Rejoignez-nous

Suisse Romande

Une installation solaire-test montée à Grengiols (VS)

Publié

,

le

Les six modules photovoltaïques ont été installés à 2500 mètres d'altitude dans la commune de Grengiols dans le Haut-Valais. (© FMV)

Une installation solaire-test a été installée fin novembre à 2500 mètres d'altitude, dans le parc naturel de la vallée de Binn, sur la commune de Grengiols (VS). Le but des porteurs du projet est de récolter des données en vue d'une grande installation photovoltaïque.

L'installation restera en place jusqu'à l'hiver 2023/2024, précisent vendredi les trois partenaires du projet, la société FMV, la commune de Grengiols et Energie Brig-Aletsch-Goms (EnBAG), dans un communiqué commun. Elle se compose de six modules photovoltaïques avec différents angles d'inclinaison.

Le rendement solaire électrique sera mesuré "par tous les temps et tout au long de l'année". Des caméras observeront l'influence du vent, de la neige et de la glace et une station météo intégrée fournira des données sur la force du vent, la température et l'ensoleillement notamment, détaillent les partenaires.

40 mètres carrés

L'installation a une emprise sur le sol de moins de 40 mètres carrés, a précisé à Keystone-ATS Raoul Albrecht, chef du projet Grengiols-Solar chez FMV. Comme l'avait indiqué le chef du département de la mobilité, du territoire et de l'environnement Franz Ruppen en novembre devant le Grand Conseil, elle n'occupe pas "une zone de protection de l'eau, de la nature et du paysage".

L'installation n'est pas raccordée au réseau électrique. Elle servira à récolter les données de base nécessaires pour la planification d'une grande installation photovoltaïque dont les résultats de l'étude de faisabilité tomberont en janvier prochain, précisent les partenaires du projet.

Offensive nationale

Lors de la session du Grand Conseil de novembre, le groupe socialiste-gauche citoyenne (PS/GC) s'est interrogé sur la compatibilité du projet de parc solaire avec le label parc naturel régional. Franz Ruppen avait notamment relevé que les porteurs du projet devront "déposer un projet réalisable pour être autorisé".

L'offensive solaire nationale et les mesures urgentes qui en découlent se limitent à la fin 2025 et échauffent les esprits en Valais. Franz Ruppen a indiqué qu'une session spéciale énergie aurait probablement lieu début 2023 au Grand Conseil valaisan.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Vaud: subventions en hausse pour la rénovation des bâtiments

Publié

le

Vaud renforce son soutien à la rénovation énergétique des bâtiments, comme ici à Lausanne (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Une enveloppe de 58 millions de francs est mise à disposition cette année des propriétaires vaudois. Elle doit leur permettre de solliciter des subventions afin d'améliorer l'efficacité énergétique de leur bâtiment.

Ce montant est financé par la Confédération, à hauteur de 32,5 millions issus de la taxe fédérale sur le CO2. Après 15 millions l'an dernier, l'Etat de Vaud contribue désormais pour 25,5 millions, un montant qui provient de la taxe cantonale sur l'électricité.

"Depuis leur mise en place en 2010, les mesures d'aide à l'assainissement énergétique des bâtiments rencontrent un vif succès", affirme jeudi l'Etat de Vaud dans un communiqué. L'an dernier, l'enveloppe de 50 millions a été épuisée dès l'automne et permis de soutenir quelque 2500 projets de rénovation.

Différentes aides

Plusieurs types d'aides sont envisageables. Par exemple, une subvention - jusqu'à hauteur de 1500 francs - peut permettre la réalisation d'un audit énergétique. Celui-ci vise à donner aux propriétaires diverses recommandations chiffrées pour des travaux d'isolation ou d'installations techniques.

