Rejoignez-nous

Lausanne

Le Comptoir Suisse cherche encore à se réinventer

Publié

,

le

A la veille de sa 99e édition, le Comptoir Suisse cherche encore à se réinventer. La manifestation a perdu de l'argent ces dernières années et ce, pour différentes raisons, explique le directeur de MCH Beaulieu Lausanne.

"Nous le constatons aussi à la Muba à Bâle ou à la Züspa à Zurich, les foires généralistes ne correspondent plus aux demandes du public comme il y a 20 ans. Son comportement a complètement changé: plus personne n’achète un matelas ou un fer à repasser dans une foire", raconte Michel Loris-Melikoff, directeur de MCH Beaulieu Lausanne, dans une interview à 24 heures publiée vendredi.

Le groupe dit étudier plusieurs pistes pour aider les foires généralistes à aller de l'avant. Celles-ci "sont peut-être appelées à perdre leur aspect commercial au profit de quelque chose de beaucoup plus festif. Ou à devenir des sortes d’interfaces entre le monde réel et le monde virtuel", poursuit le directeur.

S'agissant de la 100e édition du Comptoir Suisse, qui devrait se tenir l'an prochain, il précise que son existence "dépendra du résultat de cette édition et de la présence ou non d’une volonté chez les collectivités, les exposants et, in fine, les visiteurs".

Rester à Lausanne

L'homme ajoute que le groupe bâlois ne prévoit pas de quitter Lausanne en 2021, lorsque le contrat avec la Fondation de Beaulieu sera à terme. Il estime en outre que l'emplacement du site, au centre de la capitale vaudoise, est un atout, car "les gens peuvent y venir à pied ou avec les transports publics en quelques minutes. Et ici, nous avons même un aéroport à trois minutes".

Selon lui, les difficultés rencontrées à Lausanne s'expliquent par les infrastructures "qui ne répondent pas aux besoins", mais également par le comportement des autorités. "On a l'impression qu'elles ont peur des réactions des riverains", lâche-t-il.

Et de conclure: "Il se passe beaucoup de choses à Lausanne, mais on n’a pas l’impression qu’il existe une véritable stratégie de l’événementiel. En tout cas, je n’ai jamais entendu parler d’une telle réflexion".

"A Bâle ou à Zurich, les villes ont défini ce qu’elles voulaient en termes de manifestations culturelles, sportives ou festives. Ensuite, elles ont renoncé à toutes les autres manifestations et mis des moyens pour disposer des infrastructures nécessaires à l’application de leur stratégie. Lausanne devrait aussi effectuer des choix".

 

(KEYSTONE-ATS / PHOTO : JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Le garage des ambulances du CHUV transformé en hôpital

Publié

le

(KEYSTONE/POOL/Laurent Gillieron)
Porte d'entrée du dispositif hospitalier, le service des urgences du CHUV à Lausanne a dû être adapté. Objectif: être en mesure d'absorber une éventuelle vague de patients touchés par le Covid-19.

"Nous essayons d'avoir toujours deux coups d'avance, démarre le professeur Pierre-Nicolas Carron, chef du service. Ces derniers jours, nous nous sommes beaucoup étendus, en aménageant des espaces ou en créant complètement des infrastructures pour augmenter notre capacité d'accueil." Celle-ci a doublé.

Derrière une porte battante, un couloir de transit est désormais garni d'une alignée de seize lits, chaque place étant pourvue d'oxygène et d'un ordinateur permettant de surveiller l'état du patient.

"C'est un couloir qui a été pensé pour être aménagé très rapidement lors d'épisodes spéciaux, mais c'est la première fois que nous y avons recours et qu'il est vraiment équipé", précise le professeur Carron. Plus loin, une ancienne salle de stockage et de réunion est occupée par douze lits, séparés par des paravents.

Finalement, c'est le garage des ambulances qui a été complètement métamorphosé. Vidé de ses véhicules, il accueille désormais une infrastructure complétée à l'extérieur par une grande tente, et dans laquelle a été aménagé un nouvel espace de prise en charge de dix-huit places.

"C'est une infrastructure digne d'un hôpital suisse, elle aussi équipée en chauffage, en informatique et en oxygène", précise le spécialiste.

Ces nouveaux espaces ne sont pas destinés à accueillir des malades ou des blessés sur une longue durée, ils doivent permettre de libérer d'autres secteurs des urgences.

