Rejoignez-nous

Suisse

Les Franches-Montagnes ne doivent pas payer pour d'autres races

Publié

,

le

Albert Rösti, le président de la Fédération d'élevage de la race des Franches-Montagnes, est arrivé en calèche tirée par quatre chevaux à l'Office fédéral de l'agriculture où il a remis la réponse à la procédure de consultation contestée. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le soutien à toutes les races indigènes menacées sur le modèle de la prime que reçoit le cheval Franches-Montagnes ne doit pas se faire sur le dos de ce dernier. Parmi les 22 ordonnances en consultation, celle qui étend la prime de préservation est la plus contestée.

La Fédération d'élevage de la race des Franches-Montagnes a mis en scène sa réponse à la procédure de consultation de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) qui se termine lundi. Une délégation composée d'un attelage à quatre chevaux escorté d'une demi-douzaine de cavaliers la lui a apportée à son siège à Berne. Elle a été remise en mains propres au directeur de l'OFAG Christian Hofer par le président de la fédération d'élevage et conseiller national Albert Rösti (UDC/BE).

Donnant suite à des interventions parlementaires, cette ordonnance veut introduire une prime de préservation pour les races suisses en situation critique ou qui sont menacées. Elle sera versée par animal sur le modèle de ce qui se fait aujourd'hui pour la seule race de chevaux des Franches-Montagnes, qui sera dorénavant encouragée par l’intermédiaire de cette mesure, écrit l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG).

Cela se fera par une "légère réaffectation des moyens issus de la promotion classique de l'élevage", environ 3 millions, soit près de 10% du crédit consacré à l'élevage, et par l'utilisation des moyens actuels pour la prime de conservation du cheval des Franches-Montagnes", a précisé Florie Marion, porte-parole de l'OFAG à Keystone-ATS.

Comme davantage de races menacées sont désormais soutenues, la prime de maintien pour le cheval des Franches-Montagnes diminue. Alors que 853'000 francs ont été dépensés pour la prime de maintien du cheval des Franches-Montagnes en 2021, l'estimation à l'avenir est de 320'000 francs, précise l'OFAG.

Augmenter l'enveloppe

Pour les éleveurs de la seule race de chevaux originaire de Suisse, la survie de la race des Franches-Montagnes serait ainsi grandement mise en péril. Selon la Fédération d'élevage de cette race, si cette ordonnance devait être validée telle quelle par le Conseil fédéral, le montant des primes pour les chevaux FM serait diminué par moitié et le nombre de chevaux ayant droit à la prime réduit des deux tiers.

Les éleveurs ont le soutien du Parlement jurassien, qui a adopté à l'unanimité une résolution ce printemps: "L'exécutif fédéral met en péril la dernière race chevaline indigène, la seule ayant résisté à la mécanisation agricole au cours du 20e siècle". L'Etat jurassien précise bien qu'il n'est pas opposé à ce que des contributions soient versées à toutes les espèces menacées, mais il faut aussi augmenter l'enveloppe pour maintenir la prime au même niveau.

L'Union suisse des paysans (USP) ne dit rien d'autre: la faîtière souhaite que le budget alloué à la promotion prévue des races d’animaux de rente menacées soit augmenté sans qu’en pâtissent les programmes de promotion déjà existants, comme celui de la race des Franches-Montagnes.

Compenser l'armée

Ce n'est pas la première fois que les éleveurs et les autorités jurassiennes montent au créneau pour défendre ce soutien fédéral à "leur" cheval déjà remis en question par le passé. Régulièrement les conseillers fédéraux sont venus au Marché-Concours de Saignelégier pour les rassurer.

C'est d'ailleurs lors de l'édition de l'an 2000 que le ministre de l'économie d'alors, Pascal Couchepin, leur avait annoncé la bonne nouvelle de l'introduction d'une prime. Cette subvention annuelle devait alors compenser en partie la prime de garde versée par l'armée et supprimée au milieu des années 90.

Ces 22 ordonnances, 18 du Conseil fédéral, trois du Département de l'économie et une de l’OFAG, seront probablement adoptées par le Conseil fédéral en novembre 2022. Les nouvelles dispositions devraient entrer en vigueur, pour une grande partie d’entre elles, le 1er janvier 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Neuchâtel: la gauche bien placée pour reprendre la majorité

Publié

le

Le vert'libéral Mauro Moruzzi est le conseiller communal sortant le plus mal élu au 1er tour (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'alliance entre le PS et les Vert-e-s pour l'exécutif à Neuchâtel a fonctionné. Si aucun candidat n'a atteint la majorité absolue de 4856 voix, les quatre colistiers arrivent en tête. Le PVL Mauro Moruzzi est le conseiller communal sortant le plus mal élu.

Le député socialiste Jonathan Gretillat est arrivé en tête avec 4386 suffrages, devançant la conseillère communale Nicole Baur (Vert-e-s), la députée socialiste Julie Courcier Delafontaine avec 3876 voix et Johanna Lott Fischer (Vert-e-s) avec 3778 suffrages.

Les conseillers communaux PLR sortants Violaine Blétry-de Montmollin et Didier Boillat recueillent respectivement 2937 et 2717 voix. Mauro Moruzzi (PVL) a obtenu 1830 suffrages, juste devant le patron d'un bar, Gilles Crelier, qui a recueilli 1365 voix, avec sa liste "Oser l'inédit".

