Rejoignez-nous

Suisse

La santé toujours plus chère en Suisse

Publié

,

le

Les coûts de la santé continuent de grimper en Suisse. (©KEYSTONE/URS FLUEELER)

L'année prochaine, la prime moyenne de l'assurance obligatoire des soins augmentera de 1,2%. Selon le canton, l'évolution sera comprise entre -1,5 et 3,6%. + 1,8% en terres vaudoises, +1,4% en terres genevoises. Mais la comparaison avec les années précédentes est difficile, car l'OFSP a changé sa méthode de calcul.

La hausse de 1,2% est inférieure à la moyenne des années précédentes, a indiqué lundi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans un communiqué lundi. Depuis 2008, la prime moyenne a augmenté de 3,5 % par an et de 3,9 % par an depuis l’entrée en vigueur de l’assurance obligatoire des soins en 1996.

Dans 6 cantons (AI, AR, FR, GL, UR, ZG), les adaptations de la prime moyenne seront inférieures à 0,5%, alors que dans 4 autres (JU, NE, TI, VS), elles dépasseront les 2%. Dans les 16 cantons restants (AG, BE, BL, BS, GE, GR, LU, NW, OW, SG, SH, SO, SZ, TG, VD, ZH), la hausse se situera entre 0,5 et 2%. L’Office fédéral de la santé publique a approuvé toutes les primes pour un an.

Moins cher pour les jeunes

De plus, la prime moyenne des jeunes adultes âgés de 19 à 25 ans diminue car le Parlement a décidé d’alléger la charge pour cette catégorie d’âge. Cette mesure sera valable à partir de 2019 et permettra aux assurés d’abaisser les primes dans cette catégorie d’âge. La prime moyenne des jeunes adultes s’élève à 274,10 francs, soit 15,6% de moins que l’année dernière.

Cet allégement des 19 – 25 ans est financé par une hausse de la compensation des risques chez les assurés adultes, dont les primes augmenteront un peu plus (2,4% ou 8,90 francs) en raison de cette redistribution. La prime moyenne des enfants s’élève à 100,90 francs, en augmentation de 2,4% par rapport à l’année précédente.

En raison de l’évolution démographique et des progrès médico-techniques, les coûts de la santé et donc les primes des caisses-maladie continuent d’augmenter. L’évolution de ces dernières années est due à un recours accru aux soins, dont l’ampleur ne s’explique pas d’un point de vue médical.

Changement de méthode

L’évolution des primes n'est plus décrite à l’aide de la prime standard, mais avec la prime moyenne. La prime moyenne correspond à la charge moyenne de prime par personne et reflète mieux les primes effectivement payées que la prime standard, estime l'OFSP.

Elle comprend toutes les primes versées en Suisse. D’une part, elle tient compte du fait que la majeure partie des assurés ont choisi une franchise à option, un modèle de prime spécifique avec choix limité de médecins ou une combinaison des deux. D’autre part, elle inclut également les primes des jeunes adultes et des enfants.

La prime standard utilisée jusqu’ici n’était valable que pour les adultes avec une franchise de 300 francs et la couverture accidents. Cependant, cette prime n’est plus choisie que par environ 20% des adultes et n’est donc plus représentative tandis qu'en 2005, environ la moitié des assurés optaient encore pour la prime standard.

 

(KEYSTONE-ATS / PHOTO : URS FLUEELER)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse Romande

Un centre de compétences en apiculture inauguré en Valais

Publié

le

Le CCA ne passe pas inaperçu dans la région avec sa silhouette suggérant des ailes et l'abeille dessinée sur sa façade. (© Canton du Valais)

Le Centre de compétences en apiculture (CCA) a été inauguré samedi à Val de Bagnes (VS), après une année de travaux. Coût de l'opération: 2,2 millions de francs.

Au début, la Société d'apiculture d'Entremont (SAE), qui regroupe près de 130 apiculteurs, voulait se doter d'un centre d'extraction pour le miel. Elle a finalement vu plus grand et dote aujourd'hui la région d'un "centre dédié à la formation, à la recherche, à la sensibilisation du grand public et des écoliers, aux activités apicoles ainsi qu'à l'agritourisme", a indiqué samedi le canton dans un communiqué.

Le but du tout nouveau CCA est aussi de soutenir et pérenniser l'activité apicole régionale, notamment en produisant des nucléis, soit de petits groupes d'abeilles capables de constituer une nouvelle ruche pour faire face à la perte régulière de colonies. Un rucher extérieur de démonstration, une salle de cours et prochainement un laboratoire sont également proposés aux apiculteurs, au Service sanitaire apicole, à la Société romande d'apiculture et à la Fédération d'apiculture du Valais romand.

Pour sensibiliser le grand public, et particulièrement les écoles, à l'importance des abeilles et de la biodiversité, le CCA prévoit d'organiser visites, conférences et expositions. L'offre est complétée par de l'apithérapie et des produits de la ruche.

200'000 francs à trouver

Situé au bord de la Dranse, sur l'axe du Grand-Saint-Bernard, le CCA est facilement reconnaissable à sa forme, suggérant des ailes déployées, et à son abeille accrochée sur la façade. Il a été entièrement réalisé par des entreprises locales, et le bois massif utilisé pour sa charpente est issu des forêts environnantes, souligne le canton.

Le coût total des travaux s'élève à 2.2 millions de francs. La somme a été financée notamment par des fonds publics alloués dans le cadre du projet de développement régional (PDR) du Grand Entremont (Confédération, canton, communes), l'Aide suisse à la montagne, la commune de Val de Bagnes, diverses associations apicoles et des fondations privées. Il faudra encore trouver "200'000 francs pour compléter l'achat du matériel et des équipements", précise-t-on.

