Rejoignez-nous

Culture

Les Pique-Meurons pour la première fois sur les planches

Publié

,

le

La pièce jouera au théâtre Boulimie jusqu'au 4 février. (© Crédit LFM)

Les Pique-Meurons sont de retour, mais cette fois-ci sur scène. Du 24 janvier au 4 février, le théâtre Boulimie accueille un nouveau chapitre de cette série télévisée romande diffusée entre 2000 et 2006. Un spectacle qui promet de renouer avec l'humour potache de la sitcom.

Si vous étiez devant les écrans de la TSR entre 2000 et 2006, vous vous en rappelez peut-être. La série « Les Pique-Meurons » racontait les aventures de Léa et Bernard, un couple de citadins qui, tous les week-end, partait dans un chalet à la montagne. Des séjours loin d’être reposants. Entre les allers et venues de voisins encombrants et autres curieux du village, difficile de prendre du repos... Un véritable succès de la télévision romande puisqu'elle réunissait chaque vendredi quelque 250 000 téléspectateurs.

Plus de 15 ans après la fin de la série, l’équipe est de retour. Mêmes acteurs, même décor. Sur les conseils de leur psy, le couple retourne au chalet pour se remémorer ses plus belles années, mais tout ne se passe pas exactement comme prévu. Alain Monney, metteur en scène de la pièce mais aussi interprète de Bernard, raconte les origines de ce projet.

Alain MonneyMetteur en scène et comédien

La série était déjà très théâtrale car tous les épisodes étaient tournés en studio. Mais si les blagues fonctionnaient, c'était aussi grâce à certaines forces propres à la télévision, le montage notamment. Alain Monney n’est pourtant pas inquiet. Il fait confiance aux formules qui faisaient le charme de la série.

Alain MonneyMetteur en scène et comédien

Après ses dates au théâtre Boulimie, le spectacle voyagera du côté de Genève. Au revoir le petit écran, bonjour les planches!

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Tir sur le film "Rust": l'armurière condamnée à 18 mois de prison

Publié

le

Tir mortel sur le film "Rust": l'armurière Hannah Gutierrez-Reed a été condamnée à 18 mois de prison ferme. (© KEYSTONE/AP/Luis Sánchez Saturno)

L'armurière du western "Rust", produit par Alec Baldwin et sur le tournage duquel la directrice de la photographie avait été tuée par un tir, a été condamnée lundi à 18 mois d'emprisonnement ferme par la justice américaine.

Hannah Gutierrez-Reed avait chargé le revolver avec lequel Alec Baldwin répétait en octobre 2021, lorsque le tournage a viré au drame dans un ranch du Nouveau-Mexique: une balle réelle avait tué la directrice de la photographie Halyna Hutchins et blessé le réalisateur Joel Souza.

Sa peine correspond au maximum réclamé par le parquet. L'armurière n'a exprimé "ni responsabilité, ni remords" au cours du procès, a insisté lundi la procureure Kari Morrissey. Selon le parquet, elle a qualifié les jurés d'"idiots" et d'"attardés", dans ses appels passés en prison depuis le verdict en mars.

"Le jury a estimé que j'étais en partie responsable de cette terrible tragédie, mais cela ne fait pas de moi un monstre", a lâché en pleurs l'armurière, en exprimant sa compassion pour la famille de la victime.

Baldwin jugé séparément

Star et producteur du film, Alec Baldwin est également accusé d'homicide involontaire. Il encourt également 18 mois d'emprisonnement, mais doit être jugé séparément en juillet.

Lors du procès d'Hannah Gutierrez-Reed, l'accusation a fustigé l'amateurisme de l'armurière et son inexpérience. Sa négligence extrême a engendré des "défaillances de sécurité constantes et sans fin" sur le plateau, selon l'accusation.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

A 100 jours des JO, Macron rassure sur la cérémonie d'ouverture

Publié

le

A 100 jours des Jeux olympiques, Emmanuel Macron a annoncé qu'il y aurait des "plans B et C" en cas de menace terroriste sur la cérémonie d'ouverture (archives). (© KEYSTONE/EPA/LUDOVIC MARIN / POOL)

A 100 jours des Jeux olympiques, Emmanuel Macron a tenté de rassurer lundi sur la tenue de la cérémonie d'ouverture sur la Seine. Il a esquissé pour la première fois des "plans B et C" en cas de menace terroriste, notamment au Stade de France.

