Rejoignez-nous

Vaud

A Morges, un déficit moins élevé que prévu

Publié

,

le

Morges présente un déficit limité grâce aux rentrées fiscales (image prétexte). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La ville de Morges boucle ses comptes 2023 dans le rouge, même si le déficit est moins élevé que prévu. Des revenus fiscaux en hausse expliquent en grande partie ce résultat.

L'excédent de charges s'élève à 1,4 million de francs, alors que le budget prévoyait 10,3 millions. Ce "bon résultat" s'explique en majeure partie par les revenus de l'impôt sur le bénéfice des personnes morales, qui se sont révélés "bien supérieurs aux attentes, atteignant 87 millions au lieu des 70,8 budgétisés, explique mercredi la municipalité dans un communiqué.

Corollaire de ces revenus fiscaux en hausse, la contribution de la ville à la péréquation intercommunale a également été revue à la hausse. Morges verse ainsi 30,8 millions dans le pot commun, soit 11,4 millions de plus que prévu, ce qui affecte "significativement" le résultat, détaille l'exécutif.

Investissements à un haut niveau

La commune précise que ses charges maîtrisables restent stables, à 43,3 millions de francs. Les dépenses d'investissement se montent à 26,8 millions, un niveau qui "reste élevé depuis plusieurs années", note la ville. Un tiers de ces dépenses concerne la construction du Collège de Chanel, dont l'ouverture est prévue à la rentrée 2024.

Le site de Beausobre a également bénéficié de ces investissements. Et en 2023, la ville a pour la première fois fait usage de son droit de préemption sur une parcelle, pour 3,5 millions de francs.

Dette en hausse

Enfin, la marge d'autofinancement atteint 12,1 millions, ce qui permet de couvrir 45% des investissements. La dette nette s'élève à 79,8 millions de francs, soit 8,2 millions de plus que l'année précédente.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Pas de sanctions contre l'élu lausannois Mountazar Jaffar

Publié

le

Le Parti socialiste vaudois a renoncé à sanctionner le conseiller communal lausannois Mountazar Jaffar pour ses "likes" controversés sur les réseaux sociaux (photo prétexte). (© KEYSTONE/DPA/MONIKA SKOLIMOWSKA)

Le comité directeur du Parti socialiste vaudois (PSV) a entendu mardi soir le conseiller communal lausannois Mountazar Jaffar à la suite de ses "likes" controversés" dans le cadre du conflit israélo-palestinien. Les instances dirigeantes ont décidé que la procédure disciplinaire ouverte contre l'élu faisait office d'avertissement.

Lors du comité directeur, Mountazar Jaffar a pu donner sa version des faits et répondre à différentes questions, a déclaré le président du PSV Romain Pilloud mercredi à Keystone-ATS. "Nous retenons des regrets et des excuses et que ces 'likes' ne reflètent pas sa pensée".

M. Jaffar a déclaré "n'être ni antisémite ni favorable à la destruction d'Israël. Comme le PS, il dénonce les régimes dictatoriaux ou ne respectant pas les droits humains", a rapporté M. Pilloud. "Il s'est engagé à faire plus attention" sur les réseaux sociaux.

Au final, le comité du PSV a considéré le comportement de l'élu lausannois "comme inacceptable, mais pas intentionnel". Ainsi, la procédure disciplinaire "déjà lourde" fait office d'avertissement. L'affaire n'ira pas plus loin. Le parti renonce à blâmer, suspendre ou exclure M. Jaffar.

"Ce n'est pas un blanc-seing. Aucun dérapage ne peut être toléré ni maintenant ni plus tard", a encore ajouté Romain Pilloud. La procédure disciplinaire avait été ouverte mi-mai, à la suite des "likes" du conseiller communal à des contenus hostiles à Israël sur le réseau social X.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

30 lieux de fêtes pour le Festival de la Cité 2024

Publié

le

13 scènes seront à retrouver au coeur de la Cité durant le Festival. La récente, "Les Balcons de la Mercerie", sera de retour cette année avec une nouvelle scénographie. (Archives © KEYSTONE/Cyril Zingaro)

Le Festival de la Cité va à nouveau prendre possession du quartier historique de Lausanne. Une 52e édition, prévue du 2 au 7 juillet prochain et dont la programmation a été dévoilée ce mercredi. 136 projets seront à découvrir, avec pas moins de 33 nationalités représentées.