Dix-sept candidats étaient en lice. Le moins bien élu est le POP Mathieu Agresta. Le taux de participation s'est élevé à 29,25%. Le nouveau Conseil communal sera connu le 12 mai lors du 2e tour.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Le PS perd son siège au gouvernement uranais

Publié

le

Le ministre sortant Dimitri Moretti (PS) n'est pas parvenu à conserver le siège de la gauche au gouvernement uranais (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Le PS a perdu son siège au gouvernement uranais. Son candidat, le sortant Dimitri Moretti, n'est pas parvenu à se faire élire pour un troisième mandat dimanche lors du second tour. Le Centre détient la majorité dans ce Conseil d'Etat exclusivement bourgeois.

Le gouvernement uranais est désormais composé de quatre élus du Centre, deux PLR et un UDC. La gauche n'est plus représentée.

Lors de ce second tour, trois candidats s'affrontaient pour les deux fauteuils encore en lice. Avec 5032 voix, M. Moretti est le candidat qui a obtenu le plus mauvais score. Il était ministre de la sécurité depuis 2016.

Son siège est allé au candidat centriste Hermann Epp. Lors du 1er tour le 3 mars, il avait manqué la majorité absolue de peu. Avec son élection, le Centre récupère la majorité au gouvernement, qu'il avait perdue en 2004.

Le PLR Gerog Simmen fait également son entrée au gouvernement. Il a défendu avec succès le siège du ministre PLR Roger Nager, qui ne se représentait pas.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Risque accru de dommages aux cultures dus au gel tardif

Publié

le

Des dommages causés par le gel tardif ne sont pas exclus (archives). (© KEYSTONE/MARCEL BIERI)

Le risque de dommages aux cultures d'arbres fruitiers et aux vignobles liés au gel tardif a augmenté. En raison du changement climatique, les hivers sont de plus en plus doux. La nature se réveille donc plus tôt et la période de végétation est prolongée.

L'hiver 2023/2024 a été l'un des plus doux depuis le début des mesures et le printemps est aussi particulièrement clément. Cela a eu un effet sur la nature qui, à l'instar des années précédentes, s'est réveillée très tôt et présente actuellement une avance de deux à quatre semaines, écrit dimanche le service météorologique privé Meteonews sur son site.

Et d'ajouter qu'il faut s'attendre à du gel au sol ces prochains jours. Les cultures proches de celui-ci doivent donc être protégées. Dans la nuit de dimanche à lundi, le danger de gel au sol sera important en Valais et plus modéré dans le reste de la Suisse romande, a indiqué MétéoSuisse à Keystone-ATS.

En revanche, il ne devrait y avoir aucune nuit avec une température clairement négative à deux mètres au-dessus du sol, ce qui est positif pour les arbres fruitiers et les vignobles, selon Meteonews. Les dégâts dus au gel devraient donc rester limités.

Encore de la neige

Au cours des dernières 48 heures, il est tombé par endroits jusqu'à un demi-mètre de neige, par exemple sur la Rigi-Scheidegg, à 1650 mètres d'altitude. La neige devrait encore tomber dimanche, indique Meteonews sur X. Selon SRF Meteo, la limite des chutes de neige se situe à 500 mètres, mais des flocons sont aussi possibles localement jusqu'en plaine.

En raison de la situation météorologique actuelle, le danger d'avalanche est marqué en Valais, en Suisse centrale et dans le sud-est du pays, selon le bulletin de l'Institut fédéral de recherche sur la forêt, la neige et le paysage (WSL). Des départs spontanés d'avalanches, mais aussi des avalanches de grande ampleur sont possibles. Dans certains cas, des voies de communication peuvent également être touchées.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Un trio européen s'impose, la Team Gruyère troisième

Publié

le

Erik Kärvatn, Oriol Olm Rouppert et Finn Hösch ont gagné la PdG 2024 (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Patrouille des Glaciers, réduite cette année à son petit parcours, a vu la victoire d'un trio européen. Meilleure formation helvétique, la Team Gruyère a terminé 3e.

Ce sont des Autrichiens, Andreas Mayer, Niels Oberauer et Johannes Lohfeyer, qui ont pourtant franchi la ligne d'arrivée en premier, après 3h21'47 d'efforts. Mais il s'étaient élancés à 4h30, et ont finalement été battus par l'Andorran Oriol Olm Rouppert, l'Allemand Finn Hösch et le Norvégien Erik Kärvatn (3h14'23), tous nés en 2003.

L'équipe gagnante de cette PdG 2024 est partie d'Arolla à 6h30. Nommée "Young Guns", elle affiche pourtant une moyenne d'âge supérieure à celle de la Team Gruyère, 3e à l'arrivée à Verbier après un parcours de 28 km. Yann Livasch (2004), Lucas Pasquier (2004) et Mathieu Pharisa (2005) ont concédé 20'30'' aux vainqueurs.

Meilleure équipe féminine, la Swiss Women Team 2 a échoué au pied du podium "scratch". Caroline Ulrich, Thibe Deseyn et Alessandra Schmid ont pris la 4e place, à 6'59'' de la Team Gruyère. Les deux Vaudoises et la Haut-Valaisanne ont néanmoins manqué leur objectif, à savoir le record dames sur le petit parcours (3h32'07).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Lion

Votre relation amoureuse présente des défis. Il est indéniable que vous êtes très différents l'un de l'autre ! Mais l’Amour doit rester le plus fort !

Les Sujets à la Une

X