Rejoignez-nous

Coronavirus

Les solutions se mettent place pour l'enseignement à distance

Publié

,

le

Depuis la gauche : les Conseillers d'Etat vaudois Cesla Amarelle, Nuria Gorrite et Philippe Leuba. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le canton de Vaud a tenté de rassurer mardi tant les enseignants et les élèves que les syndicats et les parents: les solutions pour l'enseignement à distance se mettent en place. Il a pris trois décisions: adapter le contenu du programme scolaire, annuler les épreuves cantonales de référence (ECR) et harmoniser les outils de travail.

"Malgré les efforts déployés et les outils à disposition, l'enseignement à distance ne pourra pas se substituer à la présence des élèves en classe", reconnaît le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) dans un communiqué. Huit jours après la fermeture des écoles, les services de la conseillère d'Etat Cesla Amarelle se disent toutefois confiants pour la suite.

"Le défi est relevé au quotidien par les parents, les élèves et les enseignants en première ligne et l'élan de solidarité, de créativité et d'implication est impressionnant", écrit le DFJC.

Le Conseil d'Etat et le DFJC ont décidé d'adapter le cadre général de l'enseignement obligatoire par une série de mesures. Une première certitude: l'année scolaire 2019-2020 sera prise en compte même si elle est tronquée de plusieurs semaines, annoncent les autorités.

Plus de notes pour l'instant

Le contenu des cours est priorisé, les enseignants font des choix sur les thèmes retenus et consolident les acquis, poursuit le DFJC. Un temps indicatif à consacrer quotidiennement aux activités scolaires est recommandé en fonction de l'âge et du degré scolaire.

La question des notes a été tranchée. Aussi longtemps que l'enseignement à distance est imposé, toute évaluation notée est proscrite, indique le canton. Les ECR sont annulées et les décisions de promotion, d'orientation et de réorientation sont prises sur la base des résultats obtenus en présentiel uniquement.

Enfin, les critères de promotion et d'orientation seront aménagés, les situations particulières prises en compte et l'appréciation des cas limites sera assouplie, explique le DFJC.

Le canton a aussi décidé de renforcer "la cohérence et la stabilité de la relation enseignant-élève". Pour ce faire, il va mettre à disposition par la Direction générale de l'enseignement obligatoire (DGEO) d'un outil commun de communication et de collaboration. Ce dernier sera aussi complété par une plateforme commune d'enseignement à distance.

Eviter les inégalités

Diverses mesures sont également prises pour que ces outils "ne deviennent pas un facteur d’inégalité", comme la mise à disposition par les établissements d'ordinateurs aux familles qui n'en disposent pas ou la mise à disposition d’activités spécifiques pour les élèves allophones. L'accent est également mis sur les activités numériques qui n'impliquent pas d'impression.

Par ailleurs, les enseignants peuvent signaler les élèves en difficulté ayant besoin d’un service d’appui scolaire ciblé et le DFJC organisera ce suivi.

Depuis le 16 mars dernier, les établissements scolaires vaudois accueillent les élèves dont les parents sont au service d'activités indispensables ou qui n'ont pas de solution de garde. En première semaine, 800 élèves en moyenne ont été accueillis chaque jour. Depuis lundi, la moyenne se situe à 600 élèves, a indiqué le DFJC.

S'agissant de l'enseignement postobligatoire, les apprentissages et les gymnases, des décisions au niveau fédéral sont attendues, écrit le DFJC. Ce dernier dit toutefois travailler sur les mesures qui accompagneront les décisions à prendre. Celles-ci seront seront communiquées ultérieurement.

Continuer la lecture
2 Commentaires

2 Comments

  1. Buchs

    24 mars 2020 à 20:40

    Bonjour,
    J'ai écrit voilà bientôt 2 semaines et j'ai renvoyé un mail ce weekend à la DGEO ET Mme Cesla, mais aucune réponse.

