Rejoignez-nous

Lausanne

En appel, Alain Soral se défend à nouveau de toute homophobie

Publié

,

le

L'essayiste franco-suisse Alain Soral s'est à nouveau retrouvé devant la justice vaudoise, mercredi, pour un procès en appel pour homophobie. (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

L'idéologue d'extrême droite Alain Soral a comparu mercredi en appel devant le Tribunal cantonal vaudois à Lausanne pour homophobie. En première instance, il avait uniquement été condamné pour diffamation. Le Ministère public a redemandé trois mois de prison.

Alain Soral, de son vrai nom Alain Bonnet, bientôt 65 ans et domicilié à Lausanne depuis octobre 2019, est jugé à la suite d'une vidéo où il a attaqué une journaliste de La Tribune de Genève et de 24 heures ayant publié un article à son sujet en août 2021 qu'il estime à charge.

Dans cette vidéo publiée sur le site internet de son association Egalité et Réconciliation (E&R), l'essayiste franco-suisse a traité la journaliste de "grosse lesbienne" et "militante queer", insinuant que ce dernier terme voulait dire "désaxé". Celle-ci a déposé une plainte pénale en septembre 2021.

M. Soral est repassé devant la justice vaudoise à la suite de l'appel déposé par le Parquet en février dernier contre le jugement du Tribunal d'arrondissement de Lausanne du 16 décembre 2022. Ce dernier ne l'avait pas condamné à trois mois de prison ferme pour discrimination et incitation à la haine, comme le soutenait alors le Parquet. Il avait toutefois écopé de 30 jours-amendes à 50 francs pour diffamation.

Même arguments

Sans nouvelle surprise, les deux parties sont restées dans leurs argumentaires de première instance. Le nouveau procureur général Eric Kaltenrieder, dont c'était le premier réquisitoire depuis son entrée en fonction en début d'année, a repris dans les grandes lignes celui de son prédécesseur Eric Cottier.

Il a réitéré que les propos d'Alain Soral étaient "dépréciatifs, rabaissants et discriminants". "Ce ne sont pas que des mots, ce sont des messages (...) M. Soral a de la haine et du mépris pour les homosexuels (...) Il n'est pas crédible lorsqu'il affirme le contraire", a déclaré M. Kaltenrieder.

Le Parquet a donc une nouvelle fois requis trois mois de prison ferme, dans une "logique pénale" pour "dissuader le prévenu de récidiver", lui qui a déjà été condamné à une vingtaine de reprises en France, en grande partie pour des infractions liées à la provocation à la haine, diffamation et injure antisémite.

"Procès d'inquisition assez épouvantable"

L'avocat du prévenu, Me Pascal Junod, a de nouveau réfuté toute homophobie, évoquant l'acharnement spéculatif du Ministère public et "un procès d'inquisition assez épouvantable" "C'est l'homme que l'on veut juger et non pas ses quelques mots d'une réaction à chaud, à savoir une réponse du berger à la bergère", a-t-il dit.

L'article en question a été la "goutte qui a fait déborder le vase dans un contexte de harcèlement médiatique avant même l'installation de M. Soral en Suisse", a expliqué l'avocat de la défense. Il s'agit d'une réaction envers une journaliste et non envers toute la communauté LGBT, selon lui. Il a donc écarté toute idée de propagation d'idéologie.

Me Junod a encore relevé que l'enjeu de ce procès était d'obtenir "une jurisprudence Soral sur l'homophobie" en Suisse. Il a redemandé l'acquittement pour son client. Si une peine devait être prononcée, il a insisté pour qu'elle soit "clémente" et assortie du sursis.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Lausanne

Un superordinateur pour donner un coup de pouce à l’IA suisse

Publié

le

L?ETH Zurich et l'EPFL lancent "Swiss AI", une initiative reposant sur le nouveau supercalculateur "Alps" en vue de développer une intelligence transparente et fiable (photo d'illustration). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

L’ETH Zurich et l’EPFL lancent conjointement "Swiss AI", une initiative qui vise à positionner la Suisse comme leader dans la mise en oeuvre d’une intelligence artificielle (IA) transparente et fiable. Elles utiliseront à cet effet le nouveau supercalculateur "Alps".

Le supercalculateur "Alps" du CSCS de l'ETH Zurich entrera en service à Lugano en février 2024. Avec ses 10'000 processeurs graphiques (GPU) de dernière génération, il fait partie des ordinateurs les plus puissants du monde. Il a été spécialement conçu pour répondre aux besoins des applications dans le domaine de l'intelligence artificielle, expliquent l'ETH et l'EPFL lundi dans un communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne: la filiale d'UBS aspergée d'orange

Publié

le

Renovate Switzerland s'en est pris lundi à un bâtiment d'UBS à Lausanne (photo d'illustration). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Deux militants de Renovate Switzerland ont aspergé de peinture orange la façade de la filiale UBS de Lausanne. Leur action s'est déroulée uniquement à l'extérieur du bâtiment, lundi vers midi à la place St-François.

Les deux activistes ont été interpellés par la police, de même qu'un troisième sympathisant qui les accompagnait. Renovate Switzerland explique avoir voulu "mettre en évidence" le fait que la banque "ne rénove pas suffisamment les bâtiments dont elle est propriétaire", affirme l'organisation dans un communiqué. Elle avait mené une action similaire il y a deux semaines sur un autre bâtiment UBS à Genève.

