’analyser le dossier en amont des débats politiques est unanime. Elle souhaite accorder au Conseil d’Etat le crédit de plus de 80 millions de francs demandé. Un signal plus qu’encourageant en vue des futures discussions au sein du Grand Conseil vaudois. La réaction de Grégory Devaud, qui est non seulement syndic d’Aigle mais aussi député et membre de la commission qui a statué.

Grégory DevaudSyndic d'Aigle et député PLR

Ce gymnase pourrait ouvrir ses portes en 2027… Et il est très attendu dans le Chablais, qui se voit actuellement contraint d’envoyer ses élèves dans d’autres régions. On écoute le syndic d’Aigle et député PLR Grégory Devaud.

Grégory DevaudSyndic d'Aigle et député PLR

Reste maintenant à obtenir l’aval du Grand Conseil dans son ensemble pour réellement débloquer les plus de 80 millions de francs nécessaires. Le syndic d’Aigle et député PLR Grégory Devaud estime que les discussions ne devraient pas être très animées.

Grégory DevaudSyndic d'Aigle et député PLR

On ne sait pas encore quand le dossier atterrira finalement sur la table du Grand Conseil.

Continuer la lecture

Genève

Référendum lancé contre la passerelle piétonne du Mont-Blanc

Publié

le

Le projet de passerelle piétonne en amont du pont du Mont-Blanc est attaqué par un référendum municipal. Le crédit destiné à sa réalisation a été voté le 7 février par le délibératif de la Ville de Genève (illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le projet de passerelle piétonne en amont du pont du Mont-Blanc est attaqué par un référendum municipal. Ses opposants ont jusqu'au 26 mars pour récolter 3200 signatures valables. Le crédit destiné à sa réalisation avait été voté le 7 février par le délibératif de la Ville de Genève.

"Trois raisons nous motivent à lancer ce référendum: le coût totalement exorbitant de la passerelle, son utilité discutable et son impact écologique négatif. Au vu de son importance, ce projet doit être soumis à la consultation populaire", a indiqué vendredi devant les médias François Epars, au nom du comité référendaire qui comprend de simples citoyens et l'association SOS Patrimoine CEG.

Le crédit de 54,6 millions de francs a pourtant été accepté à une large majorité du Conseil municipal, à l'exception du MCG et de membres d'Ensemble à Gauche. Même l'UDC, qui juge cette passerelle trop chère, a voté "oui". L'ouvrage permettra de séparer les piétons du reste du trafic et la suppression d'un trottoir sur le pont du Mont-Blanc, de créer une nouvelle piste cyclable bidirectionnelle.

Un argument qui ne convainc pas le comité référendaire. Pour Miguel Bueno, de SOS Patrimoine CEG, le projet ne règle pas les conflits d'usage entre piétons et cyclistes à la hauteur de l'Horloge fleurie. "Nous n'avons rien contre la mobilité douce, mais nous sommes pour des aménagements raisonnables et pertinents. Il faut investir cette somme pour développer les aménagements cyclables", estime M. Epars.

En zone protégée

Au niveau environnemental, "la structure sera en béton, dont la production émet beaucoup de CO2, et en acier, un gros accumulateur de chaleur en été. Les deux ans de travaux vont avoir un impact négatif sur la faune", a relevé M. Epars. Or la rade se situe dans une zone protégée par la Convention de Ramsar relative aux zones humides d'importance internationale.

Cette passerelle portera aussi gravement atteinte à l'image de la rade. "Le plan de site de la rade préconise qu'aucune construction n'est possible", a critiqué Leïla Wakil, de SOS Patrimine CEG, pour qui il s'agit plutôt d'un pont, au vu de ses dimensions. "On nous propose un ouvrage de prestige qui ne sert à rien", a résumé M. Bueno.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

L'ambassadeur suisse à Washington va déménager à Bruxelles

Publié

le

L'ambassadeur suisse Jacques Pitteloud va passer de Washington à Bruxelles (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

L'ambassadeur de Suisse aux Etats-Unis Jacques Pitteloud va changer de poste cet été. Il occupera la même fonction en Belgique, soit celle d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire. Ce changement intervient dans le cadre des transferts périodiques du DFAE.

Jacques Pitteloud sera aussi représentant permanent de la Suisse auprès de l'OTAN, avec résidence à Bruxelles, précise vendredi le Conseil fédéral dans un communiqué. Il était en poste à Washington depuis l'automne 2019.

Né en 1962, le Valaisan a derrière lui une longue carrière au sein de l'administration fédérale. Il a occupé dès 2000 le poste de coordinateur du Service de renseignements de la Confédération. En 2006, il est entré au service du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), alors dirigé par la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey.

Entre 2010 et 2015, il a été ambassadeur au Kenya, en Ouganda, au Rwanda, au Burundi, en Somalie et aux Seychelles. Avant d'être nommé à Washington, il a dirigé la Direction des ressources du DFAE à Berne.

En 2018, M. Pitteloud a été blanchi par le Tribunal pénal fédéral d'accusations portées en 2015 par des hommes d'affaires kényans. Il était accusé de tentative de contrainte, abus d’autorité et violation du secret de fonction. La plainte pénale des deux Kényans avait été classée en 2016 par le Ministère public de la Confédération, décision contre laquelle ils avaient fait recours.

Dans un tout autre registre, il avait aussi fait parler de lui dans les médias américains en janvier 2021. Une photo d'un oiseau rare prise car ce passionné d'ornithologie avait été publiée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Motivé, vous débordez d'idées pour vous changer les idées et mettre des paillettes dans votre vie. Décidément, Le Zodiaque ne vous veut que du bien !

Les Sujets à la Une

X