Rejoignez-nous

International

Funérailles d'Etat du président du PE avec de nombreux dirigeants

Publié

,

le

David Sassoli est décédé aux premières heures de mardi dans un hôpital du Nord de l'Italie où il avait été admis le 26 décembre des suites d'une "grave complication due à un dysfonctionnement du système immunitaire". (© KEYSTONE/EPA/CLAUDIO PERI)

De nombreux dirigeants européens et italiens ont assisté vendredi à Rome aux funérailles d'Etat organisées pour le président du Parlement européen David Sassoli. Ce dernier est décédé en début de semaine.

Le président de la République Sergio Mattarella, le chef du gouvernement Mario Draghi, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel comptaient parmi ceux qui ont rendu hommage à l'ancien journaliste et député européen de longue date.

Une garde d'honneur a accompagné l'arrivée de son cercueil, couvert d'un drapeau de l'Union européenne, dans la basilique Sainte-Marie-des-Anges et des Martyrs.

Milliers de personnes

Des milliers de personnes avaient fait la queue jeudi pour dire au revoir à la dépouille de David Sassoli au Capitole, à Rome.

Parmi les autres personnalités présentes aux funérailles figuraient le Premier ministre français Jean Castex, la France assurant la présidence tournante de l'UE, son homologue espagnol Pedro Sanchez, les présidents du Sénat et de la Chambre des députés italiens ainsi qu'un grand nombre de ministres.

La cérémonie a été retransmise en direct par la télévision publique RAI, sous le titre "Ciao David".

Metsola pressentie pour lui succéder

M. Sassoli est décédé aux premières heures de mardi dans un hôpital du Nord de l'Italie où il avait été admis le 26 décembre des suites d'une "grave complication due à un dysfonctionnement du système immunitaire". Son mandat de deux ans et demi à la tête de l'organe législatif de l'UE devait prendre fin ce mois-ci.

Le président par intérim du Parlement européen est désormais son vice-président le plus haut placé, Roberta Metsola, une femme politique maltaise qui était déjà pressentie pour succéder à M. Sassoli.

Mme Von der Leyen avait qualifié le décès de David Sassoli de "triste jour pour l'Europe" et M. Draghi a salué en lui "un profond pro-européen (...), un symbole d'équilibre, d'humanité et de générosité".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Simona Halep en demi-finales, trois ans après son titre

Publié

le

Simona Halep en demi-finales à Wimbledon (© KEYSTONE/EPA/KIERAN GALVIN)

Simona Halep (WTA 18) s'est qualifiée pour les demi-finales de Wimbledon. La Roumaine a battu l'Américaine Amanda Anisimova (WTA 25) 6-2 6-4, trois ans après son titre sur le gazon londonien.

A 30 ans, l'ex-no 1 mondiale tentera de se qualifier pour sa deuxième finale du Majeur sur gazon, jeudi, en affrontant Elena Rybakina (WTA 23). La Kazakhe a obtenu son billet pour sa première demi-finale de Grand Chelem en battant l'Australienne Ajla Tomljanovic (WTA 44) 4-6 6-2 6-3.

Rybakina, 23 ans, avait déjà atteint les quarts à Roland-Garros en 2021, mais elle n'avait jamais dépassé les 8es de finale à Wimbledon.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Japon: des manchots refusent de transiger face à l'inflation

Publié

le

Les prix du chinchard, le poisson que l'aquarium avait l'habitude de servir à ses manchots et loutres, ont bondi de 20 à 30% par rapport à l'an dernier, du fait de prises moins importantes. (photo d'archive) (© KEYSTONE/PATRICK STRAUB)

Des manchots et des loutres d'un aquarium japonais font les difficiles: ils refusent le poisson meilleur marché que leurs gardiens leur servent depuis peu à cause de la flambée des prix, qui contraint le site à faire des économies.

Certains manchots sont très catégoriques. "Ils prennent d'abord (le nouveau poisson) dans leur bec, mais ensuite ils décrètent qu'ils ne l'aiment pas et le rejettent", a raconté mercredi Hiroki Shimamoto, le responsable de l'aquarium de Hakone (sud-ouest de Tokyo).

Plutôt qu'une question de goût, M. Shimamoto suppose que les manchots sont perplexes à cause de la taille des nouveaux poissons, plus larges que les anciens: "Ils sentent qu'il y a quelque chose qui cloche", pense-t-il.

Les loutres sont encore plus difficiles, ayant unanimement refusé le poisson moins cher, a-t-il précisé.

Le prix du chinchard a explosé

Les prix du chinchard, le poisson que l'aquarium avait l'habitude de servir à ses manchots et loutres, ont bondi de 20 à 30% par rapport à l'an dernier, du fait de prises moins importantes.

L'aquarium achète encore un peu de chinchard, mais n'a pas l'intention de revenir entièrement à son ancien menu tant que les prix n'auront pas chuté, assure M. Shimamoto.