    Ma question était que tous les écoliers peuvent bénéficier gratuitement de la solution de microsoft office 365 (donc très facile de faire de l'enseignement en visio, partage de documents etc..).
    Malheureusement l'école ne veut pas donner le code d'accès qu'ils reçoivent par mail pour chaque demande et ouvrir la gratuité de la solution aux élèves!

    Mais apparemment on préfère perdre du temps à développer une plateforme à part...
    Il est beau sur papier l'enseignement a distance, mais en pratique c'est trop difficile, on sort les enseignants de leur confort...

  2. Bouba

    25 mars 2020 à 17:12

    Enseignement à distance, lorsque je ne comprends pas les devoirs à faire pour mon fils. Pas de maîtresse disponible!Par contre le dimanche soir à 20h20 je reçois sur le groupe WhatsApp 32 messages expliquant quoi faire pour la semaine 😞😳

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

ARN messager: CureVac porte plainte contre son rival BioNTech

Publié

le

Le vaccin initial développé par Pfizer et BioNTech avait été le premier autorisé dans les pays occidentaux, en décembre 2020 (archives). (© KEYSTONE/AP/LM OTERO)

Le laboratoire biotechnologique allemand CureVac a porté plainte contre son rival BioNTech, concepteur avec Pfizer d'un des principaux vaccins anti-Covid. Il invoque une atteinte à la propriété intellectuelle au sujet de la technologie novatrice de l'ARN messager.

"Le travail de BioNTech est original et nous le défendrons vigoureusement contre toute allégation de violation de brevet", a réagi BioNTech dans un communiqué.

CureVac dit avoir déposé plainte auprès du tribunal régional de Düsseldorf "contre BioNTech SE et deux de ses filiales, demandant une indemnisation équitable pour la violation d'un certain nombre de ses droits de propriété intellectuelle", selon un communiqué de l'entreprise.

La start-up de biotechnologie, reconnue pour ses recherches de médicaments basés sur l'acide ribonucléique messager (ARNm), veut "faire valoir ses droits de propriété intellectuelle issus de plus de deux décennies de travail de pionnier dans la technologie ARNm, qui ont contribué au développement des vaccins anti-Covid", poursuit l'entreprise.

Ne pas entraver la production

En pleine nouvelle vague d'infections dans de nombreux pays européens, CureVac assure "ne pas chercher à obtenir d'injonction et n'a pas l'intention d'entreprendre des actions en justice qui pourraient entraver la production, la vente ou la distribution" de vaccins par BioNTech et son partenaire américain.

Mais l'entreprise estime que ses "22 années" de travail sur la technologie de l'ARN, qui ont permis "le développement rapide" de vaccins contre le nouveau coronavirus, méritent une "rémunération équitable", que le laboratoire ne chiffre pas.

Cette rémunération permettrait de "pouvoir investir dans le développement de la technologie ARN et de nouvelles classes de médicaments pouvant sauver des vies", assure CureVac.

BioNTech dément

BioNTech "apprécie et respecte les droits de propriété intellectuelle valides", a réagi le laboratoire.

Démentant toute violation de la propriété intellectuelle, BioNTech s'est dit "conscient qu'il n'était pas rare que d'autres sociétés de l'industrie pharmaceutique, ayant été témoins du succès de Comirnaty (le vaccin anti-Covid), suggèrent maintenant que le vaccin viole éventuellement leurs droits de propriété intellectuelle", fait valoir BioNTech.

En 2020, BioNTech a été "en mesure de créer rapidement et avec succès le premier vaccin COVID-19 approuvé au monde, ce qui a constitué un accomplissement remarquable de nos cofondateurs et de leurs équipes", rappelle le laboratoire basé à Mayence.

Ce vaccin a permis, selon BioNTech, de vacciner plus d'un milliard de personnes dans le monde, d'éviter "des millions de cas graves", faisant de ce vaccin "l'un des lancements de médicaments les plus réussis de l'histoire de la médecine".

