Rejoignez-nous

International

Cap sur le Brexit pour Boris Johnson, vainqueur des élections

Publié

,

le

Le premier ministre britannique Boris Johnson, ici avec sa compagne Carrie Symonds, a réussi son pari. Il obtient la majorité au parlement. (©KEYSTONE/EPA/WILL OLIVER)

Plus rien ne s'oppose au Brexit. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a réuni jeudi une majorité absolue lui donnant les coudées franches pour sortir son pays de l'Union européenne le 31 janvier, selon les premières estimations.

Les résultats publiés jusqu'au petit matin ont confirmé la tendance donnée par les premières estimations: une majorité écrasante pour les conservateurs, qui n'avaient plus exercé un tel contrôle sur le Parlement britannique depuis Margaret Thatcher.

En raflant des circonscriptions ouvrières détenues depuis des décennies par les travaillistes, les Tories ont les coudées franches pour mettre en oeuvre le Brexit, approuvé à 52% par les Britanniques en 2016 mais dans l'impasse.

Après dépouillement dans 624 circonscriptions sur 650, le parti de Boris Johnson avait déjà remporté 345 sièges à la Chambre des communes, s'assurant d'ores et déjà une confortable majorité absolue qui lui manquait jusqu'à présent. Les travaillistes remportent 202 sièges, selon ce même décompte.

Ce "nouveau mandat fort (...) donne à ce nouveau gouvernement l'occasion de respecter la volonté démocratique du peuple britannique", a souligné Boris Johnson, également réélu dans la circonscription d'Uxbridge et South Ruislip, à l'ouest de Londres.

C'est en revanche une claque pour le Labour et son très gauchisant chef Jeremy Corbyn, 70 ans. "Très déçu", ce dernier, désormais sur un siège éjectable, a annoncé qu'il ne conduirait pas le parti aux prochaines élections, tout en souhaitant voir son parti entamer une "réflexion sur le résultat du scrutin et sur sa future politique". Maigre consolation, il a été élu pour la dixième fois, dans la circonscription londonienne d'Islington nord.

"Clarification"

Chef de l'opposition le plus impopulaire jamais enregistré dans les sondages, Jeremy Corbyn a payé sa position ambiguë sur la sortie de l'UE, sur laquelle il a personnellement refusé de se prononcer. Il voulait renégocier un nouvel accord de divorce, plus social, puis le soumettre aux Britanniques avec comme alternative le maintien dans l'UE.

Les résultats ont confirmé un net recul des travaillistes, qui ont perdu des fiefs symboliques, comme la ville de Workington. Un groupe de réflexion avait identifié "l'homme de Workington", un homme blanc, âgé, sans diplôme, pro-Brexit comme l'électeur clé pour remporter le scrutin.

"Les conservateurs représentent désormais de nombreux ménages à faible revenu, des personnes qui travaillent dans les industries manufacturières et traditionnelles du centre et du nord de l'Angleterre et plutôt moins dans les régions riches du sud", a dit à l'AFP le professeur Tony Travers, de la London School of Economics (LSE).

A Bruxelles, où les dirigeants européens sont réunis en sommet, la France a salué une "clarification" du flou dans lequel était plongé le Royaume-Uni.

Accord avant Noël

Arrivé au pouvoir en juillet en se posant comme le sauveur du Brexit, Boris Johnson n'avait pas réussi à faire adopter par le Parlement l'accord de divorce qu'il avait négocié avec Bruxelles, faute de majorité à la Chambre des communes.

Durant la campagne électorale, le dirigeant de 55 ans a promis de soumettre cet accord aux 650 députés nouvellement élus avant Noël avec l'objectif de mettre le Brexit en oeuvre fin janvier. Prévu le 29 mars dernier, le Brexit a été reporté trois fois.

Boris Johnson a bénéficié d'un coup de pouce du Parti du Brexit, emmené par l'europhobe Nigel Farage, qui devrait faire chou blanc après s'être retiré des circonscriptions leur étant acquises pour ne pas diviser le vote pro-Brexit.

Quel rapport avec l'UE?

