Rejoignez-nous

Vaud

Oui des élus vaudois à une taxe sur l’avion

Publié

,

le

Les mouvements de jeunes à travers la Suisse ont plusieurs fois été évoqués mardi au Grand Conseil vaudois à l'heure de se prononcer sur un projet d'initiative visant à taxer les billets d'avion (archives). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les députés vaudois ont accepté mardi une initiative cantonale visant l’introduction d’une taxe sur les billets d’avion. Malgré de nombreux échanges, le score a été clair: 77 oui, 50 non, 9 abstentions.

Déposé par le Vert Maurice Mischler, le texte veut mettre la pression sur l’Assemblée fédérale. Il réclame une taxe sur les billets d’avion « afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre dues à ce moyen de transport et favoriser le transfert de ce mode de déplacement à d’autres avec un impact moins fort sur l’environnement ».

Le député souligne que le kérosène n’est pas taxé depuis 1944, que l’avion émet plus de trente fois plus de CO2 que le train et qu’il est trois fois moins cher. En conséquence, il souhaite atténuer cette distorsion et ajoute qu’une telle taxe existe dans douze pays européens.

Inciter pas punir

« Des taxes, des taxes, toujours des taxes », lui a répondu Yann Glayre (UDC) qui a estimé qu’une telle mesure pénaliserait la classe moyenne. « Nous préférons les mesures incitatives à celles dissuasives », a abondé son collègue de parti Yvan Pahud.

« A part des accords internationaux globaux, nous ne nous en sortirons pas », a poursuivi le PLR Marc-Olivier Buffat. A ses yeux, introduire une taxe par exemple de 10% ne changera pas grand-chose. Sur un billet à 29 francs, cela représente 2,90 francs, a illustré l’élu qui doute que cela soit franchement dissuasif. « On veut se donner bonne conscience ».

Petits pas

Faux, lui a rétorqué Stéphane Montangero (PS) qui a souligné l’effet de certaines taxes importantes comme celle sur le tabac. Et Valérie Induni (PS) d’encourager la politique des petits pas dans la bonne direction.

Quant au député de SolidaritéS Jean-Michel Dolivo, il a défendu le texte de l’initiative arguant que l’aviation ne doit pas continuer à bénéficier d’avantages fiscaux qu’il juge aberrants. « L’idée d’une taxe a le soutien de la majorité de la population », a poursuivi Léonore Porchet (Verts).

Regard aux jeunes

Au micro, plusieurs députés ont insisté sur l’urgence climatique et ont rappelé que les jeunes avaient récemment tiré la sonnette d’alarme, notamment avec le mouvement de grève. Le texte a finalement été accepté et immédiatement transmis au Conseil d’Etat.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Fédérales 2019: après les listes, les apparentements

Publié

le

Les partis vaudois ont déclaré leurs apparentements et sous-apparentements en vue des élections fédérales (photo prétexte). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Selon le décompte validé par le canton, 374 candidats vaudois se battront cet automne pour les 19 sièges au Conseil national et 15 pour les deux fauteuils de sénateur. Les apparentements entre partis sont désormais également officiels.

Les formations avaient jusqu’à lundi 12h00 pour déclarer leurs apparentements au bureau électoral. Bon nombre d’entre eux avaient déjà annoncé ces alliances électorales qui leur permettent de capter un maximum de voix dans le cadre du système proportionnel.

Union à gauche et au centre

A gauche de l’échiquier, le PS, les Verts et les diverses formations de la gauche radicale partent unis. Ils sont tous apparentés, y compris avec la liste Urgence écologique et son unique candidat. Les partis qui disposent de listes jeunes proposent également un sous-apparentement avec elles.

Le PDC, PBD, PEV et UDF vaudois ont uni leurs forces dans le grand apparentement de l’Alliance du Centre (AdC). Celui-ci assemble deux sous-apparentements: d’un côté la liste PDC principale avec la liste « PDC ouVERTure », de l’autre le PBD, le PEV et l’UDF.

Ordre dispersé à droite

Le camp bourgeois part divisé comme en 2015: les deux principaux partis, le PLR et l’UDC ne s’apparentent pas, hormis ave leurs listes Jeunes, ainsi qu’Innovation pour le PLR. Les Vert’libéraux n’ont conclu qu’une seule alliance, avec le Parti Pirate vaudois.

Plusieurs petites formations moins connues partent seules également. C’est le cas de « Démocratie, Spiritualité&Nature », de « l’Action nationale démocrates suisses/VD » ou encore du collectif « Transition citoyenne Vaud », dont la liste est composée uniquement de candidats tirés au sort, âgés de moins de 35 ans avec deux tiers de femmes.

Listes validées

Lundi dernier, les partis ont déposé leurs listes nominatives pour les élections du 20 octobre. Le canton a désormais validé les 24 listes pour la Chambre basse et les 11 pour la Chambre haute. Celles-ci doivent encore être contrôlées par Berne.

