Rejoignez-nous

Économie

Canaries: le vent pousse les gaz toxiques vers la mer

Publié

,

le

Depuis la nuit de mardi à mercredi, la coulée de lave du volcan Cumbre Vieja, dont l'éruption a débuté il y a dix jours, se déverse dans les eaux de l'océan Atlantique. (© KEYSTONE/AP/Saul Santos)

Le fleuve de lave du volcan entré en éruption il y a dix jours sur l'île de La Palma, aux Canaries, continuait mercredi de se déverser dans l'Océan atlantique. Mais le vent poussait les gaz toxiques vers le large, protégeant pour l'instant la population locale.

Les images en provenance de Playa Nueva, sur la côte ouest de l'île, montraient un torrent de lave incandescente plongeant dans l'océan du haut d'une falaise d'une centaine de mètres au milieu de gigantesques panaches de vapeur.

L'Institut espagnol d'océanographie a indiqué dans un tweet, photos à l'appui, que la lave gagnait du terrain sur la mer, son accumulation formant dans l'eau une sorte de dépôt, de pyramide, atteignant une cinquantaine de mètres de haut et qui continuait de grandir.

Le risque le plus important, celui des gaz toxiques produits par le contact brutal entre une lave à plus de 1000 degrés Celsius et une eau de mer à une température de 22 ou 23 degrés, semblait toutefois écarté dans l'immédiat grâce au vent. A condition bien sûr qu'il ne change pas de direction...

"Nous avons en ce moment même un vent important sur la zone qui dissipe davantage (les nuages de gaz) vers la mer, par conséquent le risque est bien inférieur" à ce que les experts envisageaient, a déclaré à la radio nationale Rubén Fernandez, l'un des responsables du Plan d'urgence volcanique des Canaries (Pevolca).

Rencontre redoutée

Cette rencontre entre la lave et l'eau de mer était particulièrement redoutée, car elle entraîne la production de gaz toxiques et de particules nocives, qui en cas d'inhalation peuvent créer des difficultés respiratoires. Pour prévenir ce risque, le gouvernement régional de l'archipel a décrété un périmètre de sécurité d'un rayon de 3,5 kilomètres à terre et deux milles nautiques en mer autour de l'endroit où était prévue l'arrivée de la lave.

L'entrée de la lave dans l'océan s'est produite mardi peu après 23h00 heure locale (minuit en Suisse), après que la coulée de lave crachée par le volcan Cumbre Vieja eut soudain accéléré sa vitesse. "La lave a maintenant un canal ouvert vers l'océan (...), un chemin parfaitement tracé à travers lequel elle va aller vers la mer", a expliqué David Calvo, le porte-parole d'Involcan, dans une interview à la télévision nationale TVE.

Il s'agit d'"une bonne nouvelle", car cette route vers l'océan "évite qu'il y ait de nouveaux blocages, de nouveaux barrages de lave" qui la forceraient à s'étaler latéralement vers d'autres zones, a-t-il ajouté.

Arrivée d'un premier avion

Autre raison d'espérer: les liaisons aériennes avec La Palma, qui étaient interrompues en raison des conditions de sécurité jugées insuffisantes, ont repris mercredi avec l'arrivée d'un premier avion en provenance de l'île voisine de Tenerife.

Cet avion de la compagnie régionale Binter était le premier à atterrir à La Palma depuis la mise à l'arrêt temporaire de l'aéroport samedi, en raison de l'accumulation des cendres sur les pistes, a précisé à l'AFP un porte-parole local du gestionnaire des aéroports espagnols (Aena).

Pour Arnau Folch, volcanologue au Conseil supérieur de recherches scientifiques (CSIC), la poursuite du trafic aérien dépendra néanmoins de la météo. "Si le volcan continue à émettre des cendres, il faudra voir chaque jour comment évolue le panache en fonction des vents dominants", a-t-il expliqué à l'AFP.

"Une autre île"

L'éruption du Cumbre Vieja, qui a débuté le 19 septembre, n'a fait aucun mort ni blessé mais a entraîné l'évacuation de plus de 6000 personnes et provoqué d'énormes dégâts parmi les infrastructures de cette petite île de 85'000 habitants. Dans une interview à la radio COPE, le président du gouvernement régional de l'archipel, Angel Víctor Torres, a parlé d'une "terrible désolation".

