Rejoignez-nous

Lausanne

Le CHUV s'arme contre le sexisme et le harcèlement sexuel

Publié

,

le

Pierre-Francois Leyvraz, directeur général du CHUV (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le CHUV ne veut plus de comportements sexistes envers les étudiantes en médecine et les médecins en formation. C’est Clash, le Collectif de Lutte contre les Attitudes Sexistes en milieu Hospitalier, qui a permis de dénoncer l’ampleur des cas à la direction générale cet été. Le groupe a réalisé une étude auprès des étudiants en médecine et des médecins stagiaires qui a révélé "une ambiance délétère et psychologiquement pesante pour les femmes stagiaires". Clash a envoyé en avril un questionnaire en ligne à quelque 800 étudiants en médecine. Sur les 185 réponses, 60 témoignages ont été recueillis faisant état de comportements sexistes et de harcèlements.

Membre de Clash
Collectif de Lutte contre les Attitudes Sexistes en milieu Hospitalier
Membre de Clash Collectif de Lutte contre les Attitudes Sexistes en milieu Hospitalier

« Etonné », « sidéré », « choqué ». Le directeur général du CHUV Pierre-François Leyvraz n’en revient toujours pas des résultats du sondage de l’association Clash. Fort de ce constat, le CHUV – avec l’appui de Clash – a décidé d’agir. Pierre-François Leyvraz :

Pierre-François Leyvraz
Directeur général du CHUV
Pierre-François Leyvraz  Directeur général du CHUV

Le CHUV a également décidé de mettre en service une antenne téléphonique (au numéro 079 556 34 94) pour les stagiaires en médecine. Elle permettra de dialoguer avec des étudiants spécialement formés sur ces enjeux. Des professionnels de l'Espace collaborateurs prendront ensuite le relais si nécessaire. Un premier pas qui doit être le début d’une démarche plus vaste affirme le collectif Clash :

Membre de Clash
Collectif de Lutte contre les Attitudes Sexistes en milieu Hospitalier
Membre de Clash Collectif de Lutte contre les Attitudes Sexistes en milieu Hospitalier

La démarche est d’autant plus importante que les témoignages révèlent que le sexisme peut influencer les choix de spécialisation. On écoute une des membres de Clash :

Membre de Clash
Collectif de Lutte contre les Attitudes Sexistes en milieu Hospitalier
Membre de Clash Collectif de Lutte contre les Attitudes Sexistes en milieu Hospitalier

Si l'action vise avant tout la prévention, la direction du CHUV a rappelé sa politique de tolérance zéro en matière de sexisme et de harcèlement. Les mesures peuvent aller du simple avertissement jusque, dans les cas les plus graves, au renvoi avec effet immédiat.

Quant à cette action en faveur des médecins stagiaires, elle semble déjà faire des ramifications puisque Pierre-François Leyvraz affirme avoir pris contact avec les écoles d'infirmières pour déterminer s'il y a des besoins et s'il faut agir en la matière dans cette branche. Quant au collectif Clash, il a déjà pris contact avec la Fédération des hôpitaux vaudois en vue d'une future collaboration.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Les marchés de Lausanne rouvrent partiellement

Publié

le

Les marchés de Lausanne vont pouvoir partiellement rouvrir la semaine prochaine (archives). KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
La Ville de Lausanne rouvre partiellement ses marchés. Certains emplacements seront réservés aux maraîchers-producteurs de fruits et légumes à partir du 15 avril.

La tenue des marchés est interdite en Suisse depuis le 17 mars en raison du coronavirus. Mais selon les dernières directives du Conseil fédéral, les stands d'alimentation peuvent être maintenus en respectant les règles de distance, a expliqué mardi la Ville de Lausanne pour justifier la réouverture partielle de ses marchés.

Pour l'instant, seuls les stands de fruits et légumes sont concernés. Les maraîchers devront veiller à ce que leurs clients restent à distance et ne touchent pas eux-mêmes les produits.

Selon le municipal lausannois de l'économie Pierre-Antoine Hildbrand, cité sur le site de 24 heures, 30 stands pourront ainsi rouvrir, contre 160 habituellement. "D'autres solutions sont étudiées" pour les autres types de produits, poursuit le communiqué de la Ville.

Les horaires des marchés seront les mêmes qu'en temps normal: chaque mercredi et samedi pour le marché central, chaque lundi et jeudi pour le marché de Grancy, sous-gare, et chaque jeudi pour le marché de la Sallaz.

Continuer la lecture

Lausanne

Le garage des ambulances du CHUV transformé en hôpital

Publié

le

(KEYSTONE/POOL/Laurent Gillieron)
Porte d'entrée du dispositif hospitalier, le service des urgences du CHUV à Lausanne a dû être adapté. Objectif: être en mesure d'absorber une éventuelle vague de patients touchés par le Covid-19.

"Nous essayons d'avoir toujours deux coups d'avance, démarre le professeur Pierre-Nicolas Carron, chef du service. Ces derniers jours, nous nous sommes beaucoup étendus, en aménageant des espaces ou en créant complètement des infrastructures pour augmenter notre capacité d'accueil." Celle-ci a doublé.

Derrière une porte battante, un couloir de transit est désormais garni d'une alignée de seize lits, chaque place étant pourvue d'oxygène et d'un ordinateur permettant de surveiller l'état du patient.

"C'est un couloir qui a été pensé pour être aménagé très rapidement lors d'épisodes spéciaux, mais c'est la première fois que nous y avons recours et qu'il est vraiment équipé", précise le professeur Carron. Plus loin, une ancienne salle de stockage et de réunion est occupée par douze lits, séparés par des paravents.

