Rejoignez-nous

Culture

Francis Kéré, premier Africain lauréat du Pritzker

Publié

,

le

Le prix Pritzker 2022 a été décerné à l'architecte burkinabè basé à Berlin Diébédo Francis Kéré. Parmi ses réalisations phares figure l'école primaire de Gando, son lieu de naissance. (archives) (© KEYSTONE/EPA/SIMEON DUCHOUD-THE AGA KHAN AWAR)

Pionnier des constructions durables au service des populations, comme l'école de son village au Burkina Faso, l'architecte Diébédo Francis Kéré a reçu mardi le prix Pritzker, devenant le premier Africain à recevoir la plus haute distinction de la profession.

"Grâce à son engagement pour la justice sociale et à l'utilisation intelligente de matériaux locaux pour s'adapter et répondre au climat naturel, il travaille dans des pays marginalisés, où les contraintes et les difficultés sont nombreuses et où l'architecture et les infrastructures sont absentes", ont expliqué les organisateurs du prix Pritzker dans un communiqué.

C'est la première fois qu'un architecte d'un pays africain reçoit la distinction qui a déjà couronné les plus grands noms de cet art, comme Frank Gehry, Tadao Ando, Renzo Piano, Zaha Hadid ou Jean Nouvel.

Il est notamment connu pour son implication dans des projets au fort potentiel d'usage public, comme des écoles, et nombre d'ouvrages de Kéré sont situés sur le continent africain, notamment au Bénin, Burkina Faso, Mali, Togo, Kenya, et Mozambique.

Mais l'architecte de 57 ans, qui possède également la nationalité allemande, est depuis longtemps reconnu au niveau international et s'est aussi vu commander des pavillons et installations en Europe et aux Etats-Unis. En 2004, il avait déjà reçu le prix Aga Khan d'architecture.

"Il construit des institutions scolaires contemporaines, des établissements de santé, des logements professionnels, des bâtiments civiques et des espaces publics, souvent dans des pays où les ressources sont fragiles et où la fraternité est vitale", ajoute le prix Pritzker, remis par la fondation Hyatt.

Ecole primaire

Parmi ses réalisations phares figure l'école primaire de Gando, le village burkinabè où il est né et où il a mené d'autres projets.

Pour les organisateurs du prix Pritzker, cette école "jette les bases de son idéologie: bâtir une source avec et pour une communauté afin de répondre à un besoin essentiel et de corriger les inégalités sociales".

L'école est conçue pour résister à la chaleur et à des ressources limitées et son succès a conduit à son extension, à la construction de logements pour les enseignants et à une nouvelle bibliothèque. Avec toujours la même ligne directrice, des bâtiments sobres aux tons chauds, sable ou ocre, qui s'insèrent dans le paysage et où la lumière est cruciale.

"J'espère changer le paradigme, pousser les gens à rêver et à prendre des risques. Ce n'est pas parce que vous êtes riche que vous devez gaspiller du matériel. Ce n'est pas parce qu'on est pauvre qu'on ne doit pas essayer de créer de la qualité", dit Francis Kéré, dans le communiqué du prix Pritzker.

"Tout le monde mérite la qualité, tout le monde mérite le luxe et tout le monde mérite le confort. Nous sommes liés les uns aux autres et les préoccupations en matière de climat, de démocratie et de pénurie nous concernent tous", ajoute celui qui passe son temps à moitié entre Berlin et son Burkina Faso natal.

Parmi d'autres de ses réalisations, figure la rénovation du parc National du Mali à Bamako.

L'année dernière, le prix Pritzker avait été décerné aux Français Jean-Philippe Vassal et Anne Lacaton, apôtres d'une architecture dédiée au bien-être du plus grand nombre, combinant espaces généreux avec budgets modestes et techniques écologiques.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Les travaux de transformation de Porteous vont commencer

Publié

le

Le chantier de transformation d'un premier espace du bâtiment de Porteous, au bord du Rhône à Vernier (GE), va commencer dans le courant du mois d'octobre. L'ancienne station d'épuration, qui avait été squattée, va devenir un centre culturel et social (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le chantier de transformation d'un premier espace du bâtiment de Porteous, au bord du Rhône à Vernier (GE), va commencer dans le courant du mois d'octobre. L'ancienne station d'épuration, qui avait été squattée, va devenir un centre culturel et social.

