Rejoignez-nous

Suisse Romande

Vestiges glaciaires: cinq nouvelles découvertes grâce à IceWatcher

Publié

,

le

Intervention sur le glacier inférieur du Théodule, au-dessus de Zermatt, suite à la première annonce IceWatcher. (© AC-OCA / 2021)

Os, cuir, bois, projectiles militaires: les glaciers rejettent chaque été des vestiges du passé. Cette année, les alpinistes ont utilisé pour la première fois une application pour les signaler, laissant le soin aux archéologues d'aller prélever leurs trouvailles.

Sous l'effet du réchauffement climatique, les glaciers fondent et libèrent des éléments piégés parfois depuis des centaines, voire des milliers d’années. Pour répertorier et sauvegarder ces vestiges avant qu'ils ne se détériorent à l'air libre, l’Office cantonal d’archéologie (OCA) du Valais a lancé en 2021 IceWatcher, une application qui permet à tout un chacun d'en signaler la découverte.

"Entre le mois d'août et le 20 octobre, il y a eu cinq signalements d'objets qui affleuraient à la surface des glaciers. Trois d'entre eux, en bois ou en cuir, avaient un intérêt archéologique", explique mercredi à Keystone-ATS l'archéologue Romain Andenmatten. Ils doivent maintenant être datés au moyen du carbone 14 ou via les cernes de croissance du bois (dendrochronologie). Les résultats sont attendus pour le premier semestre 2022. Dans tous les cas, ils rejoignent la collection cantonale.

Un des objets signalés est un fragment de munitions militaires, "comme on en trouve beaucoup dans les anciennes zones d’exercice en montagne", souligne le scientifique. Ces trouvailles ne doivent pas être touchées et doivent être signalées à la Centrale nationale d’annonce des ratés.

Romain Andenmatten a potentiellement relié le cinquième signalement, effectué dans le Haut-Valais, à la disparition en montagne d'une personne durant le XXe siècle. "Les éléments ont été transmis à la médecine légale", précise-t-il.

Une zone à scanner

En plus de ces cinq signalements, une personne a rapporté via l'application IceWatcher une découverte faite en 2016, et qui est aussi en cours d'étude. "Elle ne s'était pas rendu compte de l'intérêt archéologique de sa trouvaille", relève Romain Andenmatten.

L'application, téléchargée près de 500 fois, ne décuple pas les annonces, mais elle tend à instaurer de bonnes pratiques, se réjouit l'archéologue. "Avant, cela arrivait qu'on nous envoie les objets retrouvés par la poste ou des données de géolocalisation incomplètes", détaille le scientifique qui estime en moyenne à une petite dizaine le nombre d’annonces de découvertes d'archéologie glaciaire et terrestre par an, sur un canton comme le Valais.

Grâce aux données précises recueillies par l'application, les archéologues évaluent à distance la pertinence des éléments révélés et engagent les moyens nécessaires à leur collecte et conservation. Une fois sur place, ils scannent toute la zone. "Pour chacune des cinq annonces, nous avons trouvé d'autres objets dans le périmètre", précise Romain Andenmatten pour illustrer l'importance de la démarche.

"Les alpinistes sont nos yeux"

Au vu du nombre de glaciers, l'OCA a besoin de cette archéologie participative pour préserver rapidement des vestiges de notre histoire. "Les alpinistes sont nos yeux", relève Romain Andenmatten. Et l'application leur permet désormais de "communiquer rapidement avec l'Office cantonal d'archéologie tout en respectant une marche à suivre très simple".

