Rejoignez-nous

Genève

Biden et Poutine fixent à Genève un cadre pour un rapprochement

Publié

,

le

Le président américain Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine ont décidé de lancer un mécanisme vers un rapprochement. (©KEYSTONE/EPA/MIKHAIL METZEL/SPUTNIK/KREMLIN POOL / POOL)

Le sommet historique de Genève entre Joe Biden et Vladimir Poutine a accouché d'un mécanisme pour un rapprochement, notamment sur le désarmement. Les lignes rouges devront être fixées. Première avancée, les ambassadeurs des deux pays vont pouvoir reprendre leur poste.

Plus de 35 ans après la rencontre entre les dirigeants américain Ronald Reagan et soviétique Mikhaïl Gorbatchev, les deux présidents auront dialogué mercredi pendant trois heures et demie. Dont près de deux heures en étant accompagnés seulement de leur chef de la diplomatie, Antony Blinken et Sergueï Lavrov.

Pour leur premier tête-à-tête comme chefs d'Etat, les deux hommes ont salué des discussions "constructives" ou "positives", alors que des tensions ont été observées ces dernières années entre leurs pays. Alors que les Etats-Unis voient désormais leur ennemi le plus important en la Chine, M. Biden estime avoir réussi une première approche vers une relation "plus stable et plus prévisible" avec Moscou.

Avancée concrète, l'ambassadeur américain en Russie, John Sullivan, et son homologue russe aux Etats-Unis, Anatoli Antonov, pourront retrouver leur poste. "Un premier signal positif", a salué le président de la Confédération Guy Parmelin.

Cybersécurité, désarmement, Syrie, Ukraine, Iran, Bélarus, droits humains, échange possible de détenus, tous les sujets importants ont été abordés. A défaut d'une conférence de presse commune, les deux dirigeants auront multiplié les serrages de main.

Salué par la Suisse

Mais il est encore trop tôt pour les deux chefs d'Etat pour anticiper une rencontre aux Etats-Unis ou en Russie. De même, un échange de détenus, que la Suisse est prête à faciliter, n'est pas encore possible.

Pour autant, les deux pays ont trouvé une voie vers le rapprochement. Un mécanisme de dialogue pour une stabilité stratégique est établi. Selon M. Biden, un "test" qu'il faudra évaluer dans six mois. Les deux pays "ont une responsabilité particulière" pour une stabilité mondiale, a admis M. Poutine.

De son côté, la Suisse souhaite que ce sommet puisse constituer un "point de départ" vers de nouvelles négociations sur le désarmement, a dit M. Parmelin. Quelques mois après le renouvellement au dernier moment de l'arrangement entre Moscou et Washington sur la réduction des armes nucléaires stratégiques (New START), peu après l'arrivée de M. Biden à la Maison Blanche.

Si les deux rivaux ont décidé d'un mécanisme, ils souhaitent aussi pouvoir établir leurs lignes rouges. Celles-ci sont connues mais doivent être formalisées, selon Moscou.

Tensions liées aux droits humains

Autre question délicate entre les deux puissances, un groupe d'experts commun se penchera sur la cybersécurité. Washington accuse régulièrement Moscou de nombreux assauts en ligne contre ses intérêts.

"Il faut se débarrasser de ces insinuations", a dit M. Poutine. Mais le président américain l'a à nouveau averti d'une réaction ferme en cas de nouveau problème. Plus clair encore, une liste de 16 infrastructures considérées comme inattaquables par les Etats-Unis a été donnée à son homologue russe.

C'est sur les droits humains que le bras de fer semble le plus chaud actuellement. M. Biden, qui n'a pas caché pendant sa tournée européenne depuis la semaine dernière sa volonté de représenter à nouveau "le monde libre" face à la montée des autoritarismes, en a parlé à son interlocuteur. Il lui a répété qu'un décès de l'opposant Alexeï Navalny serait grave pour les Etats-Unis.

De quoi agacer Vladimir Poutine. Attaque sur le Congrès, citoyens tués par la police, bavure en Afghanistan, il estime que l'attitude américaine n'est pas exempte de reproches. "Nous ne voulons pas de choses similaires" en Russie, a-t-il affirmé.

Genevois entre fierté et de l'agacement

Et de comparer ceux qui ont assailli le Parlement américain aux militants de Black Lives Matter. Une déclaration qui a dépité le président américain.

Pour la Suisse, ce sommet aura mis Genève au centre de la scène internationale. M. Parmelin aura fait part de son soutien en français, en anglais et en russe en laissant le Villa La Grange aux deux dirigeants. Selon le conseiller fédéral Ignazio Cassis, la réunion est bonne "pour la crédibilité suisse dans le monde", pour la diplomatie suisse, pour l'exposition publique du pays et pour la population.

