Rejoignez-nous

Vaud

Onze ans de prison pour le braquage d'un fourgon au Mont

Publié

,

le

Le Tribunal d'arrondissement de Lausanne a condamné vendredi l'un des hommes impliqués dans le braquage d'un fourgon blindé en juin 2019 au Mont-sur-Lausanne (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Une première condamnation est tombée pour les attaques de convoyeurs de fonds, qui s'étaient multipliées entre 2017 et 2019 dans le canton de Vaud. Un homme écope de 11 ans de prison pour son implication dans le braquage du Mont-sur-Lausanne.

Le commando, dont faisait partie cet Algérien de 44 ans, était parti de la région lyonnaise pour aller attaquer un fourgon blindé dans la zone industrielle du Mont, durant la nuit du 19 au 20 juin 2019. Un butin de 20 à 25 millions de francs avait été emporté (il n'a toujours pas été retrouvé) et plusieurs véhicules avaient été incendiés.

L'homme jugé cette semaine à Lausanne avait été gravement blessé par un retour de flamme. La police l'avait arrêté une dizaine de jours plus tard, dans une unité pour grands brûlés à l'hôpital d'Alicante en Espagne.

Rôle "actif"

En rendant vendredi son verdict, le Tribunal d'arrondissement de Lausanne s'est quasiment aligné sur le Ministère public, qui avait réclamé une peine de 12 ans. Les juges ont estimé que la culpabilité du prévenu était "écrasante".

Alors que l'accusé avait tenté de minimiser son rôle dans l'opération, se décrivant comme "une pièce rapportée de dernière minute", les juges ont estimé, au contraire, qu'il avait joué "un rôle actif comme homme de main".

Selon la Cour, le quadragénaire a bel et bien participé à la préparation de l'attaque en y déployant "une énergie criminelle considérable". Il connaissait également tous les autres membres de la bande, contrairement à ce qu'il a affirmé lors de son interrogatoire.

La "brutalité extrême" de l'attaque a aussi été soulignée par les juges, qui ont rappelé que les malfrats avaient menacé les trois convoyeurs de fonds avec des fusils d'assaut et qu'ils avaient déclenché un important incendie.

La Cour a également tenu compte des antécédents de l'accusé. En 2002, celui-ci avait déjà été condamné pour un braquage en France à une peine de réclusion de 12 ans, dont il avait purgé la moitié.

La défense indignée

Une expulsion du territoire suisse de 15 ans, le maximum prévu par la loi, a aussi été prononcée par les juges. Tout comme la reconnaissance d'un montant total de 32'000 francs à titre de tort moral pour les trois convoyeurs.

Le procureur Christian Buffat s'est félicité de ce jugement qualifié "d'adéquat", conforme aux réquisitions et infractions retenues par le Ministère public.

L'avocat de la défense, Nicola Meier, s'est lui indigné de ce verdict. A ses yeux, la Cour n'a pas jugé son client, mais tous les braqueurs potentiels. "C'est un verdict de prévention générale qui s'adresse à d'autres", a-t-il relevé, accusant le Tribunal de s'être "laissé aveugler par la hauteur des flammes" du braquage.

Me Meier a aussi regretté la lourdeur d'une peine "réservée à des assassins". Une peine qui n'a été réduite que "symboliquement", en raison notamment de la grave blessure subie par son client, et dont il gardera des séquelles à vie.

"La justice ne sort pas grandie. Il y aura un appel, c'est sûr", a ajouté Me Meier.

Une première

Cet homme est le premier à être condamné dans la série d'attaques de convoyeurs qui s'étaient succédé entre 2017 et 2019 en terre vaudoise, au Mont-sur-Lausanne (juin 2019 et avril 2018), mais aussi à Daillens (décembre 2019), La Sarraz (août 2019), Chavornay (février 2018) ou encore Nyon (mai 2017).

Ce braqueur est aussi le seul, du moins pour le moment, à avoir comparu en Suisse. Les autres malfrats arrêtés jusqu'ici (certains courent toujours) seront jugés ultérieurement dans leur pays, la France, qui n'extrade pas ses ressortissants.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Hockey

Lausanne coulé par Zurich au 3e tiers-temps

Publié

le

Le Zurichois Dominik Diem protège son puck de l'attaque de Cory Emmerton. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

A Malley, Zurich a remporté le duel des Lions de National League. Les joueurs de Rikard Grönborg ont battu Lausanne 5-1 grâce à un troisième tiers de feu enlevé 5-0.

Pour son 900e match en National League, Tobias Stephan espérait certainement une issue favorable. Mais alors qu'ils étaient plutôt bien dans leur match, les Lausannois ont sombré au début du troisième tiers.

Contraints de commencer cette troisième période en infériorité numérique, les Vaudois ont en plus vu Martin Gernat rejoindre le banc des pénalités. A 5 contre 3, Lucas Wallmark a trouvé le patin de Jelovac pour égaliser avec un peu de chance.

