Rejoignez-nous

Vaud

Douze militants pro-climat devant la justice

Publié

,

le

Après avoir pris la rue, le mouvement de lutte pour le climat s'étend aux tribunaux (archives). (©KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

La lutte des militants pro-climat s'étend aux tribunaux. Douze jeunes activistes comparaissent cette semaine au Tribunal de police de l'arrondissement de Lausanne pour une action dans les locaux de Credit Suisse en novembre 2018.

Ce procès, le premier de cette ampleur en Suisse depuis le début de la mobilisation contre le réchauffement climatique, est programmé de mardi à jeudi dans la salle d'audience cantonale de Renens. Le jugement sera rendu quelques jours plus tard, le lundi 13 janvier.

Pour défendre les douze prévenus - cinq femmes et sept hommes -, un collectif de treize avocats s'est constitué. Cette armada, dans laquelle figurent notamment les anciens bâtonniers Antonella Cereghetti et Christian Bettex, plaidera bénévolement, convaincue du bien-fondé de la démarche des militants.

Présentés fin novembre à la presse, ces avocats ont déjà dévoilé une partie de leur stratégie. Selon eux, ces jeunes âgés de 21 à 34 ans ont agi "en état de nécessité" et doivent être considérés comme des lanceurs d'alerte.

Les faits remontent au 22 novembre 2018, lorsque les activistes avaient fait irruption dans le bâtiment de Credit Suisse à la rue du Lion d'Or, au centre de Lausanne. Déguisés en joueurs de tennis, ils avaient occupé les locaux de la succursale pour dénoncer "l'hypocrisie" d'une banque qui s'associe à l'image positive de Roger Federer tout en menant une politique d'investissement dans les énergies fossiles néfaste pour l'environnement.

Opposition

L'action, qui avait été menée parallèlement à Genève et Bâle, avait duré une heure et demie. Elle s'était déroulée sans violence. La police avait toutefois dû intervenir et évacuer les plus récalcitrants qui refusaient de quitter les lieux. Credit Suisse avait porté plainte fin décembre 2018.

Les militants ont été condamnés par ordonnance pénale au printemps dernier pour violation de domicile et infraction à la loi sur les contraventions pour avoir notamment refusé de se conformer aux injonctions de la police. Ils ont écopé chacun de 30 jours-amende à 30 francs avec sursis pendant deux ans et d'une amende allant de 400 à 600 francs (convertible en respectivement 13 à 20 jours de prison).

C'est en faisant opposition à cette condamnation que les activistes ont ouvert la voie à un procès. L'occasion de dénoncer une répression qu'ils jugent "démesurée et absurde", mais aussi de donner encore davantage d'écho à leur cause.

Procès en série

Les douze membres de Lausanne Action Climat - un mouvement qui s'est fondu en 2019 dans d'autres collectifs comme la Grève pour le climat ou Extinction Rebellion - ne sont pas les premiers à passer au tribunal. Un autre défenseur du climat a été condamné début novembre à Lausanne pour l'occupation d'un bâtiment des Retraites Populaires. Son procès s'était toutefois déroulé à huis clos, le militant étant encore mineur.

D'autres procès climatiques vont suivre ces prochains mois en Suisse. Rien que dans le canton de Vaud, près de 120 membres d'Extinction Rebellion ont été condamnés par ordonnance pénale pour différentes actions menées cette année. Comme la plupart ont fait opposition, leur cas se traitera aussi devant les tribunaux.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Première pierre posée pour l'écoquartier de Central Malley

Publié

le

L'écoquartier de Malley comptera cinq bâtiments, dont deux tours. (Image de synthèse: ©SBB CFF FFS)

Nouveau cap symbolique pour le chantier de Central Malley. La première pierre de l’écoquartier à cheval entre Prilly et Renens a été posée ce lundi. L’objectif pour les CFF, propriétaires des parcelles, est d’achever les premiers bâtiments pour 2024. Les délais sont tenus jusqu'ici.

La première pierre de l’écoquartier de Central Malley est posée. Les CFF, propriétaire de l’ancienne friche industrielle, ont organisé une cérémonie ce lundi en compagnie des autorités de Prilly et Renens. L’occasion de rappeler l’objectif : terminer les premiers des cinq bâtiments projetés près de la gare de Prilly-Malley en 2024. L’écoquartier devrait, à terme, accueillir 500 habitants et 1'500 emplois. La commune de Prilly est-elle déjà prête pour ce bond démographique ? La réponse de son syndic, Alain Gillièron.

