Rejoignez-nous

Genève

Genève refuse la nouvelle réforme du cycle d'orientation

Publié

,

le

La réforme du cycle d'orientation genevois n'a pas convaincu. Elle a été refusée dimanche en votation. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, les opposants à la réforme du cycle d'orientation (CO22) ont remporté leur pari dimanche: le projet est refusé par 50,83% des votants. Le taux de participation s'est élevé à 40,81%.

La majorité des partis admet que le système actuel, introduit en 2011, ne donne pas entière satisfaction. Le PLR, l'UDC et les Vert'libéraux ont toutefois lancé un référendum contre cette nouvelle réforme du Conseil d'Etat considérée comme "inaboutie et inapplicable". CO22 était soutenue par la gauche, le PDC et le MCG, mais la réforme divisait les enseignants du cycle d'orientation.

"Mon sentiment est que c'est le principe même du mélange des élèves qui a été refusé", a déclaré dimanche devant les médias la cheffe du Département de l'instruction publique, Anne Emery-Torracinta, commentant ce résultat très serré. Selon la conseillère d'Etat, Genève, où les sujets scolaires font toujours débat, a refusé "ce qui se fait partout ailleurs".

"Mixité intégrée"

Initialement prévue pour la rentrée 2022 et reporté à 2023, CO22 visait à remplacer les regroupements par niveau par des classes mixtes en 9e et 10e année. Les enseignements et les évaluations auraient été différenciés au sein d'une même classe en math et en allemand en 9e ainsi qu'en français et en anglais en 10e. Les effectifs moyens se seraient alors limités à 18 élèves, contre 19,5 actuellement.

L'objectif de cette "mixité intégrée" était de stimuler les moins bons élèves sans pour autant porter préjudice aux meilleurs. D'après les recherches les plus récentes en éducation, une organisation sans filières est profitable à tous.

Deux voies séparées étaient toutefois prévues en 11e et dernière année du cycle d'orientation, l'une menant à la maturité gymnasiale ou professionnelle et l'autre, à l'apprentissage dual ou à l'école de culture générale, en fonction des notes obtenues à la fin de la 10e année. Les élèves les plus doués auraient bénéficié d'un parcours accéléré en sautant la 10e.

Propositions attendues

A un an de la fin de la législature, le Conseil d'Etat voit mal comment mettre en place une autre réforme, selon son président Serge Dal Busco. "Nous allons continuer à oeuvrer pour que l'école soit la meilleure possible", a souligné Anne Emery-Torracinta.

Et la magistrate de rappeler que cinq partis sur sept ont accepté la réforme, tandis que ceux qui l'ont refusée n'ont rien proposé d'autre pendant les travaux du groupe d'accompagnement, qui intégrait aussi les enseignants. "Ce n'était pas une mince victoire. On va voir si les opposants ont autre chose à proposer", a-t-elle déclaré.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Genève

La police en force autour des écoles pour la rentrée

Publié

le

Lors de la semaine de la rentrée scolaire, la police genevoise accentuera sa présence à proximité des écoles (photo d'illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La police genevoise a indiqué mercredi qu'elle redoublera d'attention aux abords des écoles pendant la semaine de la rentrée scolaire, programmée lundi prochain. Des contrôles de vitesse et des contrôles des véhicules seront effectués. Les forces de l'ordre mettront aussi l'accent sur les stationnements illicites ou dangereux.

La police genevoise sera aidée dans sa tâche par la police de proximité ainsi que les polices municipales. La présence visible et dissuasive des agents vise à assurer la sécurité des enfants sur le chemin de l'école et à rappeler aux usagers de la route les bons comportements à adopter près des établissements scolaires.

Par ailleurs, la police conseille aux parents d'effectuer avec leurs enfants le trajet pour se rendre à l'école quelques jours avant la rentrée afin de les y familiariser. Le premier jour d'école est en effet souvent un moment de stress pour les élèves, font remarquer les forces de l'ordre dans un communiqué.