"Dans toute cette zone, il ne reste rien d'autre que la lave", a dit M. Torres, dressant le tableau d'une île complètement défigurée par un fleuve de lave d'une largeur atteignant par endroits six cent mètres. "L'île de La Palma dans cette partie est une autre île". Selon le système européen de mesures géospatiales Copernicus, la lave a détruit au moins 656 bâtiments - qui ne sont pas tous des habitations - et recouvert 268 hectares de terrain.

M. Torres a également souligné que les plantations de bananes - activité principale de l'île avec le tourisme - avaient subi "des dégâts considérables". "Nous parlons d'un tiers de la production de bananes de toutes les Canaries", a-t-il dit. Les deux précédentes éruptions à La Palma ont eu lieu en 1949 et 1971. Elles avaient fait au total trois morts, dont deux par inhalation de gaz.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Économie

Archegos: un ex-employé poursuit le fonds accusé d'avoir menti

Publié

le

Le plaignant dénonce également le "culte de la personnalité" aux forts accents religieux entretenu par Bill Hwang, le fondateur d'Archegos (archives). (© KEYSTONE/AP/SETH WENIG)

Un ancien employé du fonds américain Archegos, dont les déboires ont coûté des milliards à plusieurs grandes banques en 2021, dont Credit Suisse, a porté plainte au civil contre le fonds et ses dirigeants. Il les accuse d'avoir menti aux banques et à ses salariés.

Dans un document judiciaire déposé mardi auprès d'un tribunal fédéral de Manhattan, Brendan Sullivan accuse nommément le fondateur d'Archegos, Bill Hwang, ainsi que cinq autres membres de l'équipe dirigeante. "Ils ont menti sur l'ampleur des investissements d'Archegos", écrivent les avocats de M. Sullivan, un ex-analyste du fonds.

"Ils ont menti sur les montants en espèces qu'Archegos avait à sa disposition. Ils ont menti sur la nature des actions détenues par Archegos. Et nous soutenons que leur mensonge visait à ce que les banques n'aient aucune idée du fait qu'Archegos se livrait à une vaste manipulation du marché", poursuivent les avocats.

Grâce à des produits financiers complexes, Archegos avait accumulé des paris risqués dans quelques entreprises, mettant en danger plusieurs clients bancaires qui n'avaient pas connaissance de leur exposition totale aux groupes concernés. Quand les actions avaient commencé à reculer, ces banques avaient dû liquider en urgence leurs positions. Certaines, dont Credit Suisse, UBS, Morgan Stanley et Nomura, ont enregistré de lourdes pertes, d'un montant total de 10 milliards de dollars (9,58 milliards de francs).

M. Sullivan dénonce également dans sa plainte le "culte de la personnalité" aux forts accents religieux entretenu par M. Hwang, dont l'obsession, aux dires du plaignant, était de devenir "la personne la plus riche au monde". Les "fidèles" de l'homme d'affaires sud-coréen, ne remettant jamais en cause ses décisions, obtenaient des promotions, tandis que ceux qui émettaient la moindre critique se voyaient lourdement sanctionnés.

L'ex-employé explique aussi que les salariés d'Archegos ont été contraints de placer une part importante de leur prime annuelle dans un régime de rémunération différée, présenté comme sans risque. Mais lors de l'implosion du fonds en mars 2021, la direction a indiqué au personnel que "le plan de compensation différée n'existait plus".

M. Sullivan, qui exige des réparations financières, affirme avoir alors perdu 50 millions de dollars. Le montant total des rémunérations différées des salariés s'élevait lui à 500 millions de dollars. Le document judiciaire met aussi en lumière le rôle de l'association caritative chrétienne de M. Hwang, la Grace and Mercy Foundation, présentée par l'homme d'affaires comme un refuge si jamais Archegos venait à manquer d'argent.

