Rejoignez-nous

Suisse

USS: Unia pour Pierre-Yves Maillard

Publié

,

le

Le conseiller d'Etat vaudois Pierre-Yves Maillard (archives). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Unia a choisi Pierre-Yves Maillard comme candidat dans la course à la présidence de l’Union syndicale suisse (USS). Le comité central du syndicat s’est prononcé mardi « à une majorité claire » en faveur du conseiller d’Etat vaudois.

Dans son communiqué, Unia souligne que Pierre-Yves Maillard prendra contact avec les diverses organisations membres de l’USS au cours des semaines à venir. Il pourra alors « débattre des priorités du mouvement syndical suisse pour les prochaines années ».

Le syndicat Unia note également qu’il a auditionné mardi la conseillère nationale Barbara Gysi (PS/SG). Il rappelle que cette dernière a déjà été nominée comme candidate à la présidence de l’USS par l’Association du personnel de la Confédération (APC).

Après plus de 20 ans à la tête de l’USS, le conseiller aux Etats Paul Rechsteiner (PS/SG) a décidé de démissionner. Le Congrès de l’USS élira le samedi 1er décembre à Berne son successeur.

(ATS / KEYSTONE – LAURENT GILLIERON)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Horaire CFF 2019 : Léman 2030 impacte l’offre depuis Lausanne

Publié

le

Travaux obligent, l'offre des grandes lignes sera réduite en soirée au départ de Lausanne, selon l'horaire 2019 des CFF (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Une offre réduite en soirée depuis Lausanne. C’est ce qui ressort notamment de la présentation des horaires CFF 2019 qui entrent en vigueur le 9 décembre. Les travaux nécessaires pour le projet Léman 2030 vont notamment impacter le trafic du dimanche au jeudi dès 20h sur les axes Lausanne-Genève-Aéroport et Lausanne-Brigue. Les horaires restent inchangés entre Lausanne-Berne et Lausanne-Bienne. En mai dernier, lors de la consultation du projet d’horaire, le Canton de Vaud était monté au créneau, s’opposant à plusieurs mesures annoncées. Aujourd’hui, il se dit relativement satisfait. Mehdi-Stéphane Prin, délégué à la communication du Département des infrastructures :

Mehdi-Stéphane Prin Délégué à la communication du Département des infrastructures, VD

Ces perturbations sont essentiellement liées aux travaux Léman 2030, pour autant, le Canton promet de rester attentif à ce que cela impacte le moins possible les voyageurs. Mehdi-Stéphane Prin :

Mehdi-Stéphane Prin Délégué à la communication du Département des infrastructures, VD

D’importants chantiers de renouvellement des infrastructures entraîneront des interruptions de lignes notamment entre Yverdon-les-Bains et Yvonand et sur la ligne Palézieux–Moudon–Payerne. Cette dernière sera fermée de mi-mai à mi-septembre. Mehdi-Stéphane Prin :

Mehdi-Stéphane Prin Délégué à la communication du Département des infrastructures, VD

Des trains plus grands

Parmi les autres changements apportés par ce nouvel horaire : il y aura plus de places dans certains trains en Suisse romande. Les trains Duplex feront leur apparition sur la ligne Genève Aéroport–St-Gall. Ces véhicules à deux étages apporteront davantage de confort aux voyageurs, mais pas seulement, et en Valais aussi. Frédéric Revaz, porte-parole des CFF:

Frédéric Revaz Porte-parole des CFF

Propos recueillis par Jérôme Favre. Les trains Duplex offrent jusqu’à 1300 sièges dans des compositions pouvant mesurer quelque 400 mètres de long.

Du côté de Genève, l’introduction de la cadence au quart d’heure entre Lancy- Pont-Rouge et Coppet constitue la première étape du Léman Express. La ligne du Simplon s’ouvre au passage des trains à deux étages.

A un niveau plus international, dix liaisons quotidiennes entre Bienne et Delle (F) seront prolongées jusqu’à Belfort-Montbéliard (F). Les voyageurs pourront y prendre le TGV pour Paris.