Alain GillièronSyndic de Prilly

La municipale de l’urbanisme de Renens convient, elle aussi, que ce bond démographique représente un défi. Elle souligne toutefois que ce nouvel écoquartier représente l’urbanisme de demain, car axé mobilité. Les précisions de Tinetta Meystre.

Tinetta MeystreMunicipale de Renens chargée de l'urbanisme

Une question de timing

Cette pose de la première pierre intervient quelques jours après l’annonce du nouveau retard des travaux de la gare de Lausanne. Le timing des CFF n’est-il pas délicat ? La réponse de Susanne Zenker, membre de la direction de CFF Immobilier.

Susanne ZenkerMembre de la direction de CFF Immobilier
Continuer la lecture

Lausanne

La forêt en fête samedi à Sauvabelin

Publié

le

La partie officielle se tiendra au pied de la tour de Sauvabelin (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La forêt sera en fête samedi à Sauvabelin, sur les hauts de Lausanne. Au menu de cette 11e édition d'Arbracadabra, des démonstrations de débardage à cheval, des ateliers forestiers et nature, des contes et des concerts.

La manifestation a pour thème le rôle des forêts dans la protection du climat. Des professionnels de la forêt, des associations et des artistes participeront à cette journée, organisée par la ville de Lausanne en partenariat avec l'association Arbracadabra.

Une place de choix sera réservée à la filière forestière et aux métiers de la forêt. Des stands informeront sur l'actualité du plan canopée, qui vise à rafraîchir la ville, et le projet 123... Nature, qui cherche à dresser un état des lieux de la biodiversité.

Des stands de restauration et une buvette seront à la disposition du public, qui est invité à se rendre à la fête à pied ou en transports publics. Une navette est proposée depuis le parking-relais des Avettes (proche de Grand-Vennes), la Sallaz et Sauvabelin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Piste de ski vertigineuse inaugurée aux Diablerets

Publié

le

Le Black Wall relie le sommet de Glacier 3000 (3000 m) au col du Pillon (1546 m), en passant par un tunnel de 265 m percé dans la montagne. La pente atteint jusqu'à 46° (104%). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Une piste noire présentée comme l'une des plus raides au monde a ouvert lundi sur le domaine skiable de Glacier 3000, aux Diablerets. Cette descente de 3 km relie le sommet (3000 m) au col du Pillon (1546 m), via un tunnel de 265 m percé dans la montagne.

Avec une pente maximale à 104% (46°), le Black Wall (mur noir) dépasse la Streif ou le Lauberhorn, les redoutables pistes de ski alpin de Kitzbühel (Autriche) et de Wengen (Alpes bernoises), compare un communiqué de Glacier 3000. Sa préparation a représenté un défi, souligne l'exploitant. Il a fallu stationner une dameuse avec un treuil de 1400m de long dans la paroi au sommet de la pente, afin de pouvoir damer la partie supérieure de la piste.

Le nouveau tracé se trouve sur le secteur de Pierres Pointes, déjà utilisé pour le ski de 1963 à 1999. Ce versant était alors desservi par une télécabine, démantelée lors du renouvellement des installations.

La réalisation du tunnel - qui est équipé d'un tapis de ski pour l'intérieur - a pris six mois. Dans le but de limiter le recours à l'hélicoptère, l'essentiel du matériel a été acheminé à l'aide des remontées mécaniques existantes et d'un téléphérique de chantier installé pour l'occasion, indique le communiqué.

Garantir la compétitivité

Glacier 3000 dispose désormais de trois grandes pistes de plus de 1000 m de dénivelé: Combe d'Audon (7 km), Red Run (8 km) et Black Wall. "Toutes les trois se situent sur des versants nord, avec un départ à plus de 3000 m d'altitude, garantissant un enneigement naturel cinq mois par année", relève l'entreprise.

Il s'agit de garantir une "offre compétitive" dans un contexte marqué par le réchauffement climatique et la raréfaction de la neige. La société rappelle ainsi que l'exploitation du secteur du glacier de Tsanfleuron, sur le domaine de Glacier 3000, est incertaine pour les prochaines décennies en raison de la fonte des glaces.