Pour les Genevois en revanche, le sommet aura provoqué un mélange de fierté et de colère en raison des perturbations. La ville était verrouillée par un important dispositif de sécurité. Plusieurs milliers de membres des forces de l'ordre étaient actifs.

Plusieurs manifestations ont été organisées à Plainpalais en marge de la réunion. Mardi, quelques dizaines de membres de la diaspora russe avaient demandé la libération de M. Navalny. Mercredi, d'autres rassemblements ont eu lieu.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Michel Mayor devient conseiller sur la diplomatie scientifique

Publié

le

Michel Mayor représentera la Fondation pour Genève au sein du Geneva Science and Diplomacy Anticipator. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Prix Nobel de physique vaudois Michel Mayor rejoint le Geneva Science and Diplomacy Anticipator (GESDA). Dans un accord dévoilé mercredi à Verbier (VS), il devient conseiller de cette entité qui veut faire de Genève la capitale de la diplomatie scientifique.

M. Mayor représentera la Fondation pour Genève au sein du GESDA. Celui-ci a été lancé en 2019 par la Confédération, le Canton et la Ville de Genève pour identifier les futurs défis scientifiques et en faire des solutions pour la société.

Le partenariat a été dévoilé en présence du conseiller fédéral Ignazio Cassis et du président du gouvernement genevois Serge Dal Busco. Il a été signé par le président du GESDA Peter Brabeck-Letmathe et celui de la Fondation pour Genève Marc Pictet.

Le premier se félicite des "alliances grandissantes de GESDA qui permettent de repérer les percées scientifiques et les transformer en solutions pour l'avenir". Le second s'est dit "convaincu qu'en unissant nos forces et nos réseaux, nous pouvons contribuer à accélérer la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies".

Discussion avec une proche de Biden

Le GESDA va organiser en octobre à Genève un mini-Davis de la diplomatie scientifique. Des centaines d'acteurs seront présents, dont des dirigeants d'organisations internationales. L'une des principales conseillères scientifiques du président américain Joe Biden, la directrice adjointe du nouveau Bureau pour la politique scientifique et technologique Alondra Nelson, sera également présente.

Parmi les composantes attendues, le GESDA va dévoiler son radar sur les solutions, un indice annuel pour évaluer l'impact des futures avancées scientifiques sur les 5 à 25 années qui suivent. Sur des questions allant de l'intelligence artificielle (IA) à l'éco-régénération en passant par l'anticipation scientifique.

Le GESDA explore des actions concrètes comme un CERN informatique, un accord international et une organisation pour des standards sur l'IA, ainsi qu'un effort pour accélérer la décarbonisation de l'économie. Ou encore une cour mondiale traitant les plaintes sur les différentes questions scientifiques.

Continuer la lecture

Genève

Opération de sauvetage pour deux fêtards nageant dans le Rhône

Publié

le

Des dizaines de sauveteurs ont contribué à secourir deux personnes près de Genève. (©INCENDIE SECOURS GENÈVE).

Deux personnes qui voulaient rejoindre une rave party à la nage en traversant le Rhône ont été secourues à Chancy (GE). Plus de 45 sauveteurs sont intervenus dimanche en début de matinée, selon Service d'incendie et de secours de la Ville de Genève (SIS).

"Un homme et une femme ont tenté de traverser le fleuve pour rejoindre une rave party", a précisé dimanche en soirée Jean-Philippe Brandt, porte-parole de la police cantonale genevoise. Les deux personnes étaient sous l'influence de "substances illicites".

Alertés à 07h27, les secours étaient sur les lieux à 07h52. Ayant réussi à rejoindre la berge mais pris au piège, les deux vingtenaires ont été sauvés à 08h27 et à 08h42. Un sauveteur a dû sauter à l'eau pour sortir la deuxième personne de l'eau. C'était un sauvetage dans des conditions extrêmes, a déclaré à Keystone-ATS le lieutenant Nicolas Millot, du SIS.

Le Rhône avait un débit de 850 m3/seconde. Outre le SIS, des membres de plusieurs unités suisses et françaises ont participé au sauvetage, dont des pompiers des départements français de l'Ain et de Haute-Savoie. Il y a eu autant de forces engagées car il était impossible de prédire où se trouveraient exactement les deux malheureux le temps d'arriver sur place au vu du débit, selon M. Millot.

Les deux personnes ont été emmenées aux HUG. La situation de l‘un des deux a été critique en raison d‘une importante hypothermie. Dans l‘ambulance, "son état s’est détérioré“, selon M. Brandt. L'eau était à 16,6 degrés.

Continuer la lecture

Genève

Les donneurs de sang ont bien répondu à l'appel urgent des HUG

Publié

le

L'appel urgent au don du sang des Hôpitaux universitaires de Genève lundi a été couronné de succès. Le Centre de transfusion sanguine a pu réaliser 301 prélèvements de sang en quatre jours. (Images d'archives - ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'appel urgent au don du sang des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) lundi a été couronné de succès. Au total, 353 donneurs se sont présentés au Centre de transfusion sanguine, qui a ainsi pu réaliser 301 prélèvements de sang en quatre jours.

