Rejoignez-nous

Lausanne

Quatre suspects interpellés après les fausses alertes à la bombe

Publié

,

le

Depuis le 27 janvier, une douzaine d'alertes à la bombe, toutes fausses jusqu'ici, ont perturbé des écoles, essentiellement des établissements du post-obligatoire lausannois. (ARCHIVES - ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La police vaudoise a arrêté quatre suspects dans la série des fausses alertes à la bombe secouant des établissements scolaires du canton depuis janvier. Ils ont été placés en détention provisoire. L'enquête se poursuit et d'autres interpellations sont prévues.

Les quatre personnes identifiées sont toutes majeures et concernent les fausses alertes à la bombe commises au gymnase de Renens le 12 mars et à l'Ecole professionnelle commerciale de Lausanne (EPCL) le 24 mars, a indiqué vendredi la police cantonale dans un communiqué. Il s'agit de jeunes adultes âgés de 18 à 23 ans fréquentant ces deux établissements, dont deux femmes, une Suissesse et une Croate, et deux hommes, un Suisse et un Chilien, précise-t-elle.

Tous sont domiciliés dans la région lausannoise. Pour l'heure, ces quatre personnes sont au bénéfice de la présomption d'innocence, souligne la police vaudoise.

Une douzaine de fausses alertes

Depuis le 27 janvier, une douzaine d'alertes à la bombe, toutes fausses jusqu'ici, ont perturbé des écoles, essentiellement des établissements du post-obligatoire lausannois. Les enquêteurs de la Police municipale de Lausanne et de la Police cantonale ont mené de nombreuses investigations et ont procédé à l'audition d’une vingtaine d’étudiants au total, expliquent-elles.

Les procureures en charge des instructions pénales vont demander la mise en détention provisoire de ces quatre suspects au Tribunal des mesures de contraintes pour une période de trois mois, durée qui pourra être prolongée au besoin. Les enquêteurs poursuivent leurs investigations et des opérations sont prévues ce week-end avec l'interpellation et l'audition d'autres personnes pouvant être impliquées dans cette série de fausses alertes à la bombe.

Les actes considérés sont des atteintes graves à la sécurité publique et à la valeur fondamentale qu'est la formation, relève encore la police. Leurs conséquences peuvent aussi être très lourdes pour les auteurs, ajoute-t-elle.

Une condamnation pénale et une inscription de celle-ci dans le casier judiciaire pourraient entraver les perspectives professionnelles de ces jeunes. De plus, la police et les services d'urgence mobilisés facturent aux auteurs leurs frais d'intervention qui se chiffrent à des montants de l'ordre de 10'000 à 15'000 francs par cas, détaille la police.

Risque d'exclusion définitive

Le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) a aussitôt réagi à ces arrestations. Les services de Cesla Amarelle "saluent le travail des forces de l'ordre et de la chaîne pénale qui a mené à ces premières interpellations".

Le DFJC rappelle sa détermination à collaborer dans l'identification des auteurs. Lorsque les responsabilités auront pu être établies, des sanctions disciplinaires seront prononcées. Elles pourront aller jusqu'à l'exclusion temporaire ou définitive, avertit le département.

Des poursuites civiles pour réparation des dommages causés sont aussi envisagées. Le DFJC rappelle qu'une journée de cours dans une école professionnelle ou un gymnase peut coûter 70’000 francs selon les premières estimations. A chaque alerte, les établissements avaient été entièrement évacués, interrompant ainsi les cours pour le reste de la journée.

Le DFJC espère que ces opérations permettront aux lieux de formation vaudois, aux apprenties et apprentis, aux élèves et à tout le personnel éducatif de "retrouver au plus vite le calme et la sérénité nécessaires au bon déroulement de l'enseignement".

Continuer la lecture
1 commentaire

1 commentaire

  1. Notification automatique: Nouvelle alerte à la bombe à l'EPCL | LFM la radio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Six auteurs de tags interpellés à Lausanne

Publié

le

Six auteurs de tags sur des rames de métro ont été placés durant un mois en préventive. Du matériel a été saisi. (© Police de Lausanne)

Six auteurs de graffitis ont été interpellés dans le sud de Lausanne, alors qu’ils venaient de commettre des tags sur une rame de métro à fin février.

