Rejoignez-nous

Lausanne

Feux clignotants la nuit dans l'Ouest lausannois

Publié

,

le

De nuit, les feux clignoteront à certains carrefours (Image prétexte © KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Des communes de l'Ouest lausannois vont procéder à la mise au clignotant des feux de certains carrefours durant la nuit. L'objectif est de fluidifier le trafic et d'atténuer les nuisances sonores.

A Renens, la municipalité a validé une mise au clignotant pérenne de sept carrefours le long de la rue de Lausanne et de la route de Cossonay. Et ceci dès le 1er mai, de 22h00 à 06h00 du matin. Ecublens fera de même pour quatre carrefours.

Dans cette configuration, les règles de circulation prévalent avec notamment une priorité accordée aux piétons. Ces derniers peuvent utiliser les passages piétons à tout moment pour traverser la chaussée. De nuit, il est essentiel que chacun soit visible, avec des habits ou des accessoires réfléchissants, rappelle mercredi la ville de Renens dans un communiqué.

Le dispositif a déjà été testé durant le confinement. En cas d'application concluante à long terme, une réflexion sera menée sur l'élargissement des horaires de mise au clignotant.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Pollution aux dioxines: analyses des sols rassurantes à Lausanne

Publié

le

Résultats rassurants dans les jardins familiaux de Lausanne. Des analyses ont été réalisées ces dernières semaines, suite à la découverte d’une pollution aux dioxines dans une bonne partie de la capitale vaudoise en début d’année. Selon la commune, ce sont au final 3 échantillons sur 26 qui dépassent de peule seuil d’investigation.

Les dioxines ne condamnent pas la récolte des jardiniers lausannois. La Ville de Lausanne a livré aujourd’hui le résultat d’une campagne d’analyses des sols menée ces dernières semaines. Une réaction à la découverte, en début d’année, d’une pollution aux dioxines dans une bonne partie de la capitale vaudoise. Trois échantillons sur les 26 prélevés dans les jardins familiaux de la ville dépassent de peu le seuil d’investigation. Seuls les jardiniers de Montriond, du Bois-gentil et de Champ-Thénoz sont ainsi concernés. Les précisions de la municipale chargée de l’environnement, Natacha Litzistorf.

Natacha LitzistorfMunicipale chargée de l’environnement

Précautions d'usage toujours nécessaires

Les jardiniers des terrains concernés devront donc limiter leur consommation de cucurbitacée à 100 grammes par semaine. Des résultats néanmoins rassurants, comparés aux échantillons prélevés dans d'autres parties de la ville.

Natacha LitzistorfMunicipale chargée de l’environnement

Rassurée, la Ville va-t-elle poursuivre les investigations ? On retrouve Natacha Litzistorf.

Natacha LitzistorfMunicipale chargée de l’environnement

Pour l'heure, l'assainissement n'est obligatoire que si les valeurs de dioxines dépassent 100 nanogrammes par kilos. Et la municipalité de préciser encore que la concentration des autres polluants, comme les métaux lourds, est - dans tous les jardins familiaux - inférieur aux seuils d’investigations.

Continuer la lecture

Lausanne

Les délogés de la Rouvraie gardent leur appartement

Publié

le

Les habitants des immeubles de l'Avenue du Parc-de-la-Rouvraie 4 et de la Route Aloys-Fauquez 26 avaient remis une pétition à la Municipalité et au Conseil communal en 2019. (©KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Les habitants de deux immeubles de la Rouvraie, à Lausanne, n’auront pas à quitter leur appartement. Alors qu’ils s’étaient vu signifier la résiliation de leur bail en 2018 en vue de travaux de rénovation, ils ont signé ce printemps une convention avec la société propriétaire, Credit Suisse.

Résiliation de bail annulée pour les habitants de deux immeubles de la Rouvraie, à Lausanne. Une convention a été signée ce printemps entre les locataires et Credit Suisse, propriétaire des bâtiments. L’histoire a commencé en 2018, lorsque les locataires des 160 appartements ont reçu une résiliation de bail. La raison : un projet de rénovation des deux immeubles. S’en est suivi notamment la création d’une association pour contester cette décision, une pétition munie de 5'000 signatures et trois années de discussions et négociations. Président de l’association qui réunit les locataires, Alain Joly nous expose la solution trouvée.

Alain JolyPrésident de l'association AF26-R4

Un dénouement surprenant

La conduite des travaux se fera donc par roulements. Un soulagement pour les locataires. Fervent soutien des habitants dans ce dossier, le conseiller communal PS Benoît Gaillard s’est, de son côté, se dit surpris.

Benoît GaillardConseiller communal PS

Loyers à définir

Une inconnue demeure, malgré cette convention: quelle augmentation pour les loyers? On retrouve Alain Joly.

Alain JolyPrésident de l'Association AF26-R4

Précisons que nous ne sommes pas parvenus à joindre les propriétaires.