Enfin, la police rend les parents attentifs à leur propre comportement lorsqu'ils conduisent leurs enfants à l'école. Les voitures ne doivent pas s'arrêter dans des endroits dangereux où elles peuvent masquer la vue des élèves au même titre que celle des autres usagers de la route.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Festi'Terroir revient aux Bastions pour sa quatrième édition

Publié

le

L'importance de consommer des produits locaux afin de limiter les effets de la dérive climatique est soulignée par la Ville et le canton de Genève (image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

De vendredi à dimanche, le parc des Bastions va se transformer en immense marché dédié aux produits du terroir genevois. Festi'Terroir se tient pour la quatrième fois. La manifestation annuelle est l'occasion pour le public de rencontrer les personnes qui font l'agriculture et l'alimentation de la région.

Festi'Terroir propose des dégustations, de la restauration et des stands où se côtoient légumes et fruits de saison, herbes locales, fleurs, fromages et vins, indiquent mardi la Ville et le canton de Genève, qui organisent ce rendez-vous avec l'association Bio Genève, aidée par l'office de promotion des produits agricoles de Genève.

De nombreuses associations en lien avec l'agriculture et l'alimentation durables seront également présentes pour parler de leurs activités. Des ateliers et des animations seront proposés afin de satisfaire la curiosité des petits comme des grands. Le vendredi soir, la manifestation débutera sous le mode apéro.

Les conditions météorologiques extrêmes de cette année, "effets visibles du réchauffement climatique, nous rappellent plus que jamais l'importance de réduire notre empreinte carbone en consommant notamment des produits locaux et de saison", expliquent dans un communiqué le canton et la Ville de Genève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

L'unanimité se fissure autour de l'extension de la gare de Cornavin

Publié

le

Morten Gisselbaek, du Collectif 500, déplore le manque de pilotage du projet d'extension de la gare de Cornavin. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Collectif 500, qui représente les intérêts des habitants du quartier des Grottes, à Genève, s'inquiète de l'évolution du projet d'agrandissement de la gare de Cornavin. Il dénonce le manque de pilotage de ce chantier pharaonique, devisé à 1,8 milliard de francs, et qui doit s'ouvrir en 2026.

Le processus part dans le décor, a déploré mercredi, devant les médias, Morten Gisselbaek, du Collectif 500. Un projet consensuel avait pourtant été adopté en 2018, servant de base à un plan directeur de quartier (PDQ). Toutes les opérations étaient supervisées par un groupe de personnes faisant l'unanimité.

Mais cette époque semble révolue. Aujourd'hui, plus personne ne dispose d'une vision d'ensemble, dénonce le Collectif 500. Chacun travaille dans sa bulle sans cohérence, a regretté M.Gisselbaek. Les CFF s'occupent de la gare, alors que la Ville et le canton de Genève prennent en charge le réaménagement des alentours.

La Ville de Genève avait organisé un concours pour repenser le périmètre se trouvant à l'arrière de la gare, cette zone qui mord sur le quartier des Grottes. Or, le projet qui a été retenu ne correspond plus au PDQ initial, affirme le Collectif 500. La gare, au lieu d'être "perméable", est transformée en "blockhaus".

Désolidarisation

Dans ces conditions, le Collectif 500 se désolidarise du projet d'extension souterraine de la gare de Cornavin et promet de s'opposer, au cas par cas, aux diverses autorisations de construire. Le tir peut toutefois encore être corrigé, note-t-il. Il faudrait nommer un coordinateur et revenir aux idées du PDQ d'origine.

Les travaux d'extension de la gare de Cornavin doivent durer huit ans. A cela s'ajoute le temps nécessaire pour réaménager les alentours de la gare. "Nous sommes partis pour une quinzaine d'années", souligne M.Gisselbaek. Avec le risque de recours et d'oppositions, ces délais pourraient encore être plus longs.

Le Collectif 500 a été créé en 2011 pour défendre un agrandissement souterrain de la gare de Cornavin. Dans un premier temps, une extension en surface avait été envisagée. Mais les études des CFF et des autorités ont conclu que la version souterraine était meilleure du point de vue ferroviaire, a rappelé M.Gisselbaek.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Alternatiba invite l'autrice principale du dernier rapport du GIEC

Publié

le

Julia Steinberger, chercheuse en économie écologique et professeure a l'Université de Lausanne, s'exprimera lors de la conférence d'ouverture du festival Alternatiba, à Genève (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Pour sa 8e édition, qui se tiendra du 29 août au 3 septembre à Genève, le Festival Alternatiba a invité deux spécialistes du dérèglement climatique. Autrice principale du dernier rapport du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), la professeure de l'Université de Lausanne Julia Steinberger s'exprimera lors de la conférence d'ouverture de la manifestation, avec à ses côtés Rob Hopkins, initiateur du mouvement des villes en transition.