Pour Renovate Switzerland, "ni le gouvernement, ni les grands propriétaires avancent sérieusement sur la rénovation thermique" des bâtiments, alors que cette mesure "efficace et consensuelle" permet de diminuer les émissions de gaz à effet de serre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne: une ligne des tl exploitée à 100% par des e-bus en 2024

Publié

le

Inaugurée en 2019 à Lausanne, la ligne 24 qui longe le bord de lac sera à 100% composée d'e-bus en 2024 (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les deux premiers autobus électriques (e-bus) des Transports publics de la région lausannoise (tl) circulent depuis mi-novembre sur la ligne 24 (Bourdonnette – Tour Haldimand-Lac). Ils seront rejoints par trois autres dans les prochaines semaines. En 2024, cette ligne sera la première du réseau tl exploitée à 100% avec des e-bus à batterie.

Ce premier pas permettra d’éviter chaque année 350 tonnes d’émissions de CO2 sur ce trajet qui longe le bord du lac et dessert le Musée Olympique, le Théâtre de Vidy et le siège du CIO, indiquent les TL lundi dans un communiqué. Et d'ajouter que l’expérience de la ligne 24 sera précieuse pour la mise en oeuvre de la transition de la flotte de bus à l’horizon 2030.

Cette ligne a été choisie pour sa proximité avec le dépôt de Perrelet à Renens, où la recharge des e-bus s’effectue. En outre, sa topographie sans dénivelé permet d’assurer une desserte fiable.

En parallèle, ces cinq e-bus rouleront régulièrement sur d’autres lignes pour analyser leurs performances sur les pentes lausannoises. Les équipes pourront ainsi expérimenter les défis que représentent ces nouveaux véhicules électriques pour l’organisation de l’exploitation et la planification des installations. L’arrivée de nouveaux bus est également l’occasion de tester l’habillage des véhicules.

En amorçant la transition vers des transports publics silencieux et sans émissions directes et locales de CO2, les tl disent s’engager à diminuer l’impact de leur activité sur l’environnement et contribuer aux plans climat du canton et des communes.

En 2022, les tl ont transporté 75% des voyageurs avec des véhicules électriques (métros et trolleybus). Pour autant, 60% de la flotte de véhicules routiers est thermique. Le remplacement de ces 162 bus diesel est prévu au fur et à mesure de leur fin de vie pour maîtriser les coûts et bénéficier des dernières technologies disponibles à l’horizon 2030.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Nouveaux spectacles à Rumine et à la Palud à mi-décembre

Publié

le

Cette année, les illuminations de rue resteront allumées une heure de plus que l'an dernier, jusqu'à 21 heures (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

A Lausanne, le concept des éclairages de Noël est dans une phase de transition. Cette année, un nouveau spectacle son et lumière habillera le Palais de Rumine du 14 au 24 décembre. La traditionnelle projection sur l’Hôtel de Ville, à la Place de la Palud, aura lieu aux mêmes dates. Et pour que fêter ne rime pas avec gaspiller, les illuminations de rue seront éteintes à partir de 21h00.

"La Légende d’Harmonia", spectacle de vidéomapping de 15 minutes, égaiera le Palais de Rumine les 14 et 15 décembre et du 17 au 24 décembre 2023. Le nouveau spectacle "La fabuleuse histoire de Jean-Yves Lablette" sera projeté sur l'Hôtel-de-Ville, à la place de la Palud, aux mêmes dates, avec des horaires alternés, a communiqué la Ville de Lausanne.

Ces animations s’ajouteront aux traditionnelles attractions lumineuses que sont les balançoires à la place de la Louve, le sapin illuminé à la Palud et les décorations de rue.

Afin de ne pas laisser la place de la Riponne dans le noir, le Palais de Rumine sera éclairé du début du mois jusqu'au 13 décembre et du 25 au 31 décembre. Les habituelles décorations lumineuses dans les rues et le sapin à la Palud animeront la ville jusqu'au 3 janvier 2024 jusqu'à 21h00, soit une heure de plus que l'an dernier. La cathédrale sera également illuminée dans des couleurs festives jusqu’à 23h00 durant cette période.

Faible consommation

Les illuminations des Fêtes de fin d’année contribuent de manière importante à l’ambiance festive et consomment peu d’électricité. A Lausanne, les guirlandes et autres décorations sont régulièrement entretenues et remplacées par des modèles plus efficients. Cette année, ils consommeront environ 8000 kWh, soit environ 0,001% de la consommation d’électricité annuelle globale de la ville.

"L’an dernier, dans un contexte de pénurie d’énergie, la Municipalité avait décidé de ne pas les supprimer, mais d’en restreindre la durée et les horaires. Cette année, la situation énergétique est meilleure, mais les efforts doivent se poursuivre", explique Xavier Company, conseiller municipal et directeur des Services industriels de Lausanne (SiL), cité dans un communiqué.

"C’est pourquoi la durée d’éclairage est prolongée d’une heure le soir à 21h00 au lieu de 20h00. La période est fixée, comme l’an dernier du 1er décembre au 3 janvier". Déjà réduit en 2022, le festival Lausanne Lumière n'aura ainsi pas lieu en tant que tel cette année, précise encore la Ville.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X