Le Tribunal administratif de première instance a constaté l'absence de recours contre l'autorisation de construire le 26 septembre, a annoncé mercredi l'association Porteous. Celle-ci travaille depuis plus d'un an avec un bureau d'architecte, le canton de Genève et la Ville de Vernier sur le projet de transformation du bâtiment, qui est inscrit au patrimoine.

Le chantier comportera un volet participatif au printemps prochain, lors d'ateliers de construction collectifs. Une permanence sera ouverte à tout le monde pour expérimenter différents usages possibles et réfléchir à la gouvernance et à la programmation du centre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Isabelle Huppert concocte le programme du Plaza

Publié

le

A Genève, le cinéma Le Plaza programme de vendredi à dimanche une dizaine de films choisis par Isabelle Huppert et rendant hommage aux personnages féminins qui l'ont inspirée. Le cinéma sera ensuite fermé pour deux ans pour des travaux de rénovation (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, le cinéma Le Plaza programme de vendredi à dimanche une dizaine de films choisis par Isabelle Huppert. La comédienne française rend ainsi hommage aux personnages féminins anticonformistes qui l'ont inspirée.

Le programme, qui précède la fermeture du cinéma pour deux ans de travaux de rénovation, propose de voir ou de revoir "Elle et lui", de Leo McCarey, "Roma città aperta", de Roberto Rossellini, ou encore "Le boucher", de Claude Chabrol. L'entrée est libre, mais la réservation est obligatoire. La soirée d'ouverture de vendredi, en présence d'Isabelle Huppert, est complète.

https://leplaza-cinema.ch/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Apple va sortir un film avec Will Smith, malgré sa gifle aux Oscars

Publié

le

Will Smith fait profil bas depuis la gifle qu'il avait donnée à Chris Rock lors des derniers Oscars (archives). (© KEYSTONE/AP Invision/CHRIS PIZZELLO)

Moins d'un an après le scandale provoqué par la gifle de Will Smith aux Oscars, Apple a annoncé lundi la sortie en décembre d'"Emancipation", avec l'acteur en tête d'affiche. Le dérapage a été largement condamné et lui a valu 10 ans d'exclusion de la cérémonie.

Les professionnels d'Hollywood misaient plutôt sur un report de ce long métrage historique sur l'esclavage, à cause du parfum de soufre qui émane de M. Smith depuis sa gifle en mars dernier sur l'animateur des Oscars, l'humoriste Chris Rock.

Malgré la polémique, Apple lancera "Emancipation" dans les salles obscures américaines le 2 décembre, avant une sortie sur sa plateforme de streaming Apple TV+ la semaine suivante.

Ce calendrier permet au groupe de proposer le film pour les prochains Oscars, juste après être devenu la première plateforme de streaming à être récompensée par la statuette du meilleur film lors de la dernière cérémonie, grâce à son long-métrage "CODA".

Profil bas

M. Smith fait profil bas depuis les derniers Oscars, lors desquels il a remporté le prix du meilleur acteur pour sa performance dans "La Méthode Williams", quelques minutes après avoir giflé Chris Rock, qui avait tourné en dérision l'alopécie de sa femme, Jada Pinkett Smith.

L'ancien "Prince de Bel-Air" s'est publiquement excusé peu après cet incident. En juillet, il a également posté une vidéo sur les réseaux sociaux, proposant une rencontre avec l'humoriste.

L'acteur de 54 ans a démissionné de lui-même de l'académie des Oscars. Celle-ci l'a interdit de cérémonie pendant 10 ans, mais rien ne s'oppose à ce qu'il soit nominé pour la compétition. Son Oscar du meilleur acteur ne lui a pas été retiré malgré le scandale.

Dans "Emancipation", il campe un esclave en fuite dans les marais de Louisiane, avec l'espoir d'atteindre le nord du pays, synonyme de liberté pour les Afro-Américains dans les Etats-Unis du XIXe siècle.