Une autre subvention peut être octroyée pour le recours à un assistant au maître d'ouvrage (AMO) dans le cadre de rénovations importantes. Accrédités par l'Etat de Vaud, ces AMO "peuvent aider les propriétaires à mieux définir leur projet de rénovation, choisir et coordonner les intervenants, planifier les travaux et remplir les démarches administratives liées aux mesures énergétiques", poursuit le communiqué.

La subvention permet de couvrir leurs honoraires jusqu'à hauteur de 6000 francs pour les projets d'habitations collectives et 3000 francs pour les habitations individuelles.

Impact sur l'économie

Les fonds sont alloués dans le cadre du Programme Bâtiment 2023. En plus d'apporter une aide aux propriétaires, ils ont un impact bénéfique sur l'économie vaudoise. Selon les estimations, pour chaque franc versé par l'Etat, les propriétaires vont investir cinq à six autres francs. Les 58 millions prévus pour 2023 pourraient ainsi générer plus de 300 millions de retombées dans les secteurs de la construction, des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique.

"Représentant près de 45% de la consommation énergétique totale du pays, le bâtiment est sans conteste un domaine dans lequel d'importantes économies peuvent être réalisées", poursuit le communiqué. Et de rappeler que ce secteur est d'autant plus stratégique qu'il pèse pour environ un tiers des émissions de CO2 du pays.

L'Etat de Vaud précise encore que toutes les informations sur le Programme Bâtiments sont disponibles une page internet dédiée, www.vd.ch/subventions-energie-batiments.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Fribourg: près de 18 millions pour rénover le Domaine des Faverges

Publié

le

Grâce au feu vert donné par les députés, l'Etat de Fribourg pourra investir dans la restauration et la transformation du Domaine des Faverges, à St-Saphorin (VD) (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les députés fribourgeois ont voté jeudi un décret octroyant un crédit de 17,6 millions de francs pour la restauration et la transformation du Domaine des Faverges. Juché au-dessus du village de Saint-Saphorin (VD), ce dernier appartient à l'Etat de Fribourg.

Le décret a passé la rampe par 99 voix sans opposition et 1 abstention. La particularité, un domaine hors de territoire cantonal, n'est pas forcément connue du public, hormis du cercle des amateurs de vins. "C'est un fleuron du patrimoine fribourgeois", a insisté le président du Conseil d'Etat Didier Castella.

"Un des plus beaux balcons avec vue sur un des plus beaux paysages de Suisse", a précisé le ministre de l'agriculture. La députée PS Chantal Müller, présidente de la commission ad hoc, n'a pas manqué de déplorer, en lien avec le sujet, le renvoi de la loi sur le climat voté mardi par la droite. L'inauguration est prévue en 2026.

Le coût total approche des 20 millions de francs. Le montant du crédit d'engagement intègre un montant payé à fin 2022 et une ponction de 1,5 million prise sur le fonds des vignes. S'étendant sur 15,4 hectares, le domaine a été créé en 1138 par le fondateur de l’Abbaye d’Hauterive, le Seigneur Guillaume de Glâne.

Nouvelle stratégie

Le projet comprend la restauration de la Grande Maison et de la Maison du Vigneron ainsi que la transformation du bâtiment "Bouteiller". Le Domaine des Faverges est non seulement un domaine viticole, mais il est également, avec la Grande Maison, un lieu emblématique et officiel pour les réceptions du Conseil d'Etat.

La Grande Maison a été reconstruite en 1760. Sa dernière rénovation importante remonte à 1952. "Depuis, des travaux d'entretien très modestes ont été entrepris, mais le bâtiment ne répond plus aux standards", précise le message de l'exécutif cantonal. "Par ailleurs, les besoins viti-vinicoles ont aussi évolué."

La cave initialement conçue pour vinifier trois types de vin, soit deux blancs et un rouge, ne répond plus à la stratégie de vente. Afin de répondre à l'évolution du marché, les cépages cultivés sont plus variés et la vinification demande de plus petits volumes de cuves ou barriques, constate le gouvernement fribourgeois.

