Rejoignez-nous

Vaud

Facture sociale: des communes mettent la pression sur le canton

Publié

,

le

Réunie en assises, une centaine de communes vaudoises ont envoyé jeudi soir un signal fort au Conseil d'Etat sur la facture sociale. Elles remettent en question la clé de répartition actuelle et déclarent "l'état d'urgence" pour les finances communales. Certaines envisagent même une action en justice.

A l'initiative des syndics de Crans-près-Céligny, Robert Middleton, et de Rolle, Denys Jaquet, des Assises de la facture sociale ont été organisées jeudi soir au Casino Théâtre de Rolle. Les deux responsables communaux ont aussi créé le Mouvement contre la facture sociale, un groupe de réflexion et non une nouvelle association intercommunale, aiment-ils à préciser.

L'objectif est de débattre de la facture sociale et exiger que le canton reprenne à sa charge la totalité des quelque 820 millions de francs de l'addition pour 2020, au lieu du principe "moitié-moitié" actuel. Des communes comme Crans-près-Céligny, Rolle et Bursinel ont récemment menacé de ne pas payer leur part de cette facture sociale.

"Plus de 160 personnes représentant 114 communes vaudoises ont participé à ces assises", soit plus du tiers des 309 communes du canton, se félicite Robert Middleton, interrogé par Keystone-ATS. "Villes et villages de toutes les régions du canton étaient représentés", souligne-t-il, se disant "impressionné et ému".

"Ras-le-bol général"

"C'est un gros succès et un message fort envoyé au Conseil d'Etat pour dire que la situation actuelle ne peut plus durer et que des réformes rapides doivent être mises en place", affirme-t-il. "C'est un indicateur du ras-le-bol général des communes, dont beaucoup s'endettent et doivent commencer à emprunter pour faire tourner le ménage communal", constate-t-il.

Les assises ont adopté par acclamation plusieurs conclusions. Elles déclarent "l'état d'urgence pour les finances communales". Elles "soutiennent" l'Union des communes vaudoises (UCV) et l'Association des communes vaudoises (AdCV) dans le cadre des négociations en cours avec le Conseil d'Etat.

Les représentants des communes présentes soulignent par ailleurs que leur action "ne met pas en cause la facture sociale en tant que telle", "ne vise pas la création d'une structure parallèle aux associations faîtières des communes" et "va de pair avec une refonte de la péréquation intercommunale qui répond aux besoins des communes à faible potentiel fiscal".

Durcir le ton

Concrètement, le Mouvement va attendre le dénouement des discussions actuelles entre le gouvernement vaudois, l'UCV et l'AdCV. S'il devaient y avoir trop de concessions faites par les communes, MM. Middleton et Jaquet se réservent le droit de convoquer de nouvelles assises pour élaborer un plan d'action "plus dur".

Les communes de Crans-près-Céligny et de Rolle ont déjà décidé de faire recours au Tribunal cantonal contre les chiffres définitifs de la facture sociale qui seront annoncés par le canton au mois de juin. Un groupe d'étude a été mis sur pied pour examiner les questions de constitutionnalité.

"Selon nous, la facture sociale ne respecte pas l'article 139 de la Constitution vaudoise, qui précise que les communes sont autonomes pour choisir l'affectation de leurs impôts", explique M. Middleton. "Plusieurs communes nous ont indiqué être prêtes à intenter une action collective", relève-t-il.

En décembre dernier, les représentants des communes ont aussi fait entendre leur ras-le-bol lors du débat sur le budget 2020 au Grand Conseil. Ils ont réclamé une nouvelle répartition des charges sociales. A leurs yeux, celles-ci pèsent trop sur les finances des communes et pas assez sur les épaules du canton.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Immersion dans d'autres mondes à la Maison d'Ailleurs

Publié

le

Réalité virtuelle, des projections murales (comme ici avec les oeuvres créées via l'intelligence artificielle) ou des environnement immersifs sont à découvrir dans cette nouvelle exposition. (© Antón de Macedo et Paul Hegi)

La nouvelle exposition du musée yverdonnois de la Maison d'Ailleurs se consacre à l'immersion dans les mondes de fiction. Au travers de plusieurs salles, le parcours souhaite montrer la puissance des autres mondes et leur réflexion sur notre vie.