Les amateurs de glisse pourront s'essayer à la nouvelle piste jusqu'au 7 mai prochain, date qui marquera la fin de la saison de ski. Le Black Wall aurait initialement dû être inauguré le 9 février dernier, mais les conditions météorologiques en avaient décidé autrement.

Une partie de la station supérieure de Glacier 3000 a été ravagée par un incendie en septembre dernier. Le restaurant dessiné par l'architecte tessinois Mario Botta au 4e étage ainsi que le self-service du 3e étage ont été détruits, mais le téléphérique est resté intact et les installations ont pu ouvrir le 12 novembre, avec une offre de restauration adaptée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

D'une voix, les élus lausannois montrent leur colère face aux CFF

Publié

le

Des conseillers communaux de six partis lausannois ont exprimé leur colère lundi face au retard de plusieurs années annoncé pour le chantier de la gare de Lausanne. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Des élus lausannois de gauche, du centre et de droite ont exprimé leur colère ce lundi matin devant la gare de Lausanne. Réactions à l'annonce en fin de semaine dernière du nouveau retard d'importance pris par le chantier. Ils dénoncent notamment une inégalité de traitement et un grave manque de considération.

L'annonce en fin de semaine dernière du réagencement du chantier de la gare a fait des remous. Alors que vendredi, les CCF annonçaient un chantier revu, corrigé et retardé, les différents partis du Conseil communal lausannois n'ont pas tardé à réagir.

C'est avec une unité rare que des représentants des partis du législatif communal se sont exprimés pour dénoncer une inégalité de traitement, un grave manque de considération pour la Suisse romande et pour Lausanne, une gestion hasardeuse pour un des chantiers les plus importants du pays.

Louis DanaConseiller communal et président du groupe socialiste au Conseil communal

Les députés déplorent des investissements insuffisants dans notre région, ainsi que les nouveaux délais de la gare. "En 2038, j'aurai 45 ans" a notamment protesté la Vert'libérale Virginie Cavalli. "Ma génération qui organise sa vie autour de la gare va être clairement péjorée".

Virginie CavalliConseillère communale et co-présidente des Vert'libéraux du Grand Lausanne

Le président du groupe UDC Valentin Christe a lui questionné la situation des petits commerces alentours, tandis que Yohan Pain, conseiller communal d'Ensemble à Gauche demande des dédommagements pour les riverains et commerçants.

Concernant les surcoûts liés à cette nouvelle planification, les CFF précisent qu’ils seront analysés ces prochains mois. Il faut des garanties pour que ces coûts ne tombent pas sur la ville ou le canton. Les partis veulent exiger du Conseil fédéral de prendre en charge les surcoûts financiers du retard.

Valentin ChristeConseiller communal et président du groupe UDC

La présidente de la section lausannoise du PLR, Mathilde Maillard, a elle exprimé des conséquences qui seront néfastes pour la ville centre qu'est Lausanne. Des retards qui portent atteintes à la vie économique, aux transports publics de la région, mais plus généralement à d'autres projets de la ville comme par exemple le futur métro M3.

Soutien de la Romandie

Les différents représentants des partis lausannois ont appelé à un engagement plus global, notamment de l'ensemble des élus lausannois, vaudois mais également romands. Faire pression pour que la gare de Lausanne puisse continuer de jouer son rôle de noeud ferroviaire important du réseau romand et suisse. Il en va de la cohésion nationale selon eux :

Mathilde MaillardConseillère communale et présidente du PLR Lausanne

Rencontres avec les CFF

Des représentants des CFF étaient présents au point de presse de ce lundi matin, en qualité d'auditeurs. Ils ont constaté pour leur part un besoin de clarification et d'explications sur le projet. Ils ont ainsi invité les différents présidents des partis lausannois à une rencontre, invitation acceptée. Une date devrait rapidement être trouvée.

Le syndic de la ville de Lausanne, Grégoire Junod, était l'invité de l'actu de LFM ce 20 mars. Il réagissait au dossier de la gare : 

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Vous trouverez, dès ce matin, la parade pour tordre le cou aux contretemps et aux contrariétés de ces derniers temps ! Accrochez-vous !

Les Sujets à la Une

X