Rejoignez-nous

International

COP27: ultimes négociations, l'UE présente son "offre finale"

Publié

,

le

La COP27 bute toujours sur le financement par les pays riches des dégâts climatiques déjà subis par les pays pauvres. (© KEYSTONE/AP/Nariman El-Mofty)

Des négociations serrées se poursuivaient tard vendredi à la COP27 en Egypte. On y joue les prolongations pour tenter de débloquer l'impasse autour du financement par les pays riches des dégâts climatiques déjà subis par les plus pauvres.

Ce dossier emblématique a cristallisé l'attention à la conférence sur le climat de Charm el-Cheikh, au sortir d'une année 2022 marquée par une recrudescence inédite des catastrophes climatiques, inondations, sécheresses ou méga-feux...

Mais les discussions achoppent aussi sur d'autres dossiers, comme la réduction des émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement ou le sort des énergies fossiles.

"Je suis toujours préoccupé par le nombre de questions non résolues", a lancé devant les délégués le président égyptien de la conférence, Sameh Choukri, annonçant que les travaux, prévus pour s'achever vendredi, se prolongeraient samedi.

Il a appelé les parties à "passer la vitesse supérieure" et à "travailler ensemble pour résoudre ces questions aussi rapidement que possible".

"Quelques changements"

La conduite des négociations par la présidence égyptienne est toutefois critiquée par de nombreux délégués, pour avoir tardé à présenter des projets de textes sur des points de blocage identifiés depuis longtemps.

Les pays en développement ont fait bloc pour demander la création d'un mécanisme financier dédié pour faire face aux "pertes et dommages".

Une proposition de résolution sur la question, publiée très tard jeudi, suggère trois options, dont une actant le principe de création d'un fonds, dont les mécanismes exacts de fonctionnement seront ensuite déterminés.

Option jugée vendredi acceptable "avec quelques changements" par la ministre pakistanaise du Changement climatique, Sherry Rehman, présidente en exercice du puissant groupe de négociations G77+Chine.

Les pays riches étaient depuis des années très réticents à un financement spécifique, craignant d'être confrontés à une responsabilité légale qui pourrait entraîner des dédommagements illimités.

Mais jeudi, l'Union européenne a fait une ouverture, acceptant le principe d'un "fonds de réponse aux pertes et dommages".

Accord assorti de conditions, notamment qu'il soit réservé aux "plus vulnérables" et ait une "base de contributeurs élargie". En d'autres termes des pays émergents disposant de moyens conséquents comme la Chine.

"L'heure de vérité"

Mais deux protagonistes importants, Etats-Unis et Chine, n'ont toujours pas fait connaître publiquement leur réaction.

Les Etats-Unis, première puissance économique et deuxième pollueur mondial, sont jusqu'à présent opposés à un fonds spécifique.

En pleine négociations finales, l'émissaire spécial américain pour le climat John Kerry a été testé positif au Covid, devant poursuivre par téléphone les discussions "pour garantir une issue positive à la COP27", a indiqué sa porte-parole.

Et la Chine, premier pollueur et deuxième puissance économique, qui ne veut pas être mise sur la sellette, reste publiquement très discrète.

Des discussions se poursuivent entre les deux pays, selon des sources à Charm el-Cheikh.

"C'est l'heure de vérité", estime Rachel Cleetus, économiste en chef de l'ONG américaine Union of Concerned Scientists. "La Chine et les Etats-Unis peuvent débloquer ce dossier dans les 24 dernières heures."

100 milliards de dollars: promesse jamais tenue

Toutes ces discussions se déroulent dans un contexte de grande méfiance, les pays riches n'ayant jamais tenu un engagement de 2009 de porter à 100 milliards de dollars par an les financements à destination des pays en développement pour l'adaptation au dérèglement climatique et la réduction des émissions.

La présidence égyptienne a publié vendredi matin un nouveau projet de texte final, dont une version amendée après les retours des délégations était toujours attendue tard dans la soirée.

Le document appelle notamment "à poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5°C", se référant clairement aux objectifs de l'accord de Paris, que certains craignaient de voir édulcorés.

Pierre angulaire de la lutte contre le changement climatique, cet accord de 2015 vise à limiter le réchauffement de la planète "nettement en dessous de 2°C" par rapport à l'ère pré-industrielle, si possible à 1,5°C.

Mais les engagements actuels des différents pays sont loin de permettre de tenir cet objectif. Selon les analyses de l'ONU, ils permettent au mieux de limiter le réchauffement à 2,4°C d'ici à la fin du siècle.