Côté alémanique, les principaux changements concernent les liaisons entre Zurich et la Suisse orientale. Aux heures de pointe, quatre trains des grandes lignes circuleront désormais par heure, au lieu de trois, entre la plus grande ville de Suisse et St-Gall dans les deux sens. La durée du trajet entre Zurich et Romanshorn (TG) sera par ailleurs raccourcie de quatre minutes.

Les CFF vont, par ailleurs, réaliser des travaux d’entretien le long du lac de Zoug, sur l’axe Nord-Sud. Dans ce cadre, la construction d’une seconde voie est prévue près de Wauwil (ZG). Le chantier durera de la mi-2019 à 2020. Le trafic sur la ligne du Gothard sera dévié et le trajet prolongé de 10 à 15 minutes.

 

(DOR/ATS)

Continuer la lecture

Suisse

Le PDC mise sur deux femmes

Publié

le

Le PDC veut remplacer Doris Leuthard au Conseil fédéral par l'une de ces deux femmes: Heidi Z'Graggen (à gauche) ou Viola Amherd (archives). (©KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

La conseillère fédérale Doris Leuthard devrait être remplacée par une femme. Le groupe parlementaire PDC propose au Parlement de choisir le 5 décembre entre Viola Amherd et Heidi Z’Graggen, a-t-il tweeté vendredi.

La haut-valaisanne Viola Amherd avait de bonnes chances d’être retenue. Au National depuis 2005, l’avocate-notaire de 56 ans s’y est engagée pour les régions de montagne et l’équilibre social. La vice-présidente du groupe PDC a longtemps présidé la ville de Brigue. Elle aime se décrire comme bâtisseuse de ponts.

La conseillère d’Etat uranaise Heidi Z’Graggen a quant à elle fait toute sa carrière politique dans son canton. A 52 ans, l’enseignante qui dirige le département cantonal de la justice a quatorze ans d’exécutif à faire valoir, mais c’est une inconnue aux Chambres fédérales.

Peter Hegglin pas retenu

Le groupe PDC a écarté Peter Hegglin, ce qui risque de ne pas plaire à la droite au Parlement. L’ancien agriculteur de 57 ans fait partie de l’aile plus conservatrice de son parti.

Avant d’être élu au Conseil des Etats en 2015, le Zougois était déjà connu à l’échelle nationale comme le directeur des finances qui a inlassablement défendu les intérêts de son canton durant treize ans. Il n’a pas profité de son arrivée à Berne pour se profiter sur de nouveaux thèmes ou améliorer son piètre français.

La conseillère nationale de Bâle-Campagne Elisabeth Schneider-Schneiter, qui jouait la carte urbaine, a également fait chou blanc. Agée de 54 ans, la juriste préside la commission de politique extérieure du National et ne s’est guère illustrée sous la coupole sur d’autres thèmes durant ses huit ans de mandat. Elle préside toutefois la chambre de commerce des deux Bâles.

Grande favorite

Le groupe PLR a déjà tranché plus tôt dans l’après-midi. Seuls deux candidats à la succession de Johann Schneider-Ammann au Conseil fédéral restent en lice: Karin Keller-Sutter et Hans Wicki. Christian Amsler n’a pas été retenu.

Karin Keller-Sutter faisait figure de grande favorite. Agée de 54 ans comme son concurrent, l’actuelle présidente du Conseil des Etats avait déjà postulé il y a huit ans face à Johann Schneider-Ammann. Mais elle ne siégeait pas encore sous la coupole fédérale et avait une réputation de dame de fer comme ministre saint-galloise de justice et police.

Depuis son élection à la Chambre des cantons en 2011, elle s’est profilée sur des sujets économiques et sociaux. Ses convictions de droite ne l’empêchent pas de tisser des compromis, par exemple pour sauver la réforme de la fiscalité des entreprises par un geste en faveur de l’AVS.

Cette polyglotte interprète de formation a aussi comme atout d’être une femme. De nombreuses voix réclament une féminisation du gouvernement. Le PLR n’a jusqu’ici eu qu’une conseillère fédérale, Elisabeth Kopp. Si aucune femme n’est élue le 5 décembre, Simonetta Sommaruga n’aura plus que des collègues masculins.