En cas de découverte, le premier réflexe à avoir est de ne rien toucher. Il faut ensuite sélectionner le type d’objet découvert parmi les options proposées parmi lesquelles bois, métal, cuir ou encore restes humains, puis prendre une photo rapprochée avec un objet de comparaison pour définir la taille. Enfin, un cliché plus large du paysage en géolocalisant la découverte est nécessaire

Bien que mise en ½uvre uniquement pour le Valais, techniquement, l'application pourrait fonctionner partout dans le monde. Pour l’instant, hors du canton, les annonces de découvertes doivent continuer à se faire par les canaux traditionnels aux services régionaux compétents. L'archéologue plaide toutefois pour qu'IceWatcher soit utilisée sur tout le territoire national et sur les pays limitrophes, rappelant que "sur les glaciers, les frontières n'existent pas".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Un binôme féminin à la tête du Théâtre du Jorat

Publié

le

Une répétition du spectacle "Alice" au Théâtre du Jorat à Mézieres. (©Keystone/LAURENT GILLIERON)

Un duo féminin dirigera le Théâtre du Jorat à Mézieres (VD) à partir du 1er février prochain. La comédienne de théâtre et metteure en scène, Ariane Moret, et la responsable de communication et de presse Nathalie Langlois, anciennement chez Lavaux Classic, remplaceront Michel Caspary, qui part en retraite anticipée après douze ans de direction.

"Le binôme a convaincu par sa complémentarité et sa capacité à assumer la direction du théâtre tout en menant à bien les travaux prévus de juillet 2023 à mars 2024, ainsi que par son projet artistique particulièrement adapté aux spécificités du Théâtre du Jorat: son public, son lieu, son environnement", a indiqué vendredi le Conseil de Fondation de l'établissement.

Les deux femmes ont été choisies parmi une cinquantaine de candidatures déposées, précise le Conseil. Le poste avait été mis au concours en septembre dernier. Ariane Moret et Nathalie Langlois entreront en fonctions le 1 er février 2022 pour une période de passation avec les collaborateurs sortants, l'actuel directeur Michel Caspary et l'administratrice Florence Boldrini.

"La nouvelle direction aura pour mission de mener à bien la finalisation de l'engagement d'un nouveau directeur technique, d'accompagner les saisons 2022 et 2023, de concevoir pour 2024 une programmation hors les murs (faisabilité à l'étude), de suivre les travaux programmés entre 2023 et 2024, de concevoir la programmation dès la saison 2025, d'assurer l'ouverture du nouveau Théâtre du Jorat ainsi que son développement dans un contexte adapté à ses nouvelles possibilités", détaille le Conseil de Fondation.

Continuer la lecture

Lausanne

La population invitée à s'exprimer sur deux places majeures

Publié

le

Les deux places lausannoises de l'Europe et Centrale sont séparées par le Grand-Pont. (Image d'archives - ©Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Ville de Lausanne veut repenser les espaces publics de deux de ses places emblématiques: de l'Europe et Centrale. Un concours d'idée sera lancé en 2022 pour transformer ces deux lieux dans le cadre des futures réalisations du tramway et du métro m3. Un panel d'usagers de ces deux places, composé d'une quinzaine de personnes, pourra participer à la démarche.

La Municipalité souhaite réaménager les places de l'Europe et Centrale pour en faire un espace public majeur capable d'héberger une interface de mobilité d'importance tout en développant un lieu convivial à taille humaine, écrit-elle vendredi.

"Situées en plein cœur de la ville, ces deux places sont amenées à jouer un rôle majeur en matière de mobilité. Nous souhaitons également profiter de cette occasion pour en faire des lieux de vie agréables et pensés pour toutes et tous. C'est pourquoi notre démarche s'appuie à la fois sur le point de vue d'experts mais aussi sur l'expérience et les souhaits des usagers", explique Florence Germond, municipale en charge de la mobilité.

Identité, mobilité et environnement

Identité, mobilité, usages, défis climatiques, intégration à l'environnement et dynamisme économique, sont les enjeux à relever pour les participants du concours d'idées lancé l'an prochain, souligne la Municipalité. Les projets sélectionnés par le jury permettront ensuite de fixer le cadre du concept qui sera développé par la Ville.