Le PDR du Grand Entremont, initié en 2018, se terminera à la fin de cette année. Il aura permis de réaliser des projets devisés à plus de 20 millions de francs et soutenu par des fonds publics à hauteur de 11 millions de francs, note le canton. Les prochaines échéances sont l'ouverture de deux agritourismes à Montagnier et à Liddes, ainsi que la fin des travaux de la nouvelle fromagerie d'Etiez.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne: le 26 mai ponctuera tout un mois consacré aux familles

Publié

le

La 3e édition de Familles en fête (ex-Journées des familles) à Lausanne se termine en beauté le 26 mai prochain avec une multitude d'activités sur le site de Beaulieu, après deux années à Vidy (archives). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

A Lausanne, le mois de mai met les familles à l'honneur avec un vaste programme de loisirs gratuits. La 3e édition de Familles en fête (ex-Journées des familles) se termine en beauté le 26 mai prochain avec une multitude d'activités sur le site de Beaulieu, après deux années à Vidy.

La grande fête de clôture se tiendra précisément dans les Jardins de Beaulieu. Le programme est proposé par 28 associations partenaires, indique la Ville de Lausanne dans un communiqué.

Le public y découvrira de 10h00 à 17h00 un marché aux jouets, des initiations sportives (escalade, tennis, pickleball, pétanque, roller), un mur de grimpe, des ateliers créatifs (bricolages, slime, coloriages, maquillage, pâte à modeler, fabrication d'éponges écologiques), des jeux géants, un cours de gym poussette, du yoga et des stands d'associations oeuvrant pour les familles lausannoises.

Au total, sur tout le mois de mai, ce ne sont pas moins de 18 dates et une quarantaine d'activités qui étaient proposées. Familles en fête est organisé par le Bureau lausannois pour les familles (BLF) afin de permettre aux familles et aux associations de se rencontrer, est-il souligné.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

La photosynthèse des arbres inefficace à partir de 30 degrés

Publié

le

L'étude du WSL a mis en évidence des limitations biochimiques de la photosynthèse des arbres lorsque la température dépasse 30 degrés (archives). (© Keystone/PETER SCHNEIDER)

La photosynthèse des arbres est réduite au-dessus de 30 degrés. Selon une étude de l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), la perte d'eau augmente alors que l'absorption de CO2 diminue.

Le changement climatique entraîne une exposition croissante des plantes à des températures élevées. Des scientifiques du WSL ont examiné comment les arbres s'adaptent aux températures extrêmes en conditions expérimentales.

Chez toutes les espèces étudiées, ils ont constaté que l'absorption de CO2, grâce auquel l'arbre produit du sucre à partir de la lumière du soleil au cours de la photosynthèse, diminue à partir de 30°C, tandis que la perte d'eau par transpiration continue d'augmenter.

Une photosynthèse inefficace sur une longue période peut fortement compromettre la croissance, le développement et la capacité d'adaptation des arbres ou des plantes. Et finalement avoir des répercussions sur l'ensemble de l'écosystème forestier, selon le WSL.

Comme l'ont montré les scientifiques, les arbres réduisent leur absorption de CO2 même lorsqu'il y a suffisamment de CO2 dans l'air. L'étude, publiée dans la revue New Phytologist, remet ainsi en question l'hypothèse traditionnelle selon laquelle la réduction de la photosynthèse lors de températures élevées est due à une disponibilité réduite du CO2.

"Cela suggère une limitation dans la biochimie des arbres à partir d'environ 30°C", a déclaré le responsable de l'étude, Marco Lehmann, cité dans le communiqué de l'institut. Cette limitation semble être due à une altération des processus enzymatiques de la photosynthèse, estime le chercheur.

Installation expérimentale

Dans leur étude, les chercheurs ont examiné les espèces d'arbres suivantes: hêtre (Fagus sylvatica), épicéa (Picea abies), chêne sessile (Quercus petraea) et tilleul à petites feuilles (Tilia cordata). Toutes ont réagi de la même manière.

Selon le WSL, cette étude a été possible grâce à une nouvelle installation expérimentale qui a permis de soumettre les plantes à différentes conditions environnementales dans des conditions contrôlées et de suivre leur comportement au moyen d'échanges gazeux et de mesures isotopiques.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne a déclenché son plan canicule 2024

Publié

le

Lausanne réactive dès jeudi son plan canicule (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Lausanne a réactivé cette fin de semaine son plan canicule. Jusqu'au 15 septembre, l'opération, menée par la Ville depuis 2010 sur mandat cantonal, prévoit des visites auprès des 70 ans et plus.

Le dispositif s'adresse plus particulièrement aux personnes seules, non suivies par un centre médico-social (CMS), ainsi que celles souffrant d'une affection chronique, écrit la Ville dans un communiqué.

Les personnes concernées, ou un membre de leur famille, peuvent contacter le numéro gratuit 0800 808 808, en service durant les jours de semaine. Lors de leur appel, leur demande sera enregistrée et elles pourront bénéficier d'une visite à domicile en cas de vague de chaleur.

Les visiteuses et visiteurs seront clairement identifiables par un badge. La Municipalité précise que le numéro est réservé aux habitants de la ville.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Vierge

Conscience d'être piégé dans vos propres habitudes, simplement parce que vous avez du mal à dire NON. Vous devez absolument vous affirmer !!!

Les Sujets à la Une

X