Rejoignez-nous

Lausanne

PCi: centraliser son organisation et prioriser ses missions

Publié

,

le

Lancé il y a une année, l'audit de la Cour des comptes avait pour objectif de passer au peigne fin les forces et faiblesses de la PCi vaudoise dans le contexte de son engagement hors normes durant le Covid-19, en appui du système sanitaire débordé (archives). (© Keystone/CYRIL ZINGARO)

La Protection civile vaudoise (PCi) doit centraliser et optimiser son fonctionnement, prioriser ses missions et harmoniser son équipement, suggère la Cour des comptes du Canton de Vaud dans un audit de performance, publié mercredi. Avec la crise du Covid, la PCi a renforcé sa crédibilité, c'est donc le bon moment pour mener à bien des réformes, selon elle.

"Nous avons pu constater la capacité de la PCi à remplir des missions qui sortaient de l'ordinaire, notamment durant la pandémie et la crise sanitaire. Elle bénéficie aujourd'hui d'une bonne image et d'activités reconnues. Dans le même temps, elle doit faire face à une réduction des effectifs. Il faut donc une réforme et on est dans un bon moment pour le faire", explique à Keystone-ATS Guy-Philippe Bolay, magistrat à la Cour des comptes du Canton de Vaud.

Lancé il y a une année, l'audit avait pour objectif de passer au peigne fin les forces et faiblesses de la PCi vaudoise dans ce contexte d'engagement hors normes durant le Covid-19, en appui du système sanitaire débordé. L'idée était aussi de dégager les grandes lignes du futur de la PCi.

Organisation complexe

Pour rappel, la protection civile est l'un des cinq partenaires du système coordonné de protection de la population. En cas d'événements graves, elle appuie, renforce ou décharge les autres partenaires que sont la police, les sapeurs-pompiers, la santé publique et les services techniques.

Depuis 2004, elle est du ressort des cantons. Sur Vaud, son organisation est complexe. Elle est structurée en dix Organisations régionales de protection civile (ORPC), calquée sur les districts, relativement autonomes, sans avoir toujours une ligne de commandement claire et avec un matériel très hétérogène, résume la Cour des comptes dans son rapport de 64 pages.

Le canton ne dispose par exemple d'aucune vision d'ensemble et n'a donc aucune idée du matériel précis à disposition à l'échelle cantonale, selon l'audit. Le système des ORPC donne en effet beaucoup de liberté aux régions dans l'acquisition du matériel.

Toujours moins de personnel

A cela s'ajoute l'entrée en vigueur le 1er janvier 2021 d'une révision en profondeur de la loi fédérale sur la protection de la population et la protection civile (LPPCi), induisant une réduction des effectifs. "Avec la réduction de service après 14 années et la libération des officiers et sous-officiers dès l'âge de 40 ans, la PCi vaudoise est passée de 8000 à 5000 membres. A terme, on pourrait même descendre en-dessous de 4000", relève M. Bolay.

Ces problèmes de personnel vont surtout affecter les régions du Nord vaudois et du Chablais, moins Lausanne et l'arc lémanique, ajoute le magistrat. La Cour des comptes plaide ainsi pour une réorganisation en quatre régions de la PCi, comme lors de son intense engagement durant la pandémie, avec une ligne de commandement unique. "Cela a été une bonne expérience et a bien fonctionné", note M. Bolay.

D'ailleurs, la réforme engagée par les autorités cantonales, dans le cadre d'un projet prénommé "Tetris", va dans le sens d'une cantonalisation et centralisation en quatre bataillons régionaux, selon lui. Mais la réforme s'annonce "compliquée", car il faudra revoir la répartition des compétences entre les communes et le Canton, une question toujours très sensible, dit-il.

Revoir le cahier des charges

Au final, la Cour adresse au Service de la sécurité civile et militaire (SSCM) quinze recommandations, toutes acceptées. Elles s'articulent autour de trois domaines d'amélioration: une meilleure organisation, un personnel mieux formé (notamment les cadres) et mieux équipé ainsi qu'une communication claire et positive.

Fil rouge de l'optimisation du fonctionnement de la PCi: se doter d'un nouveau "profil des prestations" afin de clarifier la stratégie cantonale. "La finalisation de ce document est prioritaire afin notamment de définir les formations à dispenser et les investissements nécessaires", estime la Cour des comptes.

Il faut donc prioriser les missions et les prestations de la PCi de demain, arrêter les moins pertinentes, comme la présence lors de manifestations sportives, observe M. Bolay. Prestations et formations doivent aussi tenir compte des risques prioritaires identifiés dans la dernière analyse publiée par le Canton en 2022.

