Rejoignez-nous

Coronavirus

Boris Johnson aux soins intensifs

Publié

,

le

L'admission de Boris Johnson aux soins intensifs est survenue au lendemain de son hospitalisation dans le centre de Londres. (©KEYSTONE/EPA/WILL OLIVER)
Le Premier ministre britannique Boris Johnson, testé positif au nouveau coronavirus il y a dix jours, a été transféré en soins intensifs lundi. Il a demandé au ministre des Affaires étrangères Dominic Raab de le remplacer "là où nécessaire".

Cette admission aux soins intensifs est survenue au lendemain de l'hospitalisation de Boris Johnson dans le centre de Londres, a annoncé son porte-parole. "Au cours de l'après-midi, l'état de santé du Premier ministre s'est détérioré et, sur le conseil de son équipe médicale, il a été transféré au service des soins intensifs de l'hôpital", a-t-il poursuivi dans un communiqué.

Interrogé peu après par la BBC, Dominic Raab s'est engagé à agir pour "vaincre le coronavirus". Le gouvernement "va apporter toute son attention pour s'assurer que les instructions du Premier ministre ainsi que les mesures prévues pour vaincre le coronavirus et permettre au pays tout entier de traverser ce défi soient suivies d'effet", a-t-il déclaré. Il a assuré que le chef du gouvernement se trouvait "entre de bonnes mains" à l'hôpital St Thomas.

Selon une source gouvernementale, Boris Johnson reste "conscient" et son transfert, intervenu vers 19h00 locales a été décidé "par précaution au cas où il aurait besoin d'un respirateur".

Plus tôt dans la journée, son porte-parole avait indiqué que Boris Johnson avait "passé une nuit tranquille à l'hôpital St Thomas à Londres" et que son moral était "bon". Il reste à l'hôpital en observation", avait-il ajouté, répétant alors que le responsable, âge de 55 ans, restait aux commandes du gouvernement.

Messages de soutien

Rapidement, les messages de soutien au Premier ministre se sont multipliés de l'étranger, le président français Emmanuel Macron lui souhaitant de "surmonter cette épreuve rapidement", et dans son pays au-delà des clivages politiques. "Très triste nouvelle. Toutes les pensées du pays sont avec le Premier ministre et sa famille", a tweeté le nouveau chef de l'opposition travailliste, Keir Starmer.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a souhaité à Boris Johnson un prompt rétablissement. "Mes pensées vont au Premier ministre Boris Johnson et sa famille ce soir. Je lui sohaite un prompt et total rétablissement", a-t-elle tweeté.

"Tous les Américains prient pour son rétablissement", a déclaré le président américain Donald Trump depuis la Maison Blanche. "Lorsque vous êtes placé en soins intensifs, c'est très très grave avec cette maladie", a-t-il ajouté, précisant que la Maison Blanche était en contact avec ses médecins. "Nous verrons si nous pouvons aider."

Il a ajouté que des entreprises médicales, non spécifiées, oeuvrant sur des traitements du Covid-19 "étaient arrivées à Londres et étaient prêtes".

Près de 5000 morts

Le Covid-19 a déjà tué près de 5000 personnes sur le sol britannique, dont un enfant de cinq ans, et les bilans quotidiens se sont aggravés tout au long de la semaine dernière. Ils ont même dépassé ceux de l'Italie pendant le week-end.

Diagnostiqué il y a dix jours, M. Johnson est le seul chef d'Etat ou de gouvernement d'une grande puissance à avoir été contaminé. Il a été hospitalisé dimanche soir pour subir des examens, ont annoncé ses services. Le dirigeant continuait à éprouver des symptômes de la maladie, dont de la fièvre.

Près de 50'000 personnes ont été testées positives au Covid-19 au Royaume-Uni, devenu l'un des pays d'Europe les plus violemment touchés et les plus critiqués pour avoir tardé à prendre la mesure de la situation.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Projet d'accord contre les pandémies pas mûr pour des négociations

Publié

le

Un nouveau projet de texte préliminaire devra être relayé aux Etats membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avant qu'ils ne démarrent des négociations sur un accord international contre les pandémies (archives). (© Keystone/MARTIAL TREZZINI)

Les Etats membres de l'OMS ne sont pas encore prêts à entrer dans la phase de négociation d'un projet d'accord contre les pandémies. Ils demandent des améliorations du texte préliminaire discuté cette semaine à Genève.

La question d'un accord contre les pandémies avait été portée après les nombreuses controverses sur le manque de préparation internationale et des Etats contre le coronavirus. Les 194 membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avaient décidé en décembre dernier de lancer des discussions.