Réaliser le Brexit doit permettre de tourner la page et de s'atteler aux "priorités" des Britanniques, comme la santé, la sécurité et les infrastructures, avait affirmé le chef de gouvernement durant la campagne.

Mais Boris Johnson devra aussi préciser quel type de relation il veut nouer avec l'Union européenne. Dès le Royaume-Uni sorti de l'UE s'ouvriront de difficiles négociations sur ce sujet, censées être conclues d'ici à la fin 2020. Mission impossible vu la complexité du sujet, estiment bien des analystes.

Les nouveaux députés siégeront dès mardi et Boris Johnson leur déclinera son programme législatif par le biais du traditionnel discours de la reine jeudi.

Référendum écossais

Pour les pro-UE, l'espoir d'empêcher le Brexit s'est évanoui avec la défaite du Labour et l'échec des libéraux-démocrates. Ces derniers avaient fait campagne pour stopper purement et simplement la sortie de l'UE mais n'ont pas réussi à mobiliser et leur cheffe, Jo Swinson, a même perdu dans la bataille le siège qu'elle détenait depuis près de douze ans en Ecosse.

A gauche, les nationalistes écossais du SNP ont bondi de 20 à 55 sièges, selon le sondage de sortie des urnes. Ils comptent s'appuyer sur ce résultat pour demander un second référendum sur l'indépendance de l'Ecosse, majoritairement opposée au Brexit, bien que Boris Johnson y soit fermement opposé.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Gmelin passe facilement en quarts

Publié

le

Jeannine Gmelin s'est facilement qualifiée pour les quarts de finale (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Première représentante de Swiss Olympic en lice aux JO de Tokyo, Jeannine Gmelin n'a pas manqué ses débuts.

La skiff zurichoise s'est aisément qualifiée pour les quarts de finale en terminant au 2e rang de sa série. Sa prochaine régate est programmée dimanche, un avis de tempête ayant forcé les organisateurs à avancer les courses initialement prévues lundi.

Cinquième aux JO de Rio 2016 dans cette catégorie, Jeannine Gmelin a passé la ligne d'arrivée avec une longueur de retard sur la Britannique Victoria Thornley, qui a nettement dominé cette quatrième série. Mais elle a devancé de plus de 10 secondes sa poursuivante suédoise Lovisa Claesson, alors que les trois premières se hissaient en quart de finale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Real Madrid: Karim Benzema testé positif au Covid-19

Publié

le

Karim Benzema: le Covid-19 le met sur la touche (© KEYSTONE/AP/PABLO MORANO)

Karim Benzema (33 ans) a été testé positif au Covid-19, a annoncé le Real Madrid. Le club n'a pas donné davantage de précisions quant à l'état de l'attaquant international français.

Plusieurs joueurs du Real Madrid avaient déjà été contaminés la saison dernière. Il y avait eu parmi eux l'ex-capitaine Sergio Ramos, désormais au Paris Saint-Germain, ou encore le défenseur international français Raphaël Varane et l'attaquant belge Eden Hazard. Le président du club Florentino Perez ou l'ancien entraîneur Zinedine Zidane avaient également été infectés.

L'annonce de la contamination de Karim Benzema intervient alors que les contagions sont remontées en flèche dans plusieurs pays, dont l'Espagne ou la France, en raison du variant Delta. Depuis son arrivée en 2009 au Real, Karim Benzema a inscrit près de 300 buts pour le club madrilène.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Betschart/Hüberli qualifiées avant même leur premier match

Publié

le

Nina Betschart (à gauche) et Tanja Hüberli sont assurées de disputer la phase à élimination directe à Tokyo (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Nina Betschart et Tanja Hüberli sont assurées de disputer la phase à élimination directe des JO de Tokyo avant même leur premier match de poule!

Le duo tchèque Barbora Hermannova/Marketa Slukova a dû renoncer à participer et perd tous ses matches par forfait.

Marketa Slukova est l'une des cinq membres de l'équipe de beachvolley tchèque à avoir subi un test positif au Covid-19. Cette cascade de cas de coronavirus ôte d'ailleurs toute possibilité de remplacement au sein de l'équipe tchèque.