Le vaccin initial développé par Pfizer et BioNTech avait été le premier autorisé dans les pays occidentaux, en décembre 2020 et a généré des milliards d'euros de revenus pour les deux entreprises.

CureVac, fondé en 2000 par le chercheur Ingmar Hoerr, un pionnier dans la recherche sur l'ARN messager, avait été parmi les premiers à se lancer dans la course au vaccin.

Mais le rival de BioNTech avait dû annoncer en octobre 2021 l'abandon du développement de son candidat-vaccin contre le Covid-19, initialement porteur d'espoir, mais dont l'efficacité s'est révélée décevante.

L'entreprise avait alors indiqué "se focaliser sur le développement d'un vaccin de deuxième génération contre le Covid-19" sur lequel il travaille avec le Britannique GSK.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

L’OFSP annonce 46'025 nouveaux cas de coronavirus en sept jours

Publié

le

En une semaine le nombre de nouveaux cas a augmenté de près de 39% et celui des hospitalisations de 51%. (© KEYSTONE/EPA/PIYAL ADHIKARY)

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé mardi 46'025 nouveaux cas de coronavirus en sept jours. On déplore 13 décès supplémentaires et 455 malades ont été hospitalisés.

Il y a sept jours, l'OFSP avait annoncé 33'108 cas sur le même laps de temps. Le même jour, il dénombrait 14 décès et 300 hospitalisations supplémentaires. En une semaine, le nombre de nouveaux cas a ainsi augmenté de 39%. Les hospitalisations ont dans le même temps augmenté de 51,7%.

Cinq cent septante-huit personnes se trouvent actuellement aux soins intensifs. Les patients Covid-19 occupent 5,6% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 72,5%.

Depuis le début de la pandémie, 3'805'763 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 21'954'619 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 13'413 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 54'871.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Chine: la grande ville de Xi'an se ferme pour éviter une flambée

Publié

le

Les 13 millions d'habitants de Xi'an vont rester confiner pendant une semaine. (© KEYSTONE/AP/Harry Long)

Restaurants, bars, lieux de culte ou encore karaokés vont fermer pendant une semaine dans la grande ville chinoise de Xi'an (nord), après une vingtaine de cas de Covid-19, ont indiqué mardi les autorités.

La cité historique et touristique de 13 millions d'habitants, ancienne capitale impériale, est connue dans le monde entier pour son armée enterrée en terre cuite du premier empereur de Chine.

La Chine est l'un des derniers pays à appliquer une stratégie "zéro Covid" face à l'épidémie. Elle consiste en des dépistages massifs, des quarantaines obligatoires en cas de test PCR positif et des confinements ciblés.

Le gouvernement estime cette politique sanitaire nécessaire pour épargner les ressources médicales, limitées dans certains endroits, et préserver les personnes âgées, dont le taux de vaccination est relativement faible.

La ville de Xi'an a fait état depuis samedi de 18 cas positifs liés à Omicron, selon les autorités locales.

Un haut responsables municipal a annoncé mardi devant la presse l'application pour sept jours de "mesures de contrôle" destinés à éviter "les flux de personnes" et donc les infections.

"Nous sommes engagés dans une course contre la montre face au virus" et il convient "d'éviter une propagation et une flambée des cas", a-t-il souligné.

A emporter

Les lieux de divertissement comme les bars, les cybercafés, les établissements de bains ou encore les karaokés fermeront leurs portes à partir de mercredi 00h00, a indiqué la mairie dans un communiqué.

Les établissements de restauration ne pourront plus accueillir de clients pendant une semaine mais pourront continuer à effectuer des livraisons et proposer un service à emporter.

Les écoles primaires et maternelles fermeront leurs portes, tout comme les lieux de culte.

Xi'an avait été confinée pendant un mois, entre décembre 2021 et janvier 2022, en raison d'une flambée épidémique.

"C'est reparti"

Les autorités avaient été critiquées pour leur gestion du confinement, marqué par des problèmes d'approvisionnement en nourriture et des drames liés au fait que certains patients s'étaient vu refuser l'accès aux hôpitaux.

