Rejoignez-nous

Lausanne

8'000 élèves dans la rue pour le climat

Publié

,

le

Des milliers de jeunes suisses en formation font vendredi "la grève du climat". (©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Des milliers d'écoliers, apprentis et étudiants sont attendus dans la rue ce vendredi en Suisse. Ils répondent à l'appel d'une "grève du climat", destinée à réclamer des mesures politiques urgentes en matière d'environnement. 

Plusieurs milliers de jeunes en formation se sont rassemblés vendredi matin en Suisse et au centre de Lausanne pour la grève du climat. Ils ont attendu la pause de 10h00, bouclé leur sac à dos, embarqué leurs pancartes et quitté leur gymnase ou école professionnelle.

Réunis dès 10h30 près de la gare de la capitale vaudoise, les manifestants sillonnent le centre-ville en appelant à une société qui s'engage davantage en faveur de la protection de l'environnement.

La forte mobilisation se confirme à Lausanne

La grève du climat a réuni plus de 8000 personnes dans la capitale vaudoise, selon un porte-parole de la police lausannoise, interrogé par Keystone-ATS. Partis à 10h30 de la gare, les manifestants se sont dirigés jusqu'à la place de la Riponne, où des activités sont programmées jusqu'à 16h00.

"C'est pas demander la lune que de sauver la terre", "Quand c'est fondu, c'est foutu", "Si le climat était une banque, il serait déjà sauvé" ou "There's no planet B", peut-on notamment lire sur leurs affiches. Le cortège est parti peu avant 11h00 en scandant "Non à la pollution, oui à l'écologie." Sur le parcours, un dispositif policier a été mis en place.

Laura Bock a promené son micro au milieu de la manifestation lausannoise :

ReportageRéalisé par Laura Bock

Dans la foule, des étudiants, des apprentis, des anonymes mais aussi des personnalités. Prix Nobel de chimie 2017, le professeur Jacques Dubochet est venu apporter son soutien à la manifestation :

Jacques DubochetNobel de chimie 2017

D'ampleur nationale, la mobilisation se tient durant toute la journée dans 15 villes. Côté romand, les grévistes se sont notamment donné rendez-vous à Lausanne, Genève, Neuchâtel, Fribourg, Sion ou encore Bienne.

Les autorités scolaires ont globalement peu goûté à cette annonce de grève. Certains cantons et établissements ont promis d'appliquer la tolérance zéro pour ceux qui manqueront les cours, tandis que d'autres se sont montrés plus ouverts.

Initiée en Suède, la "grève du climat" a connu sa première édition en Suisse le 14 décembre dernier à Zurich, où quelques centaines d'étudiants s'étaient réunis. Depuis, le mouvement a gagné en importance dans tout le pays, via notamment les réseaux sociaux, pour aboutir vendredi à la première grève au niveau national.

(RÉDACTION LFM/KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Lausanne: 600 personnes en solidarité avec le peuple palestinien

Publié

le

La manifestation de mercredi soir à Lausanne a eu lieu lors de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien. (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Près de 600 personnes se sont rassemblées mercredi à Lausanne dans le cadre de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien. Elles ont ensuite défilé dans le centre-ville. Le cortège s'est déroulé sans heurt.

Les participants s'étaient donné rendez-vous dès 18h00 sur la place de la Riponne, avant que certains se retrouvent plus tard vers 20h00 sous-gare à la maison de Quartier de Montriond pour écouter des lectures d'adolescents de Gaza. Ils avaient répondu à l'appel du collectif "Lausanne-Palestine" et du mouvement solidaritéS, soutenus par une quinzaine d'organisations et de partis signataires.

Les manifestants, près de 600 selon un décompte de Keystone-ATS, ont scandé plusieurs slogans durant leur déplacement: "Free Free Palestine", "Viva Viva Palestinia", "Israël casse-toi, la Palestine n'est pas à toi", "De Gaza à Jénine, libérer la Palestine" ou encore "Gaza, Gaza, la Suisse est avec toi". A l'avant du cortège, une grande banderole affichait "Palestine libre" et "Liberté - égalité - justice pour les Palestiniens".