Côté énergie, le texte réaffirme la nécessité de réduire l'utilisation du charbon sans systèmes de capture de CO2 et s'attaque aux subventions "inefficaces" aux énergies fossiles, sans mentionner une réduction de l'utilisation du pétrole ou du gaz, que réclamaient de nombreux pays.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Nadal affrontera Cobolli pour son retour

Publié

le

Nadal affrontera Flavio Cobolli à Barcelone pour son retour aux affaires (© KEYSTONE/EPA/Enric Fontcuberta)

Rafael Nadal (37 ans), qui n'a plus joué en compétition depuis plus de trois mois, fera son retour sur la terre battue du tournoi ATP 500 de Barcelone la semaine prochaine.

Le gaucher espagnol affrontera au 1er tour l'Italien Flavio Cobolli (ATP 63), selon le tirage au sort effectué samedi. Il s'agira de leur premier face-à-face.

Le Majorquin aux 22 titres du Grand Chelem, redescendu à la 646e place mondiale, n'a plus joué sur le circuit depuis sa défaite en quart de finale à Brisbane le 5 janvier. Il a depuis déclaré forfait successivement à Doha, Indian Wells et Monte-Carlo, invoquant à chaque fois la même raison: "Mon corps ne me le permet pas."

A Barcelone, où il s'est imposé douze fois sur un court central qui porte son nom, Nadal tentera de se rassurer quant à ses capacités à tenir la distance au fil des matches, à un peu plus de deux mois de Roland-Garros (20 mai-9 juin), Majeur dont il est le roi incontesté avec 14 sacres et qui apparaît comme son objectif prioritaire pour ce qui pourrait bien être son ultime saison.

L'ex-no 1 mondial est apparu souriant, samedi, lors de la conférence de presse aux côtés des organisateurs, en voyant son patronyme sur le tableau de la compétition. Un 2e tour face à l'Australien Alex De Minaur (11e) l'attendrait ensuite, avant éventuellement de retrouver en demi-finale son compatriote Carlos Alcaraz, qui est lui aussi bien présent en Catalogne.

En début d'après-midi, des vidéos d'une séance d'entraînement sont apparues sur les réseaux sociaux, au cours de laquelle Nadal a semblé jouer sans retenue, au service comme au coup droit ou sur ses courses, infligeant un 6-1 au Russe Andrey Rublev face à lui.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

L'Iran affirme avoir saisi un navire "lié" à Israël dans le Golfe

Publié

le

Le porte-conteneurs battant pavillon portugais "a été saisi par les forces spéciales maritimes" au cours "d'une opération menée avec un hélicoptère près du détroit d'Ormuz (archives). (© KEYSTONE/EPA MIZAN NEWS AGENCY/HASAN SHIRVANI)

Les forces spéciales maritimes des Gardiens de la révolution iraniens, l'armée idéologique de la République islamique, ont saisi samedi un porte-conteneurs "lié" à Israël dans le Golfe, a annoncé l'agence officielle Irna.

"Un porte-conteneurs baptisé MCS Aries a été saisi par les forces spéciales maritimes" au cours "d'une opération menée avec un hélicoptère près du détroit d'Ormuz", a indiqué Irna.

L'agence a précisé que le navire "battant pavillon portugais (est) géré par la société Zodiac, qui appartient au capitaliste sioniste Eyal Ofer". Le porte-conteneur était en train d'être "dirigé vers les eaux territoriales" de l'Iran.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

International

La situation sur le front Est s'est "considérablement détériorée"

Publié

le

Les Russes ont intensifié leur pression autour de Tchassiv Iar ces derniers jours, cette localité clé de l'Est se trouvant désormais "sous un feu constant", selon Kiev (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP)

La situation sur le front Est s'est "considérablement détériorée au cours des derniers jours", a affirmé samedi l'armée ukrainienne. Elle a constaté une "intensification significative" de l'offensive de l'armée russe, qui pousse notamment en direction de Tchassiv Iar.

"La situation sur le front Est s'est considérablement détériorée ces derniers jours. Ceci est principalement dû à une intensification significative de l'offensive de l'ennemi après l'élection présidentielle en Russie" de la mi-mars, a écrit le commandant en chef ukrainien Oleksandre Syrsky sur Telegram.

L'armée russe attaque les positions ukrainiennes dans les secteurs de Lyman et de Bakhmout "avec des groupes d'assaut soutenus par des véhicules blindés", ainsi que dans celui de Pokrovsk, a-t-il ajouté. "Cela est rendu possible par le temps chaud et sec, qui a rendu la plupart des aires ouvertes accessibles aux tanks".

"Nouvelles unités blindées"

Malgré les pertes, l'armée russe déploie "de nouvelles unités blindées", ce qui lui permet d'engranger des "succès tactiques". Les Russes ont intensifié leur pression autour de Tchassiv Iar ces derniers jours, cette localité clé de l'Est se trouvant désormais "sous un feu constant", selon Kiev.