Les manchots et les loutres vont donc devoir prendre leur mal en patience.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Le lézard gecko colle au mur à l'aide d'une couche de gras

Publié

le

Les chercheurs ont découvert, en utilisant un microscope à rayons X, que les sétules des geckos et leurs spatules étaient couvertes d'un film gras d'un nanomètre d'épaisseur, un milliardième de mètre. (© KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT)

Le lézard gecko paraît défier la gravité en "collant" au mur. Cela grâce en partie à une couche de gras ultra-fine couvrant l'extrémité de ses pattes, selon une étude publiée mercredi.

Les scientifiques sont depuis longtemps intrigués par la capacité quasi surnaturelle d'adhérence de ce petit lézard, dont ils ont cherché à percer le secret.

Ils savent depuis plusieurs années que le bout des pattes des geckos est doté de millions de sétules, des poils microscopiques élastiques, disposés selon un certain ordre et se terminant en forme de spatules.

Cette microstructure permet d'épouser la forme de la surface sur laquelle le gecko se déplace. Ce phénomène s'explique par les forces dites de van der Waals.

"Nous connaissions déjà beaucoup de choses sur le comportement mécanique des sétules. Maintenant nous comprenons mieux comment elles fonctionnent à l'échelle moléculaire", a dit le physicien Cherno Jaye, de l'Institut national américain des standards et de la technologie (NIST), coauteur de l'étude parue dans Biology letters.

Un nanomètre d'épaisseur

Les chercheurs du NIST ont découvert, en utilisant un microscope à rayons X, que les sétules et leurs spatules étaient couvertes d'un film gras d'un nanomètre d'épaisseur, un milliardième de mètre.

Ces lipides, qui protègent les tissus contre la déshydratation, pourraient aussi jouer un rôle-clé grâce à leur caractère hydrophobe. En repoussant toute molécule d'eau, ils fourniraient aux spatules "un contact plus étroit avec la surface", a dit Tobias Weidne chimiste à l'Université danoise d'Aarhus, et coauteur de l'étude, cité dans un communiqué du NIST. Le tout "aiderait les geckos à s'accrocher à des surfaces humides", selon lui.

Les chercheurs envisagent des applications très concrètes, via la biomimétique, aux recherches concernant les capacités du gecko. "On peut imaginer des bottes gecko ne glissant pas sur des surfaces humides, ou des gants gecko pour tenir des outils mouillés", a dit le physicien du NIST Dan Fischer. Et pourquoi pas, un "véhicule capable de parcourir un mur", selon lui.

D'ici là, l'étude conclut à la nécessité de poursuivre le travail pour déterminer exactement l'utilité de ce film de lipides.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Pluies de mousson au Pakistan: au moins 77 morts en moins d'un mois

Publié

le

La mousson a déjà fait 77 morts au Pakistan cette saison. (© KEYSTONE/EPA/SHAHZAIB AKBER)

Au moins 77 personnes sont mortes ces dernières semaines à cause des fortes pluies qui frappent le Pakistan, a indiqué mercredi la ministre du Changement climatique, prévenant que la situation devrait encore s'aggraver.

"Pour moi, c'est une tragédie nationale", a déclaré Sherry Rehman lors d'une conférence de presse à Islamabad. Le nombre de morts a été recensé à partir du 14 juin, quand la mousson a débuté, a-t-elle précisé.

"Quand les gens meurent comme ça, ce n'est pas rien (...) Ce n'est que le début. Nous devons nous y préparer", a-t-elle ajouté.

La plupart des décès ont été enregistrés dans la province du Baloutchistan (sud-ouest), où 39 personnes sont mortes noyées ou électrocutées par des lignes électriques endommagées.

La mousson, qui dure habituellement de juin à septembre, est essentielle pour l'irrigation des plantations et pour reconstituer les ressources en eau du sous-continent indien. Mais elle apporte aussi chaque année son lot de drames et destructions.

1800 morts en 2010

Les maisons au Pakistan, souvent peu solides, en particulier en zone rurale, sont facilement emportées par les flots, qui peuvent aussi détruire de larges pans de terres arables.

Les inondations les plus dévastatrices de l'histoire récente du Pakistan ont eu lieu en 2010, quand les crues ont inondé un cinquième du pays, faisant près de 1800 morts et affectant plus de 20 millions de personnes, soit près de 10% de la population.

Le Pakistan est particulièrement vulnérable au dérèglement climatique. Il figure en 8e position des pays les plus menacés par les phénomènes météorologiques extrêmes, selon une étude de l'ONG Germanwatch.

