Rejoignez-nous

Culture

La Nuit des musées genevois a attiré plus de 7000 visiteurs

Publié

,

le

Le musée de l'Ariana a ouvert ses portes lors de la Nuit des musées de Genève. Au programme notamment, des performances de modelage ainsi qu'un atelier de verre soufflé (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Après deux ans d'absence en raison de la pandémie, la Nuit des musées à Genève a connu samedi soir une belle affluence en attirant 7019 personnes. Les visiteurs ont profité des 115 activités proposées par les 25 institutions culturelles et scientifiques qui avaient ouvert leurs portes.

"Avec 16'543 visites, soit entre deux et trois lieux visités par les participants, c'est un retour réussi pour la Nuit des musées", indique dimanche la Ville de Genève dans un communiqué. Ces chiffres sont toutefois loin du record de 2019 où la manifestation avait attiré plus de 12'000 personnes pour un total de 30'000 visites.

Après deux ans de pause culturelle forcée, le public doit donc retrouver ses marques. Moins fréquentée, cette 8e édition a pu être savourée sereinement par les participants. Le public a notamment pu découvrir les locaux de Association pour le patrimoine industriel où le ver à soie était à l'honneur. Cette activité collait parfaitement au thème de cette édition qui était la transformation.

Le Pôle de recherche en biologie chimique de l'Université de Genève, qui participait pour la première fois à la Nuit des musées, a ouvert ses laboratoires. Encadré par les chercheurs, le public a pu réaliser des expériences. Lors de cette nuit quasi estivale, les visiteurs se sont déplacés entre les musées avec des navettes mises à disposition pour l'occasion.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Un air de Piazza Grande au Quartier des arts à Lausanne

Publié

le

Le tout nouveau Quartier des arts à Lausanne prendra des airs de Piazza Grande du 14 au 16 juillet avec des films projetés en plein air, choisis par Giona A. Nazzaro, le directeur artistique du Fetival du film de Locarno. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Du 14 au 16 juillet, le Quartier des arts à Lausanne prend des airs de Piazza Grande. Pendant trois jours, les amateurs du 7e art pourront assister en plein air à des projections XXL sur la façade du nouveau bâtiment mudac et Photo Elysée.

Pour lancer le Quartier des arts de Lausanne à peine inauguré, le directeur de Plateforme 10 n'a pas hésité à solliciter le Festival du Film de Locarno pour la projection de sept films - court et long métrage - à la mi-juillet. "Elargir notre projet au cinéma et pouvoir collaborer avec un festival aussi emblématique que Locarno, c’est pour nous une manière idéale de 'lancer' Plateforme 10", a dit Patrick Gyger, le directeur de Plateforme 10 à Keystone-ATS mercredi.

Populaire et artistiquement exigeant

"Au Quartier des arts, on est sur une grande place, peut-être pas la Piazza Grande, plutôt la Piazza Piccola", a-t-il dit sous forme de boutade. Le Festival de Locarno a également un positionnement qui intéresse Patrick Gyger pour Plateforme 10 : populaire et artistiquement exigeant.

Cette collaboration s'inscrit dans l'ambition de Plateforme 10 de s'ouvrir à d'autres formes d'art comme le cinéma, le théâtre ou la danse. "Nous travaillons déjà avec des acteurs locaux comme le théâtre de Vidy, le Romandie (musique actuelle) et le Festival de la Cité".

Carte blanche à Giona A. Nazzaro

"J'ai reçu carte blanche pour la programmation", a dit Giona A. Nazzaro, le directeur artistique du Festival du film de Locarno, depuis un train roulant en direction de Chiasso. Il se dit "ravi" de cette proposition, qui en présage d'autres autant à Lausanne qu'avec différentes institutions culturelles ailleurs en Suisse.

Buster Keaton et "Le Mécano de la ‘Général’" (1926), "monument de l’humour burlesque au temps du muet", ouvrira la manifestation le jeudi sous la thématique du train, en écho aux trois expositions proposées pour l'ouverture de Plateforme 10 "Train Zug Treni Tren". Giona A. Nazzaro sera sur place pour présenter cette copie restaurée, en collaboration avec la Cinémathèque suisse.