"Ça y est, c'est reparti", a réagi mardi un internaute sur le réseau social Weibo après l'annonce des nouvelles mesures, au diapason de la tonalité générale des commentaires.

Le ministère de la Santé a rapporté mardi 335 nouveaux cas positifs à l'échelle nationale.

La principale zone touchée est la province de l'Anhui (est), où 1,7 million d'habitants de deux cantons ruraux sont actuellement confinés.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

Impact négatif du Covid-19 sur l'activité des cabinets médicaux

Publié

le

Entre novembre 2020 et octobre 2021, 56% des cabinets médicaux ont participé à la campagne de vaccination (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L'activité des cabinets médicaux a été affectée par la pandémie de coronavirus en 2021, pour la deuxième année consécutive. Malgré une amélioration par rapport à 2020, 2 cabinets sur 5 ont connu une activité réduite et 1 sur 5 a dû recourir au chômage partiel.

Entre novembre 2020 et octobre 2021, 42% des cabinets médicaux et des centres ambulatoires ont enregistré une réduction de leur activité, selon le dernier relevé des données structurelles des cabinets médicaux et des centres ambulatoires de l'Office fédéral de la statistique (OFS) publié mardi. Le nombre de patients qu'ils pouvaient prendre en charge par jour était inférieur par rapport à avant la pandémie.

La situation variait selon les spécialisations. Quelque trois cabinets sur cinq (61%) avec activité chirurgicale ont enregistré une baisse d'activité. Le taux était de 41% pour la médecine de premier recours et de 50% pour la gynécologie. En psychiatrie, seuls 26% des cabinets ont connu une baisse d'activité.

Des différences régionales ont aussi été observées, note l'OFS. En Suisse orientale, 33% des cabinets ont enregistré une activité réduite, contre 47% dans la région lémanique et au Tessin.

De manière générale, la situation était toutefois meilleure que celle entre mars et octobre 2020. Un cabinet sur dix seulement avait pu maintenir son niveau d'activité.

Recours au chômage partiel

Par ailleurs, 20% des cabinets médicaux ont recouru au chômage partiel entre novembre 2020 et octobre 2021, contre 35% pour la période précédente. Les chirurgiens indépendants y ont eu le plus eu recours (37%) et les psychiatres indépendants le moins (7%).

L'OFS ajoute encore que 56% des cabinets médicaux offrant des prestations de médecine de premier recours ont activement participé à la campagne de vaccination. Dans les cantons de Bâle-Ville et de Neuchâtel, moins de 15% des cabinets y ont participé. En revanche, ils étaient plus de 70% en Valais, à Schwytz et à St-Gall. Au total, ils étaient encore plus de 50% à vacciner en octobre 2020.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Genève: la 2e dose de rappel est possible mais pas recommandée

Publié

le

La deuxième dose de rappel contre le Covid-19 est disponible à Genève pour la somme de 60 francs (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A la veille des vacances, les autorités sanitaires genevoises rappellent qu'une deuxième dose de rappel contre le Covid-19 est possible pour les personnes qui le souhaitent, par exemple pour des raisons de voyage. Cette injection, qui n'est pour l'instant pas recommandée à la population générale, coûte 60 francs.

En revanche, ce deuxième rappel est recommandé pour les personnes avec une immunodéficience sévère et est gratuit pour ces personnes, indique vendredi le département de la santé (DSPS) dans un communiqué. La deuxième dose de rappel n'est pas recommandée pour les personnes vulnérables, soit les personnes âgées.

Le DSPS relève que tous les indicateurs montrent une augmentation non négligeable des nouvelles infections de Covid-19 depuis une quinzaine de jours. Avec la levée de la plupart des obligations, chaque personne joue un rôle primordial dans l'application des bons réflexes, souligne le département. A noter qu'en cas de symptômes le test est possible et gratuit pour tout le monde.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X