M. Hwang et Patrick Halligan, l'ancien directeur financier d'Archegos, ont été arrêtés et mis en examen fin avril pour fraude boursière et extorsion. Les deux hommes ont plaidé non coupables.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Économie

Lausanne veut devenir une destination économique incontournable

Publié

le

La Ville de Lausanne veut renverser la vapeur et attirer beaucoup plus d'emplois du secteur privé (archives). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

La Ville de Lausanne veut dynamiser l'emploi sur son territoire. Si la capitale vaudoise souhaite continuer à s'appuyer sur ses atouts - santé, formation, sport et tourisme - qui ont encore un gros potentiel de croissance, elle compte aussi diversifier son tissu économique, notamment dans le secteur secondaire. La Municipalité crée un nouvel organe: l'Unité développement et promotion de la Ville de Lausanne.

Quatrième ville suisse en taille et nombre d'habitants, Lausanne n'occupe de loin pas ce classement sur le plan économique et de l'emploi. "Le constat est attristant, nous avons un taux de chômage plus élevé que le canton de Vaud qui a lui-même un taux plus haut que la moyenne suisse", a dit mardi devant la presse Pierre-Antoine Hildbrand, municipal lausannois en charge de l'économie, évoquant sans détour des "déficiences".

"Lausanne a raté certaines grandes étapes de développements économiques, a-t-il poursuivi. Le secteur bancaire n'a jamais pris l'ampleur de celui de Genève ou de Zurich, pareil pour celui de la pharma par rapport à Bâle. La ville n'a jamais eu une grande tradition industrielle", a rappelé M. Hildbrand. "Tout ça pèse sur la présence de sièges sociaux de grandes entreprises".

Pas assez d'emplois privés

"Nous avons un bassin d'emplois privés modestes en comparaison à la population. Le potentiel d'accroissement de l'emploi sur notre sol est énorme", a enchaîné le syndic Grégoire Junod. "Ces quinze dernières années, nous avons développé de nouveaux et grands sites de logements. C'est le bon timing de poser sur la table une stratégie visant à favoriser la création et l'implantation d'entreprises" sur le territoire lausannois, a-t-il expliqué.

La Municipalité à majorité rose-verte est régulièrement critiquée par la droite pour ne pas en faire assez sur le plan économique et surtout pour la création d'emplois. Mardi sur le site du Biopôle de Lausanne-Vennes, elle a clairement affiché son ambition: "valoriser Lausanne comme destination économique incontournable". M. Junod a promis d'en faire une des priorités du programme de législature 2021-2026.

"Si la Ville dispose de solides atouts, elle doit aujourd'hui mettre en place un projet ambitieux de valorisation du territoire et de ses acteurs, et se doter d'une organisation assurant le développement optimal des différents sites d'activités stratégiques", ont résumé les deux responsables. Lausanne va donc continuer de développer et renforcer ses domaines-clés qui constituent son "écosystème": la santé, la formation, le sport et le tourisme.

Rééquilibrage tertiaire-secondaire

Mais la Ville compte également miser sur la diversification de son tissu économique. Comment? La réponse de son syndic, Grégoire Junod.

Grégoire JunodSyndic de Lausanne

Il faut donc tempérer un peu la très forte croissance du secteur tertiaire par rapport à celui du secondaire, qui a aussi un potentiel de croissance, a dit en substance le syndic lausannois. Il s'agira aussi de soigner la relation étroite au secteur privé.

Grégoire Junod a aussi affirmé vouloir "jouer à fond la carte de villes touristiques de deuxième niveau, en comparaison des grandes capitales européennes".

Fort de tous ces constats, la Municipalité a ainsi défini une vision stratégique reposant sur trois axes: le développement de six sites d'activités (Biopôle, Rasude et Pôle gare, Beaulieu, Plaines-du-Loup, Sévelin-Sébeillon-Provence et Vernand, Prés-de-Vidy), la valorisation de Lausanne comme destination économique et touristique, ainsi que la connaissance des acteurs et des flux économiques qu'ils génèrent.

Pour mettre en oeuvre cette stratégie, la Municipalité crée une toute nouvelle entité, l'Unité développement et promotion de la Ville de Lausanne. Elle sera composée de cinq personnes et dirigée par le conseiller stratégique à la syndicature, Fabrice Bernard. C'est elle qui définira la vision stratégique, qui fait actuellement défaut à la capitale vaudoise. Un fait étonnant? On retrouve Grégoire Junod.