Cette cité, perchée sur une hauteur, s'étend à moins de 30 kilomètres au sud-est de Kramatorsk, la principale ville de la région sous contrôle ukrainien et important noeud ferroviaire et logistique pour l'armée ukrainienne.

Besoin d'armes

Oleksandre Syrsky a affirmé que les zones "les plus problématiques" avait été renforcées, notamment avec des moyens de défense antiaérienne. "La question de la supériorité technique sur l'ennemi dans le domaine des armes de haute technologie se pose à nouveau", a-t-il dit.

"Ce n'est que comme cela que nous pourrons battre un ennemi plus grand", a ajouté le commandant ukrainien, jugeant qu'il fallait aussi "améliorer la qualité de la formation du personnel militaire".

Kiev réclame depuis des mois à ses alliés occidentaux davantage de munitions et de systèmes de défense aérienne. Mais l'aide s'épuise en raison de blocages politiques à Washington, ce qui contraint les soldats ukrainiens à économiser leurs munitions. L'armée ukrainienne peine aussi à recruter, face à des forces russes plus nombreuses et mieux équipées.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Au moins six morts dans une attaque au couteau à Sydney

Publié

le

Le centre commercial était bondé en cette fin d'après-midi. (© KEYSTONE/AP/Rick Rycroft)

Une attaque au couteau a fait au moins six morts et plusieurs blessés samedi dans un centre commercial bondé de Sydney. La police n'a pas écarté la piste "terroriste". Selon les autorités, l'assaillant semble avoir agi seul.

"On m'informe que cinq victimes sont décédées", a indiqué Anthony Cooke, commissaire adjoint de la police de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud. Un porte-parole de la police a ensuite informé l'AFP du décès d'une personne à l'hôpital.

Cette agression a fait également plusieurs blessés dont huit, y compris un enfant, ont été transportés à l'hôpital. "Ils ont tous des blessures traumatiques", a indiqué le porte-parole des services de secours de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud.

Le motif de l'agression n'a pas été précisé dans l'immédiat, mais M. Cooke a affirmé que la piste "terroriste" ne pouvait être écartée à ce stade.

Enquête complexe

"Je ne sais pas encore qui il est (l'assaillant, NDLR). Vous comprendrez qu'il s'agit d'une affaire très complexe. Les enquêtes sont très récentes et nous continuons à tenter d'identifier le coupable", a-t-il ajouté.

Les services d'ambulance de Nouvelle-Galles du Sud ont indiqué à l'AFP qu'un homme avait été abattu par la police et qu'il s'agissait vraisemblablement de l'agresseur.

La tragédie s'est produite dans le vaste complexe commercial Westfield Bondi Junction, qui était bondé de clients samedi après-midi. Les lieux ont été bouclés par la police qui a appelé la population à éviter le secteur.

Seul

L'assaillant semble avoir agi seul, a déclaré le Premier ministre australien Antony Albanese lors d'une conférence de presse. "Pour nous tous ce soir, les scènes effroyables de Bondi Junction dépassent les mots et la compréhension", a-t-il ajouté.

Des images de caméras de surveillance diffusées par des médias australiens ont montré un homme muni d'un grand couteau courant dans le centre commercial et des personnes blessées gisant au sol.

"C'était effrayant"

Pranjul Bokaria sortait du travail et faisait quelques courses lorsque l'agression a eu lieu. Elle a couru jusqu'à un magasin voisin et s'est réfugiée dans une salle de repos. "C'était effrayant, il y avait des gens qui pleuraient", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Elle s'est ensuite échappée par une sortie de secours avec d'autres clients et employés, donnant sur une rue à l'arrière. "Je suis vivante et reconnaissante", dit-elle.

D'autres témoins ont raconté qu'il y avait eu un mouvement de panique, des personnes cherchant à se mettre à l'abri tandis que la police tentait de sécuriser la zone.

A la tombée de la nuit, des dizaines de policiers et d'ambulances se trouvaient encore à l'extérieur du centre commercial, les civières prêtes à transporter les blessés vers des hôpitaux voisins.

Ce type d'attaque est extrêmement rare en Australie. En novembre 2018, un individu armé d'un couteau avait tué une personne et en avait blessé deux autres dans une rue de Melbourne avant d'être abattu par la police. Le crime avait été revendiqué par le groupe Etat islamique (EI).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Préparez-vous à étonner votre entourage en plaçant, pour une fois, votre vie familiale au-dessus de votre job. Eh oui, les miracles existent !

Les Sujets à la Une

X