Continuer la lecture

Lausanne

Manifestation seins nus: six militantes féministes acquittées

Publié

le

Peu avant l'audience, près de 40 personnes sont venues manifester leur soutien aux six prévenues devant le tribunal lausannois. (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Six militantes féministes, femmes et personnes non binaires, ont été acquittées jeudi par le Tribunal de police de Lausanne. Elles étaient accusées d'avoir manifesté seins nus dans les rues de la ville lors de la Journée internationale des femmes du 8 mars 2021.

Elles faisaient partie d'un groupe de 18 personnes ayant défilé sans autorisation dans la capitale vaudoise, dans un contexte de règles strictes liées au Covid-19. Après une quinzaine de minutes, elles avaient été interpellées par la police qui leur avait demandé de décliner leur identité et de se rhabiller. Elles avaient obtempéré sans résistance avant de se disperser.

Toutes ont ensuite reçu des ordonnances pénales de 360 francs plus des frais judiciaires de 200 francs. Douze femmes ont payé les 560 francs alors que six autres s'y sont opposées. Ce sont elles qui étaient donc sur les bancs du tribunal à Montbenon.

La Préfecture de Lausanne a retenu contre elles la participation à une manifestation interdite de plus de 15 personnes sur l'espace public, le trouble à la tranquillité publique et l'habillement contraire à la décence ou à la morale publique. C'est ce dernier chef d'accusation qui a motivé l'opposition aux ordonnances pénales.

Une seule accusation retenue

Dans son jugement, le président du Tribunal de police de l'arrondissement de Lausanne, Giovanni Intignano, a libéré les six militantes des deux derniers chefs d'accusation. Il n'a donc pas retenu les notions de décence et de trouble à la tranquillité dans cette affaire. Il les condamne en revanche du premier chef d'accusation à 250 francs d'amende et frais de justice au total. Il a toutefois souligné le caractère pacifique de leur manifestation.

Les six prévenues ont poussé un ouf de soulagement à la sortie du tribunal. "Nous sommes très heureuses. C'est très très cool. C'est ce que nous espérions", a dit l'une d'elles. "C'est une victoire, notre objectif est atteint, à savoir une jurisprudence potentiellement utilisable pour d'autres femmes et pour d'autres manifestations", a dit une autre.

Elles voulaient aussi encore attendre les considérants et motivations détaillés du jugement afin d'évaluer si ce dernier était spécifique aux manifestations militantes ou avait une dimension plus large.

"Sexualisation discriminante"

Lors du procès en matinée, les six activistes - qui ont créé un collectif nommé "Revoltétons-nous!" - avaient dénoncé une "sexualisation discriminante" de la part des autorités. Elles ont dit vouloir lutter contre la sexualisation des corps genrés féminins. "Il est révoltant que lors d'une marche féministe, des torses nus puissent être jugés 'indécents' ou 'immoraux'", avaient-elles affirmé.

Leur défense était assurée par cinq avocates et un avocat. Estimant notamment qu'il n'y avait pas eu d'outrage public à la pudeur, elles avaient plaidé l'acquittement. Leur cortège était "dépourvu de tout caractère sexuel", a dit l'une des avocates. "On ne se reproduit pas en marchant torse nu", a-t-elle ajouté.

La défense avait aussi mis en avant le droit à la vie privée et à l'expression de la personnalité. Elle avait rappelé qu'il s'agissait aussi d'un engagement politique lors d'un événement ponctuel, soit la Journée internationale des droits des femmes, que les militantes n'étaient pas entièrement dénudées et qu'elles n'avaient pas montré leur partie génitale.

Temps fort de l'audience

Une des avocates avait souligné que les vrais coupables étaient plutôt les badauds qui s'étaient arrêtés pour regarder les femmes aux seins nus et même les filmer pour certains. Elle avait aussi relevé l'aspect discriminatoire du Règlement général de police de la commune de Lausanne sur l'habillement, qui "n'est pas neutre", qui "cible les femmes". "Un homme ne se verrait pas infliger les mêmes sanctions qu'une femme s'il manifestait torse nu", avait-elle lancé.

Les derniers mots avaient été pour les six prévenues, qui s'étaient levées en fin d'audience pour chacune lire à tour de rôle une revendication, un message ou un vécu personnel. Le temps fort de l'audience. Selon elles, il est temps de "changer les paradigmes sociaux", de "désexualiser le regard patriarcal" sur les seins nus et de "tendre à une véritable égalité des genres".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

La banque de lait du CHUV est opérationnelle

Publié

le

Le CHUV a ouvert ce mercredi la première banque de lait de Suisse romande (© KEYSTONE/Cyril Zingaro)

Le Canton de Vaud a son lactarium. Il a officiellement ouvert ses portes ce mercredi à Lausanne, dans les murs du CHUV. Il s'agit de la première banque de lait en Suisse romande, dévoilée la veille de la Journée mondiale du don de lait maternel.

Le premier lactarium de Suisse romande a officiellement ouvert ses portes mercredi au CHUV à Lausanne. Après une phase-pilote et des mises au point sécuritaires, le lait de donneuses est désormais prêt à être administré aux nouveaux-nés à risques. Une première étape qui a permis de valider tous les processus au niveau du traitement du lait de donneuses et d'en assurer la qualité et la sécurité.