Un homme retenu

Face à Karin Keller-Sutter, Hans Wicki aura la tâche très difficile. Très mauvais en langue, il aura de la peine à convaincre les députés romands et tessinois. L’ancien conseiller d’Etat ne siège à Berne que depuis 2015 et n’est pas considéré comme un poids lourds du Conseil des Etats. Son élection permettrait à Nidwald d’obtenir son premier conseiller fédéral.

Le Nidwaldien a toutefois été préféré à Christian Amsler. L’actuel président du Conseil d’Etat schaffhousois n’était guère connu hors de son canton hormis dans les milieux de l’éducation. A la tête du Département de l’instruction publique, il ne siège pas sous la coupole fédérale.

Auditions

Les candidats officiels devront encore convaincre les parlementaires des autres partis. Des auditions seront organisées auprès des différents groupes. Chaque candidat devra mettre en avant ses atouts et faire face aux critiques. But: décrocher le soutien d’une majorité des 246 élus fédéraux.

 

(ATS)

Continuer la lecture

Suisse

Le PLR mise sur un ticket à deux

Publié

le

Le groupe parlementaire PLR propose à l'Assemblée fédérale d'élire Karin Keller-Sutter ou Hans Wicki au Conseil fédéral (archives). (©KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ)

Seuls deux candidats PLR à la succession de Johann Schneider-Ammann au Conseil fédéral restent en lice. Le groupe parlementaire libéral-radical propose vendredi au Parlement de choisir le 5 décembre entre Karin Keller-Sutter et Hans Wicki, a-t-il twitté vendredi.

Karin Keller-Sutter faisait figure de grande favorite. Agée de 54 ans comme son concurrent, l’actuelle présidente du Conseil des Etats avait déjà postulé il y a huit ans face à Johann Schneider-Ammann. Mais elle ne siégeait pas encore sous la coupole fédérale et avait une réputation de dame de fer comme ministre saint-galloise de justice et police.

Depuis son élection à la Chambre des cantons en 2011, elle s’est profilée sur des sujets économiques et sociaux. Ses convictions de droite ne l’empêchent pas de tisser des compromis, par exemple pour sauver la réforme de la fiscalité des entreprises par un geste en faveur de l’AVS.

Cette polyglotte interprète de formation a aussi comme atout d’être une femme. De nombreuses voix réclament une féminisation du gouvernement. Le PLR n’a jusqu’ici eu qu’une conseillère fédérale, Elisabeth Kopp. Si aucune femme n’est élue le 5 décembre, Simonetta Sommaruga n’aura plus que des collègues masculins.

Face à Karin Keller-Sutter, Hans Wicki aura la tâche très difficile. Très mauvais en langue, il aura de la peine à convaincre les députés romands et tessinois. L’ancien conseiller d’Etat ne siège à Berne que depuis 2015 et n’est pas considéré comme un poids lourds du Conseil des Etats. Son élection permettrait à Nidwald d’obtenir son premier conseiller fédéral.

Le Nidwaldien a toutefois été préféré à Christian Amsler. L’actuel président du Conseil d’Etat schaffhousois n’était guère connu hors de son canton hormis dans les milieux de l’éducation. A la tête du Département de l’instruction publique, il ne siège pas sous la coupole fédérale.

Deux PDC

Le PDC a quant à lui opté pour un ticket à deux. Les démocrates-chrétiens doivent encore décider qui ils y présenteront pour succéder à Doris Leuthard. Viola Amherd (VS), Heidi Z’Graggen (UR), Peter Hegglin (ZG) et Elisabeth Schneider-Schneiter (BL) sont sur les rangs.

Le groupe pourrait être tenté par un ticket 100% féminin. Mais les voix de droite au Parlement pourraient quand même se porter ensuite sur Peter Hegglin. D’autant plus que Viola Amherd, bien placée pour figurer sur le ticket, est considérée comme trop à gauche par certains. Un ticket réunissant le Zougois et la Valaisanne pourrait avoir des chances de s’imposer.