D'autres déprédations sur des rames leur ayant été imputées, ils ont été placés en détention préventive pendant un mois. Montant des dégâts: 30'000 francs.

Peu avant 2 heures du matin le 21 février dernier, plusieurs patrouilles se sont rendues à Ouchy suite à un appel pour interpeller des auteurs de graffitis sur une rame de métro, a communiqué mardi la police de Lausanne. Arrivés sur place, les agents ont appréhendé trois personnes. Trois autres individus qui avaient pris la fuite ont été rattrapés par la brigade canine.

Agés de 17 à 27 ans, les auteurs, un Espagnol et cinq Italiens, ont été acheminés à l’Hôtel de police pour y être entendus. Plusieurs bonbonnes de peinture ont été retrouvées dans leurs sacs ou abandonnées lors de leur fuite. Du matériel de prise de vue et de protection a également été saisi.

Goût de l'interdit

Sous la conduite du Ministère public, une enquête a été menée notamment par les spécialistes de la cellule "graffitis" de la police municipale. Elle a pu établir que le groupe avait commis des tags sur deux autres véhicules de transports publics durant le week-end dans la région lausannoise.

Le coût global des déprédations est estimé à plus de 30'000 francs. Les individus ont agi par goût de l’interdit et désir de se mettre en avant sur les réseaux sociaux, souligne le communiqué.

Les cinq auteurs majeurs ont été placés en détention préventive durant un mois afin de permettre les investigations. Celles-ci ont également permis d’identifier des cas antérieurs imputables à l’un d'entre eux hors du canton de Vaud. Ici, les dégâts se chiffreraient à environ 36'000 francs.

La Police de Lausanne rappelle que, outre les suites pénales et financières auxquelles s’exposent les auteurs de tels actes, il est extrêmement dangereux de cheminer sur des rails ou de grimper sur des wagons ou des rames en raison des risques d’électrocution.

Continuer la lecture

Lausanne

Place du Tunnel: des aménagements transitoires réalisés cet été

Publié

le

La Municipalité de Lausanne va réaliser des aménagements provisoires à la place du Tunnel cet été (Archives © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La démarche "Riponne-Tunnel" franchit une nouvelle étape à Lausanne. Des aménagements transitoires vont être réalisés à la place du Tunnel cet été. Objectif: proposer des activités ludiques et familiales, des espaces de détente et lieux pour des manifestations culturelles.

Les propositions issues d'un concours d'idées et d'un processus participatif vont être testées prochainement à la place du Tunnel. Dans la partie sud, le concept retenu vise à transformer le lieu en une "place-jardin" ludique et familiale, écrit la Municipalité mardi dans un communiqué.

Organisée en petits îlots évolutifs (espaces de jeu et de détente, îlots de verdure), la place offrira un nouvel espace de vie qui complétera l’animation proposée par les nombreux commerces du quartier. Une présence végétale marquée, complémentaire à celle des platanes existants, ainsi qu’un travail sur les revêtements de sol viendront rafraîchir la place.

Apaisement du trafic

Dans une ambiance plus minérale, la partie nord va bénéficier d’un espace pour accueillir des activités de quartier et des manifestations culturelles. Objectif: favoriser le vivre-ensemble et l'appropriation des lieux par les usagers.

Afin d’apaiser le trafic tout en diminuant l’aspect routier des lieux, le passage en zones modérées devrait être privilégié autour de la place. Les places de stationnement supprimées sur les aires réaménagées seront en partie compensées. Une solution alternative sera également proposée pour les maraîchers et les taxis.

Consultation des partenaires

Les partenaires locaux seront auparavant invités à exprimer leur avis sur le futur visage de la place. Cela permettra d’ajuster le projet en fonction de leurs besoins, précise le communiqué.

Le caractère éphémère de ces aménagements permettra de faire évoluer le projet final en fonction des usages observés lors de cette phase de test. Enfin, la Municipalité souhaite réaliser ces aménagements transitoires durant l’été 2021, sous réserve du bon déroulement de la procédure de publication dans la Feuille des avis officiels.