Mais derrière, le "Z" a continué à avancer et en 56 secondes Willy Riedi puis Christian Marti ont plongé la patinoire dans une ambiance bien morose. Paresseux et peu impliqués, les Zurichois ont été payés au tarif maximal.

Mais les Lausannois ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes pour ne pas avoir été capables de faire la différence avant. Et notamment au cours d'une période médiane dominée par les hommes de John Fust.

La fatigue, oui, mais...

Si les Vaudois ont d'ailleurs assez logiquement ouvert le score à la 32e par l'entremise de Jason Fuchs à la suite d'un puck de Gernat parti en chandelle et récupéré "à la volée" par l'ancien Biennois, ils auraient dû enfoncer le clou et profiter de ces moments. Et même avant cette réussite, les Lausannois avaient eu deux grosses chances de marquer par Pedretti en contre à la 23e et par Audette une minute plus tard.

Alors oui, les Vaudois sont rentrés de Lugano à 3h30 du matin dimanche et la fatigue a dû se faire sentir au cours du match. C'est pour cette raison qu'ils auraient dû profiter de leur domination durant les quarante premières minutes. Car une fois Zurich dans le match, les Lausannois ont paru bien timides.

Privé d'Andrea Glauser pour six semaines en raison d'une cheville fracturée, John Fust pourrait aussi devoir composer sans Jiri Sekac dès mardi pour la réception de Rapperswil. L'attaquant tchèque n'est pas réapparu au deuxième tiers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Yverdon: la gauche en tête du 1er tour de la complémentaire

Publié

le

Seule candidate de la gauche, Ella-Mona Chevalley a réalisé le meilleur score au premier tour de l'élection complémentaire à la Municipalité d'Yverdon (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Ballotage général ce dimanche à Yverdon-les-Bains. Aucun des cinq candidats alignés pour prendre la succession du démissionnaire PLR Jean-Daniel Carrard n’est parvenu à décrocher la majorité absolue. La candidate de la gauche, Ella-Mona Chevalley, a tiré son épingle du jeu.

Pas encore de successeur pour le démissionnaire PLR Jean-Daniel Carrard à Yverdon-les-Bains. Le premier tour de l’élection complémentaire de ce dimanche s’est soldé par un ballotage général. Trois candidats se sont cependant démarqués. C’est la candidate de Solidarité et écologie, soutenue par la gauche, qui a terminé la course en tête. Ella-Mona Chevalley a comptabilisé 1'784 suffrages. Si elle confirme au second tour, la gauche occuperait 6 des 7 sièges de la Municipalité. Mais la bataille du premier tour a été rendue plus facile par des adversaires PLR-Centre-UDC dispersés. Ecoutez à ce propos Ella-Mona Chevalley.

Ella-Mona Chevalley

Le deuxième à se démarquer, c’est justement le PLR François Armada avec 1'642 voix. Il devance l’UDC Pascal Gafner de 300 voix. Loin devant les deux derniers candidats Laurent Thiémard pour les Vert’libéraux et Anne-Laure Vallon pour le centre.

Alliance vaudoise en vue

Une chose est sûre : l’union devrait être à l’ordre du jour pour le 2ème tour du côté de la droite et du centre. L'’UDC Pascal Gafner devrait se retirer de la course.

Pascal GafnerCandidat UDC

L’enjeu pour la droite : conserver un deuxième siège à la Municipalité face aux cinq sièges de la gauche. Le PLR François Armada appelle également une alliance de ses voeux.

François ArmadaCandidat PLR

Les partis ont jusqu’à mardi pour déposer une liste en vue du second tour de l’élection complémentaire.

Rappelons que la Municipalité actuelle est à majorité de gauche. Elle est composée de trois socialistes, deux verts et d’un PLR. Les différents partis ont jusqu’à mardi pour déposer une candidature en vue du second tour.

Continuer la lecture

Vaud

Vaud aura son Conseil de la magistrature

Publié

le

La justice vaudoise, ici avec le Tribunal d'arrondissement de Lausanne, sera désormais surveillée par un Conseil de la magistrature (photo d'illustration). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Vaud va se doter d'un Conseil de la magistrature. Ses citoyens ont plébiscité dimanche dans les urnes la création de ce nouvel organe de surveillance de la justice cantonale.

C'est la fin d'une exception vaudoise: le canton de Vaud va se doter d'un Conseil de la magistrature. Le projet, à l'étude depuis environ dix ans et déjà en vigueur dans tous les autres cantons romands, a convaincu 65,2% des votants vaudois ce dimanche. La réaction de la présidente du gouvernement, et conseillère d'Etat en charge des institutions, Christelle Luisier Brodard.

Christelle Luisier BrodardPrésidente du Conseil d'Etat vaudois

Le Conseil de la magistrature entrera en vigueur le 1er janvier 2023. Ses missions: la surveillance administrative du Tribunal cantonal et du Ministère public, ainsi que la surveillance disciplinaire de l'ensemble des magistrats.  Il élaborera également des préavis lors des élections de juges cantonaux ou du procureur général. Le Conseil pourra aussi être saisi par quelconque citoyen pour dénoncer un dysfonctionnement d'une autorité judiciaire ou d'un magistrat.