Davantage de travaux

Un premier projet avait déjà été présenté il y a cinq ans, avec alors l'articulation d'un montant de 4,2 millions de francs. Depuis, toutefois, l'ampleur des travaux à entreprendre a évolué. Le 19 janvier 2019, le Conseil d'Etat a décidé d'élargir le périmètre du projet et d'y intégrer l'assainissement de la Maison du vigneron.

La décision fait suite au départ à la retraite du vigneron qui y habitait jusqu'à la fin 2020. L'exécutif a pris acte par ailleurs que sur la base des premières offres d'entreprises pour le projet validé en décembre 2017, le crédit initial se révélait nettement insuffisant. Le début des travaux est agendé pour l'été prochain.

La Maison du vigneron deviendra le lieu de vente, tandis que le Bouteiller rassemblera les activités liées à la production du vin. "On ne peut pas laisser à l'abandon un tel domaine", a indiqué le député PS Pierre Mauron, en ajoutant le vin "qu'on y produit se devait d'être meilleur que celui du voisin vaudois".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Fonction publique: quatrième journée de grande mobilisation

Publié

le

Les employés de l'Etat de Vaud avaient été entre 5000, selon la police, et 10'000, selon les syndicats, à manifester mardi 31 janvier. Seront-ils aussi nombreux voire plus nombreux ce jeudi? (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Une nouvelle journée de grève et de manifestation est prévue jeudi dans la fonction publique vaudoise. La demande reste la même, une indexation entière des salaires. Les syndicats exigent toujours l'ouverture de négociations avec le gouvernement.

C'est le quatrième jour de grève depuis bientôt deux mois, ponctué en fin de journée par un défilé qui partira vers 18h00 depuis la place St-François, au centre-ville de Lausanne, en direction de la place du Château à la Cité, en passant par la place de la Riponne.

Mardi 31 janvier, entre 5000, selon la police, et 10'000 personnes, selon les syndicats, avaient défilé dans les rues de la capitale vaudoise. Ils étaient entre 3000 à 4000 le 23 janvier. Aux secteurs de l'enseignement et du social s'était aussi ajouté celui de la police.

Il y a neuf jours, environ 40 établissements scolaires s'étaient mobilisés de diverses manières, contre 50 le 23 janvier: vote d'une résolution en faveur des revendications, grève partielle ou complète, débrayage de quelques minutes, etc. Au total, quelque 2100 enseignants de l'école obligatoire et du post-obligatoire s'étaient mis en grève, contre environ 1500 le 23 janvier.

Lettre ouverte du personnel du CHUV

Le personnel du CHUV à Lausanne se mobilise à nouveau, avec des débrayages prévus dans plusieurs services et un rassemblement devant les bâtiments de l'hôpital universitaire à 12h30. Dans une lettre ouverte à la population vaudoise, publiée jeudi, les employés dénoncent "des conditions de travail qui ne cessent de se dégrader et des effectifs insuffisants".

"Nous ne demandons pas des récompenses, ni des privilèges, mais simplement de la reconnaissance et du respect. Or, en échange de cet engagement quotidien au service de toute la population, nous apprenons maintenant que notre employeur veut baisser nos salaires. Car oui, ne pas compenser l'inflation revient bien à baisser la valeur de notre salaire", écrivent-ils. "Nous ne méritons pas ça".

"Une gifle, du mépris"

La revendication est toujours identique: une indexation entière des salaires de la fonction publique et du secteur parapublic vaudois au renchérissement du coût de la vie. "Le refus du Conseil d'Etat d'ouvrir des négociations salariales est ressenti comme une gifle, du mépris", affirme jeudi dans un entretien au Temps le président du Syndicat des services publics (SSP Vaud) et député socialiste Julien Eggenberger.