Moderniser le système d'alerte

S'agissant du matériel très disparate, qui ne facilite ni la formation ni la collaboration, la Cour recommande de mieux le recenser, de le rendre facilement accessible et à terme de l'harmoniser. Elle propose aussi de moderniser le système d'alerte, en s'inspirant de l'outil à disposition des sapeurs-pompiers.

Dans l'intervalle, le Canton doit renforcer ses contrôles actuellement lacunaires des ORPC, tant sur les plans opérationnel que financier, encourage l'audit.

Dans un communiqué, le Conseil d'Etat dit prendre acte des recommandations formulées par la Cour et va poursuivre les réflexions sur la réforme et la modernisation de la PCi. Il est "favorable à une simplification de l'organisation, tout en conservant une structure fortement décentralisée avec un solide ancrage régional", indique-t-il.

www.vd.ch/cdc

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Université de Lausanne: mieux comprendre les enjeux du numérique

Publié

le

Les événements se tiennent en ville ou sur le site de l'UNIL (Image prétexte). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

L'Eprouvette, le Laboratoire Sciences et société de l'Université de Lausanne (UNIL), a concocté un nouveau programme de médiation scientifique dédié aux cultures numériques. Le grand public et les écoles sont conviés à des ateliers, des conférences, des cours publics ou encore des repas avec des scientifiques et des experts du digital.

Ces événements se tiennent dès octobre et sont programmés à la fois à l'UNIL et en ville, annonce lundi l'Eprouvette. Au programme: des sujets variés comme apprendre les bases de la programmation d'un jeu vidéo, discuter du stockage et des risques liés aux banques de données en ligne ou encore s'interroger sur l'impact de notre consommation numérique sur l'environnement.

Six ateliers sont offerts aux gymnases et aux écoles professionnelles du canton. Il est notamment proposé aux enseignants d'intégrer le jeu vidéo dans le programme scolaire pour mieux comprendre l'écriture et la narration, ou pour parler d'écologie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne: portes ouvertes aux Halles sportives de Beaulieu

Publié

le

Plusieurs sports seront à tester samedi lors de portes ouvertes aux Halles sportives de Beaulieu (photo d'illustration). (© KEYSTONE/EPA ANSA/RICCARDO ANTIMIANI)

La Ville de Lausanne organise une journée portes ouvertes samedi aux Halles sportives de Beaulieu. Ouvert en avril dernier, le site permet de pratiquer une dizaine de disciplines sportives.

Après le basketball, le padel, la pétanque ou encore l'escalade, les Halles sportives ont ajouté de nouvelles activités, notamment un espace dédié aux sports de forces (haltérophilie, musculation) et un autre consacré à divers sports de raquette. Un espace de 2800 m2 est aussi voué aux sports à roulettes et à plusieurs pratiques urbaines (roller, skate, etc).

Samedi de 09h00 à 18h00, la population pourra tester gratuitement ces activités. Initiations, cours collectifs et tournois sont programmés tout au long de la journée, indique lundi la Ville de Lausanne dans un communiqué.

Ce nouveau pôle sportif occupe sept halles situées dans le complexe de Beaulieu sur près de 12'000 mètres carrés. Ces activités animeront les Halles nord jusqu'à leur transformation en 2026.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Lausanne coulé par Zurich au 3e tiers-temps

Publié

le

Le Zurichois Dominik Diem protège son puck de l'attaque de Cory Emmerton. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

A Malley, Zurich a remporté le duel des Lions de National League. Les joueurs de Rikard Grönborg ont battu Lausanne 5-1 grâce à un troisième tiers de feu enlevé 5-0.

Pour son 900e match en National League, Tobias Stephan espérait certainement une issue favorable. Mais alors qu'ils étaient plutôt bien dans leur match, les Lausannois ont sombré au début du troisième tiers.

Contraints de commencer cette troisième période en infériorité numérique, les Vaudois ont en plus vu Martin Gernat rejoindre le banc des pénalités. A 5 contre 3, Lucas Wallmark a trouvé le patin de Jelovac pour égaliser avec un peu de chance.

Mais derrière, le "Z" a continué à avancer et en 56 secondes Willy Riedi puis Christian Marti ont plongé la patinoire dans une ambiance bien morose. Paresseux et peu impliqués, les Zurichois ont été payés au tarif maximal.

Mais les Lausannois ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes pour ne pas avoir été capables de faire la différence avant. Et notamment au cours d'une période médiane dominée par les hommes de John Fust.

La fatigue, oui, mais...

Si les Vaudois ont d'ailleurs assez logiquement ouvert le score à la 32e par l'entremise de Jason Fuchs à la suite d'un puck de Gernat parti en chandelle et récupéré "à la volée" par l'ancien Biennois, ils auraient dû enfoncer le clou et profiter de ces moments. Et même avant cette réussite, les Lausannois avaient eu deux grosses chances de marquer par Pedretti en contre à la 23e et par Audette une minute plus tard.