Araceli Lemos et Bertrand Mandico

Dans des propositions plus contemporaines, Giona A. Nazzaro met en avant "Agia Emy" (Holy Emy), le premier long-métrage de la réalisatrice grecque Araceli Lemos, diffusé l'an dernier à Locarno. "Ce film a ensuite continué sa route et a été multiprimé dans plusieurs festivals à travers le monde", a-t-il souligné.

La réalisatrice, que le directeur artistique de Locarno considère comme "étonnante", suit l'émancipation de deux jeunes femmes dans la communauté philippine d'Athènes.

Les Lausannois pourront encore découvrir le samedi soir "After Blue (Paradis sale)", aussi présenté l'an dernier à Locarno. Il s'agit d'un manifeste de science-fiction psychédélique et féministe, réalisé par le réalisateur français Bertrand Mandico : "un habitué de la Piazza Grande", selon Giona A. Nazzaro.

Billets pour Locarno offerts

Ce cinéma en plein air de 300 places assises, et entièrement gratuit, sera visible sur toute l’esplanade de Plateforme 10. Les voisins peuvent respirer, car la sonorisation des films se fera via des casques bluetooth - prêtés sur place après présentation d'une carte d'identité.

Les projections sont prévues dès 22h00 avec possibilité d'arriver sur place une heure plus tôt. En cas de mauvais temps, une information sera communiquée deux heures avant le début de la manifestation. En cas de pluie légère, des imperméables seront mis à disposition; en cas de forte pluie, la projection sera annulée.

Cerise sur le gâteau, chaque visiteuse et visiteur se verra offrir un bon pour une entrée sur la Piazza Grande pour la prochaine édition du Festival de Locarno, la 75e. Celle-ci se tient du 3 au 13 août prochain.

Informations plateforme10.ch et locarnofestival.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Tombé en disgrâce, Woody Allen n'écarte pas d'arrêter le cinéma

Publié

le

Woody Allen, 86 ans, est tombé en disgrâce aux Etats-Unis après que sa fille adoptive l'a accusé de l'avoir agressée sexuellement quand elle était enfant (archives). (© KEYSTONE/AP/LUCA BRUNO)

Woody Allen n'a pas écarté que son prochain film, qui sera tourné à Paris, soit le dernier. Le réalisateur de 86 ans, en disgrâce après que sa fille adoptive l'a accusé de l'avoir agressée sexuellement, dit avoir perdu "beaucoup de [son] enthousiasme" pour le cinéma.

Dans une rare interview, Woody Allen a parlé mardi pendant une demi-heure environ à son compatriote américain, l'acteur Alec Baldwin. Ce dernier s'est, lui aussi, retrouvé récemment dans la tourmente après avoir tué accidentellement lors d'un tournage en octobre la directrice de la photographie d'un de ses films, en manipulant une arme à feu.

"Je vais probablement faire ce film supplémentaire, mais beaucoup d'enthousiasme s'est évaporé", a dit le réalisateur d'"Annie Hall" dans un direct sur le compte Instagram d'Alec Baldwin, ponctué de problèmes techniques.

Accusations pas évoquées

"Je ne m'amuse plus autant à faire un film et à le faire projeter sur grand écran", a-t-il ajouté, évoquant les changements dans l'industrie du cinéma avec l'arrivée du streaming. "Je vais en faire un autre, puis je vais voir, comment je me sens", a-t-il encore dit.

Alec Baldwin avait annoncé cette interview dimanche, disant qu'il allait s'entretenir avec Woody Allen du dernier livre du réalisateur, "Zero Gravity".

Anticipant de possibles critiques, l'acteur avait tenu à souligner qu'il n'était "absolument pas intéressé par les jugements ou messages moralisateurs" qui lui seraient adressés.