Collectifs, ONG et partis de gauche exigent "un cessez-le-feu", "le retrait des troupes israéliennes hors de Gaza" et "la fin du blocus". Ils demandent aussi la "fin de l'occupation et de la colonisation israélienne" et "la fin du système d'apartheid israélien contre les Palestiniens".

Autres revendications, la fin de la collaboration militaire avec Israël et le boycott économique et politique d'Israël jusqu'au respect des droits fondamentaux des Palestiniens et du droit international.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

JO 2030: la Suisse recalée par le CIO

Publié

le

Le Parlement du sport suisse avait plébiscité le projet des JO pour 2030, mais le CIO a recalé la Suisse (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

La Suisse n'a pas convaincu le CIO pour les Jeux Olympiques et Paralympiques d'hiver 2030. L'instance a décidé de ne pas entamer la phase de dialogue avec la candidature suisse.

La candidature française est plébiscitée, alors que la Suède, candidate elle aussi, se retrouve dans une situation identique à la Suisse.

Cette décision négative du CIO intervient cinq jours après celle unanime du Parlement du sport suisse de faire avancer les projets olympiques pour 2030. L'instance basée à Lausanne n'a pas été convaincue par l'idée de Jeux décentralisés, avec des sites de compétition existants et répartis sur tout le territoire.

La Suède et la France ont également présenté un projet pour 2030. Et finalement seule cette dernière a reçu le feu vert du CIO pour entrer dans la phase de dialogue. Ainsi, six ans seulement après les JO de Paris en 2024, la France obtient également les Jeux d'hiver. Après la décision du CIO prise à Paris, l'acceptation en juillet prochain ne semble plus être qu'une formalité.

Une chance en 2038?

Pour la Suisse, c'est un nouveau chapitre de candidatures olympiques ratées. Après avoir accueilli deux fois les Jeux d'hiver en 1928 et 1948 (les deux fois à St-Moritz), la Suisse a tenté à plusieurs reprises de présenter sa candidature au cours des dernières décennies, mais plusieurs d'entre elles ont échoué dans les urnes. Ce n'est pas le cas cette fois. Selon une étude de faisabilité, deux tiers de la population suisse sont favorables au projet actuel.

La Suisse n'a pas non plus été retenue pour l'année 2034, envisagée comme alternative. La candidature américaine de Salt Lake City est la seule à être retenue par le CIO.

Le rêve d'organiser des JO d'hiver en Suisse n'est toutefois pas totalement abandonné. Le CIO a accordé à la Suisse un droit de préférence pour 2038, au cas où elle se porterait à nouveau candidate. L'instance n'a pas précisé ce que cela signifiait exactement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne accueille la 1re édition du Forum du rail romand

Publié

le

Plus de 200 invités ont participé mercredi au premier Forum du rail romand organisé au SwissTech Convention Center de l'EPFL à Lausanne. (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le premier Forum du rail romand s'est tenu mercredi à Lausanne sur le site de l'EPFL. Organisé par les CFF, la Conférence des transports de Suisse occidentale (CTSO) et Ouestrail, il a rassemblé plus de 200 personnalités politiques et du secteur de la mobilité.

Ni opération de communication ni de conciliation, ce forum est une idée du conseiller national Roger Nordmann (PS/VD) de réunir une fois les différents acteurs des transports en Suisse romande, a confié à Keystone-ATS Vincent Ducrot, le patron des CFF. La démarche se veut didactique et vise à offrir un espace d'échanges et de débats autour des grands enjeux de la mobilité, a-t-il résumé.

L'expérience avait déjà eu lieu dans d'autres régions de Suisse alémanique et avait rencontré des échos très positifs, ajoute Frédéric Revaz, porte-parole des CFF. Elle sera amenée à se renouveler en terres romandes, a affirmé M. Ducrot.

Le temps long du ferroviaire

Lors d'une table ronde, le CEO des CFF a beaucoup insisté sur le fait que "le temps ferroviaire était très long", par opposition à une société actuelle où la temporalité est très rapide. "La partie de l'étude des travaux est plus longue que la partie de la réalisation du chantier. Les études se multiplient, elles sont plus fouillées et détaillées et il y a aussi beaucoup plus d'oppositions lors de la mise à l'enquête", a expliqué M. Ducrot.