Baisse d'activité

"Ce sont des endroits où les patients vont rester quelques heures, le temps de prendre une décision sur la prise en charge et le traitement. Même si nous avons reproduit les conditions d'une chambre classique, l'objectif n'est pas de garder des gens dans le couloir pendant la nuit par exemple", explique Pierre-Nicolas Carron.

Surtout, il insiste: "Nous ne faisons pas que du Covid-19. Tous les patients continuent à être pris en charge normalement !"

Un rappel important alors que le service observe une baisse d'activité "de 30% à 50% en fonction des jours par rapport à la moyenne habituelle". Soit 80 à 100 cas quotidiens contre environ 150 à 200 en temps normal.

Peur de déranger

"Nous imaginons plusieurs explications. Certains pensent que nous sommes débordés et ont peur de déranger, d'autres vont peut-être chez leur médecin traitant ou rechignent à venir en milieu hospitalier car ils craignent d'être contaminés. Il y a aussi nettement moins d'activités professionnelles ou sportives et d'événements festifs", envisage le chef des urgences.

Continuer la lecture

Lausanne

Coronavirus - Lausanne fait les courses pour ses aînés

Publié

le

Lausanne, ici avec son Hôtel de Ville, propose de faire les courses des plus de 65 ans (photo d'illustration). (KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)
Comme plusieurs autres villes du pays, Lausanne propose de faire les courses de ses citoyens de plus de 65 ans en cette période de coronavirus. La prestation, qui démarre lundi, est effectuée par des collaborateurs de la ville qui se sont portés volontaires.

Ce service "complète les systèmes de livraisons ou d'aides privés ou publics", écrit vendredi la capitale vaudoise dans un communiqué. Les bénéficiaires ne paieront pas de frais de livraison.

La commande doit être passée auprès de la permanence téléphonique déjà existante pour les plus de 65 ans (021 315 35 08). La livraison se fera dans les trois jours. Quant aux articles, ils seront achetés auprès des commerçants locaux "dans la mesure du possible", poursuit le communiqué.

Continuer la lecture

Lausanne

La municipalité lausannoise veut préserver la campagne de Rovéréaz

Publié

le

La Municipalité de Lausanne veut empêcher la construction de logements à Château Fallot (archives). KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
La municipalité de Lausanne veut empêcher la création de logements dans la campagne de Rovéréaz, au nord de la ville. Les autorités souhaitent la mise en place d'une zone réservée au lieu-dit Château Fallot.

L'objectif consiste à "maintenir les atouts d'un espace vert unique à Lausanne", écrit jeudi la capitale vaudoise dans un communiqué. Elle relève que sa stratégie climatique, récemment adoptée par le Conseil communal, mentionne "la nécessité d'utiliser les outils d’aménagement du territoire pour préserver et développer la nature en ville."

La construction de trois nouveaux bâtiments est envisagée à Château Fallot pour un total de 18 logements en lisière de forêt. Le projet a suscité 13 oppositions de voisins et d'associations, tandis qu'une pétition de près de 6000 signatures a été transmise au Conseil communal pour demander la sauvegarde du site.

La municipalité explique avoir saisi le canton pour lui demander de valider le principe de zone réservée communale. Celui-ci permettrait "de garantir l'impossibilité de toute nouvelle construction, le temps d'élaborer une nouvelle planification", précise le communiqué.

Continuer la lecture

Lausanne

Une hotline pour les urgences de l'Hôpital ophtalmique

Publié

le

Une évaluation sera possible par téléphone. (Photo prétexte - ©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

L’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin, à Lausanne, lance une hotline téléphonique pour ses urgences. Elle veut ainsi diminuer le nombre de personnes contraintes de se déplacer dans ses locaux et mieux planifier la prise en charge des patients.

En appelant le 021 626 81 11, le numéro d’urgence de l’hôpital, il est possible d’avoir une consultation médicale par téléphone ou de prendre un rendez-vous immédiat, annonce mercredi l'hôpital. Cette nouvelle ligne est ouverte du lundi au vendredi, de 08h00 à 17h30.

Les ophtalmologues pourront renseigner et délivrer des ordonnances par téléphone pour les cas bénins. Pour les autres cas, le médecin évaluera la situation et pourra programmer l’arrivée du patient afin qu’il attende le moins possible aux urgences. Les examens requis seront organisés avant son arrivée, ce qui permettra de réduire le temps passé sur place et de diminuer le nombre d'intervenants par cas.

