Rejoignez-nous

Vaud

Le Grand Conseil soutient les remises d’impôts pour les paysans

Publié

,

le

Le Grand Conseil vaudois soutient les rabais d’impôts fait aux agriculteurs.

Les députés ont pris acte ce mardi de la solution du Conseil d’Etat pour alléger le fardeau fiscal des paysans fortement pénalisés par un arrêt du Tribunal fédéral de 2011. En cas de vente d’immeubles agricoles situés sur une zone à bâtir, la taxe qui les frappe est passée de 7 à près de 50%.

Alors pour adoucir la douloureuse, le Conseil d’Etat a proposé un allégement qui atteint les deux tiers pour les gains inférieurs à 300’000 francs. Le taux est dégressif et il disparaît pour les gains supérieurs à 1,5 million.

Une solution largement soutenue par les députés, même si c’est sans grand enthousiasme.

Le Grand Conseil vaudois a aussi voté deux déterminations, dont l’une demande une « évaluation raisonnable des immeubles agricoles ».

Le député socialiste Hugues Gander, rapporteur de la commission sur la fiscalité agricole :

Hugues Gander
Député, PS
Hugues Gander Député, PS

Le député Vert Raphaël Mahaim a plaidé en faveur d’une méthode « douce » :

Raphaël Mahaim
Député, Vert
Raphaël Mahaim Député, Vert

Pour le Conseiller d’Etat en charge des finances, Pascal Broulis, le canton de Vaud a utilisé toute sa marge de manœuvre. Maintenant, il va falloir appliquer la décision du Tribunal Fédéral :

Pascal Broulis
Conseiller d'Etat, VD
Pascal Broulis Conseiller d'Etat, VD

Plus de 400 dossiers sont actuellement en suspens dans le canton de Vaud. Leur traitement devrait prendre au moins 3 ans, alors que la directive fixe un délai au 31 décembre 2018.

Les rabais d’impôts accordés par l’Etat, eux, sont valables uniquement jusqu’à la fin de cette année.

Le Conseiller d’Etat en charge des finances, Pascal Broulis :

Pascal Broulis
Conseiller d'Etat, VD
Pascal Broulis Conseiller d'Etat, VD

 

À lire aussi : Une fiscalité moins écrasante pour les agriculteurs vaudois

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Le secrétaire général de l’UDC démissionne

Publié

le

Kevin Crausaz quitte le poste de secrétaire général de l'UDC Vaud après deux ans à ce poste. (KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le secrétaire général de l’UDC Vaud Kevin Crausaz a présenté sa démission. Après avoir accompagné le parti pendant plus de deux ans, il souhaite se réorienter professionnellement, a informé son parti samedi soir.

Le comité central a décidé de mettre le poste de secrétaire général au concours. Il publiera prochainement une annonce dans ce sens, relève l’UDC Vaud dans un communiqué.

Kevin Crausaz, 32 ans, avait succédé à Kevin Grangier qui avait démissionné de ses fonctions le 12 octobre 2017. Ce dernier a repris la présidence du parti vaudois fin novembre 2019.

Par ailleurs, lors de deux journées consacrées à la restructuration du parti qui ont réuni en février une centaine de cadres, d’élus et de membres, l’UDC Vaud a décidé de ses actions prioritaires pour 2020. Elle va, entre autres, travailler sur l’extension de son réseau de sections locales et à leur renforcement.

Pour ce faire, le parti cantonal va procéder à une vaste campagne de recrutement dès cet été. Dans ce but, le congrès de l’UDC Vaud sera saisi d’une consultation pour réviser les statuts le 12 mars prochain.

Continuer la lecture

Vaud

La commission du Grand Conseil favorable à deux projets de fusion

Publié

le

Il ne manque plus que le feu vert du Grand Conseil pour finaliser la fusion de huit communes dans le district de Morges (photo d'illustration). CREDIT: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
Nouvelle étape pour deux projets de fusion de communes dans le district de Morges (VD): la commission du Grand Conseil chargée d’étudier ces dossiers a recommandé à l’unanimité l’entrée en matière.

Huit villages sont concernés. Apples, Bussy-Chardonney, Cottens, Pampigny, Reverolle et Sévery souhaitent donner naissance à Hautemorges et réunir 3800 habitants, tandis qu’Aubonne et Montherod doivent ne faire plus qu’une commune de 4100 personnes.

La commission du Grand Conseil a salué le travail réalisé par les municipalités concernées ainsi que « l’implication et le soutien déterminants » de la population, écrit vendredi l’Etat de Vaud dans un communiqué.

Les citoyens des huit communes ont donné leur aval en 2018, tandis que le Conseil d’Etat a adopté les projets de décret fin 2019. Le processus de fusions doit désormais être finalité par le Grand Conseil courant 2020. La nouvelle Aubonne doit voir le jour le 1er janvier 2021 et Hautemorges le 1er juillet 2021.

 

Continuer la lecture

Vaud

Le CHUV inaugure un nouveau centre

Publié

le

Le CHUV ouvre un Centre des malformations et maladies vasculaires rares (archives). CREDIT: KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ
Le CHUV inaugure officiellement son Centre des malformations et maladies vasculaires rares (CMVR). A l’occasion de la Journée mondiale des maladies rares, l’établissement organise un symposium le 28 février en présence notamment de la conseillère d’Etat Rebecca Ruiz.