Au final, 230 candidats pour le National sont des hommes et 144 sont des femmes, (113 en 2015). Au Conseil des Etats, 5 femmes sont en lice sur 15 intéressés.

Le nombre de personnes visant une place à la Chambre du peuple est bien plus élevé qu’il y a quatre ans: 374 contre 327. En raison de sa croissance démographique, le canton de Vaud dispose en 2019 d’un siège supplémentaire (19 au lieu de 18), ce qui a sans doute influencé à la hausse le nombre de candidats.

Des personnalités

A noter que parmi les 374 candidats figurent des personnalités à forte notoriété, tels que la conseillère d’Etat PLR Jacqueline de Quattro et son ex-collègue socialiste, président de l’USS, Pierre-Yves Maillard.

Pour rappel, sur les 18 sièges actuels, le PLR en compte cinq, l’UDC quatre, les Vert’libéraux et le PDC un. Le PS en détient cinq et les Verts deux.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Suisse Romande

Des bébés marmottes aux Rochers-de-Naye

Publié

le

Quatre marmottons sont nés aux Rochers de Naye le 30 mai. Ils ont passé la période critique et sont en pleine forme. (©Parc animalier des Rochers de Naye)

Le site des Rochers de Naye a été le théâtre d’heureux événements. Le flirt, au printemps, de deux marmottes n’est pas resté sans lendemain. Nés le 30 mai, après un mois de gestation, quatre marmottons ont passé la période critique et sont désormais en pleine forme.

Faisant partie de l’espèce de la marmotte des Alpes (Marmota marmota), les marmottons mesurent une vingtaine de centimètres, loin des soixante centimètres qu’ils atteindront à l’âge adulte. A terme, ils pèseront entre 4 et 5 kg. Aux Rochers de Naye, les dernières naissances remontent à 2017 et 2014, précise le parc animalier lundi dans un communiqué.

Le site compte neuf marmottes. Toutes sont désormais réunies dans le parc qui se trouve à côté du restaurant. Les autres enclos sont le plus souvent inoccupés. Depuis deux ou trois ans, quelques familles de marmottes sauvages ont cependant pris l’habitude d’y passer l’hiver en dormant dans les terriers aménagés dans ce but.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Lausanne

La cathédrale de Lausanne encore en chantier

Publié

le

La tour du transept sud de la cathédrale de Lausanne devrait être au coeur de travaux dès 2021. Les renvois d'eau devront ainsi être corrigés afin que lors de pluies, l'eau ne mouille pas complètement la molasse. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Conseil d’Etat vaudois veut boucler l’important cycle de restauration de la cathédrale de Lausanne entamé en 1972. Un nouveau programme d’interventions sur l’édifice est ensuite au programme pour les dix prochaines années.

« Nous voulons terminer ce qui n’a pas encore été fait et préparer l’avenir », a résumé jeudi le conseiller d’Etat en charge du patrimoine Pascal Broulis devant le monument gothique. Construite entre 1170 et 1235, la cathédrale de Lausanne est en « chantier perpétuel », a-t-il rappelé.

Via une demande de crédit au Grand Conseil de 10,1 millions de francs, le gouvernement souhaite financer des études et procéder à plusieurs travaux de restauration de 2021 à 2024. Les façades de la tour du transept sud, plus exposées au vent et au soleil, souffrent de dégradations. La molasse s’effrite, de petits morceaux peuvent tomber. En mai dernier, des travaux urgents de sécurisation sur les parements extérieurs ont été nécessaires.

« La molasse ne vieillit pas très bien. Les pluies acides et le vent, ça creuse », détaille Pascal Broulis. A ses côtés, Yves Golay-Fleurdelys, adjoint au directeur général des immeubles et du patrimoine abonde: « On est face à un château de sable ».

Reste à savoir s’il faudra remplacer ou conserver. Les avis divergent, nous l’avons déjà constaté par le passé, souligne le ministre. « Il y aura un débat sur le sujet tout au long de la restauration ».

Parmi les pistes explorées pour ces travaux, le « sable armé », à savoir de la fibre de verre insérée dans des éléments de molasse, ce qui la rend plus résistante. Une expérience en collaboration avec Berne est menée en ce sens depuis environ cinq ans sur une portion de la tour inachevée.

Renvois d’eau à revoir

Parmi les autres travaux prévus: les renvois d’eau doivent être corrigés. « Lorsqu’il pleut, la façade se mouille complètement jusque dans la profondeur de la molasse », explique Yves Golay-Fleurdelys.

Point important également: les infrastructures techniques, soit les installations électriques. Elles ne sont pas adaptées aux besoins actuels et doivent être rénovées. Un montant de 300’000 francs est par ailleurs demandé pour modifier l’ameublement intérieur et installer des bancs réversibles en lieu et place des chaises.