Continuer la lecture

Lausanne

Les autotests intègrent l'arsenal de lutte contre le Covid-19

Publié

le

Les autotests sont disponibles depuis ce matin dans les pharmacies du pays. (©LFM/DAN RIBEIRO)

Les premiers autotests détectant le coronavirus ont commencé à être distribués aujourd’hui dans les pharmacies du pays. Point de situation et démonstration en vidéo de l'utilisation d'un autotest avec le pharmacien lausannois et président de la Société vaudoise de pharmacie Christophe Berger.

Ils étaient annoncés depuis quelques semaines et ils sont désormais disponibles. Les autotests sont distribués depuis ce matin dans les pharmacies du pays. Chaque personne en Suisse a droit à un maximum de cinq tests gratuits par mois sur présentation de sa carte d'assuré. Ils permettent d’offrir un instantané de sa situation face au coronavirus et ne dispensent pas de respecter les règles d'hygiène, de comportement et les concepts de protection existants. Et surtout, ils ne sont à utiliser que dans certains cas bien précis. Christophe Berger, pharmacien aux officines de Metro-Ouchy et Metro-Flon à Lausanne et président de la Société vaudoise de pharmacie:

Christophe Berger
Pharmacien aux pharmacies de Metro-Ouchy et Metro-Flon à Lausanne et président de la Société vaudoise de pharmacie
Christophe BergerPharmacien aux pharmacies de Metro-Ouchy et Metro-Flon à Lausanne et président de la Société vaudoise de pharmacie

Les tests rapides et autotests sont techniquement similaires, à une différence de taille. Christophe Berger:

Christophe Berger
Pharmacien aux pharmacies de Metro-Ouchy et Metro-Flon à Lausanne et président de la Société vaudoise de pharmacie
Christophe BergerPharmacien aux pharmacies de Metro-Ouchy et Metro-Flon à Lausanne et président de la Société vaudoise de pharmacie

Avec une lecture similaire à celle d’un test de grossesse, le résultat est disponible au bout de 15 à 20 minutes. S’il est positif, les personnes sont invitées à le faire confirmer par un test PCR et à rester chez elles en attendant.

Les autotests sont destinés aux personnes ne présentant pas de symptômes du coronavirus qui souhaitent s’assurer qu’elles ne sont pas actuellement contagieuses. Par exemple, en vue d’une rencontre avec des personnes. Ils viennent compléter l’arsenal des tests de dépistage réalisés dans les centres ou les pharmacies. Car les tests antigéniques rapides restent plus fiables que les autotests à faire chez soi. La fiabilité qui dépend aussi de la rigueur avec laquelle on réalise son autotest.

Christophe Berger
Pharmacien aux pharmacies de Metro-Ouchy et Metro-Flon à Lausanne et président de la Société vaudoise de pharmacie
Christophe BergerPharmacien aux pharmacies de Metro-Ouchy et Metro-Flon à Lausanne et président de la Société vaudoise de pharmacie

Quant à leur distribution, elle est gratuite, mais limitée.

Christophe Berger
Pharmacien aux pharmacies de Metro-Ouchy et Metro-Flon à Lausanne et président de la Société vaudoise de pharmacie
Christophe BergerPharmacien aux pharmacies de Metro-Ouchy et Metro-Flon à Lausanne et président de la Société vaudoise de pharmacie

Le coût d’un test supplémentaire est de 12 francs.

Les pharmaciens à pied d’œuvre

Si les autotests ont pu être à disposition du public à la date convenue du 7 avril, c’est grâce à un gros travail de logistique de la part des pharmaciens durant le week-end pascal. Christophe Berger, pharmacien aux officines de Metro-Ouchy et Metro-Flon à Lausanne, est aussi le président de la Société vaudoise de Pharmacie:

Christophe Berger
Pharmacien aux pharmacies de Metro-Ouchy et Metro-Flon à Lausanne et président de la Société vaudoise de pharmacie
Christophe BergerPharmacien aux pharmacies de Metro-Ouchy et Metro-Flon à Lausanne et président de la Société vaudoise de pharmacie

Christophe Berger a également dû imprimer en urgence des notices d'emballage, faute d'en avoir reçu en suffisance de la part du fabricant Roche.