S’immerger dans des mondes de fictions, pour quels avantages ? C’est une des questions que se pose la nouvelle exposition de la Maison d’Ailleurs. Au travers de réalité virtuelle, de projections murales ou encore d’expériences sonores, le spectateur va pouvoir se questionner sur cette immersion.

Celle que certains définissent dans la fiction comme vivre une autre vie, dans une autre monde. Avec l’essor des films, des séries télévisées, des jeux vidéos, nous nous immergeons tous dans d’autres univers, au quotidien :

Marc AtallahCurateur de l'exposition Une autre vie ?

Si la Maison d’Ailleurs se veut être le musée de la science-fiction et des voyages extraordinaires, ce sont bien l’entier des mondes de fictions qui sont concernés par cette exposition.

Marc AtallahCurateur de l'exposition Une autre vie ?

Les visiteurs pourront s'immerger dans plusieurs formes d'oeuvres, allant de la réalité virtuelle à la projection murale, ou encore à des extraits sonores :

Marc AtallahCurateur de l'exposition Une autre vie ?

Cependant, selon le curateur de l'exposition, la frontière entre liberté grâce à l'immersion et à sa sortie et la propagande peut être fine :

Marc AtallahCurateur de l'exposition Une autre vie ?

Jouets des Eighties

Une autre exposition est également présentée, dans l'Espace Jules Vernes. Comme les deux années précédentes, cet espace est consacré à la présentation de jouets, cette fois si des années 80, liés à la pop culture. Une décennie prolifique, une époque où on pouvait encore exprimer des exubérances, sans retenues.

Deux expositions à découvrir dès le 24 février 2024 et qui dureront jusqu'au 5 janvier 2025.

Continuer la lecture

Lausanne

Etude d'Unisanté: une loi fédérale sur la santé serait pertinente

Publié

le

Selon une étude d'Unisanté, la gouvernance du système de santé suisse devrait être plus claire et plus cohérente (image d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Unisanté a analysé la gouvernance du système de santé suisse. Son rapport met en évidence une vision fragmentée axée sur les soins, une gouvernance complexe et un enchevêtrement des responsabilités cantonales et fédérales. Il conclut à la pertinence d'une loi fédérale.

Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique de Lausanne Unisanté a été mandaté pour réaliser cette étude par l'Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM) qui milite en faveur d'un système de santé suisse plus durable. Son rapport vient d'être publié, souligne Unisanté mercredi dans un communiqué.

Les travaux montrent que le système de santé est performant, mais mal adapté aux enjeux futurs. La gouvernance actuelle du système de santé suisse dilue les responsabilités auprès de nombreux acteurs. Elle n'offre pas le cadre nécessaire pour garantir que les parties prenantes s'accordent sur des objectifs communs répondant aux besoins en santé de la population et ½uvrent à leur réalisation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Le site du Centre de formation des pompiers de La Rama est pollué

Publié

le

L'usage de mousses anti-incendie lors des exercices de feu a causé la pollution du site du Centre de formation des sapeurs-pompiers lausannois et vaudois de La Rama, au-dessus de Lausanne, détectée en 2022 et confirmée en 2023 (archives). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le site du Centre de formation des sapeurs-pompiers de La Rama à Montheron, au nord de Lausanne, est pollué. L'usage de mousses anti-incendie lors des exercices de feu est la cause de cette pollution, détectée en 2022 et confirmée en 2023. Il n'y a toutefois aucun impact sur des captages d'eau potable et l'eau distribuée à la population peut être consommée en toute confiance, assure la Ville de Lausanne.

Il n'y a pas actuellement non plus d'usage à risque sur le site de La Rama, que ce soit les places de jeux ou les jardins. La principale contrainte concernerait la gestion des sols pollués en cas de travaux de terrassement sur le site, a indiqué mercredi la Municipalité lausannoise dans un communiqué.

C'est à la suite des préoccupations croissantes concernant les composés alkylés per- et polyfluorés (PFAS) qu'une évaluation des sols et des eaux sur le site de La Rama a été menée par le Service de l'eau, le Service de protection et sauvetage (SPSL) et l'Unité environnement de la Ville de Lausanne, en collaboration avec la Direction générale de l'environnement de l'Etat de Vaud.