52e mouture du Festival de la Cité. Sa programmation a été dévoilée ce mercredi matin par l'équipe : près de 140 projets artistiques (dont une quarantaine premières suisses), dans plus de 30 lieux différents. L'occasion, selon la directrice de la Cité, de découvrir le quartier historique différemment, mais pas seulement comme nous le confirme Martine Chalverat :

Cette année, le Festival propose également des projets co-construits avec des institutions ou collectifs locaux. On peut citer une parade avec les Maisons de Quartier et Eben-Hézer, un cinéma open air nomade géré par le Nouveau Cinématographe, ou encore une scène dans les Vergers de l'Hermitage. Cela permettra au Festival d'investir de nouveaux lieux.

Martine Chalverat, directrice du Festival de la Cité :

La découverte, c'est aussi le crédo de la programmation. Par exemple avec le volet musical, où les programmateurs ont garanti que le public pourra découvrir des "futures têtes d'affiches"

Joe Frailich, programmatrice musique du festival :

Une belle place aux artistes suisses

Comme chaque année, le Festival dédie une belle place aux groupes ou projets helvétiques. La musicienne Billie Bird sera notamment présente, accompagnée de plusieurs choristes et de son groupe.

Joe Frailich, programmatrice musique du festival :

Et la Suisse alémanique sera également à l'honneur pour cette édition 2024, avec certains groupes qui franchiront le Röstigraben pour la première fois. On retrouve Joe Frailich :

Du monde en plateau

Autre axe du Festival de la Cité, les arts vivants. Parmis les différents projets présentés, l'équipe du Festival souligne le nombre de ceux mettant en scène un grand nombre de personnes, ce qui tend à devenir plus rare dans ce domaine, comme nous le confirme le programmateur arts vivants de la Cité, Jonas Parson :

La programmation d'arts vivants veut aussi mettre en lumière le cirque contemporain et les frontières poreuses qui délimitent ces domaines artistiques.

Jonas Parson, programmateur arts vivants du Festival :

La programmation du Festival de la Cité 2024 est à retrouver sur le site internet de la manifestation.

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Beijing 2022

Un ticket olympique pour Alexis Bayard

Publié

le

Alexis Bayard ira finalement aux Jeux de Paris (© KEYSTONE/MARCEL BIERI)

Alexis Bayard disputera finalement les Jeux olympiques de Paris cet été. L'épéiste valaisan a obtenu une place de quota directe par la Fédération internationale (FIE), a annoncé Swiss Fencing.

Cette place a pu être réattribuée parce que la nation hôte, la France, n'a pas utilisé toutes les invitations disponibles, souligne la fédération suisse. Cette dernière wildcard revient à l'escrimeur le mieux classé à l'issue de la phase de qualification, Alexis Bayard en l'occurrence.

Le Valaisan de 27 ans avait échoué en quart de finale du tournoi de qualification olympique organisé fin avril au Luxembourg. Il est le deuxième Helvète à décrocher un ticket pour ces Jeux après la Chaux-de-Fonnière Pauline Brunner, qui était quant à elle parvenue à s'imposer lors de ce tournoi de zone.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Nouvelle étape pour une fusion à la Vallée de Joux

Publié

le

En cas de fusion, la Vallée de Joux deviendrait la plus vaste commune du canton de Vaud (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les Conseils communaux des trois communes de la Vallée de Joux - L'Abbaye, Le Chenit et Le Lieu - se sont prononcés mardi soir en faveur d'une fusion. La population aura le dernier mot le 22 septembre prochain.

La convention de fusion a été largement acceptée par les trois législatifs, tant par les élus de L'Abbaye (26 oui/9 non/3 abstentions) que ceux du Chenit (50/8/0) et du Lieu (28/7/0).

"Cette étape du processus était clé: si un seul des conseils refusait le préavis rédigé conjointement par les trois Municipalités, l'idée de la fusion s'arrêtait là", indique le comité de pilotage du projet de fusion dans un communiqué.

Selon la convention de fusion, L'Abbaye, Le Chenit et Le Lieu ne formeraient plus qu'une seule commune dès le 1er janvier 2027. Elle s'appellerait La Vallée de Joux et serait la plus vaste du canton avec une superficie de 16'361 hectares.

La nouvelle commune compterait environ 7000 habitants. Elle regrouperait dix localités, dont la plupart ont déjà fusionné (L'Orient, Le Brassus, Le Sentier, Le Solliat, Le Lieu, Le Séchey, Les Charbonnières, Le Pont, L'Abbaye et Les Bioux).

Long processus

En vue de la votation du 22 septembre, des séances d'information à la population seront organisées en juin dans les trois communes.

Cela fait plus de 10 ans que cette idée de fusion à trois circule à la Vallée de Joux. Un premier projet avait échoué en 2011, à la suite d'un refus du Conseil communal de L'Abbaye. Le sujet est ensuite revenu sur la table en 2017 avec une nouvelle motion déposée dans les trois législatifs. Les trois communes l'ont acceptée et un comité de pilotage a lancé le processus en cours en 2021.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X