Les candidats officiels devront encore convaincre les parlementaires des autres partis. Des auditions seront organisées auprès des différents groupes. Chaque candidat devra mettre en avant ses atouts et faire face aux critiques. But: décrocher le soutien d’une majorité des 246 élus fédéraux.

 

(ATS)

Continuer la lecture

Suisse

Billag : vers un remboursement de la TVA à tous les ménages

Publié

le

La TVA prélevée sans base légale sur les factures de Billag devrait être remboursée à tous les ménages, a décidé le DETEC(archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La TVA perçue sur la redevance radio-TV devrait être remboursée à tous les ménages. Le Département fédéral de la communication (DETEC) va préparer une base légale en ce sens. Cette décision fait suite à un arrêt du Tribunal fédéral publié mercredi.

Ce remboursement devrait être effectué par le biais d’un crédit sur la facture de redevance établie par le futur organe de perception, Serafe, indique mercredi le DETEC dans un communiqué. Tous les ménages y auront droit même ceux qui ne se sont pas manifesté activement pour être remboursés. Cela couvrira les années 2010 à 2015.

Sur cette période, les ménages ont payé environ 170 millions de francs de TVA sur la redevance de réception. Selon les estimations actuelles, ils devraient toucher environ 50 francs. Il appartiendra au Parlement de se prononcer sur le montant final. La décision du DETEC répond à une motion de Sylvia Flückiger (UDC/AG).

Seulement depuis 2010

Elle fait également suite à un arrêt du Tribunal fédéral publié mercredi. Les juges de Mon Repos ont admis partiellement un recours de l’Office fédéral de la communication. Les demandes de remboursement de la TVA sur la redevance radio-TV sont prescrites pour la période précédant le 1er janvier 2010.

La haute cour se fonde sur un précédent arrêt rendu en septembre dernier. Un particulier entendait alors récupérer jusqu’en janvier 2007 la TVA prélevée sans base légale. Les juges fédéraux avaient admis ses prétentions jusqu’au 1er janvier 2010 seulement.

Dans le dernier cas traité par le TF, quatre particuliers, soutenus par les associations de consommateurs de Suisse alémanique, de Suisse romande et du Tessin, ont demandé la restitution de la TVA pour la période du 1er juin 2005 au 1er juin 2015. Ils prétendaient agir au nom de toutes les personnes qui ont payé la redevance, et pas seulement pour celles qui ont demandé un remboursement.

Le Tribunal fédéral ne s’est pas prononcé sur cette revendication. Il s’est borné à rappeler les règles sur la prescription et que les revendications portant sur la période antérieure au 1er janvier 2010 étaient donc éteintes.

En mars 2017, le Tribunal administratif fédéral s’était rallié aux demandes des représentants des consommateurs et avait admis leurs recours. L’Office fédéral de la communication (OFCOM) avait alors recouru devant le Tribunal fédéral.

La pression a payé, selon la FRC

La Fédération romande des consommateurs (FRC) et les organisations soeurs alémanique et tessinoise se sont réjouies d’une victoire importante. « Près de 3,5 millions de ménages seront ainsi remboursés grâce à notre action », se félicite la FRC. Les représentants des consommateurs vont désormais se battre pour obtenir un remboursement adéquat qu’ils évaluent entre 50 et 70 francs.

Il est regrettable en effet que l’OFCOM ait recouru jusqu’au TF et soit ainsi parvenu à ramener le remboursement de dix à cinq ans. Le remboursement ne devrait pas intervenir avant plusieurs mois, le temps que le Parlement se décide, avertit la FRC.

 

(ATS)

Continuer la lecture

Suisse

La grève générale de 1918 commémorée à Olten

Publié

le

Il y a cent ans, le 12 novembre 1918, la grève générale débutait en Suisse, après le déploiement de l'armée dans les villes et la dissolution violente d'une manifestation à Zurich (archives). (©KEYSTONE/PHOTOPRESS-ARCHIV/STR)

Près de 1400 personnes ont commémoré la grève générale de 1918 samedi dans les anciens ateliers principaux des CFF à Olten (SO). L’occasion pour Simonetta Sommaruga de rappeler que l’égalité salariale n’est toujours pas une réalité en Suisse.