A Uni Mail, le duo d'experts dialoguera avec deux représentants de l'économie "conventionnelle", indiquent samedi les organisateurs du festival. Les intervenants pourront ainsi débattre des points de convergence qui existent dans leur vision de l'avenir ainsi que de leurs divergences autour de la question du climat.

Alternatiba sera aussi l'occasion, pour 190 organisations actives en faveur de la transition écologique, de la lutte climatique et de la justice sociale, de se présenter au public au parc des Bastions. Des stands et des animations attendront les visiteurs. La manifestation est entièrement gratuite. Des concerts seront organisés en soirée.

Outre ces animations, le festival sert aussi de lieu de réflexion et d'échanges, avec des conférences, des tables rondes et la projection de films sur la thématique de la transition. Les grandes questions telles que l'accessibilité à une alimentation locale, les emplois verts, la mobilité, le rôle de la finance, seront discutées.

Le Festival Alternatiba Léman est organisé par l'Association Alternatiba Léman, un mouvement citoyen pour l'urgence climatique. La manifestation a pour objectif de valoriser toutes les initiatives locales qui contribuent à la réduction du dérèglement climatique, en mettant en oeuvre des solutions concrètes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le plus grand réseau hydrothermique de Genève prend forme

Publié

le

Un puisard de la station de pompage de GeniLac, où l'eau du lac sera acheminée avant d'être réinjectée dans le réseau. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La construction du réseau hydrothermique GeniLac, qui permet de produire du froid et du chaud grâce à l'eau du lac Léman, se poursuit. L'infrastructure doit se raccorder à 350 bâtiments à l'horizon 2045, indiquent jeudi les Services industriels de Genève (SIG).

GeniLac est un réseau souterrain fait de conduites d'eau. Mises bout-à-bout, ces conduites représenteront un circuit de 30 kilomètres. A l'origine, l'installation a été pensée pour produire du froid grâce à l'eau du lac, avec pour ambition de remplacer les climatiseurs, très gourmands en énergie.

Mais certains bâtiments pourront également profiter de l'infrastructure pour se chauffer. Il leur faudra s'équiper de pompes à chaleur. GeniLac est composé de deux réseaux. L'un est en boucle ouverte vers le centre-ville. L'autre, qui relie l'aéroport, est en boucle fermée.

Un coeur au Vengeron

Le coeur de GeniLac est une gigantesque station de pompage qui sort de terre au Vengeron, en contrebas de la bretelle autoroutière. Les pompes et les échangeurs d'énergie ont déjà été installés dans cette cathédrale souterraine. La mise en service de la machinerie est prévue en 2024, précisent les SIG.

A cet endroit, l'eau du lac sera captée à 45 mètres de profondeur, là où sa température est de 7 degrés. Cette eau refroidira ensuite l'eau du circuit secondaire qui passera par l'aéroport. Elle ira aussi rafraîchir des bâtiments situés au centre-ville. A la fin de son périple, l'eau se sera réchauffée de quelques degrés.

Elle sera alors reversée dans le lac, mais en surface, où la température est plus élevée naturellement. Les SIG ont mené des études d'impact pour vérifier que ces rejets d'eau plus chaudes ne portaient pas préjudice aux équilibres environnementaux. Selon eux, le bilan est neutre.

A terme, GeniLac permettra une réduction de 70 GWh d'électricité par an, soit l'équivalent de la consommation annuelle de 27'000 ménages ainsi qu'une diminution de 70'000 tonnes de gaz à effet de serre par an pour le canton de Genève, soit l'équivalent de 192'000 camions de 30 tonnes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Côté boulot, rien ne marche vraiment comme vous aimeriez. Retards, paroles non tenues, conjoncture difficile… Faites le dos rond !

Les Sujets à la Une

X