"Un jour, vous avez la sécheresse et le lendemain matin, vous attendez des crues éclairs (...) Alors vous pouvez voir combien la situation est sérieuse au Pakistan", a souligné Mme Rehman.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Nouvelle vague de démissions au sein du gouvernement Johnson

Publié

le

Le Premier ministre anglais Boris Johnson doit faire face à l'une des plus importantes crises politiques de son mandat. (© KEYSTONE/AP/Justin Tallis)

Au lendemain du départ spectaculaire de deux de ses ministres, le Premier ministre Boris Johnson fait face à de nouveaux départs au sein de son gouvernement mercredi. Une vague de démissions qui pousse "Bojo" à lutter pour sa survie politique.

Ces départs arrivent dans la foulée de ceux des ministres de la Santé Sajid Javid et des Finances Rishi Sunak. Ils avaient annoncé à quelques minutes d'intervalle leur démission mardi soir, lassés des scandales à répétition qui secouent le gouvernement depuis des mois.

D'autres membres du gouvernement moins haut placés ont depuis eux aussi jeté l'éponge, dont trois secrétaires d'Etat mercredi, portant le nombre total de départs à plus d'une douzaine. Dernier en date à partir, le secrétaire d'Etat aux Finances John Glen a sèchement motivé sa démission par un "total manque de confiance" dans le Premier ministre.

Avenir politique en jeu

Ces deux démissions choc ont été annoncées alors que le Premier ministre venait de présenter des excuses après un énième scandale, reconnaissant avoir fait une "erreur" en nommant en février dans son gouvernement Chris Pincher, "whip" en chef adjoint chargé de la discipline parlementaire des députés conservateurs. Ce dernier a démissionné la semaine dernière après avoir été accusé d'attouchements sur deux hommes.

Mardi, après avoir affirmé l'inverse, Downing Street a reconnu que le Premier ministre avait été informé dès 2019 d'anciennes accusations à l'encontre de M. Pincher mais qu'il les avait "oubliées" en le nommant.

Fragilisé mais déterminé à rester, Boris Johnson défendra son poste à midi (13h00 heure suisse) au Parlement lors de la séance hebdomadaire de questions au Premier ministre qui s'annonce électrique. Il affrontera ensuite les présidents des principales commissions de la Chambre des Communes, parmi lesquels certains de ses critiques les plus virulents au sein de son parti conservateur.

Pluie de critiques

Ces démissions en cascade, et plus particulièrement celle de Rishi Sunak, 42 ans, interviennent dans un contexte économique particulièrement difficile, en pleine crise du coût de la vie au Royaume-Uni.

Les Britanniques attendent du gouvernement qu'il se conduise de manière "compétente" et "sérieuse" et "c'est pourquoi je démissionne", a écrit M. Sunak dans sa lettre à M. Johnson. De son côté, M. Javid, 52 ans, a jugé que les Britanniques étaient en droit d'attendre "de l'intégrité de la part de leur gouvernement".

Dans le Telegraph, l'ancien secrétaire d'Etat chargé du Brexit, David Frost, qui avait lui aussi démissionné en décembre, a appelé Boris Johnson à démissionner car "s'il s'accroche, il risque d'entraîner le parti et le gouvernement avec lui".

Maigres soutiens

Boris Johnson a rapidement remplacé les deux démissionnaires en nommant son ministre de l'Education Nadhim Zahawi aux Finances et Steve Barclay, jusque-là chargé de la coordination gouvernementale, à la Santé. Il est parfois "facile de s'en aller", mais "beaucoup plus difficile" de mettre en oeuvre des réformes pour le pays, a affirmé Nadhim Zahawi mercredi sur SkyNews.

Des ministres loyaux ont réaffirmé leur soutien à "Bojo", comme Nadine Dorries, en charge de la Culture. Malgré ces marques de confiance, Boris Johnson pourra-t-il survivre à cette énième crise, lui qui a toujours refusé d'envisager la démission?

Climat politique tendu

Déjà considérablement affaibli par le scandale des fêtes organisées à Downing Street pendant la pandémie, il a survécu il y a quelques semaines à un vote de défiance de son propre camp.

Se sont ajoutées depuis plusieurs affaires à caractère sexuel au Parlement: un député soupçonné de viol a été arrêté puis libéré sous caution mi-mai, un autre a démissionné en avril pour avoir regardé de la pornographie à la Chambre sur son téléphone portable en avril et un ancien député a été condamné en mai à 18 mois de prison pour l'agression sexuelle d'un adolescent de 15 ans.

Le départ de ces deux derniers députés a provoqué des élections législatives partielles et de lourdes défaites pour les conservateurs. Et ce alors que le parti avait déjà essuyé un très mauvais résultat aux élections locales de mai.

Le contexte économique est en outre particulièrement délicat, avec une inflation au plus haut depuis quarante ans, à 9,1% en mai sur douze mois, et des mouvements sociaux. Selon un sondage de l'institut YouGov mardi soir, 69% des électeurs britanniques estiment que Boris Johnson devrait démissionner.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X