Au terme de leur troisième rencontre depuis, ils ont dû se résoudre mercredi à demander davantage d'efforts avant d'avancer. Ils ne peuvent entamer un processus plus formel sur le projet préliminaire dévoilé il y a un mois par le Groupe intergouvernemental de négociation.

Celui-ci devra revenir en février avec un projet que les différents pays pourraient utiliser pour lancer des négociations début mars. Mais mercredi, les Etats-Unis ont laissé entendre que le nouveau texte donnerait peut-être lieu à des dialogues avant un processus formel.

Lundi, le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Gebreyesus avait appelé à maintenir cette fenêtre favorable à un accord et à ne pas ignorer les enseignements de la pandémie. De son côté, la Suisse a dénoncé des manquements dans le texte analysé cette semaine, appelant à éviter des doublons avec les mécanismes existants. Elle a dit notamment que le projet ne mentionne pas un examen de la situation sanitaire de chaque pays par ses pairs, comme appliqué déjà au Conseil des droits de l'homme.

Propriété intellectuelle

Mise en cause pour son manque de collaboration au début de la pandémie, la Chine ne souhaite pas davantage de capacités d'investigation internationale dans un pays en cas d'urgence sanitaire. Elle refuse aussi que d'autres acteurs que les Etats soient associés aux décisions d'application d'un futur accord.

Dans le texte, l'importance de la propriété intellectuelle pour aboutir à de nouveaux médicaments, argument régulièrement mis en avant par Berne, est reconnue. Mais un engagement est aussi prévu pour améliorer les capacités de production des pays en développement. De quoi éviter les inégalités vaccinales observées pendant la pandémie.

Parmi les solutions mentionnées figurent des "mesures pour soutenir des exceptions limitées dans le temps aux droits de propriété intellectuelle". La Suisse s'était battue à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) contre une telle initiative sur les vaccins.

Elle n'a cédé que lors de la ministérielle de juin dernier à Genève, alors que la production ne posait plus problème. La discussion à l'OMC porte désormais sur les médicaments et des tests, sur lesquels les membres sont censés prendre une décision d'ici mi-décembre. Mais là aussi, des Etats, dont la Suisse, ne sont pas favorables.

Cette semaine à Genève, les Etats-Unis ont affirmé que les négociations sur cette question devaient rester dans le cadre de l'OMC. L'accord contre les pandémies ne peut les résoudre, ont-ils affirmé.

Partage d'échantillons

Parmi les autres composantes du projet préliminaire discuté à l'OMS cette semaine, le futur instrument international devra "protéger les générations actuelles et futures" en "sauvant" des individus et leurs revenus. L'approche doit être "concertée" pour un accès équitable aux vaccins ou médicaments contre les pandémies.

L'innovation devrait être facilitée, tout comme le partage des pathogènes et des données sur un virus. Après un accord avec l'OMS, la Suisse va déjà accueillir un dépôt international d'échantillons pour les stocker au laboratoire de Spiez (BE).

Plus largement, le rôle central de l'OMS ou encore de la science sont également mentionnés, tout en préservant l'indépendance des différents Etats. Ceux-ci promettraient encore d'investir davantage dans les infrastructures et le personnel de santé. Ou d'alimenter une force mondiale d'urgence sanitaire qui pourrait être déployée rapidement, même si un panel d'anciens dirigeants estime que ce volet n'est pas assez doté dans le projet.

Selon le projet actuel, un accord entrerait en vigueur un mois après la ratification du quarantième Etat. L'OMS souhaite qu'il puisse être soumis aux membres lors de l'Assemblée mondiale de la santé en mai 2024 à Genève. Un organe exécutif et un dispositif de surveillance seraient prévus pour l'application d'un accord.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Covid: la Chine annonce un allègement général des règles sanitaires

Publié

le

La politique zéro-Covid chinoise avait suscité la colère de la population, réprimée par la police. (© KEYSTONE/AP)

La Chine a annoncé mercredi un allègement général des règles sanitaires contre le Covid, abandonnant son approche stricte face au virus après des manifestations historiques de colère à travers le pays.

Selon les nouvelles consignes dévoilées par la Commission nationale de santé (NHC) - qui a valeur de ministère -, "les personnes infectées asymptomatiques et les cas légers qui peuvent être isolés à domicile le seront de manière générale". C'est un changement radical par rapport à la norme en vigueur depuis presque trois ans, qui exigeait que tout cas positif soit emmené dans un centre de quarantaine.

Par ailleurs, le pays va "réduire davantage la portée des tests à l'acide nucléique et en réduire la fréquence", alors qu'il demandait jusque-là aux habitants de se tester plusieurs fois par semaine pour pouvoir accéder à tout lieu public.