"Cette cérémonie d'ouverture" le long du fleuve de la capitale, le 26 juillet, "c'est une première au monde. On peut le faire et on va le faire", a dit le président de la République dans une interview sur BFMTV et RMC depuis le chantier du Grand Palais, à Paris, qui doit abriter plusieurs épreuves.

Mais "il y a des plans B et même des plans C", "et on les prépare en parallèle", a-t-il ajouté. Le chef de l'Etat avait déjà assuré que des scénarios alternatifs étaient envisagés. Pour la première fois, il a commencé à les détailler.

"On fera une analyse en temps réel" des risques, a-t-il ajouté. Les options alternatives seraient notamment une cérémonie "limitée au Trocadéro", voire "rapatriée dans le stade de France", "parce que c'est ce qui se fait classiquement".

Périmètre de sécurité "très large"

Jusqu'ici, l'exécutif excluait un repli au Stade de France, qui reçoit des épreuves avant même le 26 juillet. Dans cette hypothèse, il s'agirait d'une cérémonie uniquement protocolaire, sans la dimension artistique, pour prononcer officiellement l'ouverture des JO.

Emmanuel Macron a néanmoins tenu à rassurer sur le dispositif de sécurité permettant de tenir le scénario fluvial, toujours privilégié. "On a anticipé, on met en place un périmètre de sécurité qui va être très large, où on va cribler tous les gens qui entrent et qui sortent", a-t-il insisté.

La dimension de la fête a d'ailleurs été revue à la baisse: le nombre de spectateurs pouvant y assister gratuitement est passé de 500'000 à 222'000. Avec ceux qui ont payé leur place en bas des quais, ils devraient être quelque 320'000 au total.

Trêve olympique

En lançant le compte à rebours de cet événement planétaire, et alors que les nuages s'accumulent à l'international, le président a aussi tenté de relancer l'utilité diplomatique des Jeux.

Elle va ainsi "tout faire pour avoir une trêve olympique", a-t-il déclaré, promettant d'y travailler notamment avec le président chinois Xi Jinping. "Je lui ai demandé de m'aider", a-t-il ajouté.

Avec cette interview et cette nouvelle revue de chantier après l'inauguration du "village des athlètes" et de la piscine olympique, le chef de l'Etat espère relancer la ferveur. Un sondage Ipsos paru dans La Tribune Dimanche montre que seuls 53% des Français se disent "intéressés" par les Jeux, soit huit points de moins qu'il y a six mois. Pire: une majorité des sondés se disent "inquiets" sur la capacité de la France à assurer le bon déroulement des JO.

"Redécouvrir" le Grand Palais

"La France, c'est une équipe, c'est une nation unie et donc on est au rendez-vous de cette exemplarité", a répondu Emmanuel Macron, assurant avoir "confiance dans les syndicats" alors que certains menacent d'enchaîner les grèves pendant les Jeux. "Ils ont l'esprit de responsabilité, ils seront à nos côtés", a-t-il estimé.

Le président de la République a ensuite visité le chantier du Grand Palais, objet d'une rénovation depuis 2021, qui doit accueillir les épreuves olympiques et paralympiques d'escrime et de taekwondo. "Le monde entier va retrouver le Grand palais et va le redécouvrir", s'est-il félicité devant les ouvriers.

La restauration complète du site, construit pour l'Exposition universelle de 1900, doit être achevée au printemps 2025 s'agissant du Grand Palais, date de sa réouverture au grand public, et en 2027 pour le Palais de la découverte.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Le Chant du Gros dévoile le programme de sa 32e édition

Publié

le

Francis Cabrel sera sur la scène du Chant du Gros pour la soirée d'ouverture du festival le 5 septembre (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Chant du Gros a dévoilé lundi la programmation de sa 32e édition qui se déroulera du 5 au 7 septembre au Noirmont (JU). Les styles musicaux vont de la chanson française au rap. Parmi les artistes invités figurent Francis Cabrel, Pascal Obispo ou Joey Starr.

