Rejoignez-nous

Genève

Agression de St-Jean: 15 et 12 ans de prison

Publié

,

le

La salle d'audience où s'est déroulée le procès des deux agresseurs majeurs de l'agression de Saint-Jean (archives). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Tribunal criminel de Genève a condamné mercredi les deux auteurs majeurs de la sauvage agression de Saint-Jean à respectivement 12 et 15 ans de prison. L'un a été reconnu coupable de deux tentatives d'assassinat, l'autre d'une seule.

La plus lourde peine a été infligée à l'accusé considéré comme le pilier de la bande de cinq jeunes qui avait attaqué avec une brutalité inouïe deux trentenaires, une nuit de janvier 2017, dans le quartier de Saint-Jean. Agé de 20 ans aujourd'hui, ce meneur dans l'âme avait asséné des coups à la tête de ses victimes avec une batte de baseball.

L'autre prévenu, également âgé de 20 ans aujourd'hui, a été reconnu coupable d'avoir pris le risque de tuer l'un des malheureux en lui donnant des coups de pied de type penalty à la tête, alors que celui-ci gisait inerte à terre. Pour l'autre victime, il n'a été condamné que pour agression, car rien ne prouve qu'il l'a frappée.

Violence gratuite

La faute commise par les deux prévenus est extrêmement lourde, a souligné le président du Tribunal criminel de Genève Vincent Fournier. Les jeunes hommes, qui ont commis l'agression avec trois autres comparses qui étaient mineurs au moment des faits, s'en sont pris à des personnes qui ne leur avaient rien fait.

Ils se sont accaparé la violence comme un signe d'appartenance à leur groupe, plaçant ce dernier, surnommé les "Brathers", au-dessus de tout, selon le tribunal. Les membres de la bande se sont acharnés sur les deux victimes et n'ont pris la fuite que lorsqu'ils ont entendu les sirènes des voitures de la police.

Après les faits, les agresseurs ont fait preuve de cynisme et d'arrogance, a relevé M.Fournier lors de la lecture du jugement. Ils ont espéré l'impunité de leurs actes et ont repris le cours normal de leur vie. Personne n'a parlé. Quatre jours après l'agression, la bande évoquait même l'idée de passer des vacances à Malte.

La batte a disparu

Les cinq agresseurs n'ont été arrêtés que six mois après les faits, grâce à des écoutes téléphoniques. La batte qui a servi à frapper les victimes au visage n'a jamais été retrouvée. Le tribunal a souligné la mauvaise collaboration des deux prévenus à la procédure et leurs mensonges et dissimulations répétés.

Les juges n'ont retenu comme circonstance atténuante que le trouble de la personnalité dont souffre le chef présumé de la bande et qui restreint légèrement sa responsabilité. Ils ont en revanche écarté la thèse de l'alcoolisation des prévenus au moment des faits, aucun témoignage n'apportant crédit à cette thèse.

Le verdict du Tribunal criminel a suivi dans les grandes lignes le réquisitoire du procureur Dario Nikolic, qui avait demandé des peines de 14,5 et 14 ans de prison. Le procureur aurait en revanche souhaité la reconnaissance d'une coactivité pleine et entière des deux accusés, les coups portés par l'un étant acceptés par l'autre.

Mise en détention des prévenus

La défense avait plaidé, de son côté, l'agression, soulignant qu'il n'y avait pas de volonté de la part des prévenus de tuer ou d'avoir conscience du risque de le faire. Elle n'a pas été entendue. A l'issue de l'audience, le procureur a demandé et obtenu la mise en détention des accusés, qui comparaissaient libres à leur procès, un bracelet électronique fixé à la cheville.

Le tribunal a en effet estimé que le risque de voir les prévenus se soustraire à leur sanction était trop élevé. L'accusé qui a écopé de 12 ans de prison, de nationalité brésilienne, sera également expulsé de Suisse une fois sa peine purgée. Les trois autres participants à l'agression de Saint-Jean seront jugés par un tribunal pour mineurs. Ils risquent au maximum, pour les mêmes faits, quatre ans de prison.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Conditions de détention illégales à Champ-Dollon

Publié

le

Le Tribunal fédéral admet le recours d'un détenu emprisonné à Champ-Dollon (GE) dans des conditions illicites. (Image d'archive - ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)
Le Tribunal fédéral admet le recours d'un détenu incarcéré durant plus de 22 mois à Champ-Dollon. Il constate que l'homme a passé 234 jours dans des conditions illicites, essentiellement en raison de la surface insuffisante de sa cellule.