Finalement, c'est le garage des ambulances qui a été complètement métamorphosé. Vidé de ses véhicules, il accueille désormais une infrastructure complétée à l'extérieur par une grande tente, et dans laquelle a été aménagé un nouvel espace de prise en charge de dix-huit places.

"C'est une infrastructure digne d'un hôpital suisse, elle aussi équipée en chauffage, en informatique et en oxygène", précise le spécialiste.

Ces nouveaux espaces ne sont pas destinés à accueillir des malades ou des blessés sur une longue durée, ils doivent permettre de libérer d'autres secteurs des urgences.

Baisse d'activité

"Ce sont des endroits où les patients vont rester quelques heures, le temps de prendre une décision sur la prise en charge et le traitement. Même si nous avons reproduit les conditions d'une chambre classique, l'objectif n'est pas de garder des gens dans le couloir pendant la nuit par exemple", explique Pierre-Nicolas Carron.

Surtout, il insiste: "Nous ne faisons pas que du Covid-19. Tous les patients continuent à être pris en charge normalement !"

Un rappel important alors que le service observe une baisse d'activité "de 30% à 50% en fonction des jours par rapport à la moyenne habituelle". Soit 80 à 100 cas quotidiens contre environ 150 à 200 en temps normal.

Peur de déranger

"Nous imaginons plusieurs explications. Certains pensent que nous sommes débordés et ont peur de déranger, d'autres vont peut-être chez leur médecin traitant ou rechignent à venir en milieu hospitalier car ils craignent d'être contaminés. Il y a aussi nettement moins d'activités professionnelles ou sportives et d'événements festifs", envisage le chef des urgences.

Continuer la lecture

Lausanne

Coronavirus - Lausanne fait les courses pour ses aînés

Publié

le

Lausanne, ici avec son Hôtel de Ville, propose de faire les courses des plus de 65 ans (photo d'illustration). (KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)
Comme plusieurs autres villes du pays, Lausanne propose de faire les courses de ses citoyens de plus de 65 ans en cette période de coronavirus. La prestation, qui démarre lundi, est effectuée par des collaborateurs de la ville qui se sont portés volontaires.

Ce service "complète les systèmes de livraisons ou d'aides privés ou publics", écrit vendredi la capitale vaudoise dans un communiqué. Les bénéficiaires ne paieront pas de frais de livraison.

La commande doit être passée auprès de la permanence téléphonique déjà existante pour les plus de 65 ans (021 315 35 08). La livraison se fera dans les trois jours. Quant aux articles, ils seront achetés auprès des commerçants locaux "dans la mesure du possible", poursuit le communiqué.

Continuer la lecture

Lausanne

La municipalité lausannoise veut préserver la campagne de Rovéréaz

Publié

le

La Municipalité de Lausanne veut empêcher la construction de logements à Château Fallot (archives). KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
La municipalité de Lausanne veut empêcher la création de logements dans la campagne de Rovéréaz, au nord de la ville. Les autorités souhaitent la mise en place d'une zone réservée au lieu-dit Château Fallot.

L'objectif consiste à "maintenir les atouts d'un espace vert unique à Lausanne", écrit jeudi la capitale vaudoise dans un communiqué. Elle relève que sa stratégie climatique, récemment adoptée par le Conseil communal, mentionne "la nécessité d'utiliser les outils d’aménagement du territoire pour préserver et développer la nature en ville."

La construction de trois nouveaux bâtiments est envisagée à Château Fallot pour un total de 18 logements en lisière de forêt. Le projet a suscité 13 oppositions de voisins et d'associations, tandis qu'une pétition de près de 6000 signatures a été transmise au Conseil communal pour demander la sauvegarde du site.

La municipalité explique avoir saisi le canton pour lui demander de valider le principe de zone réservée communale. Celui-ci permettrait "de garantir l'impossibilité de toute nouvelle construction, le temps d'élaborer une nouvelle planification", précise le communiqué.

Continuer la lecture

Lausanne

Une hotline pour les urgences de l'Hôpital ophtalmique

Publié

le

Une évaluation sera possible par téléphone. (Photo prétexte - ©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

L’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin, à Lausanne, lance une hotline téléphonique pour ses urgences. Elle veut ainsi diminuer le nombre de personnes contraintes de se déplacer dans ses locaux et mieux planifier la prise en charge des patients.

En appelant le 021 626 81 11, le numéro d’urgence de l’hôpital, il est possible d’avoir une consultation médicale par téléphone ou de prendre un rendez-vous immédiat, annonce mercredi l'hôpital. Cette nouvelle ligne est ouverte du lundi au vendredi, de 08h00 à 17h30.

Les ophtalmologues pourront renseigner et délivrer des ordonnances par téléphone pour les cas bénins. Pour les autres cas, le médecin évaluera la situation et pourra programmer l’arrivée du patient afin qu’il attende le moins possible aux urgences. Les examens requis seront organisés avant son arrivée, ce qui permettra de réduire le temps passé sur place et de diminuer le nombre d'intervenants par cas.

Pour les urgences avérées (perte de vision soudaine, corps étranger dans l'oeil), le patient sera attendu de suite à l'hôpital. Ainsi, il sera possible de réduire les contacts en salle d'attente.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Taureau

Un grain de poussière enraye des négociations qui tourneront court en raison de mauvaises approches. Attendez demain !

Publicité

Les Sujets à la Une

X