"Polluants éternels"

Les PFAS sont un groupe de plusieurs milliers de produits chimiques synthétiques et persistants formés de fluor et de carbone, difficilement biodégradables. Cela conduit à leur accumulation dans l'environnement et dans la chaîne alimentaire, d'où le nom de "polluants éternels".

Depuis le début des années 1970, les PFAS sont largement utilisés dans la production de textiles et d'électronique, mais également de mousses extinctrices anti-incendie, de farts, etc. Les mousses d'extinction utilisées par les sapeurs-pompiers contenant les substances les plus problématiques (PFOS, PFOA) ont été abandonnées dans tout le canton de Vaud dès 2011.

Des PFAS avaient déjà été détectés en 2022 dans les sols exposés à l'usage de mousses anti-incendie lors des exercices de feu au Centre de formation. Neuf différentes substances avaient été analysées. Les nouvelles investigations menées l'an dernier ont également confirmé la présence de PFAS dans les eaux usées, les eaux claires, les eaux de surface, et en traces dans les eaux souterraines. Cette fois-ci, 21 différentes substances ont été analysées.

Sédiments du Talent à analyser

En l'absence de bases légales spécifiques au niveau fédéral pour les PFAS dans le sol, le site sera défini publiquement comme "site pollué, nécessite une investigation", explique la Ville. Une analyse des sédiments de la rivière du Talent va compléter cette étude prochainement, annonce-t-elle.

Pierre-Antoine Hildbrand, municipal en charge de la sécurité, de l'économie et de l'eau, se veut rassurant. "Il n'y a aucune trace d'un impact sur les captages d'eau de Lausanne. L'eau potable distribuée à la population est toujours d'excellente qualité et peut être consommée en toute confiance", affirme-t-il.

Les valeurs de PFAS analysées de l'eau consommée par la population de la région lausannoise sont jusqu'à présent largement en-dessous des normes suisses actuelles et des normes européennes qui sont plus sévères, précise le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

La salle de gym du collège de Bière (VD) part en flammes

Publié

le

Le feu a pu être maîtrisé en milieu de matinée. (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Un incendie a ravagé mercredi matin la salle de gymnastique du collège de Bière (VD). Aucune victime n'est à déplorer. L'établissement scolaire, qui accueille 200 élèves de quatre à douze ans, restera fermé jusqu'à la fin de la semaine.

Alertés vers 05h00, les pompiers sont intervenus avec une dizaine de véhicules. Au plus fort de l'intervention, ils étaient une soixantaine sur place, a expliqué mercredi à Keystone-ATS le capitaine Nicolas Fatton, remplaçant du commandement du SDIS Etraz-région. Une enquête a été ouverte.

Le sinistre a été maîtrisé en fin de matinée. Puis les pompiers ont procédé à l'extinction de petits foyers résiduels. L'incendie a totalement détruit la halle de gymnastique, le feu se répandant rapidement à tout le volume. "Au-dessus, les sociétés locales se servent d'une pièce pour y entreposer du matériel. Tout est parti en fumée", a relevé le syndic Michel Dénéréaz. La suie et l'eau ont endommagé une partie de l'habitation du concierge et deux salles.

Les locaux scolaires ont été en grande partie épargnés par les flammes. "Il semble que les murs coupe-feu aient bien fonctionné", a observé le syndic. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes du sinistre.

Fermé jusqu'à vendredi

Les autorités communales et scolaires, d'entente avec les services de secours, ont décidé que l'établissement garderait portes closes mercredi, jeudi et vendredi. Le temps de sécuriser la zone incendiée et de procéder aux nettoyages des locaux de l'école.

Dans la mesure du possible, les parents sont priés de garder leurs enfants à la maison. Une solution de garde est toutefois proposée à l'Unité d'accueil pour écoliers à Pampigny. Les parents ont été informés, relève Murielle Pretlot Desoleil, directrice de l'établissement, qui espère pouvoir rouvrir en début de semaine prochaine. "J'attends encore le feu vert des services techniques".

Une solution se dessine pour les cours de gymnastique qui devraient à l'avenir se tenir à Montricher et à Pampigny. Mercredi, deux routes ont été provisoirement fermées pour les besoins des opérations de secours, sans incidence sur le trafic.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Les constellations parlent de grands sentiments et d’émotions qui vous font la part belle, de quoi vous donner des ailes et enjôler tout le monde.

Les Sujets à la Une

X