Libéré à mi-mai 2016, le détenu avait saisi les autorités genevoises afin que l'illicéité de ses conditions de détention entre le 23 juin 2014 et le 15 février 2015 soit constatée et qu'une indemnité pour tort moral lui soit versée. Ses démarchés étaient restées vaines jusqu'à ce que le Tribunal fédéral ordonne en février 2019 à la Cour de justice d'entrer en matière.

En décembre 2019, la Cour de justice avait admis l'illicéité pour la période de détention précédant le jugement, soit durant 89 jours. Elle estimait en revanche que les conditions de détention après le jugement avaient été difficiles mais pas illicites.

Surface insuffisante

Certes, le recourant s'était retrouvé avec deux codétenus dans une cellule prévue pour deux personnes et ne disposait donc pas de la surface minimale de 4 mètres carrés recommandée par le Comité européen pour la prévention de la torture (CPT). Mais ses compagnons étaient occupés plusieurs heures par jour au-dehors. Lui-même avait droit à une promenade quotidienne d'une heure et de trois à quatre heures hebdomadaires de sport.

Saisi d'un nouveau recours, le Tribunal fédéral a estimé, dans un arrêt publié vendredi, que le raisonnement des juges genevois, qui ont opéré une distinction "artificielle" entre la détention avant et après jugement, est indéfendable. En effet, les conditions - surface et occupation de la cellule - étaient les mêmes durant ces deux périodes. Cette distinction permettait juste de considérer que la durée maximale de trois mois, considérée comme tolérable en cas de surpopulation carcérale, n'était pas atteinte.

Confiné durant 8 mois

Pour le Tribunal fédéral, le recourant a passé près de 8 mois confiné durant 22 à 23 heures par jour dans une cellule qui lui offrait une surface individuelle inférieure à 3,7 mètres carrés. Les activités hors cellule proposées apparaissent très marginales. Dans ces conditions, la durée tolérable de trois mois au maximum est largement dépassée.

En conclusion, la Cour de droit pénal conclut que les conditions de détention du recourant n'ont pas été conformes aux standards minimaux durant 234 jours , entre le 23 juin 2014 et le 15 février 2015. Le Tribunal fédéral n'a pas été saisi d'une demande d'indemnisation et ne s'est donc pas prononcé sur ce point qui devra être tranché par la justice genevoise. (arrêt 6B_169/2020 du 18 mai 2020)

Continuer la lecture

Genève

Le canton de Genève remboursera les tests de dépistage

Publié

le

Le canton de Genève remboursera les tests effectués par des personnes présentant peu de symptômes (photo prétexte). KEYSTONE/AP DPA/MICHAEL KAPPELER
Le canton de Genève veut démocratiser l'accès au test de dépistage du coronavirus. Il prendra en charge les coûts pour les personnes présentant des symptômes légers.

Les tests prescrits par le médecin cantonal ainsi que ceux effectués par des centres de dépistage sur des personnes peu symptomatiques et sans consultation médicale préalable seront intégralement remboursés par le canton.

Le tarif a été fixé à 76 francs. Il englobe les frais d'analyse et le prélèvement par un professionnel de la santé, a expliqué Mauro Poggia, conseiller d'Etat en charge de la sécurité, de l'emploi et de la santé, jeudi lors d'un point de presse.

"L'objectif est qu'il n'y ait pas l'arrière-pensée des coûts. Aujourd'hui, le nombre de tests se monte à 200 par jour. Nous espérons que les réticences à se faire tester vont disparaître".

Vaud et Valais ont déjà légiféré dans ce sens, a ajouté le magistrat. Les tests concernant les personnes malades et nécessitant une consultation médicale continuent à être remboursés par l'assurance-maladie obligatoire, a-t-il ajouté.