Et après

Dans une deuxième étape courant de 2024 à 2029, le choeur de la cathédrale, la tour du transept nord et la tour inachevée seront restaurés. Pour ce faire, une nouvelle demande de crédit sera déposée. A noter que durant les travaux, le bâtiment restera ouvert et visible, a insisté le conseiller d’Etat. Le gouvernement table sur 2030 pour se pencher sur la travée centrale et la tourelle d’escalier au sud.

S’agissant de l’avenir, Pascal Broulis veut changer la donne. Passer du principe de restauration à une dynamique de conservation. « Et favoriser les interventions préventives ».

Pour rappel, en 2009, la Cour des comptes avait tapé sur les doigts du canton et dénoncé des problèmes de gouvernance majeurs dans la surveillance des travaux menés ces dernières années sur cet édifice.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Vaud

Un voyeur a sévi aux Bains d’Yverdon en 2018

Publié

le

Un voyeur a sévi pendant quelques mois l'an dernier au Centre Thermal d'Yverdon-les Bains. Il a été interpellé. (archives). (©KEYSTONE/YANNICK BAILLY)

Un voyeur a été interpellé en flagrant délit en novembre dernier au Centre thermal d’Yverdon-les-Bains (VD). Pendant plusieurs mois, il a filmé des femmes fréquentant les thermes avec une caméra avant de poster ses vidéos sur internet.

Revenant sur un article publié mardi par 24 heures, la direction du Grand Hôtel et Centre Thermal d’Yverdon-les-Bains a confirmé dans un communiqué avoir été alertée à l’été 2018 de l’existence sur le web de vidéos à caractère voyeuriste au sein de ses bains. Sur ces dernières, une personne y filmait sous l’eau et avec l’aide d’une caméra les attributs physiques de femmes fréquentant les thermes.

Immédiatement, la direction a mis en place un dispositif de surveillance accrue et a entamé une collaboration étroite avec la police. Grâce à cette dernière, l’individu a été interpellé le 29 novembre 2018 au sein des thermes.

Lieux publics touchés

Même si elle regrette d’avoir été victime des agissements d’un individu mal intentionné, la direction salue le travail de ses équipes de garde-bains qui veillent quotidiennement à garantir la tranquillité et la sûreté des baigneurs. « Il s’agit d’un problème qui touche tous les lieux publics », note Alexandre Prior, chargé de communication du groupe Boas, dont dépendent les Bains d’Yverdon.

« Le profil du voyeur a été supprimé depuis longtemps, même si certaines vidéos courent toujours. Il s’avère très compliqué de les faire supprimer,surtout lorsqu’elles sont hébergées sur des sites étrangers », relève-t-il.

Selon 24 heures, le pervers a publié plus de 500 vidéos sur des sites à caractère pornographique, dont certaines tournées dans les vestiaires d’autres cadres. Il aurait piégé des dizaines et des dizaines de femmes.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Vaud

24 listes déposées pour le National

Publié

le

Lundi, 24 listes de candidats vaudois au Conseil national ont été déposées en vue des élections fédérales du 20 octobre. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Dans le canton de Vaud, 24 listes de candidats, briguant les 19 sièges en jeu pour le Conseil national lors des élections fédérales du 20 octobre, ont été valablement déposées lundi. Pour le Conseil des Etats, quinze candidats sont en lice sur onze listes.

Les listes nominatives seront disponibles ultérieurement, a indiqué le Bureau électoral cantonal. Lundi après-midi, il n’était pas en mesure de préciser le nombre de candidats se présentant pour la Chambre basse.

Pour mémoire, en 2015, les élections fédérales avaient suscité l’engouement de 327 candidats (23 listes). En 2011, 334 personnes s’étaient présentées sur 22 listes. Cette année, le canton de Vaud dispose d’un siège supplémentaire (19 au lieu de 18), croissance démographique oblige.

Listes jeunes

Pour le National, les formations les plus grandes, socialistes, Verts, UDC, PLR et Verts libéraux présentent toutes deux listes, dont une regroupant les jeunes de leurs partis. Le PDC présente également deux listes, la seconde étant baptisée « ouVERTure.

La gauche radicale lance deux listes, l’une sous l’étiquette POP, l’autre sous celle d’Ensemble à gauche. Le Parti Pirate vaudois propose aussi une liste. Au centre, le PDC, le PBD, le PEV et l’UDF sont également chacun en lice.

Parmi les formations récentes figure la liste du collectif « Transition citoyenne Vaud ». Elle est composée uniquement de candidats tirés au sort, de moins de 35 ans avec deux tiers de femmes.

Comme en 2015

Concernant le premier tour de l’élection au Conseil des Etats, onze listes ont été valablement déposées pour un total de 15 candidats. Il y a cinq ans, ils étaient aussi 15 à se présenter sur neuf listes. Parmi les candidats figurent notamment le sortant Olivier Français (PLR) et le duo Ada Marra (PS) et Adèle Thorens (les Verts).

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Scorpion

Quelques complications professionnelles sont à craindre… Vous allez devoir dire NON à des situations que vous ne supportez plus !

Publicité

Les Sujets à la Une

X