Grégoire JunodSyndic de Lausanne

L'Unité développement et promotion de la Ville mettra en oeuvre et conduira le plan d'action sur la période 2023-2026.

Isabelle Bertolini avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Économie

Vaudoise rachète la société de financement neocredit.ch

Publié

le

La Vaudoise devient l'unique actionnaire de neocredit.ch (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le groupe Vaudoise Assurances est devenu l'unique actionnaire de neocredit.ch, une société de financement participatif à destination des petites et moyennes entreprises, a annoncé mardi l'entreprise lausannoise. Les détails financiers n'ont pas été précisés.

Lancée en 2019, neocredit.ch a pour mission de mettre en relation les PME, désireuses d'emprunter de l'argent, et les prêteurs privés ou professionnels, à la recherche de placements attractifs.

Vaudoise avait cofondé l'entreprise avec Credit.fr, à qui elle vient donc de racheter les parts. Credit.fr appartient à Tikehau Capital et se dénomme désormais Holdco Homming.

La plateforme neocredit.ch a connu une forte croissance de ses affaires en 2021 et poursuit sur cette lancée en 2022, selon l'assureur, sans préciser de chiffre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

SGS se renforce avec une acquisition aux Etats-Unis

Publié

le

Le spécialiste de l'inspection et de la certification SGS acquiert le laboratoire américain Silver State Analytical Laboratories et de sa filiale Excelchem Laboratories. (archives) (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le spécialiste de l'inspection et de la certification SGS a annoncé mardi l'acquisition du laboratoire américain Silver State Analytical Laboratories et de sa filiale Excelchem Laboratories. Le montant de l'opération n'a pas été divulgué.

Ce rachat permet de renforcer la présence de SGS dans l'ouest des Etats-Unis et complètent les services proposés par le groupe genevois, a souligné le directeur général Frankie Ng.

Les deux sociétés, fondées en 1997, sont spécialisées dans le diagnostic environnemental et oeuvrent pour le domaine privé et public dans l'ouest des Etats-Unis pour des analyses de l'eau et des sols.

Elles emploient au total 45 personnes et ont dégagé sur l'exercice décalé clos fin mars un chiffre d'affaires annuel d'environ 5,5 millions de dollars (5,3 millions de francs).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Prostituées jurassiennes: meilleures conditions à l'avenir

Publié

le

La modification de la loi vise à garantir aux personnes concernées de meilleures conditions d’exercice de la prostitution (photo symbolique). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le canton du Jura veut réviser sa loi sur l'exercice de la prostitution et le commerce de la pornographie. La révision permettra notamment de mieux contrôler la prostitution et de garantir aux personnes qui l'exercent de meilleures conditions.

Les onze années d’application de la loi ont "permis de mettre en évidence certaines faiblesses dans la poursuite des objectifs initiaux de cette loi, à savoir de réglementer l'exercice de la prostitution et d'instituer une prévention sociale et sanitaire", a indiqué lundi l'Etat jurassien. L'avant-projet de révision totale de la loi est mis en consultation jusqu'à fin septembre.

Avec cette révision, les communes auront pour tâches de préaviser préalablement les ouvertures de salons de prostitution et d’édicter des restrictions en matière de prostitution sur le domaine public. La collaboration entre les autorités cantonales et communales sera ainsi renforcée.

Par souci de simplification, il est aussi prévu qu’une seule et même autorité réceptionne les annonces des personnes exerçant la prostitution et délivre l’autorisation d’exploiter des salons de prostitution ou des agences d’escorte. C'est le Service de l’économie et de l’emploi qui sera chargé de cette tâche.

L’avant-projet propose de passer de l’obligation d’annonce à un régime d’autorisation pour l’exploitation d’un salon ou d’une agence d’escorte. "Ceci permettra un meilleur contrôle de cette activité, à l’image d’autres activités commerciales, et par là même de renforcer les moyens d’atteindre les buts visés par la loi, tout en garantissant aux personnes concernées de meilleures conditions d’exercice de la prostitution", a précisé le canton.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Financièrement, vous avez eu les yeux plus gros que le ventre ! Maintenant gare à l’indigestion de factures !!!

Les Sujets à la Une

X