Ce matin, à l’ouverture des pharmacies, pas de ruée sur les tests. Pour autant, l’attente de la population s’est fait ressentir. Selon Christophe Berger, les stocks devraient permettre de faire face :

Christophe Berger
Pharmacien aux pharmacies de Metro-Ouchy et Metro-Flon à Lausanne et président de la Société vaudoise de pharmacie
Christophe BergerPharmacien aux pharmacies de Metro-Ouchy et Metro-Flon à Lausanne et président de la Société vaudoise de pharmacie

Et le pharmacien de rappeler que les tests auprès des centres ou des professionnels de la santé restent impératifs en cas de symptômes. Objectif affiché du Conseil fédéral : que 40% de la population se soumette à un test hebdomadaire.

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne lance un projet-pilote de sciences participatives

Publié

le

La Ville de Lausanne lance un projet de sciences participatives pour recenser la présence en ville de diverses espèces, comme le papillon (Photo d'illustration © KEYSTONE/ARNO BALZARINI

La Ville de Lausanne invite sa population à recenser une vingtaine d’espèces animales et végétales indicatrices d’un environnement sain et préservé. Les observations récoltées permettront de faire une synthèse de l’état de la biodiversité

Ce projet-pilote de sciences participatives est intitulé "1.2.3 Nature... cherche et trouve dans ta ville". Articulé sur trois ans, il veut mobiliser la population tout au long de la saison d’observation des espèces telles que les amphibiens, les écureuils, hérissons, orchidées et papillons, écrit la Ville de Lausanne mercredi dans son communiqué.

La population est invitée à répertorier ses observations via une plateforme en ligne. Le projet démarre en avril 2021 et sa première phase se terminera avec une synthèse compilée en automne 2023. Ces données contribueront à vérifier l’impact des politiques publiques en matière de nature en ville, en suivant l’évolution des populations d’une vingtaine d’espèces au cours du temps.

www.lausanne.ch/123nature

Continuer la lecture

Lausanne

La nouvelle école professionnelle de Vennes sera tout en bois

Publié

le

Les trois bâtiments de nouvelle Ecole professionnelle de Vennes prévus d'ici la rentrée 2022 seront entièrement en bois, a annoncé le ministre en charge des constructions Pascal Broulis (Archives © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Trois nouveaux bâtiments renforceront la formation professionnelle sur le site de Vennes à Lausanne. Attendus pour la rentrée 2022, ils seront entièrement en bois et répondront aux besoins dans les filières des métiers de bouche et de l'informatique notamment.

Le site de Lausanne-Vennes accueille déjà le Centre d'orientation et de formation professionnelles (COFOP). Avec plus de 350 jeunes et enseignants, l'institution est actuellement à l'étroit, tout comme l'Ecole technique - Ecole des métiers de Lausanne, qui voit croître d'année en année l'intérêt pour sa filière informatique, rappelle le canton mardi dans un communiqué.

Pour faire face à ce succès et à la croissance démographique, de nombreuses places supplémentaires seront créées dès l'an prochain sur le site de la nouvelle Ecole professionnelle de Vennes (EPV). En particulier pour la filière informatique, les métiers de bouche et le secteur entretien-nettoyage d'immeuble. A terme, l'EPV verra ses effectifs doubler, précise le canton.

Cour commune

A proximité des bâtiments déjà existants, l'Etat de Vaud, propriétaire du site, a projeté de construire trois nouveaux bâtiments semblables sur trois niveaux, articulés autour de deux séquoias centenaires et d'une cour commune. De provenance principalement vaudoise, le bois sera utilisé de manière intensive et rationnelle, dans les structures porteuses comme pour les façades et les aménagements intérieurs.

Sur neuf réponses à l'appel d'offres en entreprise totale, le mandat de réalisation a été adjugé à la société Erne AG Holzbau, leader des entreprises suisses de construction en bois. Elle est établie pour ses activités romandes à Penthalaz.

Le Grand Conseil a déjà octroyé en mars 2019 un crédit d'ouvrage global de 16,6 millions de francs. Le chantier de construction devrait débuter en mai 2021 en vue d'une mise en service des nouveaux bâtiments pour la rentrée d'août 2022.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X