Il a par exemple aussi rappelé que le chantier de la gare de Lausanne, c'était quelque 4000 plans de travaux. "C'est donc un travail colossal." Plus globalement, M. Ducrot a encouragé les Romands à "travailler ensemble, de manière unie et d'une seule voix au niveau politique".

Invitée à cette même table ronde, la vice-directrice de l'Office fédéral des transports (OFT) Anna Barbara Remund a affirmé que les gares de Lausanne et Genève ainsi que le tunnel de 9 km prévu entre Morges et Perroy étaient "des priorités" pour l'OFT. Elle en a profité pour souligner que "construire" le réseau du futur et "continuer à transporter les voyageurs et les marchandises" était "un équilibre pas facile à atteindre".

Dix ateliers spécifiques

Autour de la table sur la scène du SwissTech Convention Center, le président d'Ouestrail Olivier Français, le président de la CTSO Jean-François Steiert et le directeur régional des CFF pour la Suisse romande David Fattebert se sont aussi exprimés à tour de rôle.

Après cette partie plénière, dix ateliers participatifs étaient programmés sur des problématiques spécifiques: tarification, construire et transporter en même temps, gestion des infrastructures (cadre légal, financement et fonctionnement), chantier Léman 2030, nouvel horaire 2025, construction de l'offre du trafic régional, fret, transports publics et loisirs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Le Conseil d’Etat vaudois concrétise ses premiers soutiens

Publié

le

Le Centre de congrès de Montreux en rénovation est l'un des premiers bénéficiaires de l'aide à fonds perdu du canton de Vaud pour le tourisme durable (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Le Conseil d’Etat vaudois apporte ses premiers soutiens à la transformation de deux infrastructures touristiques, le Chalet du Carroz à Ormont-Dessous et le Montreux Music & Convention Centre (2m2c). Elles bénéficieront d'aides cantonales à fonds perdu, issues du crédit-cadre de 50 millions pour le tourisme régional durable.

Le tourisme représente un secteur significatif à l'échelle du canton, voire essentiel dans certaines régions. Il compte presque 15'000 emplois directs et génère une valeur ajoutée brute d'environ 1,3 milliard de francs, rappelle le Canton mercredi dans un communiqué.

Adopté par le Grand Conseil, le crédit-cadre du tourisme durable doté de 50 millions de francs pour la période 2023-2026, soutient la création ou la rénovation d'infrastructures touristiques répondant à des critères de durabilité. Il complète la palette d'outils à la disposition de l'Etat figurant dans la loi sur l'appui au développement économique (LADE).

Performance énergétique

La rénovation du Montreux Music & Convention Centre (2m2c) figure parmi les premiers projets soutenus. Elle permettra d'optimiser la performance énergétique du bâtiment qui compte parmi les infrastructures clés de l'économie touristique de la Riviera, relève le communiqué.

Une aide cantonale à fonds perdu de 10 millions de francs, (8,3 millions de francs issus du nouveau crédit-cadre ainsi que 1,7 million sur le budget LADE ordinaire) sont octroyés. Un prêt fédéral de 12 millions s'y ajoute. Ces soutiens sont conditionnés à la rénovation complète de la toiture du Miles Davis Hall, le doublement de la surface de panneaux solaires ainsi que le remplacement complet des monoblocs et autres installations techniques.

Quant au Chalet du Carroz à Ormont-Dessous, une aide cantonale à fonds perdu de 105'000 francs et un prêt fédéral de 260'000 francs permettront de boucler le financement de la rénovation et de la transformation de ce chalet construit en 1860. Une nouvelle offre d'hébergement collectif au c½ur de la nature y verra le jour. Avec ce soutien, le Canton contribue au développement d'une activité touristique sur quatre saisons.

Rapport d'ici deux ans

De nombreux autres projets sont actuellement à l'étude au sein du Service de la promotion de l'économie et de l'innovation (SPEI), en coordination avec les associations régionales concernées. Ces dossiers portent en particulier sur le renouvellement de l'offre hôtelière, l'assainissement des centres sportifs et la création de nouvelles offres thématiques touristiques.

A noter encore que le SPEI, en charge d'assurer un suivi des dossiers, remettra au plus tard dans 24 mois un rapport au Grand Conseil faisant état de l'utilisation du crédit-cadre. L'Etat pourra ainsi évaluer la nécessité de demander au Parlement son renouvellement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X