Le festival s'ouvrira jeudi avec le groupe corse I Muvrini. Cette même soirée verra monter sur scène Francis Cabrel et le chanteur-accordéoniste français Claudio Capéo. Le rap sera aussi bien présent avec Hugo TSR et le Jurassien Sim's.

Vendredi, le Chant du Gros accueillera Pascal Obispo pour sa tournée d'anniversaire marquant ses 30 ans de carrière. Autres artistes français à se produire vendredi soir, le rappeur Joey Starr et l'auteur-compositeur Saez.

Les spectateurs pourront écouter samedi soir Patrick Fiori, Slimane ou, dans un autre registre, les soeurs Camille et Julie Berthollet. L'année dernière, plus 42'000 spectateurs avaient fait le déplacement pour Le Noirmont. La billeterie démarre mercredi.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Macron évoque la piste d'un repli de la cérémonie d'ouverture

Publié

le

Le Président Emmanuel Macron a fait le point à 100 jours de l'ouverture des JO (© KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT / POOL)

J-100: Emmanuel Macron a lancé lundi le compte à rebours des Jeux olympiques de Paris en rassurant sur la sécurité autour de la cérémonie d'ouverture sur la Seine.

Il a esquissé pour la première fois des "plans B et C" en cas de menace terroriste.

"Cette cérémonie d'ouverture" le long du fleuve de la capitale, le 26 juillet, "c'est une première au monde. On peut le faire et on va le faire", a dit le président de la République dans une interview sur BFMTV et RMC depuis le chantier du Grand Palais, à Paris, qui doit abriter plusieurs épreuves.

Mais "il y a des plans B et même des plans C", "et on les prépare en parallèle", a-t-il ajouté.

Le chef de l'Etat avait déjà assuré que des scénarios de repli étaient envisagés. Pour la première fois, il a commencé à les détailler. "On fera une analyse en temps réel" des risques, a-t-il ajouté. "On a une cérémonie qu'on prépare qui serait limitée au Trocadéro par exemple, et donc on ne ferait pas toute la Seine", "voire qu'on rapatrierait dans le stade de France", "parce que c'est ce qui se fait classiquement", a-t-il expliqué.

Jusqu'ici, l'exécutif excluait officiellement un repli au Stade de France, notamment parce que l'enceinte de Seine-Saint-Denis reçoit des épreuves avant le 26 juillet.

Rassurant

Emmanuel Macron a néanmoins tenu à rassurer sur le dispositif de sécurité permettant de tenir le scénario fluvial, toujours privilégié. "On a anticipé, on met en place un périmètre de sécurité qui va être très large, où on va cribler tous les gens qui rentrent et qui sortent", a-t-il insisté.

Pour assurer au mieux la sécurité, la dimension de la fête a d'ailleurs été revue à la baisse: le nombre de spectateurs pouvant y assister gratuitement est passé de 500'000 à 222'000. Avec ceux qui ont payé leur place en bas des quais, ils devraient être quelque 320'000 au total.

A trois mois du lancement de cet événement planétaire, et alors que les nuages s'accumulent à l'international, le président a aussi tenté de relancer l'utilité diplomatique des Jeux.

La France va "tout faire pour avoir une trêve olympique", a-t-il déclaré, promettant d'y travailler notamment avec le président chinois Xi Jinping. "Je lui ai demandé de m'aider", a-t-il ajouté, confirmant au passage sa venue à Paris "dans quelques semaines". Il est attendu début mai, selon des sources diplomatiques.

L'Assemblée générale de l'ONU a appelé dès novembre tous les pays du monde à respecter la traditionnelle "trêve olympique" à l'occasion des Jeux de Paris.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

Vous avez, dès à présent, tous les éléments pour diriger votre business vers l’étape suivante. Vous êtes sur le chemin du succès !

Les Sujets à la Une

X