Le CMVR suit déjà 400 personnes, explique jeudi le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) dans un communiqué. Ce nouveau centre réunit des experts de différents domaines – internistes, chirurgiens, obstétriciens, radiologues, généticiens, pédiatres, infirmiers ou encore physiothérapeutes – afin d’assurer « une prise en charge globale des patients. »

Ce centre doit offrir « une porte d’entrée unique » aux enfants et adultes atteints d’une malformation ou d’une maladie vasculaire rare. Celles-ci engendrent parfois une dilatation ou une tortuosité de la paroi artérielle, d’autres une fragilisation de la paroi, d’autres encore entraînent une obstruction du vaisseau, une calcification excessive des parois ou des malformations vasculaires, explique le CHUV.

Il ajoute que, à l’instar de toutes les maladies rares, le parcours des patients vers un diagnostic est souvent long et complexe. Le CMVR doit ainsi permettre « un diagnostic le plus précoce possible, un suivi coordonné et une prise en charge multidisciplinaire médicale et sociale. » A Lausanne, les patients sont pris en charge leur vie durant et sont vus au moins une fois par année.

 

Continuer la lecture

Lausanne

Frédéric Recrosio nommé codirecteur du théâtre Boulimie

Publié

le

Le théâtre Boulimie à Lausanne a nommé un nouveau tandem à sa direction. L’institution dédiée à l’humour sera gérée par Frédéric Recrosio, l’une des figures les plus connues de l’humour en Suisse romande, et Marion Houriet, une spécialiste en gestion culturelle.

Le binôme, qui travaille ensemble depuis plusieurs années, remplace Kaya Güner et Frédéric Gérard. Tous deux avaient annoncé leur départ en septembre dernier après avoir officié pendant près de sept ans comme codirecteurs.

La nouvelle direction entrera en fonction le 1er juillet prochain, mais participera dès avril à la préparation de la saison 2020/2021, précise mercredi le théâtre dans un communiqué.

Pour le Conseil de fondation, présidé par l’ancien conseiller aux Etats Luc Recordon, Boulimie sera désormais axé sur « la création et l’accueil d’acteurs ou de troupes divers du domaine de l’humour, pour des périodes allant de quelques jours à trois semaines. »

A l’origine, Boulimie était le titre d’un spectacle de cabaret présenté à l’Université de Lausanne, puis le nom d’une troupe qui a joué pour l’Expo 64 et créé des spectacles qui ont essaimé dans toute la Suisse romande. Boulimie s’est ensuite installé en 1970 au centre de Lausanne, où sa vocation consiste « à la défense et l’illustration de l’humour sous toutes ses formes. »

Continuer la lecture

Vaud

Le Dézaley menacé par un projet immobilier, selon Sauver Lavaux

Publié

le

L’Association Sauver Lavaux monte au front. Selon elle, le Dézaley, vignoble unique au cœur du site de l’Unesco, se trouve directement menacé par un projet immobilier spéculatif, un « acte de défiguration volontaire » qui remet en cause la protection de Lavaux.

Le projet est conçu dans le cadre du plan de quartier « Treytorrens Nord », élaboré par la commune de Puidoux. Il est présenté par ses promoteurs – la communauté héréditaire de Jean et Pierre Testuz et le groupe immobilier OrlattiReal Estate – comme une simple opération de « restructuration d’un site vigneron », écrit Sauver Lavaux mercredi dans un communiqué.

La réalité est cependant fort différente, souligne l’association. Ce projet ne représente pas qu’une menace immobilière parmi d’autres: il s’agit au contraire d’une attaque directe contre un site symbolique, un lieu emblématique notamment chanté par Ramuz.

Logements de luxe

Des logements de luxe remplaceraient des bâtiments agricoles, de même qu’une zone commerciale (hypothétiquement, un restaurant, des chambres d’hôtellerie et différentes surfaces encore non définies et sans acheteur/locataire annoncé). Les constructions nouvelles en fer à cheval autour de l’ancienne maison vigneronne défigureraient l’endroit pour toujours.

« La belle maison vigneronne des Testuz, entreprise qui a fait faillite il y a quelques années, serait comme une cerise sur un gâteau de béton », a imagé Suzanne Debluë, présidente de Sauver Lavaux. Il s’agit d’une aberration par rapport à la tradition vigneronne et une véritable brèche dans la protection de Lavaux.

Loi violée

L’association qui a fait opposition contre le plan de quartier a fait valoir ses arguments mardi devant la Municipalité de Puidoux. Les opposants ont dénoncé « une scandaleuse violation » de la Loi sur le plan de protection de Lavaux (Llavaux), du Règlement communal sur la police des constructions et de la Loi cantonale sur la protection de la nature et des sites.

La Municipalité, elle, se dit « consciente du caractère sensible » du lieu. Mais se cache, selon Sauver Lavaux, derrière un plan de quartier pour justifier l’acceptation du projet, qui paraît jouée d’avance.

Jusqu’au TF

En clair, il ne s’agit en rien d’une « reconversion du domaine bâti existant », mais de la destruction de l’entier des bâtiments à vocation viticole autour de l’ancienne maison au pur profit d’un projet immobilier, déplore l’association. Cette menace remet en cause la protection du site de Lavaux, et du même coup la volonté populaire exprimée maintes fois.

Il faut éviter un précédent aussi dangereux, estime Sauver Lavaux qui craint qu’une deuxième partie de ce vignoble ne subisse le même sort. Elle entend bien poursuivre, avec Helvetia Nostra, « son légitime combat » jusqu‘au Tribunal fédéral.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Sagittaire

Quelques obstacles sur votre route amoureuse… Mais vous vous débattrez comme un beau diable et vous en sortirez !

Publicité

Les Sujets à la Une

X