Neuf membres

Le Conseil doit entrer en fonction le 1er janvier prochain. Quelle est donc la suite du processus? Explications de Christelle Luisier Brodard.

Christelle Luisier BrodardPrésidente du Conseil d'Etat vaudois

Ce nouvel organe regroupera donc neuf personnes: deux membres du Tribunal cantonal, un magistrat de première instance, deux représentants du Ministère public, deux avocats (dont un ancien bâtonnier) et deux membres de la société civile. Ils seront élus pour cinq ans par le Grand Conseil et rééligibles une fois. Mais comment choisir les membres de la société civile? On retrouve Christelle Luisier Brodard.

Christelle Luisier BrodardPrésidente du Conseil d'Etat vaudois

Ce Conseil de la magistrature doit permettre de renforcer la séparation des pouvoirs et de dépolitiser la justice. Il s'agit aussi de simplifier le système actuel, où plusieurs organes parlementaires sont chargés de garder un oeil sur la justice.

La création d'un tel cénacle était réclamée de longue date dans le canton de Vaud. Le besoin s'était particulièrement fait ressentir après l'assassinat de Marie par Claude D. près de Payerne en 2013, dans une affaire qui avait suscité de vives tensions entre les pouvoirs judiciaires et législatifs.

"Un oui franc"

Porté par la conseillère d'Etat Christelle Luisier, le projet a été présenté en juin 2021, avant d'être débattu et validé en mai par le Grand Conseil. Une votation populaire était encore nécessaire, sachant que la création de cet organe implique une modification partielle de la Constitution.

Le Conseil de la magistrature est "très important" pour les institutions vaudoises et va entraîner "un grand changement de paradigme" en matière de surveillance de la justice, a ajouté la cheffe du Département des institutions, du territoire et du sport.

Isabelle Bertolini avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Culture

Lausanne et Pully: 15'000 noctambules à la Nuit des musées

Publié

le

Environ 15'000 personnes ont afflué à la 21e Nuit des musées de Lausanne et Pully (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Nuit des musées de Lausanne et Pully a rassemblé environ 15'000 personnes. Celles-ci ont cumulé 50'000 visites dans les 26 musées partenaires, qui sont restés ouverts jusqu'à deux heures du matin dimanche.

La manifestation a proposé environ 120 animations inédites, rappellent dimanche les organisateurs dans un communiqué. Près de 20 parcours ont aussi été imaginés pour faire vivre l'événement sous un angle particulier: en musique, à pied ou à vélo, avec les papilles ou en famille.

La thématique de cette édition tournait autour de l'univers des chantiers, en référence à la fin des travaux sur le nouveau site muséal de Platforme 10.

Outre les guides des musées, des DJs ont été actifs jusqu'au bout de la nuit. La "Silent party" du TOM Café, au Musée olympique, a notamment rassemblé près de 2000 danseurs pour clôturer cette 21e édition.

Avec environ 15'000 noctambules, la Nuit des musées a retrouvé l'affluence qu'elle avait avant l'arrivée du coronavirus. Annulée en 2020, la manifestation avait réuni 9000 personnes l'an dernier.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Plus de 1000 visiteurs aux portes ouvertes du centre de Penthaz

Publié

le

La Cinémathèque suisse héberge notamment 85'000 films de fiction et documentaires, ainsi que des milliers d'heures de documents filmés en tous genres (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Plus de 1000 visiteurs se sont redus samedi au Centre de recherche et d'archivage de la Cinémathèque suisse à Penthaz (VD) à l'occasion de portes ouvertes. Ces dernières étaient organisées en marge de la Nuit des musées.

Les visiteurs ont pu découvrir les coulisses de l'institution, qui s'étale sur plus de 13'000 m2, ainsi que rencontrer ceux et celles qui y travaillent, a indiqué samedi soir la Cinémathèque dans un communiqué.

Le public était notamment invité à emprunter un parcours fléché permettant de suivre un document d’archives, de sa prise en charge à sa conservation, en passant par sa documentation. Deux salles de projection proposaient des films pour petits et grands, ajoute la Cinémathèque.

Les nouveaux bâtiments du site de Penthaz ont été inaugurés en 2019. Cette année-là, deux journées portes ouvertes avaient attiré près de 3000 personnes.

La Cinémathèque suisse est l'une des dix plus importantes cinémathèques au monde, selon la Fédération internationale des archives du film (FIAF). Elle se distingue par la diversité et la qualité de ses collections. Fondée en 1948 à Lausanne, elle héberge 85'000 films de fiction et documentaires, ainsi que des milliers d'heures de documents filmés en tous genres. Sans oublier des millions d'affiches, de photographies, de scénarios, de livres, d'appareils anciens, de décors ou d'objets cinématographiques.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X