Continuer la lecture

Genève

La priorité aux piétons rendue dans une dizaine de rues genevoises

Publié

le

Les nouvelles bandes cyclables provisoires mises en place par le canton ont rallumé la guerre des transports à Genève. KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI
Le canton de Genève poursuit sa politique de promotion de la mobilité douce dans le cadre de la reprise progressive des activités post-confinement. Après les bandes cyclables sur certains grands axes, voici venir le tour des nouveaux aménagements provisoires en faveur des piétons. Ces mesures seront en vigueur dès la semaine prochaine pour une durée de 60 jours.

En concertation avec la Ville de Genève, le département des infrastructures a annoncé mercredi son intention de transformer une dizaine de rues du centre-ville en "zones de rencontres". Les piétons seront prioritaires sur ces tronçons et la vitesse y sera limitée à 20 km/h.

Dans ces rues, les places de stationnement seront redistribuées et une partie de l'espace routier sera récupéré pour l'extension des terrasses et des étals. Les places blanches à horodateurs seront supprimées en priorité. Le quai des Bergues, quant à lui, sera piétonnisé pour 60 jours.

Ces mesures en faveur de la mobilité douce visent à éviter un report sur la voiture individuelle ou une surcharge des transports publics durant la période de reprise des activités qui avaient été arrêtées à cause de la pandémie de Covid-19.

Continuer la lecture

Genève

La police genevoise met fin à un match de football sauvage

Publié

le

Des buts soigneusement rangés sont photographiés au Stade de Varembé a Genève, ce dimanche 24 mai 2020. Depuis quelques jours, des matchs de football sauvages sont organisés a Lausanne et Genève malgré l'interdiction de rassemblement toujours en vigueur. (KEYSTONE/Martial Trezzini)
La police genevoise est intervenue dimanche matin au centre sportif de Vessy pour mettre fin à un match de football qui s'y déroulait au mépris des mesures sanitaires prises dans le cadre de la pandémie de Covid-19. Les joueurs ont quitté les lieux dans le calme.

"Nous avons été averti par le service des sports de la Ville de Genève qui nous a signalé qu'une partie de football avait lieu sur un terrain de Vessy en présence de 300 personnes", a relevé le porte-parole de la police genevoise Alexandre Brahier, confirmant une information de 20 Minutes.

La police a envoyé ses patrouilleurs Covid. Les gens se sont dispersés à leur arrivée. Les joueurs ont obtempéré et sont partis, a relevé M.Brahier. La police genevoise a aussi dû intervenir sur les cours de tennis du centre de Vessy, où une trentaine de personnes avaient bravé l'interdiction d'utiliser les installations.

Jeudi soir, la police avait mis fin à une rencontre de football sauvage qui avait attiré un millier de personnes au bord d'un terrain situé au nord de Lausanne.

Continuer la lecture

Genève

De plus en plus de personnes ont besoin de bons alimentaires à Genève

Publié

le

A Genève, de plus en plus de personnes poussées dans la précarité suite à la crise sanitaire ont besoin d'aide pour se nourrir (archives). KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
A Genève, 11'329 personnes en situation de précarité ont reçu des bons alimentaires de la part des Colis du Coeur, soit 2000 de plus que la semaine dernière. La crise sanitaire a fait exploser les demandes: auparavant la Fondation aidait en moyenne 3457 bénéficiaires chaque semaine.

Environ 1500 personnes ont été enregistrées temporairement aux Colis du Coeur lors des trois dernières distributions alimentaires aux Vernets, indique vendredi la Fondation dans un communiqué. Le temps pour ces personnes de s'adresser à un service social ou une association.

Une personne reçoit un bon alimentaire de 50 francs par semaine. Une famille de 4 personnes obtient un ticket qui équivaut à 120 francs. Les Colis du Coeur participent par ailleurs à un groupe de travail avec d'autres associations et les autorités afin d'étudier une éventuelle décentralisation de l'aide alimentaire dans les communes.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Poisson

Des visions insolites vous arrivent… Attention, elles ne sont pas si folles et vous mèneraient assez loin au cas où...

Publicité

Les Sujets à la Une

X