Ce nombre est près de deux fois plus élevé qu'à la même période en 2020. Les HUG avaient alors effectué 153 prélèvements, et 217 donneurs s'étaient présentés, ont-ils indiqué vendredi.

La situation est normalement tendue pendant l'été, mais les réserves étaient très basses. En cause: moins de dons de sang en juin, alors que les besoins ont augmenté en raison d'une hausse du nombre d'accidents hémorragiques.

L'agenda en ligne des rendez-vous est complet pour la semaine du 19 juillet, se réjouissent les HUG. Mais les besoins demeurent, et les donneurs potentiels peuvent prendre rendez-vous pour les semaines suivantes.

www.hug-ge.ch/don-du-sang/rendez-vous-ligne

Continuer la lecture

Genève

Débrayage surprise du personnel de l'aéroport de Genève

Publié

le

Les opérations d'embarquement et de débarquement d'une trentaine de vols ont été perturbées par le débrayage à l'aéroport de Genève. (Image d'archives - ©KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Un mouvement de débrayage organisé par les syndicats Avenir Syndical et SSP a eu lieu mercredi en fin d'après-midi à l'aéroport de Genève. Swissport a fustigé ce mouvement, qui, selon Avenir Syndical, va se poursuivre cet été et vise à obtenir une CCT "correcte".

Le personnel de Swissport réclame depuis le mois de janvier de pouvoir avoir une Convention collective de travail (CCT) "digne de ce nom", écrit Avenir Syndical. Or, "profitant de la crise du Covid, Swissport a voulu pratiquer une opération de sous-enchère généralisée", accuse le syndicat, parlant notamment de baisse des salaires jusqu'à plus de 1500 francs par mois.

Si la direction de Swissport n’accède pas rapidement aux revendications les plus urgentes du personnel - soit principalement la pénibilité, les salaires et l'organisation du travail - d’autres actions auront lieu, avertit Avenir Syndical.

Pour Swissport, ce débrayage "sans préavis" par les syndicats vise clairement à perturber au maximum les voyageurs déjà accablés par les grands désagréments des restrictions de voyage liées au Covid-19. Il est d'autant plus incompréhensible qu'une rencontre a eu lieu ce jour même pour une possible reprise des négociations d'une convention collective-cadre, dit le géant de l'assistance aéroportuaire.

Swissport souligne avoir pris diverses mesures pour limiter l'impact du mouvement sur le trafic à l'aéroport de Genève.

Trentaine de vols perturbés

Dans un communiqué diffusé en soirée, l'aéroport de Genève indique que les opérations d'embarquement et de débarquement d'une trentaine de vols ont été perturbées par le débrayage, qui a duré entre 17h00 et 20h00. Le vol le plus touché a accusé 02h30 de retard. Dans un cas, le déchargement des bagages n'a pu être opéré avant le redécollage.

Plusieurs avions, perturbés dans leur programme de vol, ne rentreront à l'aéroport que tard en fin de soirée. Les passagers ont pour leur part subi d'importants désagréments, comme un blocage dans les avions, des vols reportés, des livraisons de bagages retardées ou suspendues, ou encore de l'attente, déplore l'aéroport. Ce dernier dénonce un mouvement social déclenché illégalement.

Continuer la lecture

Genève

La chaussée est déformée sur l'A1 dans le secteur du Vengeron

Publié

le

Les intempéries seraient la cause de cette déformation. (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La chaussée s'est déformée sur l'A1 dans le secteur du Vengeron (GE). Seule la voie lente est ouverte dans les deux directions, ce qui provoque d'importantes perturbations. Le problème qui a commencé mardi à 20h00 serait dû aux intempéries.

"Des travaux sont en cours pour l'aménagement de la jonction autoroutière du Grand-Saconnex. A la suite de travaux d'excavation pour des lignes à haute tension, la chaussée s'est soulevée de 15 à 20 centimètres", a expliqué mercredi à Keystone-ATS Alexandre Brahier, porte-parole de la police genevoise, confirmant une information de plusieurs médias.

Les causes de cette déformation doivent encore être analysées, mais le problème est vraisemblablement dû aux intempéries, a indiqué M. Brahier. Avec la fermeture des deux voies rapides dans chaque direction, de gros bouchons se sont formés mercredi matin.

La police genevoise a annoncé l'ouverture des deux voies rapides en direction de la France pour mercredi 14h00. Celles en direction de Lausanne devraient rouvrir jeudi en fin de matinée, "si tout va bien", a précisé M. Brahier. Des ouvriers travaillent à la remise à niveau de la chaussée.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X