Betschart/Hüberli entameront tout de même leur tournoi samedi, face aux Allemandes Laura Ludwig/Margareta Kozuch, et affronteront quatre jours plus tard les modestes Japonaises Miki Ishii et Megumi Murakami. Elles accèderont directement aux 8es de finale si elle terminent à l'une des deux premières places de leur groupe.

Adrian Heidrich et Mirco Gerson héritent quant à eux de nouveaux adversaires à la suite du test positif au Covid-19 de Taylor Crabb. La fédération américaine a désigné pour le remplacer Tri Bourne, qui fera donc équipe avec Jacob Gibb.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Sabrina Jaquet joue de malchance

Publié

le

Sabrina Jaquet est blessée à un mollet (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Sabrina Jaquet n'aborde pas dans les meilleures dispositions les JO de Tokyo, dernière compétition de sa carrière. La Neuchâteloise souffre en effet d'un mollet.

Sa participation au tournoi olympique n'est pas remise en cause. Mais son duel programmé samedi face au no 1 mondial, le Taïwanaise Tai Tzu-Ying, s'annonce d'autant plus difficile à négocier avec cette douleur à gérer.

Sabrina Jaquet (BWF 46) joue de malchance, elle qui a été freinée dans sa préparation par une blessure au genou droit survenue en mai. Mais "je veux profiter de chaque jour et de chaque heure dans ces Jeux", a-t-elle assuré vendredi en conférence de presse.

Son premier match permettra à la Chaux-de-Fonnière de 34 ans de se tester. Elle saura alors à quel point sa blessure pourrait la gêner pour ses deux dernières parties de la phase préliminaire, dans laquelle elle doit aussi affronter la Française Qi Xuefei (BWF 41) et la Vietnamienne Thuy Linh Nguyen (BWF 49).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Xi Jinping au Tibet, 1ère visite présidentielle depuis 31 ans

Publié

le

Xi Jinping, alors vice-président de la Chine, s'était déjà rendu au Tibet en juillet 2011 (Archives © KEYSTONE/AP Xinhua/Lan Hongguang)

Xi Jinping effectue actuellement une visite au Tibet, ont annoncé les médias officiels. Il s'agit de la première visite d'un président chinois sur le toit du monde depuis 31 ans, .

L'homme fort de Pékin est arrivé mercredi dans la localité de Nyingchi, dans le sud-est de la région autonome, a annoncé vendredi l'agence Chine nouvelle avec 48 heures de retard. Sa visite coïncide avec le 70e anniversaire de l'invasion du Tibet par les troupes communistes, un événement célébré à Pékin comme une "libération pacifique".

Signe de la sensibilité politique de la région, seul un président chinois en exercice s'est rendu au Tibet depuis la fondation de la République populaire de Chine en 1949: Jiang Zemin en juillet 1990.

Avant d'accéder au pouvoir suprême, Xi Jinping s'était lui aussi rendu au Tibet. C'était en juillet 2011, à l'occasion du 60e anniversaire de la "libération pacifique" du Tibet. M. Xi était alors vice-président de la Chine.

Selon des images diffusées par la télévision nationale, Xi Jinping a salué à sa descente d'avion une foule habillée en costume traditionnel, en train d'agiter des drapeaux chinois. Le numéro un chinois a reçu "un accueil chaleureux de la part des cadres et des masses populaires de tous les groupes ethniques", a commenté la chaîne publique CCTV. M. Xi a pris un train jeudi à destination de Lhassa, la capitale tibétaine.

Surveillance policière renforcée

Selon le mouvement pro-tibétain Campagne internationale pour le Tibet, des habitants de Lhassa "ont fait état d'une activité et de contrôles inhabituels de leurs mouvements" avant la visite, évoquant des routes barrées et une surveillance policière renforcée.

Depuis des émeutes anti-chinoises en 2008, Pékin a investi massivement au Tibet dans l'espoir de lutter contre l'influence du dalaï-lama, le chef spirituel tibétain qui vit en exil en Inde depuis 1959.

La contestation n'a pas disparu pour autant, émergeant sporadiquement sous la forme d'immolations par le feu de moines bouddhistes fidèles au dalaï-lama.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X