Autre nouveauté annoncée mercredi: il sera désormais possible de voyager d'une province chinoise à l'autre sans avoir à présenter un test PCR négatif de moins de 48 heures, et aucun test ne sera non plus exigé à l'arrivée.

Chiffres inquiétants

L'annonce intervient quelques heures après la publication officielle de nouveaux chiffres inquiétants pour la deuxième économie mondiale: en novembre, la Chine a vu ses exportations et importations s'effondrer, sous l'effet conjugué de sa politique zéro Covid et d'une demande atone.

Cet allègement national des restrictions, qui fait suite à des assouplissements annoncés ces derniers jours par plusieurs villes et provinces chinoises, est également décrété dix jours après une vague de manifestations.

Dans une dizaine de villes du pays, les manifestants, jeunes pour la plupart, avaient crié leur lassitude de la dure politique sanitaire, certains exigeant même le départ du président Xi Jinping.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Les villes chinoises lâchent du lest sur les règles sanitaires

Publié

le

Alors que de nombreuses cabines de tests ont été démontées ces derniers jours, de longues queues étaient visibles ce week-end face à celles qui restaient à Pékin, car les tests restent nécessaires dans beaucoup d'endroits. (© KEYSTONE/EPA/WU HAO)

Des commerces qui rouvrent et moins d'exigence pour les tests PCR: les règles sanitaires s'assouplissent dans de plus en plus de villes chinoises, une semaine après des manifestations de colère historiques.

Dans la capitale de 22 millions d'habitants, de nombreux magasins avaient rouvert dès ce week-end et les habitants pouvaient à nouveau utiliser les transports en commun lundi, sans avoir à présenter un résultat de test PCR négatif datant de moins de 48 heures.

Même mesure à Shanghaï, où cette obligation est aussi levée pour accéder à certains lieux publics comme les parcs et attractions touristiques. La mégapole financière de 25 millions d'habitants avait été durement confinée pendant plus de deux mois au printemps après l'apparition d'un foyer de cas de Covid-19, une mesure très impopulaire qui a aussi eu un impact sur l'économie du pays.

Il y a une semaine, cette colère qui couvait depuis des mois contre la stricte politique "zéro Covid" a éclaté avec des manifestations dans une dizaine de villes chinoises, une ampleur inédite depuis les mobilisations pro-démocratie de Tiananmen en 1989.

Cabines de tests démontées

En vigueur depuis bientôt trois ans, cette politique a bouleversé le quotidien des habitants, avec des confinements à répétition et des tests PCR à grande échelle presque tous les jours durant 2022.

Portées notamment par les étudiants, ces manifestations ont vite pris une tournure politique, certains réclamant le départ du président Xi Jinping. En réaction, les autorités ont depuis commencé à assouplir les restrictions, une décision applaudie par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Alors que de nombreuses cabines de tests ont été démontées ces derniers jours, de longues queues étaient visibles ce week-end face à celles qui restaient, notamment à Pékin et Shenzhen (sud), car les tests restent nécessaires dans beaucoup d'endroits.

"Les élèves ne peuvent pas aller à l'école sans un test négatif de 24 heures", soulignait un internaute sur le réseau social Weibo, sorte de Twitter chinois.

Le nombre de cas était en baisse lundi, à 29'724, majoritairement asymptomatiques, un chiffre infime par rapport à la population chinoise (1,4 milliard).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

Au moins 90% de la population mondiale immunisée selon l'OMS

Publié

le

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que l'urgence de la pandémie n'est pas terminée dans les différents pays. (© Keystone/MARTIAL TREZZINI)

Au moins 90% de la population mondiale a désormais "un certain degré d'immunité" contre le coronavirus, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle a aussi salué vendredi à Genève la décision chinoise d'assouplir ses restrictions.

La phase d'urgence de la pandémie n'est pas terminée. "Nous n'y sommes pas encore", a dit le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus à la presse. Mercredi soir, l'organisation avait relayé une petite augmentation du nombre de nouveaux cas la semaine dernière mais à nouveau un recul des nouvelles victimes.

Une responsable de l'OMS a à nouveau averti que les données sous-estiment la propagation du virus. Celles-ci pourraient devoir être multipliées par cinq dans certains pays. Autre problème, le manque de surveillance et de tests favorisent les conditions pour de nouveaux variants.

L'organisation avait ciblé à plusieurs reprises la politique de zéro covid de la Chine. Après les protestations récentes contre le président Xi Jinping, Pékin a annoncé la diminution de certaines restrictions. "Nous sommes ravis de voir que les autorités ajustent leur politique actuelle", a dit le chef du programme d'urgence de l'OMS Michael Ryan.