Alors oui, les Vaudois sont rentrés de Lugano à 3h30 du matin dimanche et la fatigue a dû se faire sentir au cours du match. C'est pour cette raison qu'ils auraient dû profiter de leur domination durant les quarante premières minutes. Car une fois Zurich dans le match, les Lausannois ont paru bien timides.

Privé d'Andrea Glauser pour six semaines en raison d'une cheville fracturée, John Fust pourrait aussi devoir composer sans Jiri Sekac dès mardi pour la réception de Rapperswil. L'attaquant tchèque n'est pas réapparu au deuxième tiers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Lausanne et Pully: 15'000 noctambules à la Nuit des musées

Publié

le

Environ 15'000 personnes ont afflué à la 21e Nuit des musées de Lausanne et Pully (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Nuit des musées de Lausanne et Pully a rassemblé environ 15'000 personnes. Celles-ci ont cumulé 50'000 visites dans les 26 musées partenaires, qui sont restés ouverts jusqu'à deux heures du matin dimanche.

La manifestation a proposé environ 120 animations inédites, rappellent dimanche les organisateurs dans un communiqué. Près de 20 parcours ont aussi été imaginés pour faire vivre l'événement sous un angle particulier: en musique, à pied ou à vélo, avec les papilles ou en famille.

La thématique de cette édition tournait autour de l'univers des chantiers, en référence à la fin des travaux sur le nouveau site muséal de Platforme 10.

Outre les guides des musées, des DJs ont été actifs jusqu'au bout de la nuit. La "Silent party" du TOM Café, au Musée olympique, a notamment rassemblé près de 2000 danseurs pour clôturer cette 21e édition.

Avec environ 15'000 noctambules, la Nuit des musées a retrouvé l'affluence qu'elle avait avant l'arrivée du coronavirus. Annulée en 2020, la manifestation avait réuni 9000 personnes l'an dernier.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Raphaël Mahaim brigue l'investiture des Verts

Publié

le

Raphaël Mahaim saura le 12 novembre s'il représentera les Verts dans la course au Conseil des Etats l'an prochain (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Raphaël Mahaim se lance dans la course au Conseil des Etats. Le conseiller national vaudois brigue l'investiture des Verts après le départ d'Adèle Thorens, qui ne se représentera pas l'an prochain aux élections fédérales.

L'avocat de 38 ans a annoncé sa candidature samedi au Journal de Morges et dans une interview du Matin Dimanche, diffusée sur le site internet de 24 heures. Il est le premier Vert à se dire partant après le refus des trois autres conseillères nationales, Sophie Michaud-Gigon, Léonore Porchet et Valentine Python.

Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 30 septembre chez les Verts. Une assemblée générale extraordinaire de désignation se déroulera ensuite le 12 novembre à Renens.

Depuis mars au Conseil national, où il a pris le siège du retraité Daniel Brélaz, Raphaël Mahaim dit vouloir "porter les aspirations" de sa génération, particulièrement en cette période de "tournant énergétique."

Selon le citoyen de Lussy, père de trois enfants, "il ne s'agit pas que de dénoncer mais aussi de prendre ses responsabilités et mon expérience parlementaire de 16 ans, aux trois niveaux de l'Etat, me permet de le faire", affirme celui qui, avant de siéger à Berne, a été conseiller communal à Echichens (2006-2009) et député au Grand Conseil vaudois (2007-2021).

Raphaël Mahaim veut rejoindre le Conseil des Etats "parce que cette chambre est un verrou sur la voie de la transition". Il juge que les sénateurs aux commandes "ont raté leur rendez-vous avec l'histoire" avec le retard pris en matière de sobriété énergétique et d'énergies renouvelables.

Ticket complémentaire

S'il est désigné le 12 novembre par son parti, Raphaël Mahaim devrait se retrouver sur un ticket rose-vert avec le socialiste Pierre-Yves Maillard. "Nous ne serions pas concurrents mais partenaires", estime-t-il, relevant que tous deux ont des profils "très complémentaires".

Tandis que Pierre-Yves Maillard "marque la politique suisse de son empreinte dans le domaine social, je suis profilé sur d'autres sujets: agriculture, climat, transports, fiscalité ou encore politique européenne", remarque-t-il.

Raphaël Mahaim reconnaît toutefois qu'il ne part pas dans la position du favori, "mais dans celle du challenger." Cela serait le cas dans une association avec Pierre-Yves Maillard, mais aussi pour reprendre au PLR le deuxième siège vaudois au Conseil des Etats, occupé actuellement par Olivier Français.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X