"Dans ce pays où le partenariat social est une valeur cardinale, quand on n'est pas d'accord, on négocie. Les discussions peuvent être difficiles, longues, exigeantes (...) Mais on se parle, on avance pas à pas", dit-il.

"Là, depuis la séance du 8 décembre - où on nous a annoncé la décision du Conseil d'Etat -, il n'y a eu aucune rencontre entre le gouvernement et les organisations syndicales. Pour parler de nos grèves, la droite utilise le vocable horrible de 'prise d'otage". En réalité, nous sommes contraints de durcir le mouvement par la position inflexible du Conseil d'Etat", explique M. Eggenberger.

Apprentis indexés

Les trois organisations jugent que le taux d'indexation des salaires de 1,4% dès le 1er janvier 2023 pour la fonction publique et le secteur parapublic est insuffisant au regard de l'inflation. Une indexation correspondant au moins à la hausse de l'indice suisse des prix à la consommation entre octobre 2021 et octobre 2022 (+3%) est réclamée. La prime unique de 0,8% du salaire octroyée par l'Etat aux salariés de classes 1 à 10 en janvier 2023 ne satisfait pas non plus.

De son côté, le gouvernement vaudois reste ferme. Il n'entend pas revenir sur le dispositif global octroyant 182 millions de francs pour l'indexation des salaires, la lutte contre la vie chère et l'amélioration des régimes sociaux. En revanche, il a annoncé jeudi dernier l'indexation des salaires des apprentis de l'administration cantonale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Les Verts Fribourg lance Gerhard Andrey dans la course aux Etats

Publié

le

Le Vert fribourgeois Gerhard Andrey est candidat à la fois au Conseil des Etats et au Conseil national, chambre où il entend le cas échéant au moins se faire réélire (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Les Verts Fribourg lancent leur campagne en vue des élections fédérales du 22 octobre. Le parti présente notamment le conseiller national sortant Gerhard Andrey, 47 ans, dans la course au Conseil des Etats, dans le cadre de l'Alliance de gauche.

Le parti écologiste a lancé sa campagne mercredi soir lors d'une assemblée générale tenue au Werkhof à Fribourg, en présence de la conseillère aux Etats genevoise Lisa Mazzone, vice-présidente des Verts suisses. Gerhard Andrey est également candidat à un nouveau mandat de conseiller national.

Pour la Chambre du peuple, l'entrepreneur de Granges-Paccot sera accompagné sur la liste des Verts par quatre femmes et deux hommes. Celle-ci présente une moyenne d’âge de 39 ans et "fait la part belle à une relève déjà bien expérimentée", précise le communiqué. Elle mise sur la diversité des profils et des expériences politiques.

Outre Gerhard Andrey, on trouve la coprésidente des Jeunes Verts Suisse et conseillère générale à Fribourg Margot Chauderna (28 ans), le député et chef du groupe Verts et alliés François Ingold (45 ans), le coprésident des Jeunes Verts Fribourg et conseiller général à Rue Mathieu Senn (20 ans), la conseillère générale à Fribourg Valentine Mauron (37 ans), Nuria Spicher (39 ans), de Guin, et Irène Dingeldein (57 ans), de Lugnorre.

Alliance de gauche

A noter que pour le Conseil des Etats, la candidature de Gerhard Andrey s'inscrit dans le cadre de l'Alliance de gauche. Dans le camp socialiste, la députée et conseillère communale de Villars-sur-Glâne Alizée Rey, ancienne présidente du PS fribourgeois, s'est portée candidate à la candidature.

Pour rappel, le canton de Fribourg compte sept sièges au Conseil national occupés actuellement par deux centristes, deux PS, un PLR, un UDC et un Vert. Les deux sièges au Conseil des Etats sont pour leur part attribués à Johanna Gapany (PS) et à Isabelle Chassot (Le Centre).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Si vous pensez que certaines de vos actions sont mal ajustées, changez votre fusil d’épaule et tentez une autre stratégie !

Les Sujets à la Une

X