Le jury comportera en plus des représentants de la Ville et des professionnels (architectes, urbanistes, ingénieurs), deux membres du groupe d'usagers issus de la population lausannoise. Quant à l'ensemble du groupe, il donnera son avis sur les potentiels de ces deux places et analysera en amont les projets présentés lors du concours d'idées.

En cas de fort intérêt de la population, un tirage au sort sera effectué pour désigner les représentants de ce groupe. Une parité en termes d'usages, de genre et de tranches d'âge sera garantie, précise encore la Ville

Continuer la lecture

Vaud

Le marché de Noël reprend ses droits à Montreux

Publié

le

Le marché de Noël a repris ses droits depuis une semaine à Montreux. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Ouvert depuis une semaine, le marché de Noël de Montreux (VD) a repris ses droits après son annulation en 2020 à cause du Covid-19. Nouveauté cette année: un parcours sur la glace au Centre des congrès 2m2c.

La formule 2021 a été adaptée à la situation sanitaire et vise à éviter l'afflux de voitures au centre-ville avec un concept de mobilité douce, indique la Municipalité. Comme lors des trois dernières éditions, les 150 chalets s'étendent principalement le long des quais, en lieu et place des abords de la route principale. Masques et pass Covid ne sont pas requis sur les quais et aux stands.

En revanche, pour avoir accès aux chalets-restaurants fermés du marché, à la Cabane des bûcherons ou encore à la Maison du Père Noël, les visiteurs de plus de 16 ans doivent être en possession d'un certificat Covid.

Pour les mêmes raisons sanitaires, afin d'éviter une importante concentration de personnes au même endroit, certains chalets drainant un public nombreux ont été déplacés au centre-ville, comme la Cabane des bûcherons, qui se situe cette année près de la gare. L'accès en voiture aux abords directs de la gare est par conséquent restreint durant la période.

Balade chaleureuse sur glace

L'Association Sécurité Riviera (ASR) et la commune de Montreux recommandent d'ailleurs l'utilisation des transports en commun. Aucun dispositif particulier de stationnement n'est mis en place pour la durée du marché de Noël. Les automobilistes sont ainsi invités à laisser leur voiture dans les parkings en ouvrage de Montreux et environs.

Grande nouveauté de cette édition 2021, les amateurs de patin à glace peuvent se rendre au 2m2c où un cheminement de glace leur offre "une balade enchantée à travers une forêt magique et illuminée."

Baptisée "Light on Ice", cette attraction payante a été inaugurée vendredi en début de soirée et sera ouverte jusqu'au 9 janvier (de 14h00 à 22h00). Elle propose aussi des sculptures et un bar tout en glace. Le marché de Noël se tient, lui, jusqu'au 24 décembre.

Fréquentation attendue en baisse

Depuis l'ouverture, il semble y avoir moins de groupes autocaristes, mais la clientèle individuelle est au rendez-vous, séjournant dans les hôtels environnants, selon le directeur du marché Yves Cornaro, interrogé par AWP. La pandémie continue toutefois de peser sur les activités. "Le budget habituel a été revu à la baisse, en anticipant une diminution de fréquentation d'environ 25 à 30%", explique-t-il.

Avant l'arrivée du coronavirus, le marché de Noël de Montreux attirait en moyenne 550'000 visiteurs par édition.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Fribourg: appel au viol et menace de mort contre les femmes

Publié

le

Un appel au viol et une menace de mort, à la place d'une affiche du collectif de la grève féministe. (© collectif grève féministe fribourg)

Le collectif de la grève féministe a découvert à Fribourg le message "les femmes, toutes des putes à enculer et à fusiller", inscrit à la place d'une affiche en faveur de la Journée de lutte contre les violences sexistes. Il demande aux autorités de réagir.

La Ville et l’Etat de Fribourg doivent réagir face à cet appel au viol et à cette menace de mort et doivent "prendre des mesures fortes afin de lutter contre les violences faites aux femmes", a indiqué vendredi le collectif fribourgeois dans un communiqué. "Parce que nous devons pouvoir avoir le droit de vivre dans cette ville et ce canton sans craindre pour nos vies juste parce que nous sommes des femmes".