Les accusations contre Woody Allen n'ont pas été évoquées lors de cet entretien.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Des voleurs armés font irruption à la foire d'art de Maastricht

Publié

le

La police néerlandaise est arrivée sur les lieux du cambriolage en quelques minutes (image d'illustration). (© KEYSTONE/EPA/Jerry Lampen)

Des voleurs armés ont fait irruption mardi en plein jour à la foire d'art et d'antiquités de Maastricht, aux Pays-Bas, une des plus grandes du monde. Ils ont utilisé une masse pour défoncer la vitrine d'un joaillier.

La police dit avoir arrêté deux des quatre suspects et pourchassait les deux autres. Le vol a entraîné l'évacuation des visiteurs terrifiés de la TEFAF (The European Fine Art Fair).

Une vidéo spectaculaire diffusée sur les réseaux sociaux montre les quatre hommes en vêtements élégants, casquettes et lunettes, défonçant à la masse une vitrine de la TEFAF de Maastricht (sud-ouest) et menaçant la foule avec ce qui semble être des armes de poing.

Pas de blessés

"Personne n'a été blessé et les voleurs ont dérobé des biens", a déclaré la police de la province néerlandaise du Limbourg dans un communiqué.

Les forces de l'ordre ont coupé les routes proches de la foire et un important tunnel routier dès qu'elles ont appris le vol. "L'enquête de la police, qui a commencé immédiatement après le vol, a mené à deux arrestations", a précisé la police, qui "se focalise sur la recherche des suspects".

Selon les médias néerlandais, la vitrine visée par les cambrioleurs contenait des bijoux en diamant et autres trésors d'un joaillier londonien, Symbolic and Chase. La société n'a pu être jointe par l'AFP.

La TEFAF est un des plus grands salons d'art et d'antiquités de la planète et attire en général des dizaines de milliers de visiteurs. Elle existe depuis plus de 30 ans et faisait son retour cette année après une interruption due à la pandémie de Covid-19.

Une douzaine de coups de masse

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent les quatre voleurs au milieu du chaos qu'ils ont provoqué. L'un d'entre eux a brisé une vitrine de bijoux à la masse, cognant sur ce qui semblait être du verre blindé au moins 12 fois pendant que résonnait l'alarme.

Deux des hommes ont brandi ce qui ressemblait à des pistolets face à un homme qui a tenté de s'interposer, armé d'un grand vase en verre plein de fleurs, avant de reculer devant la menace.

L'homme à la masse a fini par réussir à briser la vitrine, tendant la main à l'intérieur pour y prendre quelque chose qu'il a placé dans un sac. Puis les voleurs se sont enfuis en courant, passant près d'un vieil homme médusé qui a dû s'asseoir sur un banc pendant ces événements.

La TEFAF présente des centaines d'oeuvres, dont un tableau du XVIIe siècle d'un grand maître néerlandais, affiché à un million d'euros. Ce n'est pas la première fois qu'elle est visée par des criminels. En 2011, un diamant et un collier incrustés de diamants valant 860'000 euros avaient été dérobés, là aussi à un joaillier originaire de Londres.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Aucun fêtard drogué à la seringue dans le canton de Vaud

Publié

le

Une dizaine de cas d'agressions présumées à la seringue lors de soirées festives dans le canton de Vaud ont été analysés (photo symbolique). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Au cours des trois derniers mois, les services d'urgence du canton de Vaud ont accueilli une dizaine de personnes pensant avoir été droguées à leur insu avec des seringues lors de soirées festives. Les analyses toxicologiques n'ont à ce jour décelé aucune trace de GHB ou autre substance.

"Après analyse d'une dizaine de cas, aucune injection de substance au moyen d'une aiguille n'est avérée dans le canton", ont communiqué lundi les autorités vaudoises. Certaines des victimes présumées présentaient des lésions compatibles avec des piqûres, avec des traces visibles, explique le communiqué.

"Les personnes décrivaient généralement des symptômes aspécifiques (malaise, chaleur, fatigue, vertiges, etc.), voire aucun symptôme associé. Certaines craignaient avoir été intoxiquées par une injection de GHB. Ces situations ont pu susciter des inquiétudes."