Le long métrage a été réalisé par Antoine Fuqua.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Woody Allen tourne à Paris pour la première fois en français

Publié

le

A 86 ans, Woody Allen tourne toujours. (© KEYSTONE/AP/LUCA BRUNO)

Le cinéaste américain Woody Allen a annoncé qu'il entamait lundi à Paris le tournage de son 50e long métrage, "Wasp22", le premier en français.

Il s'agit d'"une comédie noire dans l'esprit de +Match Point+", a déclaré dans un communiqué le metteur en scène de 86 ans qui a vu l'industrie lui tourner le dos lorsque sa fille adoptive Dylan Farrow l'a accusé de l'avoir agressée sexuellement quand elle était enfant.

Woody Allen nie ces accusations pour lesquelles aucune des deux enquêtes lancées n'a abouti.

Ostracisé aux Etats-Unis depuis #MeToo, le New Yorkais quatre fois oscarisé a continué de trouver un public fidèle ces dernières années en Europe et notamment en France.

Mais son dernier film, "Rifkin's Festival", tourné en Espagne, à Saint-Sébastien, avec notamment l'acteur français Louis Garrel, n'y a réuni que 89'000 spectateurs à sa sortie en juillet.

Pour "Wasp22", Woody Allen travaillera pour la cinquième fois avec le directeur de la photographie italien Vittorio Storaro ("Apocalypse Now"), son partenaire depuis "Café Society".

Lors de la sortie de "Un jour de pluie à New York" dans les salles françaises, en 2019, Woody Allen avait essuyé de nombreuses polémiques, certains acteurs prenant publiquement leurs distances avec lui, tandis que d'autres, comme les actrices américaine Scarlett Johansson ou française Catherine Deneuve, le soutenaient et faisaient valoir la présomption d'innocence.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Une vidéo inédite sur les Beatles est rendue publique au Japon

Publié

le

Le film avait été tourné par la police lors de la tournée que les Beatles avaient faite en 1966 au Japon (archives). (© KEYSTONE/AP KYODO)

Des images vidéo de l'unique tournée des Beatles au Japon en 1966 ont été récemment rendues publiques à la suite d'une longue bataille judiciaire dans le pays, pour le plus grand bonheur des fans du légendaire groupe de rock britannique.

Ce film muet et noir et blanc de 35 minutes, aujourd'hui disponible en accès libre sur YouTube, avait été réalisé par la police japonaise à des fins de sécurité. On y voit les "quatre garçons dans le vent" tout sourire à leur descente de l'avion vêtus de kimonos légers, puis en train de jouer devant une foule en délire dans une salle de Tokyo ou encore des opérations de police en coulisses.

Ces archives ont toutefois un détail étrange: à part ceux des Beatles, les visages de toutes les autres personnes filmées sont floutés, pour des raisons de respect de la vie privée.

Pendant des années, la question du droit à l'image des personnes filmées malgré elles dans ce film a constitué une pierre d'achoppement entre des fans japonais des Beatles et des défenseurs du droit à l'information d'un côté et la police locale de l'autre.

Longue bataille judiciaire

Les fans étaient allés jusque devant la Cour suprême japonaise pour tenter d'autoriser une version non censurée. Arguant qu'il s'agissait d'un "document historique", ils estimaient absurde de vouloir flouter des visages filmés il y a plus de 50 ans, et donc pratiquement impossibles à identifier aujourd'hui selon eux.

Mais la Cour avait rejeté leurs arguments en 2018 et la proposition de la police de rendre publique une version avec des visages pixelisés s'est finalement imposée.

Interrogé lundi par l'AFP, l'avocat des plaignants Satoshi Shinkai fait désormais contre mauvaise fortune bon coeur. Ce film "sort de l'ombre pour la première fois (...). Je suis sûr que des experts et des fans des Beatles du monde entier vont s'y intéresser de près", a déclaré M. Shinkai, lui-même un fan absolu du groupe de Liverpool.

Les Beatles restent extrêmement populaires au Japon, même s'ils n'y ont fait qu'une seule tournée de seulement cinq concerts.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X