Protection supplémentaire

Le lait maternel est considéré comme un traitement de référence pour prévenir certaines complications néonatales graves des nouveaux-nés à risque. Lorsqu'il vient à manquer, le recours au lait de donneuses est unanimement recommandé, rappelle le CHUV. Une offre supplémentaire qui représente une belle étape pour le canton, mais pas seulement selon la ministre vaudoise de la santé Rebecca Ruiz :

Rebecca RuizConseillère d'Etat en charge de la santé

Pour les prématurés, les nourrissons de faible poids de naissance ou souffrant de certaines maladies, ce lait de donneuses permet par exemple de mieux prévenir l'entérocolite nécrosante, une maladie qui affecte les intestins et peut s'avérer mortelle.

Trente litres par mois

Depuis le 10 mai, plusieurs nouveaux-nés hospitalisés dans le Service de néonatologie, centre de référence pour les grands prématurés, ont déjà pu bénéficier des services du lactarium. Pour l'heure, il est destiné en priorité aux nourrissons du canton de Vaud hospitalisés au CHUV, ainsi qu'à ceux des hôpitaux partenaires romands. Après une période de déploiement, ces critères pourront être élargis.

Philippe EckertDirecteur général du CHUV

La banque du lait prévoit d'augmenter graduellement sa production pour atteindre une trentaine de litres par mois. Cette quantité sera adaptée en fonction des besoins des nouveaux-nés à risque qui ont des indications prioritaires. Ces derniers représentent environ 25% des quelque 900 bébés admis chaque année dans le Service de néonatologie. Plus globalement, c'est également un point positif en terme de santé publique :

Rebecca RuizConseillère d'Etat en charge de la santé

Quelque 20 donneuses

Parmi les nombreuses femmes qui se sont annoncées spontanément, une vingtaine ont été recrutées pour cette première phase. Un élan de générosité qui permet de couvrir les besoins à court terme du lactarium

Dre Céline Fischer FumeauxMédecin adjointe en néonatologie

D’autres recrutements seront nécessaires dans les prochains mois pour consolider la production et relayer les premières donneuses.

Modèle novateur

Afin d’assurer la qualité et la sécurité du processus, le CHUV s’est associé avec Transfusion Interrégionale CRS. Cette association entre une banque de lait et une banque de sang est un modèle novateur en Suisse, les huit lactariums qui existent déjà Outre-Sarine fonctionnant différemment.

Le Service de néonatologie et le Centre de nutrition infantile du CHUV sont en charge du recrutement des donneuses et de leur accompagnement. Une équipe médico-infirmière a été formée et dédiée au processus de banque de lait.

Collecté à domicile

Transfusion Interrégionale CRS s'occupe de la collecte auprès de la donneuse, du stockage, de la pasteurisation et de la livraison au CHUV. Des tests sont effectués avant et après la pasteurisation pour en vérifier la sécurité microbiologique. Selon la directrice générale de Transfusion Interrégionale, il existe des points communs entre le lait et le sang :

Joëlle VuignierDirectrice générale de Transfusion Interrégionale CRS

Le don concerne toutes les femmes en bonne santé qui allaitent, ont un excédent de lait, et sont prêtes à offrir leur surplus de manière volontaire et non rémunérée. Les personnes intéressées sont invitées à consulter le site internet dédié au lactarium, qui informe en temps réel des besoins.

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Lausanne

Renens: enquête suite à une collision dans le secteur marchandise

Publié

le

Le Service suisse d'enquête de sécurité a ouvert une enquête sur une collision qui s'est produite le 4 mai dans le secteur marchandises de la gare de Renens. Une personne avait été blessée et quelques wagons avaient déraillé (image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Service suisse d’enquête de sécurité (SESE) ouvre une enquête sur une collision qui s'est produite le 4 mai peu avant 13h00 dans le secteur marchandise de la gare de Renens (VD). Un chef de manoeuvre avait été légèrement blessé.

Pour une raison que l'enquête devra déterminer, un "mouvement de manoeuvre", soit un convoi d'une locomotive et de douze wagons, est entré en collision à faible allure avec des wagons stationnés sur les voies, a expliqué Jean-Philippe Schmidt, porte-parole de CFF à Keystone-ATS. A la suite du téléscopage, plusieurs véhicules ont déraillé.

Trois personnes ont été impliquées, dont une a été blessée, relève le SESE dans son rapport de première information publié mercredi. Les dégâts aux véhicules sont importants.

L'accident s'est produit dans le secteur marchandise et fret. Il n'y a pas eu d'impact sur le trafic voyageur. Les collaborateurs des CFF ont travaillé toute la nuit pour remettre les wagons sur les rails.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Poissons

Vous allez devoir résoudre des problèmes familiaux avant qu’ils ne prennent de l’ampleur, grâce à votre bon sens et votre lucidité.

Les Sujets à la Une

X