En vue des manifestations festives estivales, les polices vaudoise et lausannoise précisent qu'elles collaborent étroitement avec l'Office du médecin cantonal, les services d'urgence, le Centre universitaire de médecine légale, le ministère public, les organisateurs de soirées festives ou d'événements musicaux, les clubs et l'association faîtière La Belle Nuit, afin que tout signalement de cas suspect soit traité dans le respect des règles.

"Peu plausible"

Dans les faits, une injection par seringue demande "de la dextérité et du temps", selon le Canton. Cela rend le geste difficile à réaliser au milieu d'une foule, en particulier pour injecter une quantité suffisante de drogue, quelle qu'elle soit, pour impacter la santé. "Il paraît dès lors peu plausible que des substances puissent être injectées par cette voie sans alerter instantanément la victime potentielle."

En revanche les piqûres au moyen d'une aiguille ou de tout autre objet pointu, non stérile, peuvent être source d'infection. Ce risque doit être évalué par du personnel médical pour déterminer si des mesures préventives sont indiquées. Pour cette raison, l'Office du médecin cantonal recommande aux personnes qui ressentent une sensation de malaise, ou qui pensent avoir été piquées, de se rendre dans un service d'urgence ou dans une permanence.

Permanence dans les grands festivals

Sur mandat du médecin cantonal, un service médico-sanitaire de proximité sera organisé dans les festivals réunissant plusieurs milliers de personnes avec la présence de professionnels de santé autorisés à effectuer une première prise en charge de personnes présentant des symptômes de malaise ou des traces de piqûre. Si une lésion compatible avec une piqûre est constatée, il est conseillé de déposer plainte au commissariat le plus proche de son domicile.

Des témoignages de cas présumés d'agressions à la seringue ont aussi agité la France et le Royaume-Uni récemment. "Les rapports médico-légaux consécutifs à ces phénomènes n'ont fait état d'aucune preuve d'injection de substance", relèvent les autorités vaudoises.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

La Fête de la musique fait un retour réussi à Genève

Publié

le

Une trentaine de scènes ont fait vibrer les Genevois ce week-end à l'occasion de la Fête de la Musique qui faisait son grand retour. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les Genevois étaient de sortie ce week-end pour célébrer le retour de la Fête de la musique dans un format normal. La foule qui s'est déplacée en masse a pu assister à plus de 500 propositions artistiques sur 30 scènes reflétant un large panorama culturel.

Après une édition annulée en 2020 et réduite en 2021 à cause de la pandémie, cette 31e édition était très attendue. La Ville de Genève qui organise cette manifestation tire dimanche "un bilan positif". Cette édition a tenu son engagement en replaçant la fête au coeur de son offre artistique et a fait souffler un vent de liberté pendant trois jours, ajoute dimanche la Ville.

Les organisateurs relèvent "trois grands moments XXL". Ils évoquent le concert des chorales des écoles primaires de Saint-Jean et du Seujet. Au total, 300 enfants et un ensemble d’instruments à vent du Conservatoire populaire ont pris place sur les marches du Grand Théâtre pour un tour de chant.

Quasi simultanément s’est jouée une flash mob en grand format, sur les marches de la Cathédrale. Plus de 200 élèves d’instruments à cordes ont joué pour célébrer les 90 ans du Conservatoire populaire de musique. Samedi soir, le Festival Electron a transformé la Place de Neuve en dancefloor à ciel ouvert, aux sons électroniques des DJ perchés sur le balcon du Grand Théâtre.

Auparavant, les groupes et les artistes émergents ont profité de la soirée Tremplin du Vernier sur Rock pour faire vibrer la Place de Neuve. Une trentaine d'écoles de danse et de compagnie ont proposé dimanche des performances allant du hip-hop au jazz en passant par le contemporain et les claquettes. La Fête se termine dimanche soir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Animé d’une détermination féroce et d’une productivité acharnée, aujourd’hui, vous en laisserez plus d’un sur le carreau !

Les Sujets à la Une

X