La conseillère fédérale a rappelé que les femmes s’étaient démenées, en 1918 comme toujours, pour approvisionner les grévistes, soutenir le comité de grève et s’occuper des enfants. Sans récolter le moindre remerciement, a-t-elle précisé selon la version écrite de son allocution.

« Le droit de vote pour les femmes figurait alors tout en haut des revendications », a déclaré la cheffe du Département de justice et police (DFJP). Mais « il dégringole ensuite pour devenir le dernier des soucis des hommes de ce pays. »

Des décennies de lutte

« Il a fallu des générations de femmes pour lutter contre la discrimination et l’exclusion, pour secouer les carcans », a poursuivi la ministre. Ainsi en 1969, des femmes marchent sur Berne par milliers. Et posent leurs conditions: le Conseil fédéral pourra signer la Convention européenne des droits de l’homme, mais seulement quand les femmes auront le droit de vote.

Deux ans plus tard, la Suisse devient enfin ce qu’on appelle une démocratie: les femmes ne sont plus des mineures au plan politique. « Nous avons maintenant le droit de vote et d’éligibilité. Mais pas l’égalité dans la réalité », a souligné Mme Sommaruga.

« Combattre ensemble »

La présidente du syndicat Unia, Vania Alleva, a de son côté appelé à une nouvelle grève des femmes en 2019 pour exiger l’égalité salariale. Selon elle, c’est lors d’une grève qu’on distingue le mieux les raisons pour lesquelles les travailleurs ont avantage à se regrouper dans un syndicat et à combattre ensemble pour leurs intérêts.

Mme Alleva a cité à titre d’exemple les actions de protestation des maçons durant les dernières semaines. « La grève est plus actuelle et nécessaire que jamais en Suisse », a-t-elle estimé.

Une étape vers la Suisse moderne

Pour Paul Rechtsteiner, président de l’Union syndicale suisse (USS), la grève nationale de 1918 fait partie des grandes étapes de la Suisse moderne. Elle a donné le coup d’envoi à la construction d’un Etat social.

Après l’ultimatum du Conseil fédéral, le Comité d’Olten, qui avait appelé à la grève générale pour le 12 novembre 1918, a eu la sagesse de la stopper le 14 pour éviter un bain de sang suite à la mobilisation de l’armée, a rappelé M. Rechtsteiner.

Outre le droit de vote des femmes, les grévistes exigeaient notamment une prévoyance vieillesse et la semaine de 48 heures.

De la défaite au succès

Ce qui avait été d’abord une défaite s’est mué de plus en plus en un immense succès, a relevé le président de l’USS, également conseiller aux Etats (PS/SG). « Ce ne sont donc pas les défaites qui importent sur le long terme, mais la volonté et la force de continuer à lutter pour des revendications légitimes ».

L’armée suisse ne devrait plus jamais être engagée contre sa propre population, a poursuivi M. Rechsteiner. A l’époque, trois ouvriers avaient été abattus par la troupe à Granges (SO), alors que la grève avait déjà été levée, a-t-il rappelé.

Grave crise politique

La semaine du 7 au 14 novembre 1918 a vu la pire crise politique interne en Suisse depuis la création de l’Etat fédéral en 1848. L’appel du Comité d’Olten à la grève générale pour le 12 novembre intervient après le déploiement de l’armée dans les villes et la dissolution violente d’une manifestation à Zurich le 9 novembre.

Il est suivi par quelque 250’000 travailleurs. Après l’ultimatum du Conseil fédéral aux grévistes, l’escalade menace. Le Comité d’Olten décide alors de lever la grève.

La commémoration d’Olten était organisée par l’Union syndicale suisse, le Parti socialiste et la Société Robert Grimm.

 

(ATS)

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Gémeaux

L'ambiance au travail sera vraiment mitigée ce mardi. En effet, si vous avez du mal à communiquer, il semble que certains de vos collègues également.

Publicité

Les Sujets à la Une

X