Le collectif a précisé apporter son soutien aux fondatrices de Bloom, boutique dédiée à la santé sexuelle, qui ont dû subir ce message à côté de leur devanture.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Des données à foison pour cartographier le sous-sol genevois

Publié

le

Des camions identiques à celui qui figure sur cette photo ont envoyé des vibrations dans le sous-sol genevois. Les données récoltées par ces petits capteurs doivent maintenant être traitées (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le canton de Genève possédera bientôt une image en 3D de son sous-sol, grâce à une campagne de prospection qui a permis de récolter de gigantesques quantités de données. L'ambition, à terme, sera de s'appuyer sur ces informations pour développer la géothermie.

Pendant cinq semaines, des camions vibreurs ont sillonné le canton. Leurs ondes ont été enregistrées par 21'000 géophones disséminés sur tout le territoire. L'opération est une réussite du point de vue scientifique, a déclaré vendredi, devant les médias, le conseiller d'Etat genevois Antonio Hodgers, du département du territoire.

Environ 100 téraoctets (To) de données "pertinentes" ont été amassés. Personne n'avait encore mené, en milieu urbain, une campagne de prospection du sous-sol de cette ampleur dans des délais aussi courts. La participation de la France a ajouté un élément de complexité au processus.

Aide de la Confédération

La campagne aura nécessité un investissement de 15 millions de francs, dont 9 millions ont été versés par la Confédération, a indiqué le directeur général des Services industriels de Genève (SIG), Christian Brunier. En amont, il a fallu obtenir les autorisations de nombreux propriétaires de parcelles.

Une telle opération ne se fait pas sans quelques "couacs", a relevé M.Brunier. Les SIG, qui pilotent le projet, ont ainsi reçu 56 réclamations, ce qui est très peu à Genève, quand on connaît le côté un peu râleur de ses habitants. Des dégâts ont été constatés après le passage des camions vibreurs. Ils sont en cours d'évaluation.

Des géophones ont aussi subi des déprédations. Environ 1000 de ces petites boîtes orange ont été volées ou ont disparu. Un renard s'est même emparé de l'une d'elles. Mis à part ces petits désagréments, la population a en général bien accueilli cette campagne de prospection, offrant parfois bouteilles ou chocolat aux employés.

Le but principal de cette cartographie du sous-sol allant de 300 à 5000 mètres de profondeur demeure la géothermie. Il sera plus facile, une fois en main l'image en 3D, de déterminer les endroits où il sera judicieux de forer pour récupérer la chaleur de la terre. Deux forages exploratoires sont envisagés en 2023-2024.

Réduire la dépendance aux énergies fossiles

Genève mise beaucoup sur la géothermie de moyenne profondeur pour le chauffage des bâtiments, fort tributaire, aujourd'hui, des combustibles fossiles. Le canton ne vise pas à produire de l'électricité grâce à cette technique. Pour y arriver, il faudrait en effet creuser bien plus bas, ce que les SIG n'envisagent pas.

Car la géothermie a ses inconvénients. A grande profondeur, un danger de secousses sismiques existe. A Bâle ou à Saint-Gall, de gros projets ont ainsi été arrêtés. Une bonne connaissance du sous-sol permet cependant de maîtriser ces risques, a noté la présidente de Géothermie-Suisse, Nathalie Andenmatten.

Cette campagne de prospection du sous-sol qui vient de se terminer est importante pour le reste de la Suisse, a poursuivi Mme Andenmatten, qui est également cheffe de GEothermies à l'Etat de Genève. D'autres projets, comme à Fribourg ou à Lausanne, pourront capitaliser sur l'expérience acquise au bout du lac.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Poisson

Un projet, monté il y a des semaines, va aboutir aujourd’hui… Cependant, il faudra arrondir les angles avec vos collaborateurs…

Les Sujets à la Une

X