"Massacres" dénoncés

En Ethiopie, l'organisation commence à avoir un peu plus d'accès, un mois après l'accord entre le gouvernement et les séparatistes du Tigré. De la nourriture a été distribuée, mais des blocages restent observés et "il est très difficile de planifier une augmentation" du dispositif, a ajouté M. Ryan. "Il faut que cela change et rapidement", a-t-il également affirmé.

De son côté, le directeur général, qui vient de la région du nord de l'Ethiopie, appelle les parties à "appliquer entièrement" l'accord entre elles. Il a dénoncé les "massacres" des forces érythréennes contre les civils.

L'organisation est également au milieu d'un changement important autour de M. Tedros. Celui-ci a décidé de remplacer presque tous les membres de la direction. Alors que les nouveaux responsables n'ont pas encore été nommés, il a demandé à certaines personnes qui restent en fonction de prendre en charge de manière provisoire certaines responsabilités.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La loi Covid-19 sera prolongée jusqu'en juin 2024

Publié

le

Les dispositions légales sur le certificat Covid seront prolongées jusqu'à la mi-2024 (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Plusieurs dispositions qui ont fait leurs preuves dans la lutte contre le Covid-19 doivent être prolongées en cas de nouvelle vague. Le Conseil des Etats a approuvé mardi le projet, mais diverge encore sur la prise en charge des tests.

La loi Covid-19, en vigueur depuis bientôt deux ans, arrive à son terme le 31 décembre 2022. Le Conseil fédéral veut donc maintenir au-delà de la fin de l'année certaines dispositions pour les deux prochains hivers jusqu'au 30 juin 2024. Le National est d'accord sur le principe et a donné son feu vert à l'unanimité.

Le coronavirus a tendance à devenir endémique en Suisse avec des pics à la mauvaise saison, a rappelé Josef Dittli (UR/PLR) pour la commission. Certaines dispositions de la loi Covid-19 restent donc nécessaires.

Parmi les dispositions que le gouvernement propose, l'une s'est attiré une salve d'oppositions. Il aurait voulu que les cantons assument dès le 1er janvier le coût des tests Covid et garantissent une offre suffisante d'analyses. Le National a déjà dit non l'automne dernier. Le Conseil des Etats n'en veut pas non plus.

Coûts des tests

Mais contrairement aux députés qui auraient voulu que la Confédération garde la main jusqu'en 2024, les sénateurs ne veulent plus puiser dans la caisse fédérale. Pour mémoire, la Confédération a dépensé 2,1 milliards de francs pour les tests en 2021, 1,6 milliard cette année.

Les coûts devront être pris en charge par les personnes qui se font tester dès le 1er janvier, sauf si l'état de situation particulière est réactivé. La proposition de Peter Hegglin (Centre/ZG) a obtenu 30 voix contre 15.

Le ministre de la santé Alain Berset a plaidé pour une sortie ordonnée du régime de tests avec les cantons. Selon lui, la proposition Hegglin dispense ceux-ci de toute responsabilité. Il y a alors le risque de ne plus disposer d'assez de capacités de tests au moment d'un pic, ce qui remettrait en question le suivi épidémiologique. La question reviendra au National.

Patients extracantonaux

Les Chambres sont également divisées sur les capacités de réserve en lits pour affronter les pics d'activités en hôpital. Le National a modifié le projet du Conseil fédéral pour la prise en charge de patients extracantonaux.

Il argumentait que certains avaient pris des mesures notamment pour les lits en soins intensifs, tandis que la situation n'était pas encore optimale dans d'autres. Pour assurer une indemnisation juste, il suggérait l'établissement de convention pour un financement proportionnel. La Chambre des cantons a rejeté tacitement cet ajout. La commission préparatoire a estimé que ce dispositif va trop loin et n'est pas approprié.

Certificats Covid

Le Conseil des Etats a sinon adopté le reste du projet sans changement. Les dispositions sur le certificat Covid seront ainsi prolongées. Si le certificat n'est plus utilisé en Suisse, il continue d'être requis à l'étranger, en particulier dans l'UE. Sa compatibilité internationale doit être garantie.

Les bases légales de l'application de traçage SwissCovid resteront aussi en vigueur. Le logiciel pourra ainsi être réactivé durant l'hiver 2023/2024 en cas de nécessité.

La prolongation concerne également la promotion du développement des médicaments contre le coronavirus et la réglementation pour protéger les personnes vulnérables. De même que des dispositions concernant les étrangers et les frontaliers en cas de fermeture des frontières.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X