Pour les urgences avérées (perte de vision soudaine, corps étranger dans l'oeil), le patient sera attendu de suite à l'hôpital. Ainsi, il sera possible de réduire les contacts en salle d'attente.

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne redresse un peu ses comptes en 2019

Publié

le

La Ville de Lausanne a amélioré ses comptes 2019 de 31,5 millions par rapport au budget. (©LFM)

Les comptes de la ville de Lausanne reprennent un peu de couleur. Après un déficit de près de 28 millions en 2018, ils présentent en 2019 une perte de 11,2 millions de francs, soit mieux de 31,5 millions que prévu au budget. Mais 2020 et 2021 s'annoncent moins roses.

Le budget 2019 prévoyait en effet un excédent de charges de 42,7 millions de francs. Si la Municipalité se réjouit de ce résultat qui "atteste une maîtrise des charges et une gestion financière performante", elle avertit déjà que la crise liée au coronavirus aura des "impacts très lourds sur les comptes 2020 et le budget 2021, voire les années suivantes", ont affirmé le syndic de Lausanne Grégoire Junod et la cheffe des finances Florence Germond.

Une demi-douzaine de mesures urgentes a d'ailleurs déjà été décidée, dont la non-perception des loyers de l'ensemble des locataires commerciaux (commerces et établissements publics) à partir du 1er mars 2020 jusqu'au 30 avril 2020 au moins.

Leur coût s'élève déjà à 3,5 millions de francs environ, a précisé M. Junod. Auquel s'ajoute 1,5 million du fait du report de la réforme de la taxe de séjour à 2021 et 7 millions environ liés à la fermeture des structures de la petite enfance.

Conseil économique et social

Mais le syndic de Lausanne a déjà averti que l'impact économique de la crise du coronavirus se chiffrera probablement à des pertes de "plusieurs dizaines de millions de francs". Il y aura une nette baisse des recettes, notamment de la fiscalité, et une importante hausse des charges liée aux mesure prises pour soutenir la population et l'économie lausannoises, ajoute-t-il.

Afin de coordonner au mieux ses prochaines mesures d'aide, le syndic a annoncé la création d'un conseil économique et social lausannois. Celui-ci réunira des acteurs économiques des principaux secteurs d'activité, des représentants du tourisme, les syndicats, des représentants des hautes écoles, ainsi que les principaux acteurs sociaux intéressés aux questions économiques et sociales. Sa composition et son fonctionnement seront annoncés prochainement.

Pour 2019, les charges se sont élevées à quelque 1,786 milliard de francs et les recettes à environ 1,775 milliard de francs, pour un déficit donc de 11,2 millions. Après une perte de 8,6 millions de francs en 2017, le trou s'était creusé pour atteindre 27,7 millions en 2018. Mme Germond a qualifié la situation de "relativement satisfaisante".

Les charges de fonctionnement pour 2019 (charges apurées, hors effets des variations de la péréquation) sont stables (+0% par rapport à 2018) et apparaissent donc comme maîtrisées, estime-t-elle. Côté revenus, les comptes 2019 s'inscrivent également dans la stabilité (-0,1%), malgré une diminution de la fiscalité des personnes morales.

Petite enfance et sécurité

La petite enfance a bénéficié depuis le début de la législature d'une augmentation de sa dotation, avec 3,2 millions de francs supplémentaires dévolus à l'accueil de jour. Cela a permis de créer 253 places en préscolaire et 300 places en parascolaire, a détaillé la directrice des finances de la ville.

Le domaine de la sécurité a aussi bénéficié d'une rallonge de 17 millions de francs supplémentaires. D'autres domaines prioritaires tels que la culture, le développement durable, la politique des quartiers ont obtenu des financements complémentaires pour environ 2 millions, a-t-elle précisé.

Impôt inchangé

En 2019, l'investissement net de la ville de Lausanne s'est inscrit à 120,2 millions de francs, très légèrement au-dessus de la marge d'autofinancement (117 millions).

Dans le contexte très délicat de la crise du coronavirus, la Municipalité a décidé de maintenir inchangé son coefficient fiscal communal à 78,5 points pour la période 2021 - 2024. "Ce n'est pas le moment de baisser les impôts", a déclaré Mme Germond.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Balance

Difficultés dans les duos… En revanche, ce qui n’était qu’une aventure occupe désormais une grande